La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Envisager, espérer une humanité réconciliée avec elle-même et sa représentation

"Les Derniers Jours de l'humanité", Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

"Cette guerre (à) nous imposée devra continuer même après la paix..." "Les spartiates expédiaient leurs crétins au sommet du Taygète, nous, nous les plaçons au sommet de l'État, où ils sont irresponsables..."



© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
Écrite entre 1915 et 1919, "Les Derniers Jours de l'humanité " suit au fil des jours la guerre vue du côté autrichien. L'auteur Karl Kraus, écrivain et journaliste viennois, compile, rassemble, agence "les conversations (qui nous paraissent) les plus invraisemblables (qui) ont été tenues mot pour mot. Les faits décrits se sont réellement produits, les inventions les plus criardes sont des citations ; la chronique a reçu une bouche, de grandes phrases sont plantées sur deux jambes - et bien des hommes n’en ont plus qu’une…".

L'œuvre donne à voir une foule de personnages mais ne comporte pas de héros. L'action est éclatée en centaines de tableaux immuablement bellicistes. Tous les personnages prononcent des paroles définitives à l'emporte-pièce d'une insondable et invraisemblable bêtise rétrospective. Ils regardent et ne voient pas les blessés, les folies, la défaite. Les mots sont virulents, âpres, violents, corrosifs. Alors que la défaite avance dans les faits, la victoire perdure dans les têtes.

Le texte donne accès à l'opinion publique et cela est à désespérer de l'humanité.
C'est pourquoi l'auteur use de toute son énergie et des ressources polémiques pour déciller les yeux de ses contemporains chauffés à blanc par la propagande et aveuglés par les mensonges de masse.

© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
"Les Derniers Jours de l'humanité" est un sommet de la littérature de témoignage militant qu'il faut savoir découvrir.*

De cette œuvre fleuve, le metteur en scène David Lescot ne retient que quelques scènes choisies en fonction de l'avancée de la guerre et de la fausseté du regard porté sur les événements. Traitées sous une forme cabaret de tradition absurdiste, elle fonde l'inanité des personnages par leur outrance même.

À la manière d'un leitmotiv, alors que les faits décrits pourraient contredire les triomphes proférés, immutable, le jeu est rythmé par le retour périodique de saynètes dont les dialogues ne varient jamais. La version de David Lescot, stylisée et distanciée, privilégie le sens du dérisoire plutôt que du comique ou du drame. Économe de ses effets, elle se présente comme une réduction scénique, un concentré de théâtre.

En conséquence, le rire moqueur auquel pourrait céder un spectateur superficiel est vite étranglé par un dispositif et un jeu qui stimule sa conscience critique.

© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
La violence des mots de l'auteur est remplacée en contre-point par celle d'images tirées des archives cinématographiques (la plupart françaises). Dans cette confrontation de l'image d'archives et de l'image théâtrale, (toutes deux accompagnées par un pianiste à la musique qui désagrège les tonalités), le spectateur mesure les réalités de la névrose de guerre et des blessures physiques, l'infantilisme criminel, la bêtise méchante des protagonistes, la profondeur abyssale du déni de la défaite pourtant inexorable.

Dans ce choix de mise en scène, économe des effets de théâtre, la charge de la révélation du mensonge des mots est confiée à la forme théâtrale. Fidèle en cela à Karl Kraus.

En bateleur, faussement modeste, pédagogue insistant du sens, Denis Podalydès prend la position du conteur, monte à l'avant-scène ou disparaît avec ses comparses en ombres derrière le mur d'images. Porte-parole, il s'inscrit à la charnière de mondes de la représentation et s'efface. Laissant à la jeune Pauline Clément le soin d'évoquer plutôt que de les décrire ou de les jouer, lors de la scène finale, les malheurs de la guerre. De laisser transparaitre, par l'empathie qui se dégage, comme une possibilité de l'être.

David Lescot propose en ce théâtre comme le ferment d'une humanité réconciliée avec elle-même et sa représentation.

Note : Le spectateur, en accompagnement des "Derniers Jours de l'humanité", peut lire le livre de l'historien Marc Ferro, "L'aveuglement - Une autre histoire de notre monde".

"Les Derniers Jours de l'humanité"

Texte : Karl Kraus.
Traduction : Jean-Louis Besson et Heinz Schwarzinger.
Conception et mise en scène : David Lescot.
Collaboratrice à la mise en scène : Charlotte Lagrange.
Avec : Sylvia Bergé, Bruno Raffaelli, Denis Podalydès, Pauline Clément.
Pianiste : Damien Lehman.
Scénographie : Alwyne de Dardel.
Costumes : Sylvette Dequest.
Lumières : Laïs Foulc.
Vidéo : Serge Meyer.
Conseiller artistique aux images d’archives : Laurent Véray.
Maquillages et coiffures : Catherine Nicolas.
Assistante aux costumes : Magali Perrin-Toinin.
Durée : 1 h 45.

Du 27 janvier 2016 au 28 février 2016.
Mardi à 19 h, mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h.
Théâtre du Vieux-Colombier, Paris 6e, 01 44 39 87 00/01.
>> comedie-francaise.fr

Jean Grapin
Mercredi 3 Février 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019