La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Kalypso… La rue dans tout son Art !

Pour sa troisième édition et pour fêter les trente ans du Hip-Hop, le festival de danse Kalypso, organisé par Mourad Merzouki, nous fait entrer, autour de battles, de duos, de trios et de danses de groupe, dans l'univers des danses de la rue avec deux spectacles, "Flaque" et "Dans l'arène", pour ouvrir le bal de ce festival.



Cie YZ © Willow Evann.
Cie YZ © Willow Evann.
C'est du Street Art comme on dit in english et que l'on peut passablement traduire, à ceux pour qui les mots "parking" ou "week-end" font pleurer de rage, par "Danses de la rue". Sauf qu'elles sont apparues dans la rue mais que depuis plusieurs années déjà, elles entrent dans la danse de la Danse avec des festivals qui ont (et je ne me gêne pas avec ce jeu de mots !) pignon sur rue maintenant.

"Dans l'arène" de la compagnie YZ, c'est la rencontre de deux danseurs aux gestuelles différentes, avec tout d'abord Yanka Pedron aux mouvements parfois arrêtés, souvent décomposés ou par intermittence ralentis, et dans lesquels jambes, bras, tronc et poitrine deviennent indépendants. Il fait du corps un puzzle organique, comme des parties détachables qui aurait chacune leur vie propre. Le corps devient la caisse de résonance de vibrations rythmées à un temps qui semble suspendu, faisant mentir sauvagement Newton, et où le corps continue de se mouvoir. Il devient comme un robot.

Chez Bouside Aït Atmane, les mouvements sont beaucoup plus amples, élancés avec un jeu plus marqué dans le rythme des membres inférieurs et supérieurs, ceux-ci sont comme un miroir inversé de ceux-là avec des déhanchements de jambes bien découpés. Autant l'énergie de Yanka Pedron est contenue pour faire "vibrer" son corps, autant Bouside Aït Atmane a, et là la répétition s'impose, une énergique énergie nourrissant une gestuelle "extravertie".

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
La rencontre des deux danseurs permet d'approcher deux styles de danse qui se marient comme "fromage et dessert". Les répliques et "l'humour" fusent aussi pour planter un battle*. Sauf que cela n'apporte pas de réelle plus-value artistique. Les danses ne méritent pas ce détour car elles se suffisent à elle-même.

Ensuite, il y a "Flaques" de la compagnie Defracto avec, aux commandes, un régisseur (David Maillard) et deux danseurs (Éric Longequel, Guillaume Martinet) qui jouent de la balle avec une trame qui se construit autour de celle-ci.

Les mouvements sont répétitifs à dessein avec une balle qui est envoyée de la main droite vers la main gauche en passant sous l'aisselle gauche après avoir frôlé le cou. Ce sont des scènes où les danseurs nous amènent dans des univers où la danse devient théâtre de mouvements. C'est drôle, dit presque sans mot, même si le spectacle démarre et finit avec des mots laconiques et comiques.

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
Il y a aussi un jeu corporel sur une mélodie classique au piano dans laquelle les corps suivent, par les déplacements au sol, le rythme de la musique. Le classique, danse composée de mouvements d'élévation du corps, se retrouve plaqué au sol. Il y a un lien entre corps, son, musique et balles. Le corps se fait l'écho des trajets sonores, musicaux et accidentels des balles.

C'est audacieux dans la prise de risque que les danseurs prennent aussi pour faire exister un autre personnage, celui du régisseur son. C'est du théâtre dansé où les scènes font apparaître du cirque, du jonglage, du mime. C'est beau, drôle et bien articulé.

*Utilisé principalement dans son anglicisme, un battle est un terme hip-hop qui désigne une compétition entre rappeurs ou danseurs.

"Flaque"
Par la compagnie Defracto.

Écriture et interprétation : David Maillard, Éric Longequel, Guillaume Martinet.
Régie plateau et création musicale : David Maillard.
Mise en scène : Johan Swartvagher.
Regard extérieur jonglage : Jay Gilligan.
Création lumière : David Carney.

YZ © Willow Evann.
YZ © Willow Evann.
"Dans l'arène"
Par la compagnie YZ.

Chorégraphie et interprétation : Bouside Aït Atmane et Yanka Pédron.
Regard extérieur : Coline Siberchicot.
Création lumière : Ydir Acef.
Création musicale : Charles Amblard.
Régie son et lumière : Olivier Pierre.
Technicienne lumière : Maïwenn Coizic.
Technicien plateau : Paul Argis.
Apprentie technique : Morgane Diedrich.

Du 5 novembre au 20 décembre 2015.
Lieux des différentes représentations du festival Kalypso :
5 novembre au 20 décembre : Académie Fratellini, Saint-Denis (93).
17 au 21 novembre : Maison des Art, Créteil (94).

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
18 et 19 novembre : La Villette, Paris (19e).
22 novembre : Théâtre Debussy, Maison Alfort (94).
22 novembre : Théâtre Louis Aragon , Tremblay en France (93).
24 au 29 novembre : Maison des Métallos , Paris (11e).
26 novembre : Espace Renaudie, Aubervilliers (93).
26 et 27 novembre : Espace 1789 , Saint Ouen (93).
28 novembre : Maison de la musique et de la danse , Bagneux (92).
29 novembre au 5 décembre : Les Gémeaux , Sceaux (92).

Réservation : 01 72 59 40 30.
>> academie-fratellini.com
>> ccncreteil.com/kalypso

Durée : 1 h 30.

Safidin Alouache
Mercredi 18 Novembre 2015

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020