Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

FAB 2019 We Can Be Heroes… "Panique Olympique" et "Blue Tired Heroes" : deux performances dont vous êtes le héros

Le Festival des Arts de Bordeaux Métropole offre une grande palette de spectacles internationaux - Belgique, Italie, Espagne, Cameroun, Maroc, Australie, Suisse, Burkina Faso, Portugal, Brésil, Allemagne, Royaume-Uni, Grèce - mixés à ceux de compagnies émergentes issues de la Nouvelle-Aquitaine. Autre originalité prisée, celle de faire appel à des volontaires enthousiastes pour créer des performances insolites. Le thème retenu pour sa 4e édition - We can be heroes - s'y prêtait à ravir…



"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" est devenu un OVI (sic) dans le paysage artistique de la Nouvelle-Aquitaine depuis que, pour sa première édition l'an dernier, le Miroir d'Eau de Bordeaux et ses quais de Garonne ont vu déferler des centaines de "danseuses et danseurs" de tout âge à la recherche d'un Paradis perdu (FAB 2018 - Le Paradis est à (re)conquérir). Ces hordes, drivées par Agnès Pelletier, chorégraphe à l'inventivité chevillée au corps, investissent l'espace public pour décupler ensuite leur activisme débordant dans d'autres contrées de la Région (Libourne, Cognac, Niort, Poitiers), "conquises" à cette (ré)création.

Et le phénomène n'est pas prêt de cesser : il va se reproduire, une demi-heure durant, gros chaque année de ses expériences précédentes, pour atteindre son apogée en 2024 lors du rendez-vous mythique des JO de Paris. Ici, c'est le prestigieux Cours de l'Intendance de Bordeaux, bordé de ses commerces de luxe, qui se voit transformé en piste de danse sauvage où des amateurs (étymologie : "qui aiment") de mouvements contemporains se lancent éperdument dans une chorégraphie époustouflante "à la gloire" du consumérisme très mode.

"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
Sur des musiques allant de "bad guy", de la musicienne américaine alternative Billie Eilish, aux accents bouleversants de "Die Winterreise" de Franz Schubert, en passant par la partition musicale très ancrée jazz sixties des "Demoiselles de Rochefort" de Michel Legrand, les impétueux interprètes se lancent à corps perdu dans un parcours endiablé où des sacs en papier kraft contenant de précieux achats (jamais dévoilés, comme peuvent l'être les obscurs objets du désir se dérobant à toute possession…) deviennent leurs accessoires élus.

Le résultat est bluffant jusqu'au tableau final où Agnès Pelletier et Christian Lanes, en éternel tutu rose et portant haut la flamme olympique, remontent en slalomant le Cours de l'Intendance jonché des corps des généreux danseuses et danseurs ayant succombé à leur frénésie délirante d'achats. Magnifique "à tout point de vue", ce show dansé de haute qualité artistique vaut autant par l'implication de ses participants gagnés au plaisir de cette œuvre en devenir, que par la précision de la partition musicale et chorégraphiée, le tout au service d'un sens filigrané : la mise en cause joyeuse du luxe, facteur de fièvre acheteuse.

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" rassemble une brochette d'une dizaine de super-héros (habitants de Bordeaux Métropole) recrutés sur des critères explicites : à défaut d'avoir vu le jour en 1934 comme Superman, leur modèle emblématique, être né quelques poignées d'années plus tard et en porter allègrement les stigmates… Massimo Furlan, performer, scénographe, chorégraphe et metteur en scène, impressionné par la star des comics, s'amusait enfant à être ce super-héros, "volant" dans sa chambre, serviette nouée autour du cou et pyjama enfilé.

Les rêves de l'enfance ont ceci de touchant - lorsqu'ils se réalisent à l'âge adulte - c'est qu'ils se mâtinent de l'ironie bienveillante du temps qui passe. Ainsi, le Suisse-Italien a-t-il imaginé que ce personnage doué de pouvoirs surnaturels n'avait rien perdu de son attraction, mais que, année après année, il avait pris ("forcément"…) quelques rides, gagné quelques rondeurs, perdu quelques cheveux blanchis sous le harnais. Et s'il ne faisait plus montre des superpouvoirs que l'on lui accordait (soit dit, un peu facilement…), il en avait conquis un autre (indiscutable) : celui d'être humain, simplement humain, complètement humain…

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
Ceints dans des pyjamas en lycra bleu, seyants à souhait de manière à mettre en valeur les moindres bourrelets et autres adipeuses excroissances, en chaussettes ajustées, slip et capes rouges du meilleur effet, la dizaine d'avatars du super-héros - fatigués certes par le poids des ans, mais l'œil toujours au-dessus de la ligne d'horizon - arpentent en ordre impeccable les principaux quartiers de la ville, ébahie sinon éblouie par tant de sérénité impassible.

Les réactions du public valent - elles aussi - leur pesant d'or… Incarnations bien en chair (!) de fantasmes toujours vivants, ces super-héros décomplexés intriguent, questionnent, amusent… We can be Heroes ! CQFD. Ce sera décidément le mot emblématique du festival.

Le FAB s'est déroulé du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

"Panique Olympique/Seconde !"

"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
Conception et chorégraphe : Agnès Pelletier.
Assistant : Christian Lanes.
Avec : 150 (+/-) danseuses et danseurs et/ou non danseuses et non danseurs néo-aquitains venu(e)s de toute part.
Durée : 20 minutes.
Cie Volubilis.

S'est déroulé le dimanche 13 octobre 2019 dans le cadre du FAB sur le Cours de l'Intendance à Bordeaux (33).

Tournée 2020
Samedi 15 février 2020 : Festival Dis, à quoi tu danses ?, Libourne (33).
samedi 21 mars 2020 : Festival Mars Planète Danse, Cognac (16).
samedi 4 avril 2020 : Festival À Corps, Poitiers (86).

"Blue Tired Heroes"

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
Mise en scène : Massimo Furlan.
Production : Jérôme Pique.
Dramaturgie : Claire de Ribaupierre.
Costumes : Severine Besson.
Avec : une dizaine d'habitants "recrutés" sur Bordeaux Métropole.
Durée : 1 h 30.
Cie Numero23Prod.

A été vu les vendredi 11 et samedi 12 octobre 2019, à l'occasion du FAB, dans les quartiers Mériadeck, Saint-Pierre, Saint-Michel et Bastide.

Prochaine date
25 et 26 avril 2020 : Comédie de Genève, Genève (Suisse).

Yves Kafka
Lundi 4 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021