La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

FAB 2019 "Gentry" Processus de lessivage des classes populaires… bénéficiaires cocus du ruissellement annoncé ?

Accueillis, au centre et à la périphérie d'un espace ceint de quatre écrans géants où défilent des vidéos de Barcelone la Magnifique, les spectateurs deviennent habitants d'un territoire en pleine rénovation. In vivo, ils sont conviés à faire l'expérience grandeur nature des heurs et malheurs de la "réhabilitation" et de ses effets collatéraux.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Oh les beaux jours ! Quel gain d'attractivité a gagné Barcelone aux yeux de grands groupes financiers, soucieux de leur image et de la rentabilité à tirer d'une ville en plein essor. Qu'elles sont attrayantes ces promenades serpentant entre des immeubles flambant neufs et des boutiques design ; qu'il est bon, au touriste de passage, naturellement friand de tapas et de vie trépidante, de se relaxer dans un appartement fraîchement rénové du centre historique…

L'amélioration de l'habitat et de son environnement a fait littéralement exploser le capital séduction de la capitale catalane et ce, pas uniquement aux yeux des magmas de la finance… En libéralisant l'accès aérien à prix ridiculement bas, en créant des appels d'air autour de plateformes spécialisées proposant à prix "raisonnable" des locations éphémères, le tourisme de masse a créé de nouveaux besoins s'ajoutant à ceux voraces des investisseurs.

Bien sûr cela a un prix, celui de l'embellissement… dont le coût exorbitant est à supporter par ceux et celles qui n'en bénéficieront pas (logique capitaliste oblige, les gains reviennent à ceux qui investissent…). Ainsi le centre historique et ses quartiers prisés, enjeux de rentabilité assurée, voient le prix de leurs loyers flamber, excluant de facto le maintien des populations locales.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Se transformant en champ de bataille contemporaine, avec ses rénovations "à la pelle" et ses excavateurs détruisant les bicoques décrétées insalubres pour faire place à la Cité rayonnante, la ville sans état d'âme rejette ses résidents historiques, devenus personæ non gratæ, et qui n'ont qu'à plier bagage pour aller voir ailleurs s'ils existent.

Adeptes d'un théâtre documentaire "parlant", écouteurs vissés aux oreilles, les trois comédiens "répètent" avec verve et conviction les témoignages recueillis à Barcelone, mais aussi à Venise et Berlin, autant de paroles colorées par l'émotion et/ou de discours bien formatés, émanant de nombreux acteurs de terrain (urbanistes, avocats, hôteliers, journalistes, anthropologues, habitants, activistes, etc.) concernés directement. Se mêlent à ces propos pris sur le vif, les ressources d'une dramaturgie convoquant musiques et danses, le tout mâtiné de témoignages vécus ici et maintenant par les adeptes du Glob Théâtre de Bordeaux.

Ainsi, après avoir été conviés à danser frénétiquement afin de bénéficier pleinement des effets festifs de la requalification, des spectateurs - les mêmes mais investis d'un autre "rôle" - assis sur des cubes luminescents dont les éclairages passent soudainement au rouge, se voient poliment invités à dégager illico presto le centre pour rejoindre la périphérie, éprouvant dans leur corps déplacé le verso de la gentrification.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
L'expérience vécue en temps réel, loin du paradis des tapas et autres gadgets contemporains proposés en veux-tu en voilà, prend alors valeur d'épreuve constructive d'une prise de conscience, celle des dégâts collatéraux produits par cet épiphénomène de la réhabilitation dont le nom dérive du chic vocable anglais de "gentry", et dont les effets concrets sont de vider des quartiers entiers de leurs forces vives.

Ainsi en va-t-il des effets pervers de la gentrification - présentée par les politiques comme un agent de pacification, voire d'assainissement des îlots vétustes à expurger de leurs junkies, prostituées et autres indésirables - et qui se révèle être l'alliée inattendue des courtiers du capitalisme assimilant le monde à une vaste marchandise.

De plus en plus de Barcelonais modestes - rendus insolvables par la flambée des loyers qu'aucune réglementation ne vient réguler - en font les frais, condamnés à l'expulsion sans même l'espoir du répit d'une trêve hivernale. Theatre reality ludique et percutant, la proposition immersive de "Gentry", et de son très actif et imaginatif collectif catalan Mos Maiorum, fait sens. "Réhabiliter", disiez-vous ?

"Gentry"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Cie Mos Maiorum, spectacle en catalan surtitré en français - 1ère française.
Direction artistique et interprétation : Mariona Naudin, Ireneu Tranis, Alba Valldaura.
Dramaturgie : Marc Villanueva.
Regard extérieur : Monica Almirall.
Scénographie : Clàudia Vilà.
Vidéo : Ventura Lopez Kalasz.
Design sonore : Guillem Llotje.
Costumes : Adriana Parra.
Lumières : Pol Queralt.
Durée : 1 h 20.
À partir de 14 ans.

A été représenté dans le cadre du FAB du 17 au 19 octobre 2019 au Glob Théâtre, Bordeaux (33).
Le FAB s'est déroulé du 4 au 20 octobre 2019.
>> fab.festivalbordeaux.com

Tournée 2020
Du 16 au 19 et du 23 au 26 janvier 2020 : Antic Teatre, Barcelone (Espagne).

Yves Kafka
Jeudi 31 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019