La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Et "La Mouette" s'envola vers des altitudes insoupçonnées…

"Il faut des formes nouvelles. Des formes nouvelles, voilà ce qu'il faut, et, s'il n'y en a pas, alors, tant qu'à faire, plutôt rien", ainsi parle Konstantin Treplev, le jeune dramaturge au destin tragique imaginé par Anton Tchekhov... Plus de cent vingt ans plus tard, Cyril Teste relève le défi avec une "étonnante" maestria… Dans une forme alliant les ressources expressionnistes du cinéma (visages en gros plan et scènes en plan pied, filmés et projetés en direct) à celles du jeu corporel des personnages dévorés par le sentiment amoureux sur fond de soif artistique, le metteur en scène crée une "illusion théâtrale" propre à nous faire (re)découvrir l'œuvre iconique du théâtre russe.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Après les mises en scène de Christian Benedetti (2011), d'Arthur Nauzyciel (2012 - Cour d'honneur du Palais des Papes), de Thomas Ostermeïer (2016), et bien d'autres encore, l'on croyait avoir épuisé nos capacités d'enchantement… tant nous croyions tout connaître des errements du sentiment amoureux unissant et opposant Konstantin Treplev (écrivain en devenir), Nina (jeune actrice), Boris Trigorine (écrivain confirmé), Arkadina (actrice reconnue), Medwedenko (maître d'école), Macha (jeune femme dépressive), chacun aimant celui ou celle qui ne l'aime pas.

Or, tout en respectant le texte de la traduction actualisée d'Olivier Cadiot, Cyril Teste réinvente "La Mouette", la ressuscite pour nous donner à voir le "tragique quotidien" (Maeterlinck) poussé à son incandescence. Comme si nous découvrions pour la première fois les ressorts de ce texte emblématique. Son secret ? Filmer au plus près le jeu des comédiens en invitant sur scène des vidéastes dont les chorégraphies instinctives épousent celles des acteurs. Ainsi saisi sur le vif, le moindre frémissement de visage explose à l'écran. Chaque émotion grossie à la loupe s'impose à nous, en nous ; une humanité palpable transcende les représentations que nous pouvions avoir des personnages. D'archétypes tchékhoviens, ils naissent à un nouveau statut, celui d'êtres ordinaires en proie à leurs désirs ordinaires.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Ce déplacement vers des horizons d'attente autres que littéraires a pour effet immédiat de nous impliquer personnellement dans le drame qui se joue. Ainsi le désarroi du jeune poète Treplev épris d'absolu, confronté au désamour de son égérie à qui il est prêt à sacrifier sa vie, devient-il nôtre tant son visage en plan serré est à lui seul "parlant". De même, Nina, saisie dans sa blondeur fragile, lorsqu'elle revient lui dire un dernier adieu en lui avouant que, bien qu'ayant été abandonnée par Trigorine, elle l'aime envers et contre toute raison. Et tout autant de l'amant défaillant, l'écrivain à succès Trigorine, déchiré entre son attirance réelle pour cette toute jeune femme et le lien qui l'unit à Arkadina, l'actrice reconnue.

Certes, l'on se dit que Trigorine est méprisable de ne pouvoir choisir entre ces deux femmes, mais cette coupable faiblesse non dissimulée justement nous le rend humain ; loin d'être un don Juan triomphant, il devient un homme dans toute la complexité de ses incertitudes, tiraillé par ses sentiments contradictoires. Quant à Arkadina, la belle actrice narcissique, son visage ravagé quand elle surprend Trigorine échanger un baiser (d'adieu) avec la chancelante Nina nous la rend "familière", elle souvent perçue comme une artiste comblée ne doutant de rien ; loin de sa superbe affichée, elle n'est plus qu'une compagne vulnérable en proie elle aussi au désarroi. Ainsi encore de Macha - dont l'inquiétante étrangeté vient titiller des zones inexplorées - elle qui, privée de l'amour de Treplev dont elle est folle amoureuse, vit sur terre sans savoir pourquoi, et épouse sans envie Medwedenko, le malheureux maître d'école éperdument épris d'elle.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Et, dans ce paysage d'eaux troubles cernées par de grands arbres, il ne faudrait pas oublier Sorin, oncle de Treplev et propriétaire de la datcha, homme finissant qui malgré l'évidence que ne manque pas de lui rappeler Dorn, son médecin féru comme lui de littérature - c'est là l'onguent réunissant tous les personnages - voudrait juste jouir de la vie, encore, un peu plus encore, en tout cas plus longtemps que la nature ne semble l'y autoriser. Eux aussi sont "filmés" de très près, dévoilant ainsi au-delà de leurs errements fougueux leurs blessures secrètes.

Si le jeu de la focale cinématographique rend "plus nets" les sentiments pour nous les faire toucher du doigt, il introduit aussi une mise en abyme du théâtre. En effet, au travers des images qu'elle projette de la pièce en train de se faire, la vidéo nous fait pénétrer de plain-pied dans un méta-théâtre mettant en abyme ses coulisses. Quant à la mouette empaillée, abattue naguère par Treplev et présentée à l'acte IV à Trigorine, elle devient métaphore de l'espoir moribond concernant les folles envolées attribuées naguère à la création, qu'elle soit artistique ou amoureuse. Pour peu on entendrait en voix off Firs, le vieux laquais de "La Cerisaie", exprimer dans un filet de voix : "la vie, elle a passé, on a comme pas vécu"… si ce n'était que c'est dans l'échec même de ces êtres éperdus que la vie survit.

Déconstruction de l'illusion théâtrale autant que sublimation du jeu des acteurs, il y a là de secrètes correspondances avec le vœu artistique énoncé par Treplev : "inventer des formes nouvelles, sinon rien". Déconstruction de l'illusion sublime du sentiment amoureux porté à son paroxysme. Cyril Teste, fou d'un art intranquille, se fait là l'exécuteur testamentaire du jeune poète à l'œdipe contrarié et à l'amour éconduit… Décidément cette "Mouette" nous transporte à tire-d'aile vers des altitudes hautement insoupçonnées.

Vu le jeudi 24 mars au TnBA (Grande Salle Vitez) lors des représentations qui ont lieu du mardi 22 au samedi 26 mars 2022.

"La Mouette"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après Anton Tchekhov.
Traduction : Olivier Cadiot.
Mise en scène : Cyril Teste/Collectif MxM.
Assistante à la mise en scène : Céline Gaudier.
Avec : Vincent Berger, Olivia Corsini, Katia Ferreira, Mathias Labelle, Liza Lapert, Xavier Maly, Pierre Timaitre, Gérald Weingand.
Collaboration artistique : Marion Pellissier, Christophe Gaultier.
Dramaturgie : Leila Adham.
Scénographie : Valérie Grall.
Création lumière : Julien Boizard.
Création vidéo, : Mehdi Toutain-Lopez.
Images originales : Nicolas Doremus et Christophe Gaultier.
Création vidéo en images de synthèse : Hugo Arcier.
Musique originale : Nihil Bordures.
ingénieur du son : Thibault Lamy.
Costumes : Katia Ferreira assistée de Coline Dervieux.
Construction décor : Artom Atelier.
Direction technique : Julien Boizard.
Régie générale : Simon André.
Régie plateau : Simon André, Guillaume Allory, Frédéric Plou ou Flora Villalard.
Régie vidéo : Baptiste Klein, Mehdi Toutain-Lopez ou Pierric Sud.
Cadreurs-opérateur : Nicolas Doremus, Christophe Gaultier, Marine Cerles ou Paul Poncet.
Régie son : Nihil Bordures, Thibault Lamy ou Mathieu Plantevin.
Régie lumière : Julien Boizard, Nicolas Joubert ou Rodolphe Martin.
Production Collectif MxM.
Durée : 2 h.

Tournée
Du 31 mars au 2 avril 2022 : Théâtre-Sénart - Scène nationale, Lieusaint (77).
Du 6 au 8 avril 2022 : La Condition Publique en partenariat avec La Rose des Vents, Roubaix (59).
Du 14 au 30 avril 2022 : Théâtre Nanterre-Amandiers, Nanterre (92).
Les 12 et 13 mai 2022 : Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines (78).
Du 17 au 19 mai 2022: TAP- Théâtre Auditorium, Poitiers (86).
Les 15 et 16 juin 2022 : CDN Orléans - Centre-Val de Loire, Orléans (45).
© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.

Yves Kafka
Vendredi 1 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter











À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024