La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival Off d'Avignon 2021 : Chronique d'un naufrage annoncé

Sauvons le Festival Off d'Avignon 2021 et le spectacle vivant indépendant !

Nous, Compagnies et Producteurs•rices indépendants•es de France, d'Outre-Mer et de l'Étranger ; Nous, Théâtres Indépendants d'Avignon ; Nous, Amateurs•rices de spectacle vivant et Spectateurs•rices assidus•es ; Nous, Artistes nationaux et internationaux ; Nous, Auteurs•rices, Compositeurs•rices ; Nous, Techniciens•nes permanents•es et intermittents•es ; Nous, Programmateurs•rices et Diffuseurs ; Nous, Journalistes ; Nous, Organisations Professionnelles, Syndicats ; Nous, Travailleurs Saisonniers ; Nous, Restaurateurs•rices, Hôteliers, Commerçants•es, Sous-traitants, Acteurs•rices touristiques et économiques



© Gil Chauveau.
© Gil Chauveau.
Toutes et tous participants•es au Festival Off d'Avignon !

À 4 mois de l'hypothétique lancement de la prochaine édition de notre festival et suite à l'annonce par le gouvernement d'une possible réouverture des lieux culturels à partir du 15 avril, face au naufrage artistique, culturel, social et économique qui s'annonce pour l'ensemble de la filière du spectacle vivant indépendant et sur nos territoires du Grand Avignon, du Département, de la Région de la France et de l'Europe, nous interpellons :

Madame la Ministre de la Culture,
Madame la Maire d'Avignon,
Monsieur le Président du Grand Avignon,
Monsieur le Président du Conseil Départemental,
Monsieur le Président du Conseil Régional,


À ce jour, aucun des acteurs du Off que nous sommes n'est en mesure, faute de cadre et de moyens appropriés, de se projeter pour savoir si nous pourrons faire vivre ici, à Avignon, un été de festivals.

Le Off d'Avignon n'est pas un festival comme les autres : il s'appuie sur un réseau de salles privées dont la programmation nécessite une anticipation indispensable puisqu'elle repose sur le principe d'une "prise de risque" pour les compagnies, les producteurs et les théâtres qui doivent faire le choix dès la mi-avril de prendre ou non ce risque pour être prêts à travailler en juillet.

Le contexte pandémique impose des mesures sanitaires qui aggravent cette prise de risque habituel et met en péril le fragile modèle économique du Off car les conditions d'exploitation des uns comme des autres seront nécessairement dégradées.

Or, aujourd'hui, ni l'État, ni les collectivités territoriales ne semblent prendre en compte la spécificité de ce modèle si particulier, pourtant vital tant pour la filière du spectacle vivant indépendant que pour le territoire, même si la crise actuelle en a rendu plus évidentes les limites et les insuffisances et qu'une perspective pour tous, dès 2022, sera de repenser ce modèle à l'aune de l'expérience des saisons blanches que nous connaissons depuis 18 mois.

Précisons que cet évènement unique en France tant en termes de volume d'activité que de production de richesses irrigue directement et indirectement le territoire local, régional et national, voire au-delà.

Il représentait en 2019 (1) :
- plus de 30 000 représentations en 3 semaines ;
- 1 600 spectacles présentés par plus de 1 300 compagnies ;
- 1,7 millions d'entrées pour 12 millions d'euros de recettes totales ;
- 300 000 spectateurs dont 37 % de touristes, 38 % issus de la Région Sud et 18 % du Grand Avignon ;
- Près d'un million de droits d'auteurs collectés ;
- l'équivalent de 558 emplois non délocalisables à temps plein générés pour le Grand Avignon ;
- plusieurs centaines de milliers d'heures de travail réalisés par plus de 5 000 artistes et techniciens.


Rappelons aussi que 25 % de la diffusion nationale du spectacle vivant est programmée à partir et grâce au Off d'Avignon.

À défaut d'être reconnu pour l'acteur culturel essentiel qu'il est pourtant, le Festival Off d'Avignon est un acteur économique incontournable :
Hors flux financiers liés aux compagnies et aux théâtres, le festival Off d'Avignon représente 40,2 millions d'euros d'impact économique sur le territoire avec 49,6 millions d'euros dépensés auprès d'acteurs économiques locaux dans le cadre du festival.

Il est cependant, en dehors des aides directes à la diffusion accordées aux compagnies et aux producteurs qui participent au Off le "laissé pour compte" des politiques culturelles de l'État et des collectivités territoriales en 2021, comme depuis 50 ans (2) :

- pas de moyens pour les acteurs culturels et économiques du Off dans le plan de relance du Ministère de la Culture pour le spectacle vivant de 421 millions d'euros ;
- pas d'accompagnement des acteurs culturels et économiques du Off dans le Plan de Soutien aux Entreprise du territoire de la Mairie d'Avignon et de l'agglomération du Grand Avignon ;
- pas d'aide au maintien de l'activité des acteurs culturels et économiques du Off dans le Pacte d'Effervescence Culturelle de 65 millions d'euros de la Région Sud.

Il est pourtant avéré qu'en 2019, pour 1 € de subvention locale, le festival Off d'Avignon injecte 2 468 € dans le tissu économique local !
(2)

Après une première annulation subie sans réelle compensation (460 000 € via un Fond d'urgence destiné aux théâtres financé par le Ministère de la Culture), si les conditions de réouverture, pour cet été, des salles de spectacle assises ne sont pas arrêtées avant le 15 avril prochain, une grande majorité des acteurs du Off va se désister, comme en attestent toutes les enquêtes réalisées à ce jour.(3)

Le Festival Off 2021 s'annulera de lui-même, faute de combattants, puisqu'aucune des parties concernées ne pourra se projeter sur les conditions d'un festival laissant compagnies, producteurs et théâtres prisonniers d'un modèle économique suicidaire où les uns et les autres seraient contraints de travailler à perte.

Et en dernier ressort, face à une deuxième année blanche qui se profile pour tous.

L'engagement de l'État et des Collectivités Territoriales est indispensable pour que soit compensé l'impact économique des contraintes d'accueil du public et des artistes puisque personne aujourd'hui ne peut croire que la pandémie sera derrière nous en juillet prochain.

Aujourd'hui, les Théâtres Indépendants d'Avignon sont au cœur des enjeux économiques et culturels d'Avignon, tout comme les compagnies et les producteurs indépendants.

Si le Festival Off d'Avignon est loin d'être parfait et ne demande pas mieux que de sortir de l'impensé politique dans lequel il s'est développé afin d'être réinventé, ce n'est pas en le laissant mourir de sa belle mort que de nouvelles fondations seront construites. On bâtit peu et mal sur un champ de ruines.

- La perspective d'une réouverture des salles de spectacle au niveau national comme annoncé par le gouvernement à l'horizon du 15 avril 2021 ;

- La prolongation de l'année blanche pour les artistes et techniciens relevant du statut de l'intermittence du spectacle (les annexes IX et X) ;

- Des protocoles sanitaires clairs et précis permettant d'anticiper les contraintes à venir et d'en chiffrer le coût ;

- La vaccination, sur la base du volontariat, des personnels des compagnies et des théâtres en tant qu'acteurs essentiels de la vie du pays, une fois que toutes les personnes à risque et prioritaires l'auront été afin de limiter les possibilités de contamination liées au brassage des populations inhérent au Off et dans l'objectif de rassurer les publics afin de favoriser leur retour dans les salles ;

- La mise en place d'un fond de compensation de billetterie dédiés aux théâtres et aux compagnies participant au Off afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- La mise en place d'un plan de relance de l'emploi artistique et technique (doublement du Fonpeps, fond de soutien solidaire à la professionnalisation, etc.) ;

- Le prolongement du fond de solidarité pour les TPE/PME en direction des théâtres afin de couvrir leurs pertes d'exploitation ;

- Un fond d'urgence Spectacle Vivant (FUSV) spécifique pour les théâtres privés d'Avignon adapté à leur modèle économique pour les aider à faire face à leurs charges fixes ;

- Un fond solidaire en cas d'annulation due directement au Covid financé à parité par les théâtres et les compagnies afin d'indemniser si des cas de contamination sont déclarés ;

- La dotation de moyens spécifiques pour abonder le Fonds Prévention Covid ;

- Des aides spécifiques pour permettre aux théâtres, aux producteurs et aux compagnies de faire face aux investissements nécessaires pour rendre compatibles leurs outils de travail avec les contraintes du Covid ;

- Des aides spécifiques pour mettre en place une communication d'envergure destinée à inciter les publics à revenir dans les salles en sécurité et en confiance.

Il y a urgence à ce que la puissance publique se détermine avant que l'absence d'anticipation et de vision politique pour le Festival Off d'Avignon ne le fasse à sa place !

Il est encore temps !

Ce qui est en jeu, au-delà de l'avenir du PLUS GRAND THEATRE DU MONDE, d'une filière, des emplois directs et indirects assortis, d'une richesse et d'un patrimoine immatériel incomparables, c'est le tracé de la ligne de départ pour la reprise et la relance de ce qui, plus que jamais, est ESSENTIEL : l'expérience du sensible, du plaisir, du beau, si indispensables à nos vies d'hier, d'aujourd'hui et de demain !

Nous sommes TOUS PRÊTS, PUBLICS ET PROFESSIONNELS à une reprise de l'activité artistique et culturelle pour être au rendez-vous du Festival Off 2021. Nous y croyons.

Et vous ? Si vous y croyez >> Signer la pétition

Interpellation à l'initiative de la Fédération des Théâtres Indépendants d'Avignon (F.T.I. A.) et de ses adhérents…
>> ftia.fr

(1) Sources : Étude Gece à la demande du Cofees "Publics et retombées socio-économiques" du Festival Off d'Avignon à la demande du Collectif des Festivals Éco-responsables et Solidaires - 2019.
(2) En 2019 : Moins de 60 000 € de subventions annuelles accordées à AF&C, association coordinatrice de la communication du Off d'Avignon (dont 40 000 € du Ministère de la Culture - DRAC PACA et 15 000 € de la Ville d'Avignon…).
(3) Enquête novembre 2020 coréalisée par les EGOFF et la FTIA + Enquête janvier 2021 réalisée par la FTIA seule auprès d'un panel respectif de 600 et 400 professionnels participant au Off d'Avignon.

FTIA & Gil Chauveau
Jeudi 11 Mars 2021


1.Posté par Xavier Leloux le 12/03/2021 08:08
Le spectacle vivant a besoin d’un cadre pour se projeter.

2.Posté par Debarbat le 12/03/2021 08:14
Courage à tous les acteurs culturels d'Avignon

3.Posté par Bindault le 12/03/2021 08:43
Sauver Avignon off

4.Posté par DELANOE Catherine le 12/03/2021 11:11
Sauvez Avignon !

5.Posté par Moreau Maryline le 13/03/2021 10:21
Pour que vive le festival!

6.Posté par LAMBLOT JACQUES le 14/03/2021 01:52
il est vital que le monde du spectacle vive et nous avec

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021