La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Trente Trente "Experimento 5 - version duo", "C'est toi qu'on adore", "Poésie du lendemain", des corps à corps animés par des pulsions vitales

Le festival Trente Trente poursuit son exploration de zones contemporaines marquées par l'exigence d'une recherche s'affranchissant de tout attendu. Ce soir-là, ce sont trois compagnies hors sol qui s'emparent de la scène singulière de l'Atelier des Marches, se tenant à l'abri des agitations spectaculaires consuméristes, pour mettre en jeu chacune - au travers de leur corps sensible et avec une maîtrise chorégraphiée stupéfiante - le lien vital les reliant à l'impossible monde.



"Experimento 5 - version duo" © Pierre Planchenault.
"Experimento 5 - version duo" © Pierre Planchenault.
"Experimento 5 - version duo", de la Cie Sofia Fitas, renvoie à la fulgurante intuition de Nietzsche lançant à la face du monde transi "c'est en déconstruisant que l'on découvre les mécanismes de la construction". Mais si le philosophe du XIXe siècle scrutait les mots et leur organisation pour débusquer en eux le continuum d'oppressions qu'ils contenaient, la chorégraphe danseuse contemporaine, elle, assiège le corps - le sien - pour le manipuler en tous sens afin "qu'il parle", dégagé des liens qui le bâillonnent.

Pantalon noir, dos nu, un être apparemment sans tête apparaît dans le halo de lumière balayant le plateau à hauteur de spectateur. Qu'est-il ce corps émasculé de son extrémité haute ? Rien ne permet de déterminer son sexe ni ses origines, "il" représente le substrat humain se cognant à la réalité d'un corps "à recomposer" d'urgence. Deux mains impressionnantes d'étrangeté, tant elles occupent de part et d'autre du cou la place ordinairement réservée au crâne, vont se livrer à des contorsions "surhumaines" dont les mesures seront délibérément amplifiées par le mixage en live de voix cacophoniques et de musiques battant le flux et le reflux chorégraphiés.

"Experimento 5 - version duo" © Pierre Planchenault.
"Experimento 5 - version duo" © Pierre Planchenault.
Lorsque l'enveloppe sonore sera portée à son paroxysme, frôlant l'implosion des tympans, les mains livrées à elles-mêmes arracheront dans une exaltation démesurée une tête invisible - l'illusion est totale -, avant d'être englouties dans le silence épuisé du plateau plongé dans le noir… Le second tableau découvrira l'être agenouillé, sa chevelure noire déployée au sol dérobant sa tête à nos regards. La musique se fera d'abord plus douce, les mouvements des bras se tenant la main (sic) esquisseront un pas de ballet avant que l'air d'opéra ne s'emballe et que la mêlée décharnée enchevêtrant jambes, pieds, mains, bras, ne reprenne de plus belle.

Seul un silence apocalyptique pourrait éventuellement - mais suffirait-il ? - délivrer la combattante de ses affres d'écorchée vive. Un combat à mains nues, une lutte sans merci, une chorégraphie puissamment, magnifiquement, interprétée par Sofia Fitas pour tenter de recomposer un corps mis en miettes.

"C'est toi qu'on adore" © Pierre Planchenault.
"C'est toi qu'on adore" © Pierre Planchenault.
"C'est toi qu'on adore", de Leïla Ka. Après son premier solo, "Pode Ser" ("Peut-être" en portugais) - salué ici par un accueil enthousiaste lors de l'édition 2019 de Trente Trente -, la danseuse émancipée de tous dogmes chorégraphiques, mêlant à l'envi les influences pour en extraire leur quintessence, partage le plateau nu avec une complice à l'unisson. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette alliance apparaît si "naturelle" que l'une et l'autre se fondent dans la figure du même, dédoublé et pouvant être dupliqué à satiété.

Deux formes vêtues du même vêtement informe, ample et unisexe, les fondant dans la même entité, un seul corps dansé comme porté par la fabuleuse musique, lancinante et répétitive de Barry Lyndon. Sur le tempo hypnotique des sarabandes de Schubert et Haendel, les deux se livrent - souvent en écho l'une de l'autre, parfois en opposition comme pour souligner un déchirement intérieur - à un combat chorégraphié au millimètre contre les forces invisibles les assignant à une place dont elles ont hérité à l'insu de leur volonté. Ce combat à jamais inaccompli prolonge celui de "Pode Ser" où la danseuse parcourait les étapes des influences qu'elle avait dû (dés)intégrer pour naître à sa propre danse, à sa propre identité.

"C'est toi qu'on adore" © Pierre Planchenault.
"C'est toi qu'on adore" © Pierre Planchenault.
Lorsque la musique envoûtante s'interrompt, seul le souffle suspendu des interprètes vient troubler le silence régnant… avant que, à la première note, ne se déclenchent à nouveau les figures rendues à leur rage. Roulé-boulé, reptation sur le dos et jets de bras et de poings (dés)articulés trament l'énergie électrisante de cette danse expressive où les émotions, amplifiées par le corps "haut-parleur", explosent littéralement.

Aussi, ce serait peu dire que d'évoquer les frissons libérés par "l'écoute" de ce corps dansé magistralement dédoublé, figurant les nôtres, à la recherche vitale d'une identité confisquée. Un corps libéré des emprises extérieures, un corps non assujetti aux désirs des autres, mais ivre de lui-même. Cet âpre combat pour tenter "sans force et sans armure", mais avec une détermination sans failles (cf. "La Quête" de Jacques Brel dans "L'Homme de la Mancha") d'atteindre l'inaccessible métamorphose et son point d'orgue, l'avènement du sujet signe le point de non-retour vers une normalité grise, sans saveur, et perfidement toxique.

"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
"Poésie du lendemain" propulse illico dans la stratosphère circassienne, là où surviennent d'intenses processus irradiants... Antoine Linsale, à l'allure d'athlète viking et à la chevelure d'or alliant grâce et puissance, se révèle être l'officiant de cette cérémonie païenne à haut pouvoir hypnotique. Faisant littéralement corps avec son agrès - une longue tresse faite de textile, suspendue au centre de la salle -, il devient l'élu d'un étrange ballet dont l'objet du désir avec lequel il tisse une relation complice serait… le tissu.

Au déroulé d'une musique enivrante, nouant et dénouant la tresse autour de sa taille, il s'en saisit pour s'enrouler dans ses plis, se lover autour d'elle, ou encore se propulser dans les airs, sans jamais donner l'impression du moindre effort. L'illusion d'une fusion avec la liane de tissu est telle que, lorsque, suspendue à plusieurs mètres du sol, sa tête renversée projette ses longs cheveux en arrière, les frontières entre mèches humaines et fils végétaux se confondent.

"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
À la beauté plastique de ce tableau vivant, faut-il ajouter la maîtrise parfaite des figures exécutées avec une aisance aérienne. Sans coup férir, le circassien acrobate distille - avec une lenteur calculée - la conviction sereine d'avoir vaincu la pesanteur tant ses évolutions superbement chorégraphiées apparaissent pour ce qu'elles sont : un défi lancé à la loi universelle de la gravitation, contrainte de s'incliner face à cet "ange au plafond" échappé d'une peinture de la Renaissance italienne.

Ces trois spectacles ont été vus dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021), à l'Atelier des Marches du Bouscat-Bordeaux, lors de la soirée-parcours du mardi 29 juin à 20 h, 21 h, et 22 h.

"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
"Poésie du lendemain" © Pierre Planchenault.
"Experimento 5 - version duo"
Création danse.
Par la Cie Sofia Fitas.
Conception et interprétation : Sofia Fitas.
Voix, musique et regard extérieur : Sébastien Jacobs.
lumières et technique, Anna Tubiana.
Durée : 25 minutes.

"C'est toi qu'on adore"
Création danse 2020.
De Leïla Ka.
Chorégraphie : Leila Ka.
Interprétation, Leila Ka et Jane Fournier Dumet.
Création lumières : Laurent Fallot.
Durée : 30 minutes.

"Poésie du lendemain"
Création cirque-performance.
D'Antoine Linsale.
Durée : 7 minutes.

Yves Kafka
Mercredi 7 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022