La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "La vie est une fête" L'humour à la kalachnikov des Chiens de Navarre

Ça mitraille sec ce soir-là sur le plateau du Carré, jusque dans la salle qui en est éclaboussée. Les Chiens de Navarre, habitués des lieux, font leur retour fracassant… Devant un public hilare, gagné d'avance à leurs facéties sans frein (quoique les sujets susceptibles de ne pas susciter l'adhésion immédiate soient prudemment squeezés), ils électrisent spectateurs et spectatrices venus participer au délire festif annoncé. Tout le monde en prend pour son grade avec, il est vrai, un super bonus accordé - pour le plaisir de tous - au représentant d'un clone d'extrême droite, encore plus monstrueux que ses modèles originaux.



© Philippe Lebruman.
© Philippe Lebruman.
Tout commence… avant que ça ne commence. En prenant place dans leur fauteuil, les spectateurs (députés anonymes) sont d'emblée immergés dans la cacophonie d'une séance de l'Assemblée Nationale. Sous les incessants rappels à l'ordre d'un Président juché avec un bel aplomb sur le Perchoir, défilent les discours sur le bienfondé ou non de la proposition du jour : le Revenu Universel.

Si à cet exercice les député(e)s de gauche s'en tirent plutôt pas mal sur le fond, par un effet de loupe délibéré, leurs postures, éléments de langage, contradictions entre dires et mode de vie, peuvent délivrer d'eux l'image d'amusants pantins. S'invitent dans le débat l'application de méditation "Petit BamBou" destinée à calmer les ardeurs et, suivant les recommandations de l'association "Tous à poil à la piscine", le burkini version topless. Une députée de droite intervient pour demander quant à elle un geste "pour la cagnotte" afin de rembourser les frais de campagne de leur candidate malheureuse. Un joyeux capharnaüm où l'on reconnaît l'humour mainstream des chroniqueurs engagés par les chaînes publiques.

© Philippe Lebruman.
© Philippe Lebruman.
Pendant que le Président lance "un dernier rappel à destination des députés attardés à la buvette", la parole revient à l'un des élus du RN, sous l'œil d'une Marianne déconfite. Et là, ce qui se déverse, n'est effectivement pas du même tonneau. Des propos marqués du sceau de l'exclusion en tous "genres", des contre-vérités à la pelle sur le danger migratoire, des jugements à l'emporte-pièce sur les chômeurs profiteurs, une attaque "frontale" visant un collègue homosexuel, salmigondis récurrent suscitant - sans trop de risque - le rejet unanime du public d'une scène nationale.

Une belle échauffourée s'en suit dans les travées de l'hémicycle transformé en champ de bataille, l'orateur frontiste étant dare-dare "camisolé". On le retrouve dans la salle des urgences psychiatriques où, face à une psy silencieuse, il déverse décomplexé à souhait son flot nauséabond d'immondices racistes et sexistes. La réponse s'imposait… seule une détonation avait le pouvoir de nous "tirer" d'affaire. Le soulagement ressenti étant redoublé par le fait de retrouver là l'esprit mordant des "Chiens". Dans cette veine, un énergumène sorti d'un film gore s'emploie à redonner de la couleur à l'hémoglobine de théâtre.

© Philippe Lebruman.
© Philippe Lebruman.
Cette introduction "fracassante" dans le milieu des urgences psychiatriques - faisant directement suite à la séance mouvementée de l'Assemblée Nationale, y aurait-il en filigrane une association d'idées ? - ouvre la série des saynètes burlesques de la vie ordinaire d'un hôpital se délitant de partout et recevant des patients cabossés par l'existence. Jeune femme "suicidée" suite à un chagrin d'amour… avec un chanteur rencontré une seule fois, en buvant une bière artisanale à la Fête de l'Humanité. Quadra désorientée ayant l'impression d'avoir raté sa vie… pas de mec, pas d'enfants et, en prime, une silhouette à remodeler de fond en comble grâce au bistouri esthétique d'une professionnelle de haut vol.

Dans la liste des victimes de l'existence, on retrouvera un ancien Directeur Commercial délirant après avoir décompensé grave suite à sa mise au placard par les nouvelles pratiques managériales héritées du modèle états-unien, monde habité par des êtres montés sur roulettes et parlant le franglais. Une infirmière câline réconciliera un garde mobile et un manifestant en leur faisant se donner gentiment la menotte ; main, œil, tête arrachée du côté des forces de l'ordre (sans doute là une inversion des rôles par effet d'antiphrase…).

Le point d'orgue "hospitalier" étant constitué par la visite en grande pompe du ministre de la Santé "venu applaudir ceux qui sont en première ligne", visite quelque peu bousculée par un malade inénarrable lui balançant joyeusement à la figure toutes sortes de matières. Le ministre, rompu à l'exercice, répétant comme un mantra bien appris que cela ne le dérange aucunement…

© Philippe Lebruman.
© Philippe Lebruman.
Ce feu "d'artifices", nourri en amont par une observation des dérives sociétales poussées là à leur point d'ignition, "met le feu à la salle" tant la dérision est une matière hautement inflammable. Le côté régressif de l'écriture de plateau, recomposée par le chef de meute, participe grandement à la libération cathartique vécue en commun.

Cependant, si on rit de bon cœur à cet humour potache - et en des temps moroses, ça soulage ! -, on n'est pas sans se demander si Les Chiens de Navarre, contrairement à leur ambition, ne deviendraient pas au fil du temps les (in)supportables toutous des pouvoirs ayant besoin d'exutoires aux tensions engendrées par les écarts iniques se creusant entre possédants et "possédés", ces cabossés de l'existence. En effet, leur spectacle agit comme une purge salutaire… mais, après une purge, que reste-t-il de vraiment consistant ?

Vu le jeudi 13 octobre 2022 au Carré - Saint-Médard, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. A été représenté du 12 au 14 octobre.

"La vie est une fête"

© Philippe Lebruman.
© Philippe Lebruman.
Mise en scène : Jean-Christophe Meurisse.
Collaboration artistique : Amélie Philippe.
Avec : Delphine Baril, Lula Hugot, Charlotte Laemmel, Anthony Paliotti, Gaëtan Peau, Ivandros Serodios, Fred Tousch et Bernie.
Régie générale, décors et construction : François Gauthier-Lafaye.
Chorégraphie : Jérémy Braitbart.
Création et régie lumière : Stéphane Lebaleur.
Création et régie son : Pierre Routin.
Régie plateau : Nicolas Guellier.
Costumes et régie plateau : Sophie Rossignol.
Machiniste : Augustin Grenier.
Par Les Chiens de Navarre.
Durée : 1 h 45.

Tournée
Les 18 et 19 octobre 2022 : Château Rouge, Annemasse (74).
Du 7 au 9 novembre 2022 : TAP, Poitiers (86).
Du 17 au 20 novembre 2022 : Théâtre des Salins - Scène nationale, Martigues (13).
Du 29 novembre au 3 décembre 2022 : La Villette, Paris 19e.
Les 7 et 8 décembre 2022 : Scène nationale 61, Alençon (61).
Du 14 au 18 décembre 2022 : MC93, Bobigny (93).
Du 5 au 7 janvier 2023 : L'Onyx, Saint-Herblain (44).
Les 12 et 13 janvier 2023 : L'Onde, Vélizy (78).
Les 18 et 19 janvier 2023 : Le Rive-Gauche, Saint-Étienne-du-Rouvray (76).
Du 26 au 28 janvier 2023 : MAC, Créteil (94).
Du 2 au 5 février 2023 : Le Volcan, Le Havre (76)
Du 24 au 26 mars 2023 : Le Channel, Calais (62).
Les 30 et 31 mars 2023 : Le Manège, Maubeuge (59).
Les 5 et 6 avril 2023 : Bonlieu - Scène nationale, Annecy (74).
Les 13 et 14 avril 2023 : La Condition publique, Roubaix (59).
Du 20 au 23 avril 2023 : Teatros Del Canal, Madrid (Espagne).
Du 10 mai au 3 juin 2023 : Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e.

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mercredi 19 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022