La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Garden-Party", une cantate de la cruauté pour caste obsolète

"Garden-Party", Théâtre Antoine, Paris

Dans un monde qui part en vrille, où les "vraies" valeurs foutent le camp, où les classes sociales majoritaires fricotent avec la révolte… pourquoi ne pas essayer la secrète et discrète aristocratie… ses délicieuses, précieuses et rieuses parties de campagne… agrémentées de succulents buffets, de sanglantes scènes de chasse à courre ou de sautillantes danses médiévales, de ludiques colin-maillards ou d'aériens mariages en façon d'opéra… Une expérience folle et féroce à vivre… en forme de "garden-party"… avant l'apocalypse ?



© Gilles Rammant.
© Gilles Rammant.
Aveugle et sourde aux problèmes de la société, la caste aristocratique se complaît dans une caricature d'elle-même, nageant avec délectation dans sa propre bêtise, se nourrissant de ses tics pseudo vertueux, de son égoïsme chronique ceint d'un repli sur soi et alimenté d'une autarcie dégénérescente. Entre valses, musique baroque et golf, entre safaris au Botswana et prix de l’Arc de Triomphe ou du Jockey-Club, elle s'exonère des réalités sociales actuelles.

De cette aberration sociétale, la Cie N° 8 nous concocte, avec volupté et délectation, avec férocité et bouffonnerie, sur une partition de farce cruelle mais dotée de quelques fulgurances poétiques et visuelles - dans de fugaces tableaux figés -, une mise en abîmes, une caricature de la caricature, jouissive et insolente, qui mêle avec efficacité les arts du cirque, du mime, de la danse, du théâtre et de l'opéra pour un résultat fantaisiste et jubilatoire.

Sur un canevas proche de la comédie italienne, sur lequel viennent se tisser quelques folies à la Monty Python, un carnage - sauvage et sanguinaire - et une gestion "trash" d'un cadavre que n'aurait pas renié Tarantino, le metteur en scène Alexandre Pavlata et les neuf comédiens de la Cie jouent autant de l'extravagance que du clownesque, alliant avec aisance et fluidité bruitages, attitudes burlesques, parodies extrêmes, postures poétiques. "Garden-Party" nous fait véritablement assister à une déambulation de personnages enfermés dans un microcosme quasi tribal, homogamie aux parfums surannés, animaux d'un zoo oublié, quasi secret…

© Gilles Rammant.
© Gilles Rammant.
Troupe de rue créée en 2008, la Compagnie N° 8, coutumière des lieux insolites ou non dédiés à la représentation "théâtrale" (musées, centres commerciaux, restaurants, chenils, parc, rue, etc.), a décidé de s'essayer au plateau d'un théâtre à l'italienne en créant une version frontale de ses spectacles "Garden-Party" (promenade de jour) et Cocktail Party (fixe de nuit), ayant connu le succès lors de nombreux festivals.

Avec cette recréation, mettant en avant encore et toujours les inégalités sociales existantes, nos artistes trublions, habitués aux performances de rue, maîtrisant tous différentes disciplines, interprètent leurs personnages comme le feraient un musicien et son instrument, en duo, trio, quartet, septet ou octet, comme suivant une partition musicale très rythmique, millimétrée, avec une écriture extrêmement travaillée et précise… chorégraphiée, mais où chacun garde une grande liberté de jeu, pouvant s'exprimer d'un soir à l'autre de manière différente.

© Gilles Rammant.
© Gilles Rammant.
Le langage utilisé, antinomie hilarante au silence, est un subtil mélange d'onomatopées, de gromelots et autres borborygmes, servant en complément de l'expression des corps à souligner les émotions.

Déjanté, cocasse, loufoque, absurde… et donc inattendu, bizarrement poétique, cette cantate de la cruauté et du grotesque s'inscrit parfaitement dans la brutalité et l'inhumanité de notre monde actuel… mais elle est dotée de ces capacités particulières propres à nous éblouir, nous réjouir et nous faire rire.

"Garden-Party"

© Gilles Rammant.
© Gilles Rammant.
Un délire aristo-punk.
Création collective.
Mise en scène : Alexandre Pavlata.
Avec : Stéfania Brannetti, Susan Redmond, Hélène Risterucci, Charlotte Saliou, Benjamin Bernard, Gregory Corre, Matthieu Lemeunier, Fabrice Peineau, Frederic Ruiz.
Chorégraphe : Philippe Ménard.
Création lumière : Fabrice Peineau.
Régisseur lumière : Aurélien Lorillon.
Costumes : Stéfania Brannetti et Jeanne Guellaf.
Par la Cie N° 8.
Durée : 1 h 10.

du 6 février au 13 avril 2019.
Du mercredi au samedi à 19 h.
Théâtre Antoine, Paris 10e, 01 42 08 77 71.
>> theatre-antoine.com

Tournée

© Gilles Rammant.
© Gilles Rammant.
30 mai 2019 : Jazz sous les Pommiers, Coutances (50), rue.
31 mai 2019 : La Déferlande de Printemps, Notre-de-Monts (85), rue.
1er juin 2019 : La Déferlande de Printemps, Saint-Jean-de-Monts (85), rue.
2 juin 2019 : Les Fêtes de la Tour Blanche, Issoudun (36), rue.
4 août 2019 : Festival de Lournand, Lournand (71), rue.
6 et 8 septembre 2019 : Fira Tàrrega, Tàrrega (Espagne), rue.
23 novembre 2019 : Ormesson-sur-Marne (94), salle.
13 décembre 2019 : Espace culturel Jacques Duhamel, Vitré (35), salle.
19 décembre 2019 : La Comète, Hésingue (68), salle.
13 mars 2020 : Nérac (47), salle.

Gil Chauveau
Jeudi 14 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019