La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Trente Trente "Nartiste", "En Outre", "I.O", "Lontano", des circassiens en recherche… et une roue Cyr flamboyante en guise de point final

Pour conclure la 19e édition des Rencontres de la forme courte en Nouvelle-Aquitaine, un bus avait été affrété reliant Bordeaux à L'Agora-Pôle National Cirque de Boulazac en Dordogne. Là, nous attendaient quatre performances toutes frappées du sceau d'une recherche échappant aux attendus du genre, l'une d'entre elles cependant se détachant du lot… Bouquet final d'un festival ayant ménagé une pléiade de sensations fortes, "Lontano" nous a particulièrement "enrôlés" tant les prouesses de la circassienne, domptant sa roue Cyr avec une énergie sans commune mesure, furent de nature à ravir nos sens.



"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste", de et avec Jérôme Galan. Quand un artiste circassien n'ayant pas froid aux yeux transgresse allègrement le réel pour se mirer dans le miroir central où se dresse habituellement le mât chinois, Narcisse et lui ne font plus qu'un… Le mot-valise du rôle-titre naît de cette rencontre improbable entre un voltigeur défiant les lois de la gravité et un espace circulaire propre à "réfléchir" sa recherche.

Comme le ferait un papillon de nuit attiré par la lumière, Nartiste s'emploie à tourner autour d'elle avant de s'élancer vers sa source hautement située. Suspendu alors à des sangles qu'il manipule comme autant de poulies le hissant vers le Graal, il tournoie en tous sens, accroché par les pieds, tête en bas se reflétant en son beau miroir… Ainsi, virevoltant comme une flamme, son corps réfléchi se fond dans la petite musique aérienne. Une recherche poétique d'une grâce prométhéenne prometteuse…

"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre", de et avec, Marie Jolet et Julien Vadet. Complices comme pas deux, Marie et Julien - ainsi ensemble saluent-ils leur public - instillent à tour de rôle réflexions et actions remettant en cause l'ordre immuable du monde… Invité à entrer de plain-pied dans les coulisses de leur création à vue, on assiste aux étapes du nouveau process. Comme une voix off qui commenterait en direct les réflexions de la circassienne, elle analyse à haute voix la pseudo-fragilité de son corps féminin confronté à celui imposant du circassien. Actant cette découverte, c'est à elle à qui reviendra désormais le privilège de porter sur ses jambes-piliers tendues en l'air le poids de son partenaire assis sur son trône.

Femme puissante, elle le sera aussi dans les tableaux vivants qui s'ensuivent où, quoique plus menue que lui, c'est elle qui prendra soin du porter, renversant de la sorte les propositions conventionnelles. Avec humour et tendresse, en toute complicité, le couple construit avec application un nouvel espace ludique ouvrant sur un autre type de relations entre circassien et circassienne… Débordant le cadre de la piste de cirque, c'est la relation entre hommes et femmes qui se trouve ainsi "innocemment", mais inflexiblement, questionnée.

"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O", de et avec Jani Nuutinen. Émergeant de l'ombre qui le recouvrait, un géant barbu à l'air débonnaire, portant deux jarres en verre accrochées à chaque extrémité d'une grande perche posée en équilibre sur son épaule, pourrait faire penser à un porteur d'eau sorti des brumes d'un conte nordique… Très vite, il se déleste de ses récipients pour faire de sa perche (I) et d'un cerceau (O) les instruments dont il joue pour créer un monde de sensations visuelles et sonores. Entre ses mains magiques, la perche en bois dotée d'une petite fourche métallique à son extrémité devient le bâton d'un sorcier domptant un cerceau métallique auquel il imprime des figures, au sol ou aériennes, avec lesquelles son corps compose.

Alchimie de mouvements mise en valeur par un jeu subtil de lumières et d'ombres que la musique envoûtante et répétitive, associée aux grincements métalliques de la fourche et du cerceau, rend encore plus suave. Si la répétition des mêmes figures nimbées de jeux de lumières et soutenues par des sons enivrants crée sans conteste un effet hypnotique désirable, elle n'est pas sans créer non plus une certaine lassitude… Comme si une attente restait en suspens…

"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" de Marica Marinoni et Juan Ignacio Tula constitue sans nul doute le clou de cette soirée circassienne, alliant qualité d'exécution et engagement total dans un trip hallucinatoire. Irrésistiblement aspirés par le combat - c'en est un - que la circassienne livre avec sa roue Cyr, tantôt vécue comme une alliée lui permettant d'aller toujours "plus loin" dans l'exploration de l'espace et de ses propres capacités remises en jeu, tantôt comme une rivale qu'il convient coûte que coûte de soumettre à sa volonté, nous vivons cette joute aux confins de ses forces comme étant la nôtre. Il faut dire que dans cet exercice Marica Marinoni excelle, tant le rapport sensible et puissant qu'elle entretient avec son instrument est époustouflant.

Apprivoisant la roue Cyr, elle lui insuffle des mouvements légers avant de faire corps littéralement avec elle pour faire voler en éclats les lois de la pesanteur terrestre. Et lorsque, telle une bête sauvage, cette dernière lui échappe, la lutte "organique" en devient plus âpre. Jusqu'à la boxer. Jusqu'à épuisement. Au sol et exténuée, la circassienne reprend son souffle… avant de se saisir à nouveau de sa monture, de la chevaucher afin de se propulser grâce à elle dans un monde vertigineux.

Les acclamations diffusées résonnent alors comme les vivats de spectateurs saluant la victoire de sa protégée dans ce corps-à-corps dantesque, amplifié encore par les musiques stéréoscopiques et les arias d'opéra. Une "lutte vitale" aux limites de l'extrême pour glorifier le combat de toute vie engagée hors des sentiers tracés. Un condensé au final de ce que fut ce festival nous ayant conduits vers des horizons sans commune attente.

Ces quatre spectacles ont été vus dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole-Boulazac le jeudi 10 février 2022 à l'Agora PNC Boulazac. Le premier sous chapiteau, plaine de Lamoura, à 19 h 40, le deuxième au Cube Cirque à 20 h, les troisième et quatrième à l'Auditorium, successivement à 21 h 30 et 22 h 10.

"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste"
Étape de travail.
Création prévue en octobre 2022.
Cirque - Sangles aériennes - Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux).
De et avec : Jérôme Galan.
Régisseuse générale : Zélie Abadie.
Créateur son : Paul Galéron.
Créateur lumière : Yann Martinez.
Production Compagnie Quotidienne.
Durée : 10 minutes.

"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre"
Création - Cirque - Île-de-France (Paris).
De et avec : Marie Jolet et Julien Vadet.
Aidé de : Bastien Mignot, Frédéric Arsenault , Arnaud Ferrera et Lauriane Houbey.
Produit par Full Full avec Manon Durieux.
Durée : 40 minutes.

"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O"
Cirque - Nouvelle-Aquitaine (Nexon).
Conception, scénographie et mise en scène : Jani Nuutinen.
Interprétation : Jani Nuutinen.
Costume, lumière : Jani Nuutinen.
Collaboration à la mise en scène, chorégraphie : Julia Christ.
Création musicale : Cosmic Neman.
Conseillers techniques : Gautier Devoucoux et Chloé Levoy.
Réalisations électroniques : Marin Scot.
Production Circo Aereo.
Durée : 30 minutes.

"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano"
Étape de travail.
Création prévue en mars 2022.
Cirque - Roue Cyr - Auvergne-Rhône-Alpes (Lyon).
Co-création : Marica Marinoni et Juan Ignacio Tula.
Avec : Marica Marinoni.
Création lumière : Jérémie Cusenier.
Création sonore : Estelle Lembert.
Création costumes : Gwladys Duthil.
Compagnie 7Bis.
Durée : 20 minutes.

Festival Trente Trente,
19e Rencontres de la forme courte dans les arts vivants.

Se sont déroulées du 18 janvier au 10 février 2022.
>> trentetrente.com

Yves Kafka
Jeudi 24 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022