La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
À l'affiche

Exposition Électeurs on vous Trompe !

La Scam, l’Association Scam-Vélasquez et Alain Weill présentent une exposition d’affiches électorales, à l’aune de la période des élections présidentielles de 2017. Collectés depuis des décennies, la plupart de ces documents sont devenus rares.



© SCAM.
© SCAM.
L'affiche et le suffrage universel masculin sont tous deux enfants de la 2e moitié du XIXe siècle. L'affiche électorale, qui voit le jour, n'a jamais eu de prétention artistique : presque toujours typographique, imprimée sur du papier de dernière qualité, elle avait pour seul but de faire connaître aux électeurs le programme du candidat - et l'indigence du discours politique ne date pas d'aujourd'hui !

Dans cet océan de médiocrité, on peut cependant trouver quelques bijoux d'insolence non conformiste. Nous en avons réuni ici quelques-uns qui forment un ensemble assez réjouissant.

Nous proposons une promenade chronologique pour parcourir l'exposition.
Le plus ancien document - et probablement le plus décalé - est la profession de foi de Paulin Gagne pour les élections de 1869 : "J'aspire à devenir le décrotteur du monde". C'était un authentique fou littéraire (1).

© SCAM.
© SCAM.
Vient ensuite le formidable coup de pied au cul donné à Badinguet - alias Napoléon III - donné par les pères fondateurs de la IIIe République. Un humour féroce et ironique qui caractérise l'époque et qui devient à Montmartre délirant, insolent et ravageur. Tous les marginaux s'y retrouvent et choisissent rapidement, pour donner une large diffusion à leurs canulars, l'affiche politique. En tête, bien sûr, Rodolphe Salis, fondateur du Cabaret du Chat Noir, inventeur auto-proclamé de Montmartre.
Dans son programme loufoque on trouve, à y regarder de près, quelques propositions intéressantes.

Alphonse Allais - rédacteur en chef du magazine "Le Chat Noir" - ne se présente pas directement mais par l'entremise d'un de ses personnages "Le captain cap" (2). Son programme anti-européen et anti-bureaucratique laisse rêveur. Narcisse Lebeau (joli pseudonyme), chansonnier et ami proche d'Alphonse Allais se moque avec une ironie grinçante du népotisme politique.

Toujours battant le pavé montmartrois, on trouve d'autres farfelus qui ne sont pas passés à la postérité : Marius Rety et Léon Hayard proposent deux candidats pour le prix d'un ! Les deux compères étaient des piliers des cabarets montmartrois. Le second, roi des camelots, était un prolifique éditeur de la littérature de trottoir. On ne saura sans doute pratiquement jamais rien de Jean-Mangetout, vidangeur… sa proposition de scrutin par rue, si elle vise des personnalités en vue, est simplement incompréhensible.

Mais il n'y a pas à Montmartre que des candidatures bidon : le grand chansonnier Aristide Bruant (3), prolifique compositeur de chansons sur la misère et la pègre parisiennes y va pour de vrai et trousse son affiche en forme de chanson. Le père peinard (4), publication anarchiste, ne présente bien sûr pas de candidats mais profite cependant des périodes électorales pour imprimer de virulents pamphlets.

© SCAM.
© SCAM.
Enfin, pour clore cette avant-guerre, un dernier canular pataphysique (et un candidat qui ne s'est jamais présenté) : le père Ubu, en personne !

Avec la grande guerre, cette forme d'humour disparaît. Les surréalistes auraient sans doute pu prendre la relève s'ils n'avaient pas pris la politique au sérieux. De candidatures fantaisistes, fort peu - ce pourquoi, bien qu'il ne s'agisse que d'une affichette, nous avons tenu à rendre hommage à Ferdinand Lop, candidat à toutes les élections, qui fit la joie des étudiants au quartier latin.

Maurice de Rothschild, lui, ne plaisante pas et ose, avec son slogan "mon nom est mon programme", l'affiche sans doute la plus culottée jamais conçue. La IVe République s'enferme dans le ronron d'affiches anti-communistes, gaullistes (ou anti) jusqu'à ce que tout explose en mai 68 où une jeune génération retrouve la férocité des dessinateurs de "L'Assiette au beurre" à la fin du XIXe siècle.

Les couvertures de "Charlie Hebdo" conçues comme des affiches, sont effectivement placardées dans les kiosques. Reiser, Gébé, Cabu et toute l'équipe s'en donnent à cœur joie pour dénoncer une république podagre ! Le premier, pour le P.S. en Bretagne, Alain le Quernec met en garde contre Le Pen ; quant à la candidature de Coluche, elle ne fait pas rire du tout la classe politique !

Plus près de nous, Sarkozy, obsédé qu'il est par le pouvoir, alors que l'affiche militante se meurt, a singulièrement celui d'inspirer quelques réactions bien venues. Gaspard Delanoë, enfin, doit être remercié pour avoir osé faire une affiche, pour rire, dans une époque où on ne rit (presque) plus.

En réunissant ces quelques affiches, pour beaucoup de fantaisie, nous ne nous doutions pas qu'avec la campagne électorale qui s'ouvre la réalité avait des chances de dépasser la fiction !

© SCAM.
© SCAM.
Toutes les affiches proviennent de la collection d'Alain Weill à l'exception de celles portant une pastille rouge qui ont été prêtées par Guillaume Zorgbibe que nous remercions ici.

(1) André Blavier. "Les fous littéraires" p. 687 et suivantes. Hengri Veyrier. Paris - 1982.
(2) On peut se régaler à la lecture de "Le captain cap" d’Alphonse Allais réédité dans la collection 10/18.
(3) Avec l’âge, il vire à un populisme nauséabond. Il recueille 525 voix et se retire dans son château de Courtenay.
(4) Animé par Émile Pouget, dans un style joyeusement argotique, "Le père peinard" paraît de 1889 à début 1894. Les "Lois scélérates" votées en 1893 contre les anarchistes l’obligent à s’exiler à Londres.


Exposition du 21 mars 2017 au 26 mai 2017 à la Scam,
5, avenue Vélasquez, Paris 8e - Métro Villiers.
Entrée libre sur présentation à l’accueil.
Du lundi au vendredi, de 10 h à 17 h 30.
Tél. : 01 56 69 58 58.
>> scam.fr/

Alain Weill
Lundi 20 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023