La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Ukraine Fire" Concert explosif au cœur du brasier ukrainien, une poétique de la nécessaire révolte

Issues du Théâtre Dakh à Kiev, les Dakh Daughters - chanteuses, musiciennes, performeuses - irradient depuis plus de deux décennies le paysage artistique pour l'embraser de leur énergie surpuissante. Mais depuis le 24 février 2022, date de l'invasion de leur pays et de son cortège de crimes contre l'humanité, leur révolte est montée encore d'un cran, se muant en combat irréductible contre la barbarie dont est victime le peuple ukrainien. Avec leur art pour seule arme, ces guerrières au visage de clowns lunaires n'ont de cesse de faire résonner le cri de la liberté, cri ô combien salutaire pour dénoncer le génocide annoncé par le petit tsar russe.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Lorsque le rideau de scène barré de l'inscription "Arrêtez l'agression russe et le génocide en Ukraine !" se lève des tableaux morcelés de villes bombardées et d'habitants se terrant dans les sous-sols d'immeubles privés d'eau et d'électricité crèvent l'écran. Une comédienne en régie se fait alors le porte-voix de la fuite éperdue de ces femmes et enfants, tentant au milieu des cadavres et corps mutilés d'échapper aux massacres.

Contrastant avec le chaos en arrière-plan s'abattant sur l'Ukraine soumise à "une pluie de fer, de feu, d'acier, de sang", les Dakh Daughters font montre de la maîtrise impeccable de leurs postures et gestes mise au service d'un répertoire balayant un large spectre allant de la langueur des chants traditionnels aux accents précipités d'un rap furieux. Autant à leur aise dans les mouvements amples des cheminements mélancoliques que dans les rythmes fougueux d'un punk rock déjanté, ces musiciennes montées sur ressorts jouent avec un art consommé de leurs multi-instruments (contrebasse, clavier, percussions, etc.) ajoutant ainsi à leurs voix exceptionnelles des notes au pouvoir hypnotique.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Depuis ces jours de février 2014 où, sur la Place Maïdan de Kiev, elles ont mêlé leurs voix à celles des révolutionnaires de l'Euromaïdan (refus d'un accord scélérat avec la Russie privant les Ukrainiens d'un rapprochement avec l'Europe), les Dakh Daughters ont métamorphosé leur colère en manifeste activiste où poétique et politique confondent leurs sonorités communes.

Ainsi, une heure et demie durant, vont se succéder des tableaux musicaux où il est question d'aspiration au bonheur partagé, exprimé dans une poésie élégiaque au rythme lancinant, sur fond de malheurs collectifs explosant en séquences musicales effrénées. Visages hideux à la Goya, défilés hitlériens au pas de l'oie, bras tendus, croix gammées, servant de toile de fond à des paroles faussement ingénues - "l'homme est doué de raison… juste une chose m'échappe… pourquoi autant de mal sur terre ?", refrain répété à l'envi jusqu'à ce qu'il devienne assourdissant.

Ou encore fable à portée métaphorique de l'orpheline de guerre à qui l'on conseille de se marier et dont "la liberté se noie dans un puits profond", sur fond d'armées de corbeaux hantant les champs de bataille où l'on tue et viole. Avec, aussitôt en contrepoint, horizons d'attentes ô combien porteurs, les paroles roboratives de la promesse d'un ailleurs, d'un avenir libéré de l'oppresseur, toujours là comme antidote à la résignation. Aborder ensemble les rives d'un autre monde expurgé du monstre poutinien - "Je veux de nouvelles chansons, de nouvelles vies… de Paris à Sydney, on veut vivre, on veut aimer" - résonne dès lors comme un leitmotiv de combat.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Récit de vie d'une grand-mère au visage buriné n'ayant connu que les détresses des guerres et psalmodiant son malheur - "oh mon destin où t'en es-tu allé ?" - jusqu'à saturation des sons de la batterie s'emballant furieusement. À la rage musicale, succède le regard résolu de la batteuse campée solidement sur ses jambes et plongeant ses yeux dans ceux du public : "l'amour surmontera, c'est tout". Détermination palpable jusqu'au message final où, drapées dans un étendard ukrainien fièrement arboré, ces femmes puissantes incarnent superbement l'espoir de tout un peuple solidaire.

Si "l'engagement" sans concession des Dakh Daughters nous percute autant, c'est justement parce qu'il puise ses ressources dans des formes artistiques pleinement maîtrisées. Y compris dans l'utilisation de mosaïques d'images extraites de l'actualité à vif, documents faisant effraction en fond de scène à la manière d'éclats déchirant la mémoire collective toujours encline aux petits arrangements avec l'horreur. Ainsi transcendée dans une "représentation" artistique, l'abomination de l'invasion décrétée par le Président russe est donnée à voir sous l'angle d'un précipité parlant à nos sens autant qu'à notre raison.

Puissent les échos d'"Ukraine Fire" demeurer durablement en nous, à l'unisson de ceux du poème "Liberté" écrit aux heures sombres de l'occupation allemande par Paul Éluard.

Vu le mardi 4 octobre au Carré de Saint-Médard-en-Jalles, dans le cadre du FAB, Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
50 % des recettes de cette soirée ont été reversées à l'Aide médicale et caritative France-Ukraine.

"Ukraine Fire"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création 2022 des Dakh Daughters.
Spectacle en ukrainien sur-titré en français.
Direction artistique : Vlad Troitskyi.
Dakh Daughters : Nataliia Halanevych, Ruslana Khazipova, Solomiia Melnyk, Anna Nikitina, Nataliia Zozul.
Avec la participation de la comédienne : Tetyana Troistka.
Création lumières, mapping vidéo : Mariia Volkova.
Son : Simon Auffret et Masksym Taran.
Durée : 1 h 30.

Tournée
7 octobre 2022 : Festival Le Grand Soufflet, Le Canal, Redon (35).
13 10 2022 : Festival Nuits de Champagne, Théâtre de la Madeline, Troyes (10).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Lundi 10 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022