La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin

26e Festival International de Théâtre de Rue, Aurillac, Cantal

D'un côté, clowns et bateleurs en tous genres ; de l'autre, sobriété un peu empesée et discours sur la fin du monde, sur sa décadence. Radicale, cette opposition caractérise les spectacles proposés en cette année 2011 au festival d'Aurillac. Au risque du non-sens. Heureusement, quelques exceptions viennent atténuer la déception.



Déambulations insolites, spectacles à tous les coins de rue et foule serpentant d'un artiste à l'autre composent depuis 26 ans le visage du festival d'Aurillac. Cette fois encore, avec près de 450 troupes, l'amateur d'arts de rue peut aussi bien se détendre avec un quelconque blagueur au nez rouge qu'avec des artistes plus sérieux. Du moins, en théorie. La pratique, quant à elle, est plus compliquée.

Où est passée la subversion ?

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
En effet, un humour léger et sans conséquences caractérise la plupart des pièces que l'on rencontre. Au petit bonheur la chance, on navigue des sympathiques airs de fanfare de la compagnie du P'tit Vélo à ceux de la compagnie du Coin, en passant par ceux de la Fanfare à la Gueule du Ch'val. On sourit plus ou moins aux pitreries des très nombreux saltimbanques dont on oublie le nom aussitôt.

Hommes déguisés en danseuses étoiles ridicules, monologueurs égocentriques qui font défiler leur histoire, marionnettistes aux talents divers... Tout ce monde accoste joyeusement le public, comme il est de mise dans le théâtre de rue. Seul un ingrédient manque pour que le mélange opère : le potentiel subversif en principe inhérent à ce genre théâtral. Déjà, la concentration des pièces dans la ville empêche toute surprise, tout décalage entre le quotidien et l'imaginaire. La banalité de bon nombre des spectacles fait le reste.

Une sobriété injustifiée contre une gaieté surfaite

Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Bien sûr, toutes les compagnies de passage ne peuvent être logées à l'enseigne de cette médiocrité. Certaines se démarquent par leur inventivité, comme les compagnies de cirque Roue libre, ou par la part critique qu'elles ont su conserver. Dans cette dernière catégorie, on mentionnera par exemple Raphaëlle Arditti de la compagnie Matador, aussi brillante dans sa satire politique "Sarkophonie" que dans "(P)latitudes", sa nouvelle pièce où elle s'ingénie à déconstruire les discours élitistes sur l'Art.

Pour échapper à l'euphorie ambiante, c'est vers le programme officiel, le "On", qu'il faut se tourner. En plus des habitués du festival que sont Métalovoice, Kumulus, Générik Vapeur et Délices Dada, des compagnies plus éloignées du théâtre de rue ont été invitées cette année. Pour le meilleur et pour le pire. Pour le pire, surtout, si l'on s'en tient aux titres de certaines pièces. "Révolutions" des Hongrois et Allemands Akosh S. et Jörg Müller, et "Antigone d'après Antigone" de la Cie Gwenaël Morin évoquent la fin d'une ère. D'autres vont même jusqu'à suggérer la fin du monde, telles que "Droit dans le mur" de Camille Boitel, Benjamin Colin et Fantazio, "Chaos à quai, frénésie musicale" de Nicolas Frize et "Critcru" de la compagnie espagnole Porcopolis.

Mise en scène, costumes, jeu : tout ou presque distingue ces pièces de celles du "Off". Ici, quand il y a humour, et c'est rare, il s'agit d'humour noir. Mais la sobriété du "On" a beau faire impression, elle n'est pas pour autant relayée par plus de sens que les pièces décrites auparavant. Leur parti-pris moderniste se limite trop souvent à la forme et à un discours vaguement apocalyptique.

"Critcru", le comble du glauque

Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Plus que les tubes d'acier jetés en l'air dans "Révolutions", que l'orchestre déglingué de Camille Boitel, plus aussi que le concert ferroviaire de Nicolas Frize, le spectacle de Porcopolis est absurde plus qu'il ne dit l'absurde. Avec pour prétexte une réflexion sur les théories de l'évolution, la conceptrice et metteuse en scène Berta Tarragó explore l'idée qui fait du porc le successeur de l'homme dans la lignée des espèces. Ce n'est qu'à la nuit tombée que l'on peut découvrir sa création, présentée pour la première fois cette années à Aurillac.

Dès l'entrée dans la cour aménagée pour l'occasion, une image nous saisit. Enfermés dans une cage en verre, des porcs accompagnés d'une femme s'ébattent dans de la paille. Selon la voix off qui explique la situation, on aurait injecté un embryon humain à un porc. L'exploration de la cour offre d'autres visions d'un goût tout aussi douteux. Des deux côtés de l'allée qui se dessine apparaissent des femmes au regard vide, leurs enfants dans les bras. Rien de bien nouveau, quand depuis Darwin ce type d'interrogation n'a cessé d'être décliné. Seul l'artifice du glauque, de l'inquiétant, maintient alors l'attention du spectateur. Jusqu'à l'exhibition d'un homme amputé, apogée du sordide...

"Opéra d'O", un bol d'air bienvenu

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Par bonheur, l'association Ilotopie était invitée afin de présenter sa dernière création, "Opéra d'O". Là, le rêve refait surface et relègue l'apocalypse à une simple possibilité, à un songe parmi d'autres. Grâce à un savant mécanisme, un petit monde s'anime sur le lac choisi comme lieu de représentation. Avec la distance, les personnages incongrus qui émergent de l'ombre ont l'air de marionnettes aux rouages hyper précis. Comme sorties d'un cerveau d'enfant, ces créatures se dévoilent peu à peu et entament une chorégraphie. D'abord claire, cette dernière finit par s'embrouiller.

Le temps de la magie est-il révolu ? Là n'est sans doute pas le propos tenu : la féérie demeure, quand bien même les personnages s'éloignent peu à peu du rôle que leur attribuent les contes. Une ballerine se perd en des mouvements épileptiques, une fée adopte une gestuelle grotesque, un clown se perd dans ses mimiques... Des hommes à la tête de cheval, une mort lumineuse à la quête d'une proie : plus inquiétantes, ces figures disent avec subtilité le mystère de la vie et de la nature, message que la compagnie Ilotopie fait passer depuis sa création. La musique et les chants qui rythment ce ballet aquatique, de l'air d'opéra à la techno, accompagnent les oscillations entre rêve et cauchemar.

Un théâtre de rue aux contours fluctuants

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin
Mais où est donc l'élément central du festival, la rue, dans une telle proposition comme dans celle de Porcopolis ? Certes, "Opéra d'O" se déroule hors d'une salle de théâtre, mais l'interaction avec le public est nulle et le hasard inexistant. Le rapport de l'acte théâtral à l'espace est mis en question, ce qui n'est pas le cas dans "Critcru". Si le théâtre de rue n'est pas un genre aux contours figés, ces constantes participent de sa définition comme discipline à part entière.

Peut-on en modifier les frontières à l'envie, au risque de rendre inclassable la pièce ? Tant que le résultat fait sens, bien sûr, même si le théâtre de rue fait place à tout autre chose. Cela dit, le choix de l'équipe du festival d'accueillir des pièces qui outrepassent les limites de l'art de rue ne peut qu'interroger. La présence des Chiens de Navarre avec leur fameuse "Raclette", par exemple, montre que la subversion n'est pas le propre du théâtre de rue. Et que le théâtre institutionnel, en trouvant de nouveaux modes d'expression, peut lui aussi questionner le monde autant que l'art mis à l'honneur par le festival d'Aurillac.

Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.
Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.

Anaïs Heluin
Mardi 23 Août 2011


1.Posté par TARTAR(E) le 23/08/2011 10:45
Théâtre "de" salle ou théâtre "de" rue, les deux, pour la particule,
méritent qu''on leur botte le cul.
Pas de cabale entre enfants de la balle, pas de "Guerni-caca".
Au nom des trois unités, des divisions ?
Non, des multiplications !

Tartar(e)

2.Posté par MERLINOR le 25/08/2011 23:53
Topographie
Centre urbain, pas de porte, échoppe, d’abord les bouchers. Dans la rue, les charcutiers viennent après. La puanteur des tanneurs se limite aux faubourgs.

Apocalypse
Dénonçons les sorcières, capturons les handicapés, traquons les fous, donnons la chasse aux damnés de la terre, rassemblons les, et brûlons les tous en place publique. Durant quelques minutes, nous nous penserons grands, beaux et parfait, à la lumière du feu purificateur, notre vérité.

Théâtre
Tartar(e), les agences de notations n’abaisseront jamais votre note.


4.Posté par Marino94 le 26/08/2011 18:44
J'ai vu "Critcru"... pas tout compris mais pas mal aimé.
En meme temps je peux comprendre qu'on n'apprécie pas ce type de spectacle.
c'est vraiment une histoire de ressenti. Je trouve que chacun peut s'exprimer
et que l'article de Anais Heluin est bien avec des choses positives et d'autres pas !

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021