La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival Off d'Avignon 2021 : Chronique d'un naufrage annoncé

Sauvons le Festival Off d'Avignon 2021 et le spectacle vivant indépendant !

Nous, Compagnies et Producteurs•rices indépendants•es de France, d'Outre-Mer et de l'Étranger ; Nous, Théâtres Indépendants d'Avignon ; Nous, Amateurs•rices de spectacle vivant et Spectateurs•rices assidus•es ; Nous, Artistes nationaux et internationaux ; Nous, Auteurs•rices, Compositeurs•rices ; Nous, Techniciens•nes permanents•es et intermittents•es ; Nous, Programmateurs•rices et Diffuseurs ; Nous, Journalistes ; Nous, Organisations Professionnelles, Syndicats ; Nous, Travailleurs Saisonniers ; Nous, Restaurateurs•rices, Hôteliers, Commerçants•es, Sous-traitants, Acteurs•rices touristiques et économiques



Une rue d'Avignon pendant le festival © Gil Chauveau 2022.
Une rue d'Avignon pendant le festival © Gil Chauveau 2022.
Toutes et tous participants•es au Festival Off d'Avignon !

À 4 mois de l'hypothétique lancement de la prochaine édition de notre festival et suite à l'annonce par le gouvernement d'une possible réouverture des lieux culturels à partir du 15 avril, face au naufrage artistique, culturel, social et économique qui s'annonce pour l'ensemble de la filière du spectacle vivant indépendant et sur nos territoires du Grand Avignon, du Département, de la Région de la France et de l'Europe, nous interpellons :

Madame la Ministre de la Culture,
Madame la Maire d'Avignon,
Monsieur le Président du Grand Avignon,
Monsieur le Président du Conseil Départemental,
Monsieur le Président du Conseil Régional,


À ce jour, aucun des acteurs du Off que nous sommes n'est en mesure, faute de cadre et de moyens appropriés, de se projeter pour savoir si nous pourrons faire vivre ici, à Avignon, un été de festivals.

Le Off d'Avignon n'est pas un festival comme les autres : il s'appuie sur un réseau de salles privées dont la programmation nécessite une anticipation indispensable puisqu'elle repose sur le principe d'une "prise de risque" pour les compagnies, les producteurs et les théâtres qui doivent faire le choix dès la mi-avril de prendre ou non ce risque pour être prêts à travailler en juillet.

Le contexte pandémique impose des mesures sanitaires qui aggravent cette prise de risque habituel et met en péril le fragile modèle économique du Off car les conditions d'exploitation des uns comme des autres seront nécessairement dégradées.

Or, aujourd'hui, ni l'État, ni les collectivités territoriales ne semblent prendre en compte la spécificité de ce modèle si particulier, pourtant vital tant pour la filière du spectacle vivant indépendant que pour le territoire, même si la crise actuelle en a rendu plus évidentes les limites et les insuffisances et qu'une perspective pour tous, dès 2022, sera de repenser ce modèle à l'aune de l'expérience des saisons blanches que nous connaissons depuis 18 mois.

Précisons que cet évènement unique en France tant en termes de volume d'activité que de production de richesses irrigue directement et indirectement le territoire local, régional et national, voire au-delà.

Il représentait en 2019 (1) :
- plus de 30 000 représentations en 3 semaines ;
- 1 600 spectacles présentés par plus de 1 300 compagnies ;
- 1,7 millions d'entrées pour 12 millions d'euros de recettes totales ;
- 300 000 spectateurs dont 37 % de touristes, 38 % issus de la Région Sud et 18 % du Grand Avignon ;
- Près d'un million de droits d'auteurs collectés ;
- l'équivalent de 558 emplois non délocalisables à temps plein générés pour le Grand Avignon ;
- plusieurs centaines de milliers d'heures de travail réalisés par plus de 5 000 artistes et techniciens.


Rappelons aussi que 25 % de la diffusion nationale du spectacle vivant est programmée à partir et grâce au Off d'Avignon.

À défaut d'être reconnu pour l'acteur culturel essentiel qu'il est pourtant, le Festival Off d'Avignon est un acteur économique incontournable :
Hors flux financiers liés aux compagnies et aux théâtres, le festival Off d'Avignon représente 40,2 millions d'euros d'impact économique sur le territoire avec 49,6 millions d'euros dépensés auprès d'acteurs économiques locaux dans le cadre du festival.

Il est cependant, en dehors des aides directes à la diffusion accordées aux compagnies et aux producteurs qui participent au Off le "laissé pour compte" des politiques culturelles de l'État et des collectivités territoriales en 2021, comme depuis 50 ans (2) :

- pas de moyens pour les acteurs culturels et économiques du Off dans le plan de relance du Ministère de la Culture pour le spectacle vivant de 421 millions d'euros ;
- pas d'accompagnement des acteurs culturels et économiques du Off dans le Plan de Soutien aux Entreprise du territoire de la Mairie d'Avignon et de l'agglomération du Grand Avignon ;
- pas d'aide au maintien de l'activité des acteurs culturels et économiques du Off dans le Pacte d'Effervescence Culturelle de 65 millions d'euros de la Région Sud.

Il est pourtant avéré qu'en 2019, pour 1 € de subvention locale, le festival Off d'Avignon injecte 2 468 € dans le tissu économique local !
(2)

Après une première annulation subie sans réelle compensation (460 000 € via un Fond d'urgence destiné aux théâtres financé par le Ministère de la Culture), si les conditions de réouverture, pour cet été, des salles de spectacle assises ne sont pas arrêtées avant le 15 avril prochain, une grande majorité des acteurs du Off va se désister, comme en attestent toutes les enquêtes réalisées à ce jour.(3)

Le Festival Off 2021 s'annulera de lui-même, faute de combattants, puisqu'aucune des parties concernées ne pourra se projeter sur les conditions d'un festival laissant compagnies, producteurs et théâtres prisonniers d'un modèle économique suicidaire où les uns et les autres seraient contraints de travailler à perte.

Et en dernier ressort, face à une deuxième année blanche qui se profile pour tous.

L'engagement de l'État et des Collectivités Territoriales est indispensable pour que soit compensé l'impact économique des contraintes d'accueil du public et des artistes puisque personne aujourd'hui ne peut croire que la pandémie sera derrière nous en juillet prochain.

Aujourd'hui, les Théâtres Indépendants d'Avignon sont au cœur des enjeux économiques et culturels d'Avignon, tout comme les compagnies et les producteurs indépendants.

Si le Festival Off d'Avignon est loin d'être parfait et ne demande pas mieux que de sortir de l'impensé politique dans lequel il s'est développé afin d'être réinventé, ce n'est pas en le laissant mourir de sa belle mort que de nouvelles fondations seront construites. On bâtit peu et mal sur un champ de ruines.

- La perspective d'une réouverture des salles de spectacle au niveau national comme annoncé par le gouvernement à l'horizon du 15 avril 2021 ;

- La prolongation de l'année blanche pour les artistes et techniciens relevant du statut de l'intermittence du spectacle (les annexes IX et X) ;

- Des protocoles sanitaires clairs et précis permettant d'anticiper les contraintes à venir et d'en chiffrer le coût ;

- La vaccination, sur la base du volontariat, des personnels des compagnies et des théâtres en tant qu'acteurs essentiels de la vie du pays, une fois que toutes les personnes à risque et prioritaires l'auront été afin de limiter les possibilités de contamination liées au brassage des populations inhérent au Off et dans l'objectif de rassurer les publics afin de favoriser leur retour dans les salles ;

- La mise en place d'un fond de compensation de billetterie dédiés aux théâtres et aux compagnies participant au Off afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- La mise en place d'un plan de relance de l'emploi artistique et technique (doublement du Fonpeps, fond de soutien solidaire à la professionnalisation, etc.) ;

- Le prolongement du fond de solidarité pour les TPE/PME en direction des théâtres afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- Un fond d'urgence Spectacle Vivant (FUSV) spécifique pour les théâtres privés d'Avignon adapté à leur modèle économique pour les aider à faire face à leurs charges fixes ;

- Un fond solidaire en cas d'annulation due directement au Covid financé à parité par les théâtres et les compagnies afin d'indemniser si des cas de contamination sont déclarés ;

- La dotation de moyens spécifiques pour abonder le Fonds Prévention Covid ;

- Des aides spécifiques pour permettre aux théâtres, aux producteurs et aux compagnies de faire face aux investissements nécessaires pour rendre compatibles leurs outils de travail avec les contraintes du Covid ;

- Des aides spécifiques pour mettre en place une communication d'envergure destinée à inciter les publics à revenir dans les salles en sécurité et en confiance.

Il y a urgence à ce que la puissance publique se détermine avant que l'absence d'anticipation et de vision politique pour le Festival Off d'Avignon ne le fasse à sa place !

Il est encore temps !

Ce qui est en jeu, au-delà de l'avenir du PLUS GRAND THEATRE DU MONDE, d'une filière, des emplois directs et indirects assortis, d'une richesse et d'un patrimoine immatériel incomparables, c'est le tracé de la ligne de départ pour la reprise et la relance de ce qui, plus que jamais, est ESSENTIEL : l'expérience du sensible, du plaisir, du beau, si indispensables à nos vies d'hier, d'aujourd'hui et de demain !

Nous sommes TOUS PRÊTS, PUBLICS ET PROFESSIONNELS à une reprise de l'activité artistique et culturelle pour être au rendez-vous du Festival Off 2021. Nous y croyons.

Et vous ? Si vous y croyez >> Signer la pétition

Interpellation à l'initiative de la Fédération des Théâtres Indépendants d'Avignon (F.T.I. A.) et de ses adhérents…
>> ftia.fr

(1) Sources : Étude Gece à la demande du Cofees "Publics et retombées socio-économiques" du Festival Off d'Avignon à la demande du Collectif des Festivals Éco-responsables et Solidaires - 2019.
(2) En 2019 : Moins de 60 000 € de subventions annuelles accordées à AF&C, association coordinatrice de la communication du Off d'Avignon (dont 40 000 € du Ministère de la Culture - DRAC PACA et 15 000 € de la Ville d'Avignon…).
(3) Enquête novembre 2020 coréalisée par les EGOFF et la FTIA + Enquête janvier 2021 réalisée par la FTIA seule auprès d'un panel respectif de 600 et 400 professionnels participant au Off d'Avignon.

FTIA & Gil Chauveau
Jeudi 11 Mars 2021


1.Posté par Xavier Leloux le 12/03/2021 08:08
Le spectacle vivant a besoin d’un cadre pour se projeter.

2.Posté par Debarbat le 12/03/2021 08:14
Courage à tous les acteurs culturels d'Avignon

3.Posté par Bindault le 12/03/2021 08:43
Sauver Avignon off

4.Posté par DELANOE Catherine le 12/03/2021 11:11
Sauvez Avignon !

5.Posté par Moreau Maryline le 13/03/2021 10:21
Pour que vive le festival!

6.Posté par LAMBLOT JACQUES le 14/03/2021 01:52
il est vital que le monde du spectacle vive et nous avec

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022