La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Trente-Trente "‘Sto:Riz", "Au-delà, vu d'ici", "Époque", danse en trois temps, sarabandes déliées

C'est à un parcours chorégraphié reliant trois lieux bordelais marqués du sceau d'une originalité faisant fi des attendus ordinaires - L'Atelier des Marches, le Marché de Lerme, La Manufacture CDCN - que nous convie ce soir-là le festival sans tabou de Jean-Luc Terrade.



"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
Privé, faute d'avoir pu trouver localement une salle acceptant de l'accueillir, de la programmation de Steven Cohen (sulfureux performeur, chorégraphe, danseur et plasticien originaire d'Afrique du Sud), le Festival présente bien d'autres cordes à son art. Ainsi du talentueux et indomptable danseur chorégraphe brésilien, Volmir Cordeiro, dont "l'invention du corps selon ses désirs" déjoue à l'envi toute tentative de normalisation de la pensée.

"‘Sto:Riz", de Joachim Maudet, Cie les Vagues, expose deux corps (l'un et l'une) qui, main dans la main, yeux la plupart du temps fermés sur le monde réel, vont découvrir au ralenti les mystères cachés de la mécanique humaine. Leur exploration chorégraphiée au millimètre, toute en nuances, y compris dans les émanations et fragrances que le corps peut laisser échapper (rires brefs, doux ronflements, cris étouffés, bave et plus si affinités), remet en scène - non sans un humour décalé - le vivant enfoui.

Une héroïque séquence de langues vivantes, surgissant de bouches béantes, rompt la monotonie répétitive d'une performance qui, après avoir d'entrée surpris par son originalité "ventriloqueste", finirait par lasser. Comme si, au-delà de sa créativité indéniable, il lui manquait un carburant suffisant pour tenir la longueur.

"Au-delà, vu d'ici" © Pierre Planchenault.
"Au-delà, vu d'ici" © Pierre Planchenault.
"Au-delà, vu d'ici", de la Cie La Cavale, offre un parquet nu à "habiter" par une danseuse au port hiératique. Cernée de chaque côté du quadrilatère de bois par les spectateurs se laissant progressivement gagner par sa présence aux effets hypnotiques, elle entreprend une traversée onirique d'un espace prenant vie sous l'impulsion d'un corps dont les plus infimes résonances vibratoires sont captées par des micros placés sous le dance floor. Tantôt repliée au sol, tantôt en extension dans l'espace, glissant à l'horizontal, en élévation, elle évolue en lien avec les sons corrélés d'une table de mixage distillant une nappe sonore l'enveloppant.

Ainsi, alternant les figures semblant répondre chacune à une nécessité lovée au creux d'elle-même, immobile ou prise dans une vague la roulant dans ses flots, se soulevant sur un bras comme le ferait une figure de proue fière et déterminée, plaquée à terre sous l'effet de la tourmente qui l'assaille, elle est traversée par les accents apaisants ou discordants de la musique électronique faisant corps avec elle.

"Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?", ce vers de Lamartine extrait de son recueil Harmonies poétiques pourrait "exprimer", comme on le dirait d'un parfum, l'essence de l'alchimie à l'œuvre. En effet, ce sont nos émotions les plus secrètes que mobilise ce ballet subtil interprété par une officiante vêtue d'or et de noir, et qui, par la grâce de sa présence lumineuse, donne vie au plancher de danse. Sans jamais se départir de la grâce qui l'habite, elle accomplit son odyssée sonore avec une sensibilité troublante. Un délicat moment "d'harmonie poétique", une fête des sens à savourer pudiquement, ou pas, à sa guise.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque", de Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán, d'emblée extirpe chacun de sa zone de confort artistique. En effet, au vu du décor décalé - une guirlande de fleurs sagement alignées en fond de plateau évoquant un ballet ringard - et des deux créatures "art- typiques" se tenant immobiles dos à lui, on pressent que la cérémonie chorégraphiée va réserver quelques surprises… Doux euphémisme au regard de cette traversée incandescente du XXe siècle féministe mettant en abyme quelques-unes de ses figures de proue, au premier rang desquelles Joséphine Baker sans omettre la très sulfureuse Anita Berber et ses "Danses du vice, de l'horreur et de l'extase".

L'homme au crâne rasé et au sourire énigmatique, vêtu d'une robe noire qu'il lisse timidement avec grande application sur ses jambes, dont l'une est gainée d'un bas bariolé, trouble d'emblée par l'inquiétante étrangeté qui s'en échappe. En effet, il semble réunir dans le même corps, la gestuelle dictée à la gent féminine par la domination patriarcale distribuant de manière outrageusement clivée les postures attendues de chaque sexe, et, dans le même temps, une critique au vitriol de ces clichés d'un autre temps. Quant à la femme, elle exhibe fièrement sa féminité dans une tenue de boxeuse prête à faire le coup de poing.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
Quand ils s'animent, nous toisant du regard, ils explorent en parallèle leurs corps respectifs, posant ostensiblement la main sur leurs parties génitales, embrassant à pleine bouche voluptueuse leurs doigts. Quand sortant de toute "réserve", l'homme saute en l'air, sa robe remonte sur ses cuisses libérant alors des attributs masculins manifestes, la femme, elle, cognant sur le sol et les murs tel un fier-à-bras, les deux affichant des grimaces simiesques tout en tendant ostentatoirement la main vers le public pour faire mine d'obtenir quelques sous récompensant leurs pitreries à haute valeur désacralisante.

Parodier, déstructurer, travailler au corps les visions établies pour les faire imploser joyeusement de l'intérieur, tel est l'objet du projet "scandaleux" questionnant non seulement les valeurs conservatrices de la société, mais aussi celles de "l'idéal de la danse". La mécanique libératrice s'emballe sans jamais fléchir jusqu'à la ludique "mise à nu" des protagonistes d'une pièce où l'esprit libertaire corrosif vient déconstruire tous les attendus des genres, y compris de celui chorégraphié. Quant à la scène des saluts déclinés en boucle, elle mériterait amplement ici s'il n'était galvaudé le qualificatif de "jubilatoire".

Un très grand moment de liberté artistique recouvrée, ponctuée de gentillets bras d'honneur, minauderies, selfies et autres citations (ir)respectueuses, pour in fine donner lieu à un défilé de pancartes arborant "Fora Bolsonaro ! Dégage Bolsonaro !"… rappelant ainsi aux distraits que l'Art peut être aussi pour les artistes (qui en font profession) et les spectateurs (qui en sont les regardeurs actifs) une manière de résister au totalitarisme, sous tous ses visages et toutes ses latitudes, et ce, quelle que soit l'Époque.

"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
Vu dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021), lors du Parcours du samedi 19 juin.

"‘Sto:Riz"
De Joachim Maudet, Cie les Vagues.
Création 2019.

À L'Atelier des Marches, Le Bouscat (17 h).
Chorégraphie : Joachim Maudet.
Avec : Sophie Lèbre et Joachim Maudet.
Durée : 35 minutes.

"Au-delà, vu d'ici"
De la Cie La Cavale.
Création 2021.

Au Marché de Lerme, Bordeaux (18 h 30).
Conception, chorégraphie, interprétation : Julie Coutant.
Conception, chorégraphie : Éric Fessenmeyer.
Conception installation sonore : Thomas Sillard.
Régie, jeu (en alternance) : Thomas Sillard, Raphaël Guitton.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
Construction dispositif scénographique : Daniel Péraud.
Conception dispositif lumière : Éric Seldubuisson.
Regard complice : Anthony Thibault.
Durée : 35 minutes.

"Époque"
De Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán.
Création 2015.

À La Manufacture CDCN, Bordeaux (20 h 15).
Chorégraphie, interprétation : Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán.
Création lumière : Maël Guiblin.
Durée : 40 minutes.

Yves Kafka
Jeudi 24 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021