La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

FAB 2019 We Can Be Heroes… "Panique Olympique" et "Blue Tired Heroes" : deux performances dont vous êtes le héros

Le Festival des Arts de Bordeaux Métropole offre une grande palette de spectacles internationaux - Belgique, Italie, Espagne, Cameroun, Maroc, Australie, Suisse, Burkina Faso, Portugal, Brésil, Allemagne, Royaume-Uni, Grèce - mixés à ceux de compagnies émergentes issues de la Nouvelle-Aquitaine. Autre originalité prisée, celle de faire appel à des volontaires enthousiastes pour créer des performances insolites. Le thème retenu pour sa 4e édition - We can be heroes - s'y prêtait à ravir…



"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" est devenu un OVI (sic) dans le paysage artistique de la Nouvelle-Aquitaine depuis que, pour sa première édition l'an dernier, le Miroir d'Eau de Bordeaux et ses quais de Garonne ont vu déferler des centaines de "danseuses et danseurs" de tout âge à la recherche d'un Paradis perdu (FAB 2018 - Le Paradis est à (re)conquérir). Ces hordes, drivées par Agnès Pelletier, chorégraphe à l'inventivité chevillée au corps, investissent l'espace public pour décupler ensuite leur activisme débordant dans d'autres contrées de la Région (Libourne, Cognac, Niort, Poitiers), "conquises" à cette (ré)création.

Et le phénomène n'est pas prêt de cesser : il va se reproduire, une demi-heure durant, gros chaque année de ses expériences précédentes, pour atteindre son apogée en 2024 lors du rendez-vous mythique des JO de Paris. Ici, c'est le prestigieux Cours de l'Intendance de Bordeaux, bordé de ses commerces de luxe, qui se voit transformé en piste de danse sauvage où des amateurs (étymologie : "qui aiment") de mouvements contemporains se lancent éperdument dans une chorégraphie époustouflante "à la gloire" du consumérisme très mode.

"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
Sur des musiques allant de "bad guy", de la musicienne américaine alternative Billie Eilish, aux accents bouleversants de "Die Winterreise" de Franz Schubert, en passant par la partition musicale très ancrée jazz sixties des "Demoiselles de Rochefort" de Michel Legrand, les impétueux interprètes se lancent à corps perdu dans un parcours endiablé où des sacs en papier kraft contenant de précieux achats (jamais dévoilés, comme peuvent l'être les obscurs objets du désir se dérobant à toute possession…) deviennent leurs accessoires élus.

Le résultat est bluffant jusqu'au tableau final où Agnès Pelletier et Christian Lanes, en éternel tutu rose et portant haut la flamme olympique, remontent en slalomant le Cours de l'Intendance jonché des corps des généreux danseuses et danseurs ayant succombé à leur frénésie délirante d'achats. Magnifique "à tout point de vue", ce show dansé de haute qualité artistique vaut autant par l'implication de ses participants gagnés au plaisir de cette œuvre en devenir, que par la précision de la partition musicale et chorégraphiée, le tout au service d'un sens filigrané : la mise en cause joyeuse du luxe, facteur de fièvre acheteuse.

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" rassemble une brochette d'une dizaine de super-héros (habitants de Bordeaux Métropole) recrutés sur des critères explicites : à défaut d'avoir vu le jour en 1934 comme Superman, leur modèle emblématique, être né quelques poignées d'années plus tard et en porter allègrement les stigmates… Massimo Furlan, performer, scénographe, chorégraphe et metteur en scène, impressionné par la star des comics, s'amusait enfant à être ce super-héros, "volant" dans sa chambre, serviette nouée autour du cou et pyjama enfilé.

Les rêves de l'enfance ont ceci de touchant - lorsqu'ils se réalisent à l'âge adulte - c'est qu'ils se mâtinent de l'ironie bienveillante du temps qui passe. Ainsi, le Suisse-Italien a-t-il imaginé que ce personnage doué de pouvoirs surnaturels n'avait rien perdu de son attraction, mais que, année après année, il avait pris ("forcément"…) quelques rides, gagné quelques rondeurs, perdu quelques cheveux blanchis sous le harnais. Et s'il ne faisait plus montre des superpouvoirs que l'on lui accordait (soit dit, un peu facilement…), il en avait conquis un autre (indiscutable) : celui d'être humain, simplement humain, complètement humain…

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
Ceints dans des pyjamas en lycra bleu, seyants à souhait de manière à mettre en valeur les moindres bourrelets et autres adipeuses excroissances, en chaussettes ajustées, slip et capes rouges du meilleur effet, la dizaine d'avatars du super-héros - fatigués certes par le poids des ans, mais l'œil toujours au-dessus de la ligne d'horizon - arpentent en ordre impeccable les principaux quartiers de la ville, ébahie sinon éblouie par tant de sérénité impassible.

Les réactions du public valent - elles aussi - leur pesant d'or… Incarnations bien en chair (!) de fantasmes toujours vivants, ces super-héros décomplexés intriguent, questionnent, amusent… We can be Heroes ! CQFD. Ce sera décidément le mot emblématique du festival.

Le FAB s'est déroulé du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

"Panique Olympique/Seconde !"

"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique/Seconde !" © Pierre Planchenault.
Conception et chorégraphe : Agnès Pelletier.
Assistant : Christian Lanes.
Avec : 150 (+/-) danseuses et danseurs et/ou non danseuses et non danseurs néo-aquitains venu(e)s de toute part.
Durée : 20 minutes.
Cie Volubilis.

S'est déroulé le dimanche 13 octobre 2019 dans le cadre du FAB sur le Cours de l'Intendance à Bordeaux (33).

Tournée 2020
Samedi 15 février 2020 : Festival Dis, à quoi tu danses ?, Libourne (33).
samedi 21 mars 2020 : Festival Mars Planète Danse, Cognac (16).
samedi 4 avril 2020 : Festival À Corps, Poitiers (86).

"Blue Tired Heroes"

"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
"Blue Tired Heroes" © Pierre Planchenault.
Mise en scène : Massimo Furlan.
Production : Jérôme Pique.
Dramaturgie : Claire de Ribaupierre.
Costumes : Severine Besson.
Avec : une dizaine d'habitants "recrutés" sur Bordeaux Métropole.
Durée : 1 h 30.
Cie Numero23Prod.

A été vu les vendredi 11 et samedi 12 octobre 2019, à l'occasion du FAB, dans les quartiers Mériadeck, Saint-Pierre, Saint-Michel et Bastide.

Prochaine date
25 et 26 avril 2020 : Comédie de Genève, Genève (Suisse).

Yves Kafka
Lundi 4 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022