La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"G.R.A.I.N. Histoire de fous" Virtuose et fluide, pirandellien et moliéresque, reliant les contraires

Elle s'appelle Marie-Magdeleine. Et dans un G.R.A.I.N.*, comme auteur et interprète, joue son double au théâtre. Marie-Magdeleine, toute jeune et fraiche émoulue de l'école de comédienne qui effectue, en appui d'une association de service public sanitaire et social, son premier stage de formation au théâtre. Qui prend la forme d'une galerie de portraits-souvenirs, une épopée pour comédienne bien seule des plus réjouissantes. Une initiation.



© Pitchographie.
© Pitchographie.
Le public découvre une fille du sud vaillante, gracile et gracieuse, spontanée, sociable, enjouée, débrouillarde et adaptable, à qui rien n'est impossible ! Comme on dit, de bonne composition pour affronter cette maison pour bipolaires, terre inconnue pleine de dangers à chaque instant qu'est le G.R.A.I.N.

L'état psychique des stagiaires y est en effet particulièrement modifié. L'humeur est triste, la perte d'intérêt et de plaisir considérable, la concentration troublée tout autant que la mémoire. Prompts à l'auto-critique, à l'auto-accusation, agités, fébriles ou éteints, suicidaires, écrasés par de grands ancêtres, Schumann, Van Gogh, Marilyn, Batman, sur le mur épinglés… ils sont maniaques de la dépression. Tous au G.R.A.I.N. ont un grain, directrice compris. Comme des incubes, ils s'emparent et du psychisme et du corps de la comédienne. Le besoin d'énergie est considérable.

Marie-Magdeleine est possédée par ses personnages et leurs caractères. Passant sans cesse du coq à l'âne, sans répit ni repos, rime ou raison, elle vit leurs états d'âme, leurs grimaces, leurs tics, et leurs TOCs, comme ils l'entendent, c'est-à-dire en étant eux-mêmes, criant de vérité, qu'ils soient, dans leurs outrances de "mecs" ou de "nanas", dans leur logique et leur besoin de vivre à défaut de désirer.

© Pitchographie.
© Pitchographie.
Sur scène, la réalité est reproduite avec une rare précision et un sens du détail juste, presque clinique. Toutefois, restant en deçà d'une "bordureline" compatissante, elle se montre à tout moment bienveillante, n'est jamais satirique ou moqueuse. À l'évidence, Marie-Magdeleine et son double théâtral ont observé, croqué sur le vif ses personnages, ces bipolaires avec gourmandise et empathie.

La comédienne ne perd jamais le contrôle. Son spectacle, présentant de plus un point de vue critique et pertinent sur la camisole chimique, prend des accents de vérité à l'humour décomplexé. Ses personnages font comme irruption dans la réalité et entrent en dialogue avec leur auteur.

Le stage-théâtre est fou. Le spectacle hilarant loufoque et… émouvant. Virtuose et fluide, plein d'allant, pirandellien et moliéresque, il relie les contraires.

Ce G.R.A.I.N. est moulu pour du bon pain. Marie-Magdeleine a l'aisance du diable. Le spectateur en prend de la graine. Une bien folle soirée !

* G.R.A.I.N. pour Groupe de Réhabilitation Après un Internement ou N'importe, association pour "usagers bipolaires".

"G.R.A.I.N. Histoire de fous"

© Pitchographie.
© Pitchographie.
Texte : Marie-Magdeleine.
Co-écriture et mise en scène : Julien Marot.
Avec : Marie-Magdeleine.
Direction musicale et lumières : Julien Marot.
Par la Compagnie Mmm...
À partir de 10 ans.
Durée 1 h 40.

Du 17 novembre au 31 décembre 2019.
Du dimanche au mercredi à 21 h.
Théâtre de la Manufacture des Abbesses, Paris 18e, 01 42 33 42 03.
>> manufacturedesabbesses.com

Jean Grapin
Lundi 25 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022