Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival Off d'Avignon 2021 : Chronique d'un naufrage annoncé

Sauvons le Festival Off d'Avignon 2021 et le spectacle vivant indépendant !

Nous, Compagnies et Producteurs•rices indépendants•es de France, d'Outre-Mer et de l'Étranger ; Nous, Théâtres Indépendants d'Avignon ; Nous, Amateurs•rices de spectacle vivant et Spectateurs•rices assidus•es ; Nous, Artistes nationaux et internationaux ; Nous, Auteurs•rices, Compositeurs•rices ; Nous, Techniciens•nes permanents•es et intermittents•es ; Nous, Programmateurs•rices et Diffuseurs ; Nous, Journalistes ; Nous, Organisations Professionnelles, Syndicats ; Nous, Travailleurs Saisonniers ; Nous, Restaurateurs•rices, Hôteliers, Commerçants•es, Sous-traitants, Acteurs•rices touristiques et économiques



© Gil Chauveau.
© Gil Chauveau.
Toutes et tous participants•es au Festival Off d'Avignon !

À 4 mois de l'hypothétique lancement de la prochaine édition de notre festival et suite à l'annonce par le gouvernement d'une possible réouverture des lieux culturels à partir du 15 avril, face au naufrage artistique, culturel, social et économique qui s'annonce pour l'ensemble de la filière du spectacle vivant indépendant et sur nos territoires du Grand Avignon, du Département, de la Région de la France et de l'Europe, nous interpellons :

Madame la Ministre de la Culture,
Madame la Maire d'Avignon,
Monsieur le Président du Grand Avignon,
Monsieur le Président du Conseil Départemental,
Monsieur le Président du Conseil Régional,


À ce jour, aucun des acteurs du Off que nous sommes n'est en mesure, faute de cadre et de moyens appropriés, de se projeter pour savoir si nous pourrons faire vivre ici, à Avignon, un été de festivals.

Le Off d'Avignon n'est pas un festival comme les autres : il s'appuie sur un réseau de salles privées dont la programmation nécessite une anticipation indispensable puisqu'elle repose sur le principe d'une "prise de risque" pour les compagnies, les producteurs et les théâtres qui doivent faire le choix dès la mi-avril de prendre ou non ce risque pour être prêts à travailler en juillet.

Le contexte pandémique impose des mesures sanitaires qui aggravent cette prise de risque habituel et met en péril le fragile modèle économique du Off car les conditions d'exploitation des uns comme des autres seront nécessairement dégradées.

Or, aujourd'hui, ni l'État, ni les collectivités territoriales ne semblent prendre en compte la spécificité de ce modèle si particulier, pourtant vital tant pour la filière du spectacle vivant indépendant que pour le territoire, même si la crise actuelle en a rendu plus évidentes les limites et les insuffisances et qu'une perspective pour tous, dès 2022, sera de repenser ce modèle à l'aune de l'expérience des saisons blanches que nous connaissons depuis 18 mois.

Précisons que cet évènement unique en France tant en termes de volume d'activité que de production de richesses irrigue directement et indirectement le territoire local, régional et national, voire au-delà.

Il représentait en 2019 (1) :
- plus de 30 000 représentations en 3 semaines ;
- 1 600 spectacles présentés par plus de 1 300 compagnies ;
- 1,7 millions d'entrées pour 12 millions d'euros de recettes totales ;
- 300 000 spectateurs dont 37 % de touristes, 38 % issus de la Région Sud et 18 % du Grand Avignon ;
- Près d'un million de droits d'auteurs collectés ;
- l'équivalent de 558 emplois non délocalisables à temps plein générés pour le Grand Avignon ;
- plusieurs centaines de milliers d'heures de travail réalisés par plus de 5 000 artistes et techniciens.


Rappelons aussi que 25 % de la diffusion nationale du spectacle vivant est programmée à partir et grâce au Off d'Avignon.

À défaut d'être reconnu pour l'acteur culturel essentiel qu'il est pourtant, le Festival Off d'Avignon est un acteur économique incontournable :
Hors flux financiers liés aux compagnies et aux théâtres, le festival Off d'Avignon représente 40,2 millions d'euros d'impact économique sur le territoire avec 49,6 millions d'euros dépensés auprès d'acteurs économiques locaux dans le cadre du festival.

Il est cependant, en dehors des aides directes à la diffusion accordées aux compagnies et aux producteurs qui participent au Off le "laissé pour compte" des politiques culturelles de l'État et des collectivités territoriales en 2021, comme depuis 50 ans (2) :

- pas de moyens pour les acteurs culturels et économiques du Off dans le plan de relance du Ministère de la Culture pour le spectacle vivant de 421 millions d'euros ;
- pas d'accompagnement des acteurs culturels et économiques du Off dans le Plan de Soutien aux Entreprise du territoire de la Mairie d'Avignon et de l'agglomération du Grand Avignon ;
- pas d'aide au maintien de l'activité des acteurs culturels et économiques du Off dans le Pacte d'Effervescence Culturelle de 65 millions d'euros de la Région Sud.

Il est pourtant avéré qu'en 2019, pour 1 € de subvention locale, le festival Off d'Avignon injecte 2 468 € dans le tissu économique local !
(2)

Après une première annulation subie sans réelle compensation (460 000 € via un Fond d'urgence destiné aux théâtres financé par le Ministère de la Culture), si les conditions de réouverture, pour cet été, des salles de spectacle assises ne sont pas arrêtées avant le 15 avril prochain, une grande majorité des acteurs du Off va se désister, comme en attestent toutes les enquêtes réalisées à ce jour.(3)

Le Festival Off 2021 s'annulera de lui-même, faute de combattants, puisqu'aucune des parties concernées ne pourra se projeter sur les conditions d'un festival laissant compagnies, producteurs et théâtres prisonniers d'un modèle économique suicidaire où les uns et les autres seraient contraints de travailler à perte.

Et en dernier ressort, face à une deuxième année blanche qui se profile pour tous.

L'engagement de l'État et des Collectivités Territoriales est indispensable pour que soit compensé l'impact économique des contraintes d'accueil du public et des artistes puisque personne aujourd'hui ne peut croire que la pandémie sera derrière nous en juillet prochain.

Aujourd'hui, les Théâtres Indépendants d'Avignon sont au cœur des enjeux économiques et culturels d'Avignon, tout comme les compagnies et les producteurs indépendants.

Si le Festival Off d'Avignon est loin d'être parfait et ne demande pas mieux que de sortir de l'impensé politique dans lequel il s'est développé afin d'être réinventé, ce n'est pas en le laissant mourir de sa belle mort que de nouvelles fondations seront construites. On bâtit peu et mal sur un champ de ruines.

- La perspective d'une réouverture des salles de spectacle au niveau national comme annoncé par le gouvernement à l'horizon du 15 avril 2021 ;

- La prolongation de l'année blanche pour les artistes et techniciens relevant du statut de l'intermittence du spectacle (les annexes IX et X) ;

- Des protocoles sanitaires clairs et précis permettant d'anticiper les contraintes à venir et d'en chiffrer le coût ;

- La vaccination, sur la base du volontariat, des personnels des compagnies et des théâtres en tant qu'acteurs essentiels de la vie du pays, une fois que toutes les personnes à risque et prioritaires l'auront été afin de limiter les possibilités de contamination liées au brassage des populations inhérent au Off et dans l'objectif de rassurer les publics afin de favoriser leur retour dans les salles ;

- La mise en place d'un fond de compensation de billetterie dédiés aux théâtres et aux compagnies participant au Off afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- La mise en place d'un plan de relance de l'emploi artistique et technique (doublement du Fonpeps, fond de soutien solidaire à la professionnalisation, etc.) ;

- Le prolongement du fond de solidarité pour les TPE/PME en direction des théâtres afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- Un fond d'urgence Spectacle Vivant (FUSV) spécifique pour les théâtres privés d'Avignon adapté à leur modèle économique pour les aider à faire face à leurs charges fixes ;

- Un fond solidaire en cas d'annulation due directement au Covid financé à parité par les théâtres et les compagnies afin d'indemniser si des cas de contamination sont déclarés ;

- La dotation de moyens spécifiques pour abonder le Fonds Prévention Covid ;

- Des aides spécifiques pour permettre aux théâtres, aux producteurs et aux compagnies de faire face aux investissements nécessaires pour rendre compatibles leurs outils de travail avec les contraintes du Covid ;

- Des aides spécifiques pour mettre en place une communication d'envergure destinée à inciter les publics à revenir dans les salles en sécurité et en confiance.

Il y a urgence à ce que la puissance publique se détermine avant que l'absence d'anticipation et de vision politique pour le Festival Off d'Avignon ne le fasse à sa place !

Il est encore temps !

Ce qui est en jeu, au-delà de l'avenir du PLUS GRAND THEATRE DU MONDE, d'une filière, des emplois directs et indirects assortis, d'une richesse et d'un patrimoine immatériel incomparables, c'est le tracé de la ligne de départ pour la reprise et la relance de ce qui, plus que jamais, est ESSENTIEL : l'expérience du sensible, du plaisir, du beau, si indispensables à nos vies d'hier, d'aujourd'hui et de demain !

Nous sommes TOUS PRÊTS, PUBLICS ET PROFESSIONNELS à une reprise de l'activité artistique et culturelle pour être au rendez-vous du Festival Off 2021. Nous y croyons.

Et vous ? Si vous y croyez >> Signer la pétition

Interpellation à l'initiative de la Fédération des Théâtres Indépendants d'Avignon (F.T.I. A.) et de ses adhérents…
>> ftia.fr

(1) Sources : Étude Gece à la demande du Cofees "Publics et retombées socio-économiques" du Festival Off d'Avignon à la demande du Collectif des Festivals Éco-responsables et Solidaires - 2019.
(2) En 2019 : Moins de 60 000 € de subventions annuelles accordées à AF&C, association coordinatrice de la communication du Off d'Avignon (dont 40 000 € du Ministère de la Culture - DRAC PACA et 15 000 € de la Ville d'Avignon…).
(3) Enquête novembre 2020 coréalisée par les EGOFF et la FTIA + Enquête janvier 2021 réalisée par la FTIA seule auprès d'un panel respectif de 600 et 400 professionnels participant au Off d'Avignon.

FTIA & Gil Chauveau
Jeudi 11 Mars 2021


1.Posté par Xavier Leloux le 12/03/2021 08:08
Le spectacle vivant a besoin d’un cadre pour se projeter.

2.Posté par Debarbat le 12/03/2021 08:14
Courage à tous les acteurs culturels d'Avignon

3.Posté par Bindault le 12/03/2021 08:43
Sauver Avignon off

4.Posté par DELANOE Catherine le 12/03/2021 11:11
Sauvez Avignon !

5.Posté par Moreau Maryline le 13/03/2021 10:21
Pour que vive le festival!

6.Posté par LAMBLOT JACQUES le 14/03/2021 01:52
il est vital que le monde du spectacle vive et nous avec

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021