La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin

26e Festival International de Théâtre de Rue, Aurillac, Cantal

D'un côté, clowns et bateleurs en tous genres ; de l'autre, sobriété un peu empesée et discours sur la fin du monde, sur sa décadence. Radicale, cette opposition caractérise les spectacles proposés en cette année 2011 au festival d'Aurillac. Au risque du non-sens. Heureusement, quelques exceptions viennent atténuer la déception.



Déambulations insolites, spectacles à tous les coins de rue et foule serpentant d'un artiste à l'autre composent depuis 26 ans le visage du festival d'Aurillac. Cette fois encore, avec près de 450 troupes, l'amateur d'arts de rue peut aussi bien se détendre avec un quelconque blagueur au nez rouge qu'avec des artistes plus sérieux. Du moins, en théorie. La pratique, quant à elle, est plus compliquée.

Où est passée la subversion ?

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
En effet, un humour léger et sans conséquences caractérise la plupart des pièces que l'on rencontre. Au petit bonheur la chance, on navigue des sympathiques airs de fanfare de la compagnie du P'tit Vélo à ceux de la compagnie du Coin, en passant par ceux de la Fanfare à la Gueule du Ch'val. On sourit plus ou moins aux pitreries des très nombreux saltimbanques dont on oublie le nom aussitôt.

Hommes déguisés en danseuses étoiles ridicules, monologueurs égocentriques qui font défiler leur histoire, marionnettistes aux talents divers... Tout ce monde accoste joyeusement le public, comme il est de mise dans le théâtre de rue. Seul un ingrédient manque pour que le mélange opère : le potentiel subversif en principe inhérent à ce genre théâtral. Déjà, la concentration des pièces dans la ville empêche toute surprise, tout décalage entre le quotidien et l'imaginaire. La banalité de bon nombre des spectacles fait le reste.

Une sobriété injustifiée contre une gaieté surfaite

Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Bien sûr, toutes les compagnies de passage ne peuvent être logées à l'enseigne de cette médiocrité. Certaines se démarquent par leur inventivité, comme les compagnies de cirque Roue libre, ou par la part critique qu'elles ont su conserver. Dans cette dernière catégorie, on mentionnera par exemple Raphaëlle Arditti de la compagnie Matador, aussi brillante dans sa satire politique "Sarkophonie" que dans "(P)latitudes", sa nouvelle pièce où elle s'ingénie à déconstruire les discours élitistes sur l'Art.

Pour échapper à l'euphorie ambiante, c'est vers le programme officiel, le "On", qu'il faut se tourner. En plus des habitués du festival que sont Métalovoice, Kumulus, Générik Vapeur et Délices Dada, des compagnies plus éloignées du théâtre de rue ont été invitées cette année. Pour le meilleur et pour le pire. Pour le pire, surtout, si l'on s'en tient aux titres de certaines pièces. "Révolutions" des Hongrois et Allemands Akosh S. et Jörg Müller, et "Antigone d'après Antigone" de la Cie Gwenaël Morin évoquent la fin d'une ère. D'autres vont même jusqu'à suggérer la fin du monde, telles que "Droit dans le mur" de Camille Boitel, Benjamin Colin et Fantazio, "Chaos à quai, frénésie musicale" de Nicolas Frize et "Critcru" de la compagnie espagnole Porcopolis.

Mise en scène, costumes, jeu : tout ou presque distingue ces pièces de celles du "Off". Ici, quand il y a humour, et c'est rare, il s'agit d'humour noir. Mais la sobriété du "On" a beau faire impression, elle n'est pas pour autant relayée par plus de sens que les pièces décrites auparavant. Leur parti-pris moderniste se limite trop souvent à la forme et à un discours vaguement apocalyptique.

"Critcru", le comble du glauque

Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Plus que les tubes d'acier jetés en l'air dans "Révolutions", que l'orchestre déglingué de Camille Boitel, plus aussi que le concert ferroviaire de Nicolas Frize, le spectacle de Porcopolis est absurde plus qu'il ne dit l'absurde. Avec pour prétexte une réflexion sur les théories de l'évolution, la conceptrice et metteuse en scène Berta Tarragó explore l'idée qui fait du porc le successeur de l'homme dans la lignée des espèces. Ce n'est qu'à la nuit tombée que l'on peut découvrir sa création, présentée pour la première fois cette années à Aurillac.

Dès l'entrée dans la cour aménagée pour l'occasion, une image nous saisit. Enfermés dans une cage en verre, des porcs accompagnés d'une femme s'ébattent dans de la paille. Selon la voix off qui explique la situation, on aurait injecté un embryon humain à un porc. L'exploration de la cour offre d'autres visions d'un goût tout aussi douteux. Des deux côtés de l'allée qui se dessine apparaissent des femmes au regard vide, leurs enfants dans les bras. Rien de bien nouveau, quand depuis Darwin ce type d'interrogation n'a cessé d'être décliné. Seul l'artifice du glauque, de l'inquiétant, maintient alors l'attention du spectateur. Jusqu'à l'exhibition d'un homme amputé, apogée du sordide...

"Opéra d'O", un bol d'air bienvenu

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Par bonheur, l'association Ilotopie était invitée afin de présenter sa dernière création, "Opéra d'O". Là, le rêve refait surface et relègue l'apocalypse à une simple possibilité, à un songe parmi d'autres. Grâce à un savant mécanisme, un petit monde s'anime sur le lac choisi comme lieu de représentation. Avec la distance, les personnages incongrus qui émergent de l'ombre ont l'air de marionnettes aux rouages hyper précis. Comme sorties d'un cerveau d'enfant, ces créatures se dévoilent peu à peu et entament une chorégraphie. D'abord claire, cette dernière finit par s'embrouiller.

Le temps de la magie est-il révolu ? Là n'est sans doute pas le propos tenu : la féérie demeure, quand bien même les personnages s'éloignent peu à peu du rôle que leur attribuent les contes. Une ballerine se perd en des mouvements épileptiques, une fée adopte une gestuelle grotesque, un clown se perd dans ses mimiques... Des hommes à la tête de cheval, une mort lumineuse à la quête d'une proie : plus inquiétantes, ces figures disent avec subtilité le mystère de la vie et de la nature, message que la compagnie Ilotopie fait passer depuis sa création. La musique et les chants qui rythment ce ballet aquatique, de l'air d'opéra à la techno, accompagnent les oscillations entre rêve et cauchemar.

Un théâtre de rue aux contours fluctuants

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin
Mais où est donc l'élément central du festival, la rue, dans une telle proposition comme dans celle de Porcopolis ? Certes, "Opéra d'O" se déroule hors d'une salle de théâtre, mais l'interaction avec le public est nulle et le hasard inexistant. Le rapport de l'acte théâtral à l'espace est mis en question, ce qui n'est pas le cas dans "Critcru". Si le théâtre de rue n'est pas un genre aux contours figés, ces constantes participent de sa définition comme discipline à part entière.

Peut-on en modifier les frontières à l'envie, au risque de rendre inclassable la pièce ? Tant que le résultat fait sens, bien sûr, même si le théâtre de rue fait place à tout autre chose. Cela dit, le choix de l'équipe du festival d'accueillir des pièces qui outrepassent les limites de l'art de rue ne peut qu'interroger. La présence des Chiens de Navarre avec leur fameuse "Raclette", par exemple, montre que la subversion n'est pas le propre du théâtre de rue. Et que le théâtre institutionnel, en trouvant de nouveaux modes d'expression, peut lui aussi questionner le monde autant que l'art mis à l'honneur par le festival d'Aurillac.

Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.
Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.

Anaïs Heluin
Mardi 23 Août 2011


1.Posté par TARTAR(E) le 23/08/2011 10:45
Théâtre "de" salle ou théâtre "de" rue, les deux, pour la particule,
méritent qu''on leur botte le cul.
Pas de cabale entre enfants de la balle, pas de "Guerni-caca".
Au nom des trois unités, des divisions ?
Non, des multiplications !

Tartar(e)

2.Posté par MERLINOR le 25/08/2011 23:53
Topographie
Centre urbain, pas de porte, échoppe, d’abord les bouchers. Dans la rue, les charcutiers viennent après. La puanteur des tanneurs se limite aux faubourgs.

Apocalypse
Dénonçons les sorcières, capturons les handicapés, traquons les fous, donnons la chasse aux damnés de la terre, rassemblons les, et brûlons les tous en place publique. Durant quelques minutes, nous nous penserons grands, beaux et parfait, à la lumière du feu purificateur, notre vérité.

Théâtre
Tartar(e), les agences de notations n’abaisseront jamais votre note.


4.Posté par Marino94 le 26/08/2011 18:44
J'ai vu "Critcru"... pas tout compris mais pas mal aimé.
En meme temps je peux comprendre qu'on n'apprécie pas ce type de spectacle.
c'est vraiment une histoire de ressenti. Je trouve que chacun peut s'exprimer
et que l'article de Anais Heluin est bien avec des choses positives et d'autres pas !

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019