La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones" Le démenti par la danse : figures de résistance

"Toute tentative se terminera par des corps écrasés et des os brisés", c'est par ces termes d'une sauvagerie décomplexée que le président chinois Xi Jinping entend mâter toute velléité d'indépendance des habitants d'Hong Kong. Le Flamand Jan Martens, avec le langage qu'est le sien - la chorégraphie - lui répond au travers d'une pièce où les corps en mouvement font chorus pour faire front à la barbarie d'État. Les diversités d'âge, de genre et d'origine des dix-sept danseuses et danseurs résonnent comme de fabuleux pieds de nez adressés au(x) tyran(s) obsédé(s) par l'uniformisation des esprits et l'embrigadement des corps.



© Phile Deprez.
© Phile Deprez.
Sur le plateau arpenté en tous sens comme un échiquier "hors normes", les pas n'ont de cesse d'affirmer le tempo de la détermination sans faille de cet irrésistible "corps à corps" avec l'oppression. Les lignes au sol se croisent, s'entrecoupent, divergent, convergent, dans un entrelacs à donner le vertige. Les corps qui les parcourent s'effleurent sans jamais se heurter, complices de concert d'une même cérémonie millimétrée portée par les notes au pouvoir hypnotique du concerto pour clavecin d'Henryk Górecki.

Toutes les figures à opposer à la machinerie répressive sont explorées à l'envi, comme le ferait un entomologiste de l'Homo sapiens soucieux de répertorier les déplacements inventifs de colonies d'insectes humains mus par l'instinct de survie. De l'immobilité, traduisant la pause face à l'impensable à évaluer, à la mise en mouvements pluriels, une énergie vitale circule démultipliant par la force du groupe les ressources de résistance enfouies en chacun et chacune. En effet, si le mouvement d'ensemble est porté par le groupe solidaire, son interprétation est le fruit d'une liberté d'exécution assumée par chaque participant.

© Phile Deprez.
© Phile Deprez.
L'exact opposé des défilés militaires au pas de l'oie prisés par les dictateurs de tous poils où l'uniforme et le pas cadencé oblitèrent le sujet humain jusqu'à le fondre dans une masse uniforme. Là, des corps d'âges très différents (de moins de vingt ans à plus de soixante-dix), de cultures et d'origines plurielles, s'unissent sans rien perdre de leur individualité affirmée pour dire dans des chassés-croisés inventifs, ponctués par des pauses méditatives, leur refus de toute colonisation. Pas étonnant alors, au terme de cette heure et demie d'évolutions chorégraphiées, de s'apercevoir que chaque "visage de la liberté en marche" nous est devenu familier, ayant noué avec chacun d'entre eux une relation privilégiée.

Si l'on ajoute à la musique omniprésente d'Henryk Górecki, celle de Kae Tempest - l'aède contemporain de "The Line is a curve" qui envoûta de sa voix charmeuse la Cour d'Honneur lors de la clôture d'Avignon 2022 - et les mots puissants d'Ali Smith prononcés au micro, l'on comprend l'effet ensorceleur d'une telle "manifestation". Leurs échos amplifient non sans bonheur ceux des corps en mouvement parcourant infatigablement la figure d'un espace à reconquérir : une litanie, sans début ni fin, traversée par l'étonnante détermination de ceux qui restent debout face au tank compresseur de la Place Tian'anmen.

© Phile Deprez.
© Phile Deprez.
"Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones" se vit comme un vibrant manifeste chorégraphié, un oratorio éclatant d'énergie vitale, à opposer de toute nécessité aux sinistres dirigeants "en mâle" de puissance. Chaque danseur incarnant la note singulière de cette partition collective, écrite et orchestrée par le catalyseur d'énergies qu'est Jan Martens. Chaque spectateur immergé dans les tableaux vivants devenant le chorégraphe de l'insoumission en marche.

Vu le vendredi 14 octobre 2022 au TnBA de Bordeaux, en partenariat avec La Manufacture CDCN, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. A été représente les 14 et 15 octobre.

"Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones"

© Phile Deprez.
© Phile Deprez.
Chorégraphie : Jan Martens/GRIP & Dance On Ensemble.
Avec : Baptiste Cazaux Ty Boomershine, Truus Bronkhorst, Jim Buskens, Zoë Chungong, Piet Defrancq, Naomi Gibson, Kimmy Ligtvoet, Cherish Menzo, Steven Michel, Gesine Moog, Dan Mussett, Wolf Overmeire, Tim Persent, Courtney May Robertson, Laura Vanborm et Loeka Willems et, en alternance, Pierre Bastin, Georgia Boddez, Zora Westbroek et Lia Witjes-Poole.
Doublures : Abigail Aleksander, Simon Lelièvre, Solal Mariotte et Maisie Woodford.
Assistante artistique : Anne-Lise Brevers.
Création lumière : Jan Fedinger.
Assistant à la création de lumière : Vito Walter.
Création costumes : Cédric Charlier.
Assistants à la création de costumes : Alexandra Sebbag et Thibault Kuhn.
Regards extérieurs : Marc Vanrunxt, Renée Copraij, Rudi Meulemans et Siska Baeck.
Techniciens : Michel Spang et Valentijn Weyn, Bennert Vancottem.
Texte extrait de "Spring" d'Ali Smith avec la permission de Wylie Agency.

Musiques additionnelles : Henryk Górecki, Kae Tempest, Max Roach, Abbey Lincoln.
"Concerto pour Clavecin et Cordes Op 40" d'Henryk Mikolaj Górecki,
"People's Faces" de Kae Tempest and Dan Carey,
"Triptych:Prayer/Protest/Peace" de Maxwell Roach.
Durée : 1 h 30.

Tournée
11 février 2023 : Théâtre de Liège, Liège (Belgique).
10 mars 2023 : Maison de la Culture, Amiens (80).
Du 16 au 17 mars 2023 : Comédie de Caen, Hérouville-Saint-Clair (14).
Du 11 au 13 mai 2023 : Théâtre de la Ville (en partenariat avec La Villette), Paris 4e.

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Samedi 22 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023