La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"French Resonance", l'École Française par excellence

La violoniste Elsa Grether et le pianiste François Dumont ont gravé un CD consacré à deux sonates de Gabriel Pierné et Louis Vierne, respectivement les opus 36 et 23. Avec ce programme au raffinement extrême salué par la critique, les deux compositeurs injustement méconnus du grand public sont remarquablement servis par deux musiciens au sommet de leur art. Elsa Grether nous raconte l'origine d'un projet audacieux.



Elsa Grether © DR.
Elsa Grether © DR.
Gabriel Pierné et Louis Vierne, ces deux représentants de l’École Française du tournant des XIXe et XXe siècles sont rarement donnés seuls au concert ou au disque (à notre connaissance). Associés le plus souvent à leur maître César Franck (pour ces enfants du post-wagnérisme), aux Debussy et autre Ravel (qu'annonce Pierné), leurs sonates pour violon et piano se voient ici complétées par deux courtes pièces de Gabriel Fauré "Les Berceaux" (une des "Trois mélodies" opus 23) et la "Romance" opus 28. Fauré, cet élève de Saint-Saëns, illustrant ici la voie post-romantique de la composition française. Voilà un des grands intérêts de cet enregistrement.

Ce n'est pas le seul. Pour ces chefs-d'œuvre de l'époque Art Déco (l'opus 36 de Pierné est créée par Jacques Thibaud et Lucien Wurmser en 1901) à l'esthétique impressionniste (l'opus 23 de Vierne est créée en 1908 par E. Isaÿe et Raoul Pugno), les compositeurs synthétisent l'art de la sonate hérité de leurs prédécesseurs mais approfondissent aussi les formules d'une modernité annoncée par leur maître dès 1886 avec son travail sur le chromatisme. Tonalité instable, modulations constantes, poésie nocturne et effets pittoresques dans la verve légère, une sensibilité musicale exceptionnelle se donne à entendre dans ces deux œuvres assez redoutables d'exécution.

François Dumont © Nicolas Joubard.
François Dumont © Nicolas Joubard.
Elsa Grether et François Dumont nous en livrent avec un bonheur contagieux une version enchanteresse. L'équilibre d'exécution entre le violon et le piano comme la complicité entre les deux artistes exaltent avec un sentiment rare la nature profondément lyrique de ces œuvres avec une virtuosité jamais vaine. Fluidité du piano, délicatesse et fougue du violon, jeunesse et fraîcheur, tout sert l'art subtil de deux maîtres de l'écriture harmonique et de la mélodie. Elsa Grether a répondu à nos questions sur la genèse de ce projet.

Christine Ducq - Avec ce CD consacré à Pierné et Vierne, vous nous livrez un programme très proustien, pourrait-on dire.

Elsa Grether - Oui ! J'adore depuis toujours la musique française et je suis constamment à la recherche d'œuvres méconnues. Je suis tombée par hasard sur le deuxième mouvement de la sonate de Louis Vierne et j'ai eu un coup de foudre ! Je me suis mise en quête aussitôt de l'œuvre entière. J'avais déjà joué celle de Gabriel Pierné et je pensais depuis longtemps à l'enregistrer. J'ai trouvé qu'elles allaient remarquablement bien ensemble (1).

Et vous choisissez enfin deux pièces de Gabriel Fauré pour montrer deux tendances de l’École Française ?

Elsa Grether - Tout à fait. Elles sont plus facilement abordables peut-être pour le public - et tellement magnifiques ! D'ailleurs la "Romance" et "Les Berceaux" ne sont guère plus joués que les sonates. Tout l'art de Fauré y est pourtant présent avec cette grande densité émotionnelle. Fauré apporte une fraîcheur au programme, après la sonate de Vierne qui est si intense.

Elsa Grether © Jean-Baptiste Millot.
Elsa Grether © Jean-Baptiste Millot.
Comment est née cette complicité avec le pianiste François Dumont ?

Elsa Grether - Nous avions déjà interprété ensemble des programmes de musique de chambre. J'aime beaucoup son jeu et je le voyais bien dans ce répertoire. Nous avons essayé de respecter au maximum l'intention des compositeurs et nous avons dû faire des compromis pour certains tempi.

Comme nous nous entendons très bien, nous nous sommes beaucoup parlés et écoutés. La difficulté étant de trouver une bonne balance entre les deux instruments tout en conservant une réelle spontanéité. Nous avons mis deux ans à réaliser ce projet.

J'espère que nous aurons l'occasion de redonner ce programme en concert tel quel - ou associé à d'autres œuvres. Malheureusement beaucoup de programmateurs nous ont signifié qu'ils le trouvaient trop hermétique. Ce n'est pas mon sentiment, naturellement. Il faut vraiment se battre !

Du fait de votre parcours (2), hors des sentiers battus, pensez-vous avoir un jeu atypique ?

Elsa Grether - Je ne suis pas la meilleure placée pour juger mon jeu mais il est vrai que j'ai bénéficié de nombreuses influences. C'est une richesse. Trois ou quatre professeurs ont vraiment compté pour moi et j'apprends encore d'eux des années après les avoir quittés. Il faut de toute façon fournir un vrai travail pour trouver sa propre voix. Quand je prépare une œuvre, j'écoute beaucoup d ‘enregistrements au début. Puis je fais le vide afin de trouver mon propre chemin.

(1) C'est déjà en faisant ce type de recherche qu'Elsa Grether a conçu son premier CD "Poème mystique" avec Ferenc Vizi consacré à Ernest Bloch et Arvo Pärt.
(2) Premier prix de violon décerné à l'unanimité le jour de ses quinze ans au CRR de Paris, Elsa Grether a poursuivi sa formation au Mozarteum de Salzbourg avec R. Ricci, à l'université d'Indiania avec M. Fucks et à Boston avec D. Weilenstein. Elle est lauréate de plusieurs fondations et joue sur un violon de Carlo Ferdinando Landolfi.

● "French Resonance".
Sonates de Gabriel Pierné et Louis Vierne, deux courtes pièces de Gabriel Fauré.
Elsa Grether, violon.
François Dumont, piano.
Sortie : novembre 2015.
Label : Fuga Libera.
Distribution : Outhere Music .

Disponible en téléchargement sur les sites habituels ;
ou pour le CD physique >> elsagrether.com

Sélection des prochains concerts :
9 juin 2016 : Cité de la Musique, Soissons, Trio avec M.D. Thirault et J.L. Delahaut.
27 juillet 2016 : Festival Musique à l'Empéri.
14 août 2016 : Festival Mozaria, Ariège.
18 septembre 2016 : Septembre musical d'Argent-sur-Sauldre, avec Jérémy Jouve, guitare.
23 janvier 2017 : Récital Salle Cortot, Paris, avec Marie Vermeulin.

Christine Ducq
Jeudi 28 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020