La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Étrangeté comique de l’aliénation et de la vulnérabilité commune

"Home", Théâtre Nanterre-Amandiers, Nanterre, Hauts-de-Seine

Deux femmes, deux hommes. Un léger excès de théâtralité un peu mécanique signale de leur part un léger dérèglement comme un petit grain. Ils sont observés. Ils cherchent à nouer des liens à l’écart en s’installant à une table de jardin. Deux chaises. La sociabilité est offerte à qui s’assoit. La découverte de l’autre aussi.



© Sylvain Lubac.
© Sylvain Lubac.
Leurs habits bon marché sont soignés. En apparence, ils sont gens inoffensifs. Leur ordinaire falot est perturbé par un cinquième personnage, intrus épisodique.

Chantal Morel met en scène "Home" de David Storey (adaptée par Marguerite Duras ). Cette pièce de théâtre très écrite délivre des parts de réel d’une maison de repos, maison d’aliénés.

D’apparence absurde, "Home" est constitué d’une suite de bribes d’instants soudées par les retours cycliques d’une même situation. Le dialogue est brut, haché, rythmé, incohérent. Il apparait comme un verbatim d’échos dont les variations se parsèment d’indices. La pièce est là où se fissure l’image de la société. Au hasard des nuages qui passent sur les fronts, l’énigme du réel. Sibyllin.

La pièce déclenche un effet d’humour à retardement qui sollicite un très grand art de la part des comédiens et affine le regard du spectateur.

© Sylvain Lubac.
© Sylvain Lubac.
Celui-ci part à la découverte d’un diagnostic, suit les aléas de l’anodin. Les acteurs les empruntent avec bonheur et quittent très vite les mécanismes de l’absurde. Ils s’immiscent dans les silences, les non dits, entrent en complicité avec les mots, les anticipent, empruntent les allées de l’interprétation. Un jeu précis et rare apporte la surprise d’une incarnation progressive.

Les hommes par la maitrise d’un langage policé, les femmes par le rire obscène des allusions à connotation sexuelles entretiennent une forme de silence sur eux-mêmes et révèlent par leurs excès et leurs manques une fragilité sournoise et anxieuse suspendue dans le vide. Ils partagent un désir d’être humain tout simplement.

Les cinq sont probablement de beaux cas psychiatriques, mais non nommés, que la magie du théâtre déplace dans le champ du familier. Les comédiens interprètent et composent chacun une forme de folie immobile en accalmie loin de toute fureur.

Dans cette pièce la fiction devient instable. Le spectateur, au fur et à mesure que se construit le sens et l’effet public, prend conscience d’un doux délire partagé et le théâtre se trouve nettoyé de toute théâtralité. Étrangeté comique de l’aliénation et de la vulnérabilité commune.

C’est ainsi que le spectateur fait l’apprentissage du rire : du rire cérébral ironique, du rire de protection de soi, au rire de partage. Les comédiens sont tout simplement beaux dans leurs rôles.

Home, Home sweet home.

P.S.: "Home" de David Storey (très célèbre en Angleterre dans les années soixante soixante-dix) a été introduite en France par Claude Régy et adaptée par Marguerite Duras. Chantal Morel a déjà mise en scène cette pièce en 1986. Elle avait alors reçu le Prix du public du Printemps du Théâtre.

"Home"

Texte : David Storey.
Adaptation : Marguerite Duras.
Mise en scène : Chantal Morel.
Décor : Sylvain Lubac.
Lumière et régie générale : Isabelle Senègre.
Costumes : Cidalia Da Costa.
Assistant aux costumes : Hafid Bachiri.
Avec : Nicolas Cartier (Alfred), Maryline Even (Marjorie), Jean-Jacques Le Vessier (Harry), Rémi Rauzier (Jack), Line Wiblé (Katleen).
Durée : 1 h 45.

Spectacle du 16 mars au 8 avril 2012.
Mardi au samedi à 21 h, dimanche à 16 h.
Théâtre Nanterre Amandiers, Salle Transformable, Nanterre (92), 01 46 14 70 00.
>> nanterre-amandiers.com

Jean Grapin
Jeudi 22 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020