La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Kalypso… La rue dans tout son Art !

Pour sa troisième édition et pour fêter les trente ans du Hip-Hop, le festival de danse Kalypso, organisé par Mourad Merzouki, nous fait entrer, autour de battles, de duos, de trios et de danses de groupe, dans l'univers des danses de la rue avec deux spectacles, "Flaque" et "Dans l'arène", pour ouvrir le bal de ce festival.



Cie YZ © Willow Evann.
Cie YZ © Willow Evann.
C'est du Street Art comme on dit in english et que l'on peut passablement traduire, à ceux pour qui les mots "parking" ou "week-end" font pleurer de rage, par "Danses de la rue". Sauf qu'elles sont apparues dans la rue mais que depuis plusieurs années déjà, elles entrent dans la danse de la Danse avec des festivals qui ont (et je ne me gêne pas avec ce jeu de mots !) pignon sur rue maintenant.

"Dans l'arène" de la compagnie YZ, c'est la rencontre de deux danseurs aux gestuelles différentes, avec tout d'abord Yanka Pedron aux mouvements parfois arrêtés, souvent décomposés ou par intermittence ralentis, et dans lesquels jambes, bras, tronc et poitrine deviennent indépendants. Il fait du corps un puzzle organique, comme des parties détachables qui aurait chacune leur vie propre. Le corps devient la caisse de résonance de vibrations rythmées à un temps qui semble suspendu, faisant mentir sauvagement Newton, et où le corps continue de se mouvoir. Il devient comme un robot.

Chez Bouside Aït Atmane, les mouvements sont beaucoup plus amples, élancés avec un jeu plus marqué dans le rythme des membres inférieurs et supérieurs, ceux-ci sont comme un miroir inversé de ceux-là avec des déhanchements de jambes bien découpés. Autant l'énergie de Yanka Pedron est contenue pour faire "vibrer" son corps, autant Bouside Aït Atmane a, et là la répétition s'impose, une énergique énergie nourrissant une gestuelle "extravertie".

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
La rencontre des deux danseurs permet d'approcher deux styles de danse qui se marient comme "fromage et dessert". Les répliques et "l'humour" fusent aussi pour planter un battle*. Sauf que cela n'apporte pas de réelle plus-value artistique. Les danses ne méritent pas ce détour car elles se suffisent à elle-même.

Ensuite, il y a "Flaques" de la compagnie Defracto avec, aux commandes, un régisseur (David Maillard) et deux danseurs (Éric Longequel, Guillaume Martinet) qui jouent de la balle avec une trame qui se construit autour de celle-ci.

Les mouvements sont répétitifs à dessein avec une balle qui est envoyée de la main droite vers la main gauche en passant sous l'aisselle gauche après avoir frôlé le cou. Ce sont des scènes où les danseurs nous amènent dans des univers où la danse devient théâtre de mouvements. C'est drôle, dit presque sans mot, même si le spectacle démarre et finit avec des mots laconiques et comiques.

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
Il y a aussi un jeu corporel sur une mélodie classique au piano dans laquelle les corps suivent, par les déplacements au sol, le rythme de la musique. Le classique, danse composée de mouvements d'élévation du corps, se retrouve plaqué au sol. Il y a un lien entre corps, son, musique et balles. Le corps se fait l'écho des trajets sonores, musicaux et accidentels des balles.

C'est audacieux dans la prise de risque que les danseurs prennent aussi pour faire exister un autre personnage, celui du régisseur son. C'est du théâtre dansé où les scènes font apparaître du cirque, du jonglage, du mime. C'est beau, drôle et bien articulé.

*Utilisé principalement dans son anglicisme, un battle est un terme hip-hop qui désigne une compétition entre rappeurs ou danseurs.

"Flaque"
Par la compagnie Defracto.

Écriture et interprétation : David Maillard, Éric Longequel, Guillaume Martinet.
Régie plateau et création musicale : David Maillard.
Mise en scène : Johan Swartvagher.
Regard extérieur jonglage : Jay Gilligan.
Création lumière : David Carney.

YZ © Willow Evann.
YZ © Willow Evann.
"Dans l'arène"
Par la compagnie YZ.

Chorégraphie et interprétation : Bouside Aït Atmane et Yanka Pédron.
Regard extérieur : Coline Siberchicot.
Création lumière : Ydir Acef.
Création musicale : Charles Amblard.
Régie son et lumière : Olivier Pierre.
Technicienne lumière : Maïwenn Coizic.
Technicien plateau : Paul Argis.
Apprentie technique : Morgane Diedrich.

Du 5 novembre au 20 décembre 2015.
Lieux des différentes représentations du festival Kalypso :
5 novembre au 20 décembre : Académie Fratellini, Saint-Denis (93).
17 au 21 novembre : Maison des Art, Créteil (94).

Cie Defracto © Pierre Morel.
Cie Defracto © Pierre Morel.
18 et 19 novembre : La Villette, Paris (19e).
22 novembre : Théâtre Debussy, Maison Alfort (94).
22 novembre : Théâtre Louis Aragon , Tremblay en France (93).
24 au 29 novembre : Maison des Métallos , Paris (11e).
26 novembre : Espace Renaudie, Aubervilliers (93).
26 et 27 novembre : Espace 1789 , Saint Ouen (93).
28 novembre : Maison de la musique et de la danse , Bagneux (92).
29 novembre au 5 décembre : Les Gémeaux , Sceaux (92).

Réservation : 01 72 59 40 30.
>> academie-fratellini.com
>> ccncreteil.com/kalypso

Durée : 1 h 30.

Safidin Alouache
Mercredi 18 Novembre 2015

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019