La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"French Resonance", l'École Française par excellence

La violoniste Elsa Grether et le pianiste François Dumont ont gravé un CD consacré à deux sonates de Gabriel Pierné et Louis Vierne, respectivement les opus 36 et 23. Avec ce programme au raffinement extrême salué par la critique, les deux compositeurs injustement méconnus du grand public sont remarquablement servis par deux musiciens au sommet de leur art. Elsa Grether nous raconte l'origine d'un projet audacieux.



Elsa Grether © DR.
Elsa Grether © DR.
Gabriel Pierné et Louis Vierne, ces deux représentants de l’École Française du tournant des XIXe et XXe siècles sont rarement donnés seuls au concert ou au disque (à notre connaissance). Associés le plus souvent à leur maître César Franck (pour ces enfants du post-wagnérisme), aux Debussy et autre Ravel (qu'annonce Pierné), leurs sonates pour violon et piano se voient ici complétées par deux courtes pièces de Gabriel Fauré "Les Berceaux" (une des "Trois mélodies" opus 23) et la "Romance" opus 28. Fauré, cet élève de Saint-Saëns, illustrant ici la voie post-romantique de la composition française. Voilà un des grands intérêts de cet enregistrement.

Ce n'est pas le seul. Pour ces chefs-d'œuvre de l'époque Art Déco (l'opus 36 de Pierné est créée par Jacques Thibaud et Lucien Wurmser en 1901) à l'esthétique impressionniste (l'opus 23 de Vierne est créée en 1908 par E. Isaÿe et Raoul Pugno), les compositeurs synthétisent l'art de la sonate hérité de leurs prédécesseurs mais approfondissent aussi les formules d'une modernité annoncée par leur maître dès 1886 avec son travail sur le chromatisme. Tonalité instable, modulations constantes, poésie nocturne et effets pittoresques dans la verve légère, une sensibilité musicale exceptionnelle se donne à entendre dans ces deux œuvres assez redoutables d'exécution.

François Dumont © Nicolas Joubard.
François Dumont © Nicolas Joubard.
Elsa Grether et François Dumont nous en livrent avec un bonheur contagieux une version enchanteresse. L'équilibre d'exécution entre le violon et le piano comme la complicité entre les deux artistes exaltent avec un sentiment rare la nature profondément lyrique de ces œuvres avec une virtuosité jamais vaine. Fluidité du piano, délicatesse et fougue du violon, jeunesse et fraîcheur, tout sert l'art subtil de deux maîtres de l'écriture harmonique et de la mélodie. Elsa Grether a répondu à nos questions sur la genèse de ce projet.

Christine Ducq - Avec ce CD consacré à Pierné et Vierne, vous nous livrez un programme très proustien, pourrait-on dire.

Elsa Grether - Oui ! J'adore depuis toujours la musique française et je suis constamment à la recherche d'œuvres méconnues. Je suis tombée par hasard sur le deuxième mouvement de la sonate de Louis Vierne et j'ai eu un coup de foudre ! Je me suis mise en quête aussitôt de l'œuvre entière. J'avais déjà joué celle de Gabriel Pierné et je pensais depuis longtemps à l'enregistrer. J'ai trouvé qu'elles allaient remarquablement bien ensemble (1).

Et vous choisissez enfin deux pièces de Gabriel Fauré pour montrer deux tendances de l’École Française ?

Elsa Grether - Tout à fait. Elles sont plus facilement abordables peut-être pour le public - et tellement magnifiques ! D'ailleurs la "Romance" et "Les Berceaux" ne sont guère plus joués que les sonates. Tout l'art de Fauré y est pourtant présent avec cette grande densité émotionnelle. Fauré apporte une fraîcheur au programme, après la sonate de Vierne qui est si intense.

Elsa Grether © Jean-Baptiste Millot.
Elsa Grether © Jean-Baptiste Millot.
Comment est née cette complicité avec le pianiste François Dumont ?

Elsa Grether - Nous avions déjà interprété ensemble des programmes de musique de chambre. J'aime beaucoup son jeu et je le voyais bien dans ce répertoire. Nous avons essayé de respecter au maximum l'intention des compositeurs et nous avons dû faire des compromis pour certains tempi.

Comme nous nous entendons très bien, nous nous sommes beaucoup parlés et écoutés. La difficulté étant de trouver une bonne balance entre les deux instruments tout en conservant une réelle spontanéité. Nous avons mis deux ans à réaliser ce projet.

J'espère que nous aurons l'occasion de redonner ce programme en concert tel quel - ou associé à d'autres œuvres. Malheureusement beaucoup de programmateurs nous ont signifié qu'ils le trouvaient trop hermétique. Ce n'est pas mon sentiment, naturellement. Il faut vraiment se battre !

Du fait de votre parcours (2), hors des sentiers battus, pensez-vous avoir un jeu atypique ?

Elsa Grether - Je ne suis pas la meilleure placée pour juger mon jeu mais il est vrai que j'ai bénéficié de nombreuses influences. C'est une richesse. Trois ou quatre professeurs ont vraiment compté pour moi et j'apprends encore d'eux des années après les avoir quittés. Il faut de toute façon fournir un vrai travail pour trouver sa propre voix. Quand je prépare une œuvre, j'écoute beaucoup d ‘enregistrements au début. Puis je fais le vide afin de trouver mon propre chemin.

(1) C'est déjà en faisant ce type de recherche qu'Elsa Grether a conçu son premier CD "Poème mystique" avec Ferenc Vizi consacré à Ernest Bloch et Arvo Pärt.
(2) Premier prix de violon décerné à l'unanimité le jour de ses quinze ans au CRR de Paris, Elsa Grether a poursuivi sa formation au Mozarteum de Salzbourg avec R. Ricci, à l'université d'Indiania avec M. Fucks et à Boston avec D. Weilenstein. Elle est lauréate de plusieurs fondations et joue sur un violon de Carlo Ferdinando Landolfi.

● "French Resonance".
Sonates de Gabriel Pierné et Louis Vierne, deux courtes pièces de Gabriel Fauré.
Elsa Grether, violon.
François Dumont, piano.
Sortie : novembre 2015.
Label : Fuga Libera.
Distribution : Outhere Music .

Disponible en téléchargement sur les sites habituels ;
ou pour le CD physique >> elsagrether.com

Sélection des prochains concerts :
9 juin 2016 : Cité de la Musique, Soissons, Trio avec M.D. Thirault et J.L. Delahaut.
27 juillet 2016 : Festival Musique à l'Empéri.
14 août 2016 : Festival Mozaria, Ariège.
18 septembre 2016 : Septembre musical d'Argent-sur-Sauldre, avec Jérémy Jouve, guitare.
23 janvier 2017 : Récital Salle Cortot, Paris, avec Marie Vermeulin.

Christine Ducq
Jeudi 28 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019