La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Trente-Trente "‘Sto:Riz", "Au-delà, vu d'ici", "Époque", danse en trois temps, sarabandes déliées

C'est à un parcours chorégraphié reliant trois lieux bordelais marqués du sceau d'une originalité faisant fi des attendus ordinaires - L'Atelier des Marches, le Marché de Lerme, La Manufacture CDCN - que nous convie ce soir-là le festival sans tabou de Jean-Luc Terrade.



"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
Privé, faute d'avoir pu trouver localement une salle acceptant de l'accueillir, de la programmation de Steven Cohen (sulfureux performeur, chorégraphe, danseur et plasticien originaire d'Afrique du Sud), le Festival présente bien d'autres cordes à son art. Ainsi du talentueux et indomptable danseur chorégraphe brésilien, Volmir Cordeiro, dont "l'invention du corps selon ses désirs" déjoue à l'envi toute tentative de normalisation de la pensée.

"‘Sto:Riz", de Joachim Maudet, Cie les Vagues, expose deux corps (l'un et l'une) qui, main dans la main, yeux la plupart du temps fermés sur le monde réel, vont découvrir au ralenti les mystères cachés de la mécanique humaine. Leur exploration chorégraphiée au millimètre, toute en nuances, y compris dans les émanations et fragrances que le corps peut laisser échapper (rires brefs, doux ronflements, cris étouffés, bave et plus si affinités), remet en scène - non sans un humour décalé - le vivant enfoui.

Une héroïque séquence de langues vivantes, surgissant de bouches béantes, rompt la monotonie répétitive d'une performance qui, après avoir d'entrée surpris par son originalité "ventriloqueste", finirait par lasser. Comme si, au-delà de sa créativité indéniable, il lui manquait un carburant suffisant pour tenir la longueur.

"Au-delà, vu d'ici" © Pierre Planchenault.
"Au-delà, vu d'ici" © Pierre Planchenault.
"Au-delà, vu d'ici", de la Cie La Cavale, offre un parquet nu à "habiter" par une danseuse au port hiératique. Cernée de chaque côté du quadrilatère de bois par les spectateurs se laissant progressivement gagner par sa présence aux effets hypnotiques, elle entreprend une traversée onirique d'un espace prenant vie sous l'impulsion d'un corps dont les plus infimes résonances vibratoires sont captées par des micros placés sous le dance floor. Tantôt repliée au sol, tantôt en extension dans l'espace, glissant à l'horizontal, en élévation, elle évolue en lien avec les sons corrélés d'une table de mixage distillant une nappe sonore l'enveloppant.

Ainsi, alternant les figures semblant répondre chacune à une nécessité lovée au creux d'elle-même, immobile ou prise dans une vague la roulant dans ses flots, se soulevant sur un bras comme le ferait une figure de proue fière et déterminée, plaquée à terre sous l'effet de la tourmente qui l'assaille, elle est traversée par les accents apaisants ou discordants de la musique électronique faisant corps avec elle.

"Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?", ce vers de Lamartine extrait de son recueil Harmonies poétiques pourrait "exprimer", comme on le dirait d'un parfum, l'essence de l'alchimie à l'œuvre. En effet, ce sont nos émotions les plus secrètes que mobilise ce ballet subtil interprété par une officiante vêtue d'or et de noir, et qui, par la grâce de sa présence lumineuse, donne vie au plancher de danse. Sans jamais se départir de la grâce qui l'habite, elle accomplit son odyssée sonore avec une sensibilité troublante. Un délicat moment "d'harmonie poétique", une fête des sens à savourer pudiquement, ou pas, à sa guise.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque", de Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán, d'emblée extirpe chacun de sa zone de confort artistique. En effet, au vu du décor décalé - une guirlande de fleurs sagement alignées en fond de plateau évoquant un ballet ringard - et des deux créatures "art- typiques" se tenant immobiles dos à lui, on pressent que la cérémonie chorégraphiée va réserver quelques surprises… Doux euphémisme au regard de cette traversée incandescente du XXe siècle féministe mettant en abyme quelques-unes de ses figures de proue, au premier rang desquelles Joséphine Baker sans omettre la très sulfureuse Anita Berber et ses "Danses du vice, de l'horreur et de l'extase".

L'homme au crâne rasé et au sourire énigmatique, vêtu d'une robe noire qu'il lisse timidement avec grande application sur ses jambes, dont l'une est gainée d'un bas bariolé, trouble d'emblée par l'inquiétante étrangeté qui s'en échappe. En effet, il semble réunir dans le même corps, la gestuelle dictée à la gent féminine par la domination patriarcale distribuant de manière outrageusement clivée les postures attendues de chaque sexe, et, dans le même temps, une critique au vitriol de ces clichés d'un autre temps. Quant à la femme, elle exhibe fièrement sa féminité dans une tenue de boxeuse prête à faire le coup de poing.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
Quand ils s'animent, nous toisant du regard, ils explorent en parallèle leurs corps respectifs, posant ostensiblement la main sur leurs parties génitales, embrassant à pleine bouche voluptueuse leurs doigts. Quand sortant de toute "réserve", l'homme saute en l'air, sa robe remonte sur ses cuisses libérant alors des attributs masculins manifestes, la femme, elle, cognant sur le sol et les murs tel un fier-à-bras, les deux affichant des grimaces simiesques tout en tendant ostentatoirement la main vers le public pour faire mine d'obtenir quelques sous récompensant leurs pitreries à haute valeur désacralisante.

Parodier, déstructurer, travailler au corps les visions établies pour les faire imploser joyeusement de l'intérieur, tel est l'objet du projet "scandaleux" questionnant non seulement les valeurs conservatrices de la société, mais aussi celles de "l'idéal de la danse". La mécanique libératrice s'emballe sans jamais fléchir jusqu'à la ludique "mise à nu" des protagonistes d'une pièce où l'esprit libertaire corrosif vient déconstruire tous les attendus des genres, y compris de celui chorégraphié. Quant à la scène des saluts déclinés en boucle, elle mériterait amplement ici s'il n'était galvaudé le qualificatif de "jubilatoire".

Un très grand moment de liberté artistique recouvrée, ponctuée de gentillets bras d'honneur, minauderies, selfies et autres citations (ir)respectueuses, pour in fine donner lieu à un défilé de pancartes arborant "Fora Bolsonaro ! Dégage Bolsonaro !"… rappelant ainsi aux distraits que l'Art peut être aussi pour les artistes (qui en font profession) et les spectateurs (qui en sont les regardeurs actifs) une manière de résister au totalitarisme, sous tous ses visages et toutes ses latitudes, et ce, quelle que soit l'Époque.

"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
"‘Sto:Riz" © Pierre Planchenault.
Vu dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021), lors du Parcours du samedi 19 juin.

"‘Sto:Riz"
De Joachim Maudet, Cie les Vagues.
Création 2019.

À L'Atelier des Marches, Le Bouscat (17 h).
Chorégraphie : Joachim Maudet.
Avec : Sophie Lèbre et Joachim Maudet.
Durée : 35 minutes.

"Au-delà, vu d'ici"
De la Cie La Cavale.
Création 2021.

Au Marché de Lerme, Bordeaux (18 h 30).
Conception, chorégraphie, interprétation : Julie Coutant.
Conception, chorégraphie : Éric Fessenmeyer.
Conception installation sonore : Thomas Sillard.
Régie, jeu (en alternance) : Thomas Sillard, Raphaël Guitton.

"Époque" © Pierre Planchenault.
"Époque" © Pierre Planchenault.
Construction dispositif scénographique : Daniel Péraud.
Conception dispositif lumière : Éric Seldubuisson.
Regard complice : Anthony Thibault.
Durée : 35 minutes.

"Époque"
De Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán.
Création 2015.

À La Manufacture CDCN, Bordeaux (20 h 15).
Chorégraphie, interprétation : Volmir Cordeiro et Marcela Santander Corvalán.
Création lumière : Maël Guiblin.
Durée : 40 minutes.

Yves Kafka
Jeudi 24 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022