La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Kalypso… La rue dans tout son Art !

Pour sa troisième édition et pour fêter les trente ans du Hip-Hop, le festival de danse Kalypso, organisé par Mourad Merzouki, nous fait entrer, autour de battles, de duos, de trios et de danses de groupe, dans l'univers des danses de la rue avec deux spectacles, "Flaque" et "Dans l'arène", pour ouvrir le bal de ce festival.



Cie YZ © Willow Evann.
Cie YZ © Willow Evann.
C'est du Street Art comme on dit in english et que l'on peut passablement traduire, à ceux pour qui les mots "parking" ou "week-end" font pleurer de rage, par "Danses de la rue". Sauf qu'elles sont apparues dans la rue mais que depuis plusieurs années déjà, elles entrent dans la danse de la Danse avec des festivals qui ont (et je ne me gêne pas avec ce jeu de mots !) pignon sur rue maintenant.

"Dans l'arène" de la compagnie YZ, c'est la rencontre de deux danseurs aux gestuelles différentes, avec tout d'abord Yanka Pedron aux mouvements parfois arrêtés, souvent décomposés ou par intermittence ralentis, et dans lesquels jambes, bras, tronc et poitrine deviennent indépendants. Il fait du corps un puzzle organique, comme des parties détachables qui aurait chacune leur vie propre. Le corps devient la caisse de résonance de vibrations rythmées à un temps qui semble suspendu, faisant mentir sauvagement Newton, et où le corps continue de se mouvoir. Il devient comme un robot.

Chez Bouside Aït Atmane, les mouvements sont beaucoup plus amples, élancés avec un jeu plus marqué dans le rythme des membres inférieurs et supérieurs, ceux-ci sont comme un miroir inversé de ceux-là avec des déhanchements de jambes bien découpés. Autant l'énergie de Yanka Pedron est contenue pour faire "vibrer" son corps, autant Bouside Aït Atmane a, et là la répétition s'impose, une énergique énergie nourrissant une gestuelle "extravertie".

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
La rencontre des deux danseurs permet d'approcher deux styles de danse qui se marient comme "fromage et dessert". Les répliques et "l'humour" fusent aussi pour planter un battle*. Sauf que cela n'apporte pas de réelle plus-value artistique. Les danses ne méritent pas ce détour car elles se suffisent à elle-même.

Ensuite, il y a "Flaques" de la compagnie Defracto avec, aux commandes, un régisseur (David Maillard) et deux danseurs (Éric Longequel, Guillaume Martinet) qui jouent de la balle avec une trame qui se construit autour de celle-ci.

Les mouvements sont répétitifs à dessein avec une balle qui est envoyée de la main droite vers la main gauche en passant sous l'aisselle gauche après avoir frôlé le cou. Ce sont des scènes où les danseurs nous amènent dans des univers où la danse devient théâtre de mouvements. C'est drôle, dit presque sans mot, même si le spectacle démarre et finit avec des mots laconiques et comiques.

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
Il y a aussi un jeu corporel sur une mélodie classique au piano dans laquelle les corps suivent, par les déplacements au sol, le rythme de la musique. Le classique, danse composée de mouvements d'élévation du corps, se retrouve plaqué au sol. Il y a un lien entre corps, son, musique et balles. Le corps se fait l'écho des trajets sonores, musicaux et accidentels des balles.

C'est audacieux dans la prise de risque que les danseurs prennent aussi pour faire exister un autre personnage, celui du régisseur son. C'est du théâtre dansé où les scènes font apparaître du cirque, du jonglage, du mime. C'est beau, drôle et bien articulé.

*Utilisé principalement dans son anglicisme, un battle est un terme hip-hop qui désigne une compétition entre rappeurs ou danseurs.

"Flaque"
Par la compagnie Defracto.

Écriture et interprétation : David Maillard, Éric Longequel, Guillaume Martinet.
Régie plateau et création musicale : David Maillard.
Mise en scène : Johan Swartvagher.
Regard extérieur jonglage : Jay Gilligan.
Création lumière : David Carney.

YZ © Willow Evann.
YZ © Willow Evann.
"Dans l'arène"
Par la compagnie YZ.

Chorégraphie et interprétation : Bouside Aït Atmane et Yanka Pédron.
Regard extérieur : Coline Siberchicot.
Création lumière : Ydir Acef.
Création musicale : Charles Amblard.
Régie son et lumière : Olivier Pierre.
Technicienne lumière : Maïwenn Coizic.
Technicien plateau : Paul Argis.
Apprentie technique : Morgane Diedrich.

Du 5 novembre au 20 décembre 2015.
Lieux des différentes représentations du festival Kalypso :
5 novembre au 20 décembre : Académie Fratellini, Saint-Denis (93).
17 au 21 novembre : Maison des Art, Créteil (94).

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
18 et 19 novembre : La Villette, Paris (19e).
22 novembre : Théâtre Debussy, Maison Alfort (94).
22 novembre : Théâtre Louis Aragon , Tremblay en France (93).
24 au 29 novembre : Maison des Métallos , Paris (11e).
26 novembre : Espace Renaudie, Aubervilliers (93).
26 et 27 novembre : Espace 1789 , Saint Ouen (93).
28 novembre : Maison de la musique et de la danse , Bagneux (92).
29 novembre au 5 décembre : Les Gémeaux , Sceaux (92).

Réservation : 01 72 59 40 30.
>> academie-fratellini.com
>> ccncreteil.com/kalypso

Durée : 1 h 30.

Safidin Alouache
Mercredi 18 Novembre 2015

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020