La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 Les fantastiques créatures de Théo Jansen, fabuleux sculpteur du vent, ouvrent le bal du Festival

Pour l'envol de sa septième édition, le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole a convaincu l'artiste plasticien d'abandonner pour un temps ses étendues sablonneuses du plat pays où naissent ses prodigieuses "Strandbeests" (bêtes de plage), faisant ainsi découvrir à ses créatures d'autres horizons humides : ceux du fleuve Garonne. Immergeant le passant ordinaire dans un environnement naturel où les arts vivants (210 représentations, cirque, danse, théâtre, musique confondus, dont 145 gratuites) s'entremêlent aux cultures locales, le FAB va irriguer la Métropole cette première quinzaine d'octobre.



"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
Créateur depuis plus de trente ans de ses bêtes insolites douées d'un mouvement autonome insufflé par le seul air du temps, Théo Jansen réunit les qualités d'un ingénieur de haut vol à celles d'un poète "aux semelles de vent", celles dont sont dotés justement ses extra-ordinaires Strandbeests. Ainsi le promeneur du Miroir d'eau, jouxtant en plein cœur de Bordeaux d'autres eaux plus tumultueuses, n'en croyait-il pas ses yeux ce vendredi en fin de matinée, en découvrant s'ébrouer l'une des créatures échappée du bestiaire du maître es-rêveries solitaires. Des rêveries éveillées faisant effraction dans le monde réel du tramway design se profilant au second plan pour infiltrer de manière hallucinatoire l'imaginaire.

Construits avec des tubulures de gaines électriques de récupération, ces êtres gigantesques s'affranchissent du génie de leur créateur néerlandais pour prendre vie… et mourir. En effet, l'évolution darwinienne les concernant au même titre que les créatures humaines nées des micro-organismes marins, certains d'entre eux ont déjà rejoint le cimetière de "l'eau-delà" pour laisser place à de nouvelles générations. Ainsi en va-t-il de la vie engendrée par ce poète lunaire, le vœu de Théo Jansen étant que ses créatures lui survivent pour peupler un monde (re)devenu… "humain".

"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
L'exposition "Strandbeest, The new generation" - qui se tiendra jusqu'au 1er janvier 2023, dans les Jardins de l'Hôtel de ville de Bordeaux et dans une aile du Musée des Beaux-Arts ouvrant sur ces mêmes jardins - a donné lieu à un vernissage d'exception le soir du 1er octobre. Éclairées de l'intérieur et mises en lumières par les commentaires de leur géniteur, les créatures (Rectus, Longus, Extensa, Adulari, Spinalis…) ont conté l'histoire de leur évolution au fil du temps (une trentaine d'années) qui les a vues naître, ce temps court mettant en abyme celui immémorial de l'évolution de la vie sur terre.

Et pour parfaire la magie de l'instant, procurant la vive impression d'assister à la création d'un autre monde, sous la direction du maestro Salvatore Caputo, le Chœur de l'Opéra National de Bordeaux interpréta à la nuit tombée des morceaux du compositeur contemporain Arvo Pärt. Un hymne sensoriel, en 3D et polyphonique, propre à introduire dans la cosmogonie mythique des récits à venir…

"Les Pheuillus", Le Phun Théâtre © J.-P. Estournet.
"Les Pheuillus", Le Phun Théâtre © J.-P. Estournet.
Dans le droit fil de cette matière mise en mouvement, noyau dur des arts dits vivants, ce grand week-end d'ouverture a vu "Les Pheuillus", étranges humanoïdes végétaux, migrer de leurs lointaines contrées vers les terres girondines pour observer placidement - du moins peut-on se l'imaginer - les indigènes de la Métropole tel Montesquieu l'avait naguère réalisé dans ses "Lettres persanes". Des êtres porteurs d'une inquiétante étrangeté (si différents et pourtant si semblables…) éveillant salutairement nos regards portés sur l'étrange étranger…

"Pigments", spectacle "haut en couleur" de voltiges, s'est employé - au travers de figures aériennes réalisées par la douzaine d'artistes volants de la Cie CirkVOST - à nous faire lever les yeux vers le ciel pour nous affranchir de la pesanteur terrestre… Si le scénario, en soi un brin répétitif et quelque peu empreint de déjà vu servant de trame aux trois quarts d'heure d'exploits sportifs, n'était pas de nature à nous faire tourner la tête, les prouesses acrobatiques de ces hardis voltigeurs et voltigeuses avaient, elles, de quoi tournebouler nos sens.

"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
Quant au rendez-vous désormais très attendu - c'était là leur cinquième apparition avant les J-O de 2024 et leurs Olympiades culturelles - de "Panique Olympique/Cinquième !", il a suscité à nouveau une déferlante humaine prenant possession de l'Allée Serr sur la rive droite du fleuve Garonne. En effet, la chorégraphe Agnès Pelletier et son complice Christian Lanes (l'homme au tutu rose portant crânement au final la torche olympienne embrasée) de la Cie Volubilis avaient convié là, en ce dimanche d'ouverture, près de trois cents danseuses et danseurs bénévoles de tous âges de Nouvelle-Aquitaine… avec comme ligne de mire le Graal Olympien se profilant tel un horizon d'attente dorénavant à portée de bras.

Après avoir été coachés(es) de manière chaleureuse et exigeante pendant deux journées, les participants(es) se sont livrés(es) à une chorégraphie contemporaine traversée par l'énergie d'un groupe faisant chorus autour des valeurs partagées de la fantaisie joyeusement transgressive, ADN tramant les éditions depuis les débuts de cette aventure participative. Là, il s'agissait d'un terrain de terres (sic) à explorer pour s'en imprégner au propre comme au figuré. Sur une création sonore enlevée de Yann Servoz, mêlant rythmes accélérés et poses sur images, dans un tourbillon d'assauts désopilants, se fondant avec le matériau doté de vie, les corps n'ont eu de cesse de sculpter l'espace de leurs inventions démultipliées par le nombre.

"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
La clameur de la foule venant spontanément, par un effet heureux de miroir, amplifier le plaisir lu sur les visages des concurrents(es) à ces pré-jeux olympiques… qui portaient toutes et tous le même numéro de dossard ! Un clin d'œil soulignant avec humour et subtilité le caractère irrésistiblement collectif des "performances" réalisées.

Les festivités ouvertes, on attend avec curiosité la suite…

Performances vues dans le cadre du week-end d'ouverture des samedi 1er et dimanche 2 octobre du FAB, Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (1er- 16 octobre 2022).

"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
"Strandbeests", Théo Jansen © Pierre Planchenault.
"Strandbeest, The new generation"
Création et conception : Théo Jansen.
Avec la participation du Chœur de l'Opéra National de Bordeaux sous la direction de Salvatore Caputo.
Composition : Arvo Pärt.
Exposition visible du 1er octobre 2022 au 1er janvier 2023, Jardin de l'Hôtel de Ville/Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Vu lors du Happening du vendredi 30 septembre à 11 h au Miroir d'Eau et lors du vernissage de l'exposition le samedi 1er octobre à 19 h dans le Jardin de l'Hôtel de Ville.

"Les Pheuillus", Le Phun Théâtre © Lizarrieta Kepa Etchandy.
"Les Pheuillus", Le Phun Théâtre © Lizarrieta Kepa Etchandy.
"Les Pheuillus"
Le Phun Théâtre.

Vu tout au long du week-end dans les territoires irrigués par le FAB et visibles jusqu'au 16 octobre 2022 hors les murs à Lormont, Bassens et Bordeaux Rive droite.

"Pigments", CirkVOST © Pierre Planchenault.
"Pigments", CirkVOST © Pierre Planchenault.
"Pigments"
Cie CirkVOST.
Acrobates : Louise Aussibal, Benoit Belleville ; Lutz Christian, Arnaud Cabochette, Célia Cassagrande-Pouchet ; Vassiliki Rossillion, Maximilien Delaire, Théo Dubray ; Tristan Étienne, Jérôme Hosenbux, Florian Vergniol ; Sébastien Lépine, Tiziana Prota ; Lucie Lepoivre, Océane Peillet, Élie Rauzier, Élien Rodarel.
Musicien : Sébastien Dal Palu.
Mise en air : Benoit Belleville, Germain Guillemot.
Création musicale : Sébastien Dal Palu, Simon Delescluse.
Création lumière : Simon Delescluse, assisté de Clément Huard.
Régie générale : Frédéric Vitale.
Régie lumière : Simon Delescluse, Clément Huard.
Régie son Maxime Leneyle.
Costumes Emma Assaud.
Durée : 40 minutes.

Vu le dimanche 2 octobre à 15h sur les Bords de Jalle à Saint-Médard.

Tournée
12, 13, 16, 18, 19, 2 et 21 juillet 2023 : PNC Agora, Boulazac (24).
Projets en cours pour l'année 2023 : Cirk'Aalst (Belgique) ; L'Art Déco à Sainte-Savine (10) ; Festival Expodemo (Portugal).

"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique /Cinquième !", Cie Vubilis © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Cinquième !"
Cie Volubilis.
Conception et chorégraphie : Agnès Pelletier assistée de Christian Lanes.
Création sonore : Yann Servoz.
Durée : 20 minutes.

Vu le dimanche 2 octobre à 17 h Allée Serr à Bordeaux. Danseurs et non danseurs néo-aquitains venus de toute part.

Tournée
En février 2023 : Théâtre le Liburnia, Libourne (33).
1er avril 2023 : Festival À Corps, Le TAP, Poitiers (86).
13 mai 2023 : Théâtre d'Ardoise, Saint-Pierre d'Oléron (17).
17 mai 2023 : Asso C.R.A.C., Dordogne (24).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Jeudi 6 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022