La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Trente Trente "Nartiste", "En Outre", "I.O", "Lontano", des circassiens en recherche… et une roue Cyr flamboyante en guise de point final

Pour conclure la 19e édition des Rencontres de la forme courte en Nouvelle-Aquitaine, un bus avait été affrété reliant Bordeaux à L'Agora-Pôle National Cirque de Boulazac en Dordogne. Là, nous attendaient quatre performances toutes frappées du sceau d'une recherche échappant aux attendus du genre, l'une d'entre elles cependant se détachant du lot… Bouquet final d'un festival ayant ménagé une pléiade de sensations fortes, "Lontano" nous a particulièrement "enrôlés" tant les prouesses de la circassienne, domptant sa roue Cyr avec une énergie sans commune mesure, furent de nature à ravir nos sens.



"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste", de et avec Jérôme Galan. Quand un artiste circassien n'ayant pas froid aux yeux transgresse allègrement le réel pour se mirer dans le miroir central où se dresse habituellement le mât chinois, Narcisse et lui ne font plus qu'un… Le mot-valise du rôle-titre naît de cette rencontre improbable entre un voltigeur défiant les lois de la gravité et un espace circulaire propre à "réfléchir" sa recherche.

Comme le ferait un papillon de nuit attiré par la lumière, Nartiste s'emploie à tourner autour d'elle avant de s'élancer vers sa source hautement située. Suspendu alors à des sangles qu'il manipule comme autant de poulies le hissant vers le Graal, il tournoie en tous sens, accroché par les pieds, tête en bas se reflétant en son beau miroir… Ainsi, virevoltant comme une flamme, son corps réfléchi se fond dans la petite musique aérienne. Une recherche poétique d'une grâce prométhéenne prometteuse…

"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre", de et avec, Marie Jolet et Julien Vadet. Complices comme pas deux, Marie et Julien - ainsi ensemble saluent-ils leur public - instillent à tour de rôle réflexions et actions remettant en cause l'ordre immuable du monde… Invité à entrer de plain-pied dans les coulisses de leur création à vue, on assiste aux étapes du nouveau process. Comme une voix off qui commenterait en direct les réflexions de la circassienne, elle analyse à haute voix la pseudo-fragilité de son corps féminin confronté à celui imposant du circassien. Actant cette découverte, c'est à elle à qui reviendra désormais le privilège de porter sur ses jambes-piliers tendues en l'air le poids de son partenaire assis sur son trône.

Femme puissante, elle le sera aussi dans les tableaux vivants qui s'ensuivent où, quoique plus menue que lui, c'est elle qui prendra soin du porter, renversant de la sorte les propositions conventionnelles. Avec humour et tendresse, en toute complicité, le couple construit avec application un nouvel espace ludique ouvrant sur un autre type de relations entre circassien et circassienne… Débordant le cadre de la piste de cirque, c'est la relation entre hommes et femmes qui se trouve ainsi "innocemment", mais inflexiblement, questionnée.

"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O", de et avec Jani Nuutinen. Émergeant de l'ombre qui le recouvrait, un géant barbu à l'air débonnaire, portant deux jarres en verre accrochées à chaque extrémité d'une grande perche posée en équilibre sur son épaule, pourrait faire penser à un porteur d'eau sorti des brumes d'un conte nordique… Très vite, il se déleste de ses récipients pour faire de sa perche (I) et d'un cerceau (O) les instruments dont il joue pour créer un monde de sensations visuelles et sonores. Entre ses mains magiques, la perche en bois dotée d'une petite fourche métallique à son extrémité devient le bâton d'un sorcier domptant un cerceau métallique auquel il imprime des figures, au sol ou aériennes, avec lesquelles son corps compose.

Alchimie de mouvements mise en valeur par un jeu subtil de lumières et d'ombres que la musique envoûtante et répétitive, associée aux grincements métalliques de la fourche et du cerceau, rend encore plus suave. Si la répétition des mêmes figures nimbées de jeux de lumières et soutenues par des sons enivrants crée sans conteste un effet hypnotique désirable, elle n'est pas sans créer non plus une certaine lassitude… Comme si une attente restait en suspens…

"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" de Marica Marinoni et Juan Ignacio Tula constitue sans nul doute le clou de cette soirée circassienne, alliant qualité d'exécution et engagement total dans un trip hallucinatoire. Irrésistiblement aspirés par le combat - c'en est un - que la circassienne livre avec sa roue Cyr, tantôt vécue comme une alliée lui permettant d'aller toujours "plus loin" dans l'exploration de l'espace et de ses propres capacités remises en jeu, tantôt comme une rivale qu'il convient coûte que coûte de soumettre à sa volonté, nous vivons cette joute aux confins de ses forces comme étant la nôtre. Il faut dire que dans cet exercice Marica Marinoni excelle, tant le rapport sensible et puissant qu'elle entretient avec son instrument est époustouflant.

Apprivoisant la roue Cyr, elle lui insuffle des mouvements légers avant de faire corps littéralement avec elle pour faire voler en éclats les lois de la pesanteur terrestre. Et lorsque, telle une bête sauvage, cette dernière lui échappe, la lutte "organique" en devient plus âpre. Jusqu'à la boxer. Jusqu'à épuisement. Au sol et exténuée, la circassienne reprend son souffle… avant de se saisir à nouveau de sa monture, de la chevaucher afin de se propulser grâce à elle dans un monde vertigineux.

Les acclamations diffusées résonnent alors comme les vivats de spectateurs saluant la victoire de sa protégée dans ce corps-à-corps dantesque, amplifié encore par les musiques stéréoscopiques et les arias d'opéra. Une "lutte vitale" aux limites de l'extrême pour glorifier le combat de toute vie engagée hors des sentiers tracés. Un condensé au final de ce que fut ce festival nous ayant conduits vers des horizons sans commune attente.

Ces quatre spectacles ont été vus dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole-Boulazac le jeudi 10 février 2022 à l'Agora PNC Boulazac. Le premier sous chapiteau, plaine de Lamoura, à 19 h 40, le deuxième au Cube Cirque à 20 h, les troisième et quatrième à l'Auditorium, successivement à 21 h 30 et 22 h 10.

"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste" © Pierre Planchenault.
"Nartiste"
Étape de travail.
Création prévue en octobre 2022.
Cirque - Sangles aériennes - Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux).
De et avec : Jérôme Galan.
Régisseuse générale : Zélie Abadie.
Créateur son : Paul Galéron.
Créateur lumière : Yann Martinez.
Production Compagnie Quotidienne.
Durée : 10 minutes.

"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre" © Pierre Planchenault.
"En Outre"
Création - Cirque - Île-de-France (Paris).
De et avec : Marie Jolet et Julien Vadet.
Aidé de : Bastien Mignot, Frédéric Arsenault , Arnaud Ferrera et Lauriane Houbey.
Produit par Full Full avec Manon Durieux.
Durée : 40 minutes.

"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O" © Pierre Planchenault.
"I.O"
Cirque - Nouvelle-Aquitaine (Nexon).
Conception, scénographie et mise en scène : Jani Nuutinen.
Interprétation : Jani Nuutinen.
Costume, lumière : Jani Nuutinen.
Collaboration à la mise en scène, chorégraphie : Julia Christ.
Création musicale : Cosmic Neman.
Conseillers techniques : Gautier Devoucoux et Chloé Levoy.
Réalisations électroniques : Marin Scot.
Production Circo Aereo.
Durée : 30 minutes.

"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano" © Pierre Planchenault.
"Lontano"
Étape de travail.
Création prévue en mars 2022.
Cirque - Roue Cyr - Auvergne-Rhône-Alpes (Lyon).
Co-création : Marica Marinoni et Juan Ignacio Tula.
Avec : Marica Marinoni.
Création lumière : Jérémie Cusenier.
Création sonore : Estelle Lembert.
Création costumes : Gwladys Duthil.
Compagnie 7Bis.
Durée : 20 minutes.

Festival Trente Trente,
19e Rencontres de la forme courte dans les arts vivants.

Se sont déroulées du 18 janvier au 10 février 2022.
>> trentetrente.com

Yves Kafka
Jeudi 24 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022