La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Envisager, espérer une humanité réconciliée avec elle-même et sa représentation

"Les Derniers Jours de l'humanité", Théâtre du Vieux-Colombier, Paris

"Cette guerre (à) nous imposée devra continuer même après la paix..." "Les spartiates expédiaient leurs crétins au sommet du Taygète, nous, nous les plaçons au sommet de l'État, où ils sont irresponsables..."



© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
Écrite entre 1915 et 1919, "Les Derniers Jours de l'humanité " suit au fil des jours la guerre vue du côté autrichien. L'auteur Karl Kraus, écrivain et journaliste viennois, compile, rassemble, agence "les conversations (qui nous paraissent) les plus invraisemblables (qui) ont été tenues mot pour mot. Les faits décrits se sont réellement produits, les inventions les plus criardes sont des citations ; la chronique a reçu une bouche, de grandes phrases sont plantées sur deux jambes - et bien des hommes n’en ont plus qu’une…".

L'œuvre donne à voir une foule de personnages mais ne comporte pas de héros. L'action est éclatée en centaines de tableaux immuablement bellicistes. Tous les personnages prononcent des paroles définitives à l'emporte-pièce d'une insondable et invraisemblable bêtise rétrospective. Ils regardent et ne voient pas les blessés, les folies, la défaite. Les mots sont virulents, âpres, violents, corrosifs. Alors que la défaite avance dans les faits, la victoire perdure dans les têtes.

Le texte donne accès à l'opinion publique et cela est à désespérer de l'humanité.
C'est pourquoi l'auteur use de toute son énergie et des ressources polémiques pour déciller les yeux de ses contemporains chauffés à blanc par la propagande et aveuglés par les mensonges de masse.

© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
"Les Derniers Jours de l'humanité" est un sommet de la littérature de témoignage militant qu'il faut savoir découvrir.*

De cette œuvre fleuve, le metteur en scène David Lescot ne retient que quelques scènes choisies en fonction de l'avancée de la guerre et de la fausseté du regard porté sur les événements. Traitées sous une forme cabaret de tradition absurdiste, elle fonde l'inanité des personnages par leur outrance même.

À la manière d'un leitmotiv, alors que les faits décrits pourraient contredire les triomphes proférés, immutable, le jeu est rythmé par le retour périodique de saynètes dont les dialogues ne varient jamais. La version de David Lescot, stylisée et distanciée, privilégie le sens du dérisoire plutôt que du comique ou du drame. Économe de ses effets, elle se présente comme une réduction scénique, un concentré de théâtre.

En conséquence, le rire moqueur auquel pourrait céder un spectateur superficiel est vite étranglé par un dispositif et un jeu qui stimule sa conscience critique.

© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
© Christophe Raynaud de Lage/Collection Comédie-Française.
La violence des mots de l'auteur est remplacée en contre-point par celle d'images tirées des archives cinématographiques (la plupart françaises). Dans cette confrontation de l'image d'archives et de l'image théâtrale, (toutes deux accompagnées par un pianiste à la musique qui désagrège les tonalités), le spectateur mesure les réalités de la névrose de guerre et des blessures physiques, l'infantilisme criminel, la bêtise méchante des protagonistes, la profondeur abyssale du déni de la défaite pourtant inexorable.

Dans ce choix de mise en scène, économe des effets de théâtre, la charge de la révélation du mensonge des mots est confiée à la forme théâtrale. Fidèle en cela à Karl Kraus.

En bateleur, faussement modeste, pédagogue insistant du sens, Denis Podalydès prend la position du conteur, monte à l'avant-scène ou disparaît avec ses comparses en ombres derrière le mur d'images. Porte-parole, il s'inscrit à la charnière de mondes de la représentation et s'efface. Laissant à la jeune Pauline Clément le soin d'évoquer plutôt que de les décrire ou de les jouer, lors de la scène finale, les malheurs de la guerre. De laisser transparaitre, par l'empathie qui se dégage, comme une possibilité de l'être.

David Lescot propose en ce théâtre comme le ferment d'une humanité réconciliée avec elle-même et sa représentation.

Note : Le spectateur, en accompagnement des "Derniers Jours de l'humanité", peut lire le livre de l'historien Marc Ferro, "L'aveuglement - Une autre histoire de notre monde".

"Les Derniers Jours de l'humanité"

Texte : Karl Kraus.
Traduction : Jean-Louis Besson et Heinz Schwarzinger.
Conception et mise en scène : David Lescot.
Collaboratrice à la mise en scène : Charlotte Lagrange.
Avec : Sylvia Bergé, Bruno Raffaelli, Denis Podalydès, Pauline Clément.
Pianiste : Damien Lehman.
Scénographie : Alwyne de Dardel.
Costumes : Sylvette Dequest.
Lumières : Laïs Foulc.
Vidéo : Serge Meyer.
Conseiller artistique aux images d’archives : Laurent Véray.
Maquillages et coiffures : Catherine Nicolas.
Assistante aux costumes : Magali Perrin-Toinin.
Durée : 1 h 45.

Du 27 janvier 2016 au 28 février 2016.
Mardi à 19 h, mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h.
Théâtre du Vieux-Colombier, Paris 6e, 01 44 39 87 00/01.
>> comedie-francaise.fr

Jean Grapin
Mercredi 3 Février 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020