La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Encantado" Résister et réenchanter sont des mots qui vont très bien ensemble…

Après les corps déchaînés de "Fúria" (sa création 2018) qu'aucune dictature, fût-elle celle de Jair Bolsonaro, ne pourrait jamais soumettre, Lia Rodrigues, soutenue ardemment par neuf scènes de la Région Nouvelle Aquitaine, nous revient… Tout autant déterminée à résister par le truchement de l'art de la fête à un monde ployant sous les menaces des prédateurs aux commandes, elle inonde le plateau de couvertures colorées mues par onze danseurs et danseuses, eux-mêmes habités par les "encantados", ces esprits hérités de la culture afro-indigène brésilienne. Dans une effervescence de couleurs rythmées par des musiques trépidantes, la fête en battant son plein consacre la nécessité des luttes vitales.



© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
En symbiose avec les habitants de la favela de Maré où elle a installé son école de danse, Lia Rodrigues, blanche de peau née elle-même au Brésil, héritière de la colonisation portugaise, engage sa force créative aux côtés de celles et ceux qui, victimes aujourd'hui encore de la colonisation, voient leurs souffrances démultipliées par l'arrivée au pouvoir d'un président d'extrême-droite les considérant comme des citoyens de seconde zone. Si l'intérêt esthétique de la performance dansée d'"Encantado" dépasse le contexte qui l'engendre, il n'en reste pas moins qu'il lui est consubstantiel et que vouloir pudiquement le minorer serait crime contre l'humanité… de sa démarche artistique.

Sur la surface de l'immense plateau du Carré de Saint-Médard près de Bordeaux, la troupe brésilienne, invitée en décembre dernier au Festival d'Automne à Paris, déploie dans un silence recueilli le tout aussi immense tapis composé de centaines de couvertures bigarrées aux couleurs éclatantes. Tissus symbolisant les couleurs de la diversité, et qui deviendront autant de matériaux vivants, prolongeant les corps des danseurs qui s'en feront à leur tour les fiers porte-étendards.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Stimulées par les mélopées des chants indigènes entendus lors des manifestations d'août 2021 organisées contre la politique de déforestation de l'Amazonie, les chorégraphies jouent et rejouent les étapes du chemin à parcourir pour faire voler en éclats le joug de l'asservissement. Chorégraphies apparemment improvisées tant leur flux répond à une énergie organique irrépressible, alors qu'il n'en est rien, chaque mouvement - après improvisation au plateau - ayant été minutieusement "écrit".

Après un premier temps silencieux où chacun(e) individuellement, nu comme un ver, va revêtir le "costume" qui lui sied en se fondant dans la masse de tissus exposés au sol, pour devenir animal ou autre force vitale délivrée des assignations, les deux autres étapes verront les relations se nouer pour exploser dans un concert de tableaux vivants dignes des grands rassemblements psychédéliques d'après 68. Fête libératrice faisant la nique aux conservatismes de tous poils et célébrant joyeusement la liberté des corps, prémices d'une autre révolution (cf. "La révolution sexuelle" de Wilhelm Reich ou "L'homme unidimensionnel" d'Herbert Marcuse reliant rébellion instinctuelle et révolte politique).

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Grimaces dantesques, sourires simiesques jusqu'aux oreilles, gesticulations effrénées, tout témoigne d'une vitalité incoercible faisant fi des comportements normés. Accélérant ou ralentissant leurs mouvements calqués sur une musique répétitive, se hissant les uns sur les autres pour devenir impressionnants de grandeur ou rampant au sol, revendiquant fièrement une nudité naturelle non corsetée dans les tabous des dominants, chaque danseur et danseuse est invité à naître à lui-même sans se soucier d'autres préceptes que ceux de réenchanter le monde vu à leur échelle.

Quant aux tissus, ils deviennent leur prolongement pour danser avec eux, leur servir d'instruments, non seulement les complétant mais les projetant dans une autre dimension, celle de leurs désirs à assouvir. Ainsi des hommes barbus à souhait portent-ils tendrement dans leurs bras des bébés de chiffons, un autre (le maître blanc à "désarçonner") chevauche-t-il deux esclaves à quatre pattes, nus et reliés à lui par deux tresses de tissus. Une femme exhibe fièrement sa poitrine opulente avec laquelle elle joue frénétiquement, pendant qu'un homme, sexe à l'air sous sa tunique, se plaît aux allées et venues d'un mannequin défilant avec effets de hanches à l'appui. Transes furieuses qui aboutissent à des danses déliées dans un chaos de tissus colorés exaltant la frénésie du plateau.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Explosion de couleurs et de musiques propres à réenchanter le monde, cette chorégraphie construite collectivement avec ses danseurs et danseuses issus pour beaucoup de la favela, "Encantado" résonne en nous comme un somptueux hymne à la vie. Une existence qui, si elle n'est jamais donnée, et encore moins lorsque l'on vit dans un pays comme le Brésil, se conquiert en opposant aux forces de mort, les forces vives des peuples "en mouvement".

La fête serait-elle le maillon incontournable d'une résistance à opposer aux tenants d'un pouvoir coercitif déniant à l'humain son droit de cité ? Si l'on en croit la fabuleuse énergie dégagée ce soir-là par "Encantado", énergie ressentie à l'unisson de la salle comble "survoltée", l'on pourrait avancer que Lia Rodrigues et sa troupe posent méthodiquement, de performance en performance, les pierres précieuses d'une théologie laïque de la libération.

Vu le mercredi 2 février 2022 à la Scène Nationale Carré-Colonnes à Saint-Médard (33).

"Encantado"

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Chorégraphie : Lia Rodrigues.
Dansé et créé en étroite collaboration avec : Leonardo Nunes, Carolina Repetto, Valentina Fittipaldi, Andrey Da Silva, Larissa Lima, Ricardo Xavier, Joana Lima, David Abreu, Matheus Macena, Tiago Oliveira, Raquel Alexandre.
Assistante à la création : Amalia Lima.
Dramaturgie : Silvia Soter.
Collaboration artistique et images : Sammi Landweer.
Lumières : Nicolas Boudier.
Régie générale et lumière : Baptiste Méral et Magali Foubert.
Bande sonore, mixage : Alexandre Seabra (à partir d’extraits de chansons de scène du Peuple Guarani Mbya/Village de Kalipety do T.I. territoire indigène/Tenondé Porã, chanté et joué pendant la manifestation des indigènes à Brasilia en août 2021 pour la reconnaissance de leurs terres ancestrales en péril).
Durée : 1 heure.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Jeudi 10 février 2022 à 20 h 30.
TAP - Théâtre Auditorium Poitiers - Scène nationale, Poitiers (86).
Réservation : 05 49 39 29 29.
>> tap-poitiers.com

Yves Kafka
Mercredi 9 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022