La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin

26e Festival International de Théâtre de Rue, Aurillac, Cantal

D'un côté, clowns et bateleurs en tous genres ; de l'autre, sobriété un peu empesée et discours sur la fin du monde, sur sa décadence. Radicale, cette opposition caractérise les spectacles proposés en cette année 2011 au festival d'Aurillac. Au risque du non-sens. Heureusement, quelques exceptions viennent atténuer la déception.



Déambulations insolites, spectacles à tous les coins de rue et foule serpentant d'un artiste à l'autre composent depuis 26 ans le visage du festival d'Aurillac. Cette fois encore, avec près de 450 troupes, l'amateur d'arts de rue peut aussi bien se détendre avec un quelconque blagueur au nez rouge qu'avec des artistes plus sérieux. Du moins, en théorie. La pratique, quant à elle, est plus compliquée.

Où est passée la subversion ?

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
En effet, un humour léger et sans conséquences caractérise la plupart des pièces que l'on rencontre. Au petit bonheur la chance, on navigue des sympathiques airs de fanfare de la compagnie du P'tit Vélo à ceux de la compagnie du Coin, en passant par ceux de la Fanfare à la Gueule du Ch'val. On sourit plus ou moins aux pitreries des très nombreux saltimbanques dont on oublie le nom aussitôt.

Hommes déguisés en danseuses étoiles ridicules, monologueurs égocentriques qui font défiler leur histoire, marionnettistes aux talents divers... Tout ce monde accoste joyeusement le public, comme il est de mise dans le théâtre de rue. Seul un ingrédient manque pour que le mélange opère : le potentiel subversif en principe inhérent à ce genre théâtral. Déjà, la concentration des pièces dans la ville empêche toute surprise, tout décalage entre le quotidien et l'imaginaire. La banalité de bon nombre des spectacles fait le reste.

Une sobriété injustifiée contre une gaieté surfaite

Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Kumulus, "Silence encombrant", Aurillac 2011 © Jean-Pierre Estournet.
Bien sûr, toutes les compagnies de passage ne peuvent être logées à l'enseigne de cette médiocrité. Certaines se démarquent par leur inventivité, comme les compagnies de cirque Roue libre, ou par la part critique qu'elles ont su conserver. Dans cette dernière catégorie, on mentionnera par exemple Raphaëlle Arditti de la compagnie Matador, aussi brillante dans sa satire politique "Sarkophonie" que dans "(P)latitudes", sa nouvelle pièce où elle s'ingénie à déconstruire les discours élitistes sur l'Art.

Pour échapper à l'euphorie ambiante, c'est vers le programme officiel, le "On", qu'il faut se tourner. En plus des habitués du festival que sont Métalovoice, Kumulus, Générik Vapeur et Délices Dada, des compagnies plus éloignées du théâtre de rue ont été invitées cette année. Pour le meilleur et pour le pire. Pour le pire, surtout, si l'on s'en tient aux titres de certaines pièces. "Révolutions" des Hongrois et Allemands Akosh S. et Jörg Müller, et "Antigone d'après Antigone" de la Cie Gwenaël Morin évoquent la fin d'une ère. D'autres vont même jusqu'à suggérer la fin du monde, telles que "Droit dans le mur" de Camille Boitel, Benjamin Colin et Fantazio, "Chaos à quai, frénésie musicale" de Nicolas Frize et "Critcru" de la compagnie espagnole Porcopolis.

Mise en scène, costumes, jeu : tout ou presque distingue ces pièces de celles du "Off". Ici, quand il y a humour, et c'est rare, il s'agit d'humour noir. Mais la sobriété du "On" a beau faire impression, elle n'est pas pour autant relayée par plus de sens que les pièces décrites auparavant. Leur parti-pris moderniste se limite trop souvent à la forme et à un discours vaguement apocalyptique.

"Critcru", le comble du glauque

Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Porcopolis, Cercle des Arts et Sciences Fiction, "Critcru", Aurillac 2011 © Matthieu Dussol.
Plus que les tubes d'acier jetés en l'air dans "Révolutions", que l'orchestre déglingué de Camille Boitel, plus aussi que le concert ferroviaire de Nicolas Frize, le spectacle de Porcopolis est absurde plus qu'il ne dit l'absurde. Avec pour prétexte une réflexion sur les théories de l'évolution, la conceptrice et metteuse en scène Berta Tarragó explore l'idée qui fait du porc le successeur de l'homme dans la lignée des espèces. Ce n'est qu'à la nuit tombée que l'on peut découvrir sa création, présentée pour la première fois cette années à Aurillac.

Dès l'entrée dans la cour aménagée pour l'occasion, une image nous saisit. Enfermés dans une cage en verre, des porcs accompagnés d'une femme s'ébattent dans de la paille. Selon la voix off qui explique la situation, on aurait injecté un embryon humain à un porc. L'exploration de la cour offre d'autres visions d'un goût tout aussi douteux. Des deux côtés de l'allée qui se dessine apparaissent des femmes au regard vide, leurs enfants dans les bras. Rien de bien nouveau, quand depuis Darwin ce type d'interrogation n'a cessé d'être décliné. Seul l'artifice du glauque, de l'inquiétant, maintient alors l'attention du spectateur. Jusqu'à l'exhibition d'un homme amputé, apogée du sordide...

"Opéra d'O", un bol d'air bienvenu

Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Ilotopie, "Opéra d'O - Hommage aux Oxymores", Aurillac 2011 © Vincent Muteau.
Par bonheur, l'association Ilotopie était invitée afin de présenter sa dernière création, "Opéra d'O". Là, le rêve refait surface et relègue l'apocalypse à une simple possibilité, à un songe parmi d'autres. Grâce à un savant mécanisme, un petit monde s'anime sur le lac choisi comme lieu de représentation. Avec la distance, les personnages incongrus qui émergent de l'ombre ont l'air de marionnettes aux rouages hyper précis. Comme sorties d'un cerveau d'enfant, ces créatures se dévoilent peu à peu et entament une chorégraphie. D'abord claire, cette dernière finit par s'embrouiller.

Le temps de la magie est-il révolu ? Là n'est sans doute pas le propos tenu : la féérie demeure, quand bien même les personnages s'éloignent peu à peu du rôle que leur attribuent les contes. Une ballerine se perd en des mouvements épileptiques, une fée adopte une gestuelle grotesque, un clown se perd dans ses mimiques... Des hommes à la tête de cheval, une mort lumineuse à la quête d'une proie : plus inquiétantes, ces figures disent avec subtilité le mystère de la vie et de la nature, message que la compagnie Ilotopie fait passer depuis sa création. La musique et les chants qui rythment ce ballet aquatique, de l'air d'opéra à la techno, accompagnent les oscillations entre rêve et cauchemar.

Un théâtre de rue aux contours fluctuants

Festival d'Aurillac 2011 : apocalypse sur air badin
Mais où est donc l'élément central du festival, la rue, dans une telle proposition comme dans celle de Porcopolis ? Certes, "Opéra d'O" se déroule hors d'une salle de théâtre, mais l'interaction avec le public est nulle et le hasard inexistant. Le rapport de l'acte théâtral à l'espace est mis en question, ce qui n'est pas le cas dans "Critcru". Si le théâtre de rue n'est pas un genre aux contours figés, ces constantes participent de sa définition comme discipline à part entière.

Peut-on en modifier les frontières à l'envie, au risque de rendre inclassable la pièce ? Tant que le résultat fait sens, bien sûr, même si le théâtre de rue fait place à tout autre chose. Cela dit, le choix de l'équipe du festival d'accueillir des pièces qui outrepassent les limites de l'art de rue ne peut qu'interroger. La présence des Chiens de Navarre avec leur fameuse "Raclette", par exemple, montre que la subversion n'est pas le propre du théâtre de rue. Et que le théâtre institutionnel, en trouvant de nouveaux modes d'expression, peut lui aussi questionner le monde autant que l'art mis à l'honneur par le festival d'Aurillac.

Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.
Métalovoice, "Espèce H", Aurillac 2011 © Michel Palus.

Anaïs Heluin
Mardi 23 Août 2011


1.Posté par TARTAR(E) le 23/08/2011 10:45
Théâtre "de" salle ou théâtre "de" rue, les deux, pour la particule,
méritent qu''on leur botte le cul.
Pas de cabale entre enfants de la balle, pas de "Guerni-caca".
Au nom des trois unités, des divisions ?
Non, des multiplications !

Tartar(e)

2.Posté par MERLINOR le 25/08/2011 23:53
Topographie
Centre urbain, pas de porte, échoppe, d’abord les bouchers. Dans la rue, les charcutiers viennent après. La puanteur des tanneurs se limite aux faubourgs.

Apocalypse
Dénonçons les sorcières, capturons les handicapés, traquons les fous, donnons la chasse aux damnés de la terre, rassemblons les, et brûlons les tous en place publique. Durant quelques minutes, nous nous penserons grands, beaux et parfait, à la lumière du feu purificateur, notre vérité.

Théâtre
Tartar(e), les agences de notations n’abaisseront jamais votre note.


4.Posté par Marino94 le 26/08/2011 18:44
J'ai vu "Critcru"... pas tout compris mais pas mal aimé.
En meme temps je peux comprendre qu'on n'apprécie pas ce type de spectacle.
c'est vraiment une histoire de ressenti. Je trouve que chacun peut s'exprimer
et que l'article de Anais Heluin est bien avec des choses positives et d'autres pas !

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022