La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Et "La Mouette" s'envola vers des altitudes insoupçonnées…

"Il faut des formes nouvelles. Des formes nouvelles, voilà ce qu'il faut, et, s'il n'y en a pas, alors, tant qu'à faire, plutôt rien", ainsi parle Konstantin Treplev, le jeune dramaturge au destin tragique imaginé par Anton Tchekhov... Plus de cent vingt ans plus tard, Cyril Teste relève le défi avec une "étonnante" maestria… Dans une forme alliant les ressources expressionnistes du cinéma (visages en gros plan et scènes en plan pied, filmés et projetés en direct) à celles du jeu corporel des personnages dévorés par le sentiment amoureux sur fond de soif artistique, le metteur en scène crée une "illusion théâtrale" propre à nous faire (re)découvrir l'œuvre iconique du théâtre russe.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Après les mises en scène de Christian Benedetti (2011), d'Arthur Nauzyciel (2012 - Cour d'honneur du Palais des Papes), de Thomas Ostermeïer (2016), et bien d'autres encore, l'on croyait avoir épuisé nos capacités d'enchantement… tant nous croyions tout connaître des errements du sentiment amoureux unissant et opposant Konstantin Treplev (écrivain en devenir), Nina (jeune actrice), Boris Trigorine (écrivain confirmé), Arkadina (actrice reconnue), Medwedenko (maître d'école), Macha (jeune femme dépressive), chacun aimant celui ou celle qui ne l'aime pas.

Or, tout en respectant le texte de la traduction actualisée d'Olivier Cadiot, Cyril Teste réinvente "La Mouette", la ressuscite pour nous donner à voir le "tragique quotidien" (Maeterlinck) poussé à son incandescence. Comme si nous découvrions pour la première fois les ressorts de ce texte emblématique. Son secret ? Filmer au plus près le jeu des comédiens en invitant sur scène des vidéastes dont les chorégraphies instinctives épousent celles des acteurs. Ainsi saisi sur le vif, le moindre frémissement de visage explose à l'écran. Chaque émotion grossie à la loupe s'impose à nous, en nous ; une humanité palpable transcende les représentations que nous pouvions avoir des personnages. D'archétypes tchékhoviens, ils naissent à un nouveau statut, celui d'êtres ordinaires en proie à leurs désirs ordinaires.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Ce déplacement vers des horizons d'attente autres que littéraires a pour effet immédiat de nous impliquer personnellement dans le drame qui se joue. Ainsi le désarroi du jeune poète Treplev épris d'absolu, confronté au désamour de son égérie à qui il est prêt à sacrifier sa vie, devient-il nôtre tant son visage en plan serré est à lui seul "parlant". De même, Nina, saisie dans sa blondeur fragile, lorsqu'elle revient lui dire un dernier adieu en lui avouant que, bien qu'ayant été abandonnée par Trigorine, elle l'aime envers et contre toute raison. Et tout autant de l'amant défaillant, l'écrivain à succès Trigorine, déchiré entre son attirance réelle pour cette toute jeune femme et le lien qui l'unit à Arkadina, l'actrice reconnue.

Certes, l'on se dit que Trigorine est méprisable de ne pouvoir choisir entre ces deux femmes, mais cette coupable faiblesse non dissimulée justement nous le rend humain ; loin d'être un don Juan triomphant, il devient un homme dans toute la complexité de ses incertitudes, tiraillé par ses sentiments contradictoires. Quant à Arkadina, la belle actrice narcissique, son visage ravagé quand elle surprend Trigorine échanger un baiser (d'adieu) avec la chancelante Nina nous la rend "familière", elle souvent perçue comme une artiste comblée ne doutant de rien ; loin de sa superbe affichée, elle n'est plus qu'une compagne vulnérable en proie elle aussi au désarroi. Ainsi encore de Macha - dont l'inquiétante étrangeté vient titiller des zones inexplorées - elle qui, privée de l'amour de Treplev dont elle est folle amoureuse, vit sur terre sans savoir pourquoi, et épouse sans envie Medwedenko, le malheureux maître d'école éperdument épris d'elle.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Et, dans ce paysage d'eaux troubles cernées par de grands arbres, il ne faudrait pas oublier Sorin, oncle de Treplev et propriétaire de la datcha, homme finissant qui malgré l'évidence que ne manque pas de lui rappeler Dorn, son médecin féru comme lui de littérature - c'est là l'onguent réunissant tous les personnages - voudrait juste jouir de la vie, encore, un peu plus encore, en tout cas plus longtemps que la nature ne semble l'y autoriser. Eux aussi sont "filmés" de très près, dévoilant ainsi au-delà de leurs errements fougueux leurs blessures secrètes.

Si le jeu de la focale cinématographique rend "plus nets" les sentiments pour nous les faire toucher du doigt, il introduit aussi une mise en abyme du théâtre. En effet, au travers des images qu'elle projette de la pièce en train de se faire, la vidéo nous fait pénétrer de plain-pied dans un méta-théâtre mettant en abyme ses coulisses. Quant à la mouette empaillée, abattue naguère par Treplev et présentée à l'acte IV à Trigorine, elle devient métaphore de l'espoir moribond concernant les folles envolées attribuées naguère à la création, qu'elle soit artistique ou amoureuse. Pour peu on entendrait en voix off Firs, le vieux laquais de "La Cerisaie", exprimer dans un filet de voix : "la vie, elle a passé, on a comme pas vécu"… si ce n'était que c'est dans l'échec même de ces êtres éperdus que la vie survit.

Déconstruction de l'illusion théâtrale autant que sublimation du jeu des acteurs, il y a là de secrètes correspondances avec le vœu artistique énoncé par Treplev : "inventer des formes nouvelles, sinon rien". Déconstruction de l'illusion sublime du sentiment amoureux porté à son paroxysme. Cyril Teste, fou d'un art intranquille, se fait là l'exécuteur testamentaire du jeune poète à l'œdipe contrarié et à l'amour éconduit… Décidément cette "Mouette" nous transporte à tire-d'aile vers des altitudes hautement insoupçonnées.

Vu le jeudi 24 mars au TnBA (Grande Salle Vitez) lors des représentations qui ont lieu du mardi 22 au samedi 26 mars 2022.

"La Mouette"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après Anton Tchekhov.
Traduction : Olivier Cadiot.
Mise en scène : Cyril Teste/Collectif MxM.
Assistante à la mise en scène : Céline Gaudier.
Avec : Vincent Berger, Olivia Corsini, Katia Ferreira, Mathias Labelle, Liza Lapert, Xavier Maly, Pierre Timaitre, Gérald Weingand.
Collaboration artistique : Marion Pellissier, Christophe Gaultier.
Dramaturgie : Leila Adham.
Scénographie : Valérie Grall.
Création lumière : Julien Boizard.
Création vidéo, : Mehdi Toutain-Lopez.
Images originales : Nicolas Doremus et Christophe Gaultier.
Création vidéo en images de synthèse : Hugo Arcier.
Musique originale : Nihil Bordures.
ingénieur du son : Thibault Lamy.
Costumes : Katia Ferreira assistée de Coline Dervieux.
Construction décor : Artom Atelier.
Direction technique : Julien Boizard.
Régie générale : Simon André.
Régie plateau : Simon André, Guillaume Allory, Frédéric Plou ou Flora Villalard.
Régie vidéo : Baptiste Klein, Mehdi Toutain-Lopez ou Pierric Sud.
Cadreurs-opérateur : Nicolas Doremus, Christophe Gaultier, Marine Cerles ou Paul Poncet.
Régie son : Nihil Bordures, Thibault Lamy ou Mathieu Plantevin.
Régie lumière : Julien Boizard, Nicolas Joubert ou Rodolphe Martin.
Production Collectif MxM.
Durée : 2 h.

Tournée
Du 31 mars au 2 avril 2022 : Théâtre-Sénart - Scène nationale, Lieusaint (77).
Du 6 au 8 avril 2022 : La Condition Publique en partenariat avec La Rose des Vents, Roubaix (59).
Du 14 au 30 avril 2022 : Théâtre Nanterre-Amandiers, Nanterre (92).
Les 12 et 13 mai 2022 : Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines (78).
Du 17 au 19 mai 2022: TAP- Théâtre Auditorium, Poitiers (86).
Les 15 et 16 juin 2022 : CDN Orléans - Centre-Val de Loire, Orléans (45).
© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.

Yves Kafka
Vendredi 1 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022