La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Encantado" Résister et réenchanter sont des mots qui vont très bien ensemble…

Après les corps déchaînés de "Fúria" (sa création 2018) qu'aucune dictature, fût-elle celle de Jair Bolsonaro, ne pourrait jamais soumettre, Lia Rodrigues, soutenue ardemment par neuf scènes de la Région Nouvelle Aquitaine, nous revient… Tout autant déterminée à résister par le truchement de l'art de la fête à un monde ployant sous les menaces des prédateurs aux commandes, elle inonde le plateau de couvertures colorées mues par onze danseurs et danseuses, eux-mêmes habités par les "encantados", ces esprits hérités de la culture afro-indigène brésilienne. Dans une effervescence de couleurs rythmées par des musiques trépidantes, la fête en battant son plein consacre la nécessité des luttes vitales.



© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
En symbiose avec les habitants de la favela de Maré où elle a installé son école de danse, Lia Rodrigues, blanche de peau née elle-même au Brésil, héritière de la colonisation portugaise, engage sa force créative aux côtés de celles et ceux qui, victimes aujourd'hui encore de la colonisation, voient leurs souffrances démultipliées par l'arrivée au pouvoir d'un président d'extrême-droite les considérant comme des citoyens de seconde zone. Si l'intérêt esthétique de la performance dansée d'"Encantado" dépasse le contexte qui l'engendre, il n'en reste pas moins qu'il lui est consubstantiel et que vouloir pudiquement le minorer serait crime contre l'humanité… de sa démarche artistique.

Sur la surface de l'immense plateau du Carré de Saint-Médard près de Bordeaux, la troupe brésilienne, invitée en décembre dernier au Festival d'Automne à Paris, déploie dans un silence recueilli le tout aussi immense tapis composé de centaines de couvertures bigarrées aux couleurs éclatantes. Tissus symbolisant les couleurs de la diversité, et qui deviendront autant de matériaux vivants, prolongeant les corps des danseurs qui s'en feront à leur tour les fiers porte-étendards.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Stimulées par les mélopées des chants indigènes entendus lors des manifestations d'août 2021 organisées contre la politique de déforestation de l'Amazonie, les chorégraphies jouent et rejouent les étapes du chemin à parcourir pour faire voler en éclats le joug de l'asservissement. Chorégraphies apparemment improvisées tant leur flux répond à une énergie organique irrépressible, alors qu'il n'en est rien, chaque mouvement - après improvisation au plateau - ayant été minutieusement "écrit".

Après un premier temps silencieux où chacun(e) individuellement, nu comme un ver, va revêtir le "costume" qui lui sied en se fondant dans la masse de tissus exposés au sol, pour devenir animal ou autre force vitale délivrée des assignations, les deux autres étapes verront les relations se nouer pour exploser dans un concert de tableaux vivants dignes des grands rassemblements psychédéliques d'après 68. Fête libératrice faisant la nique aux conservatismes de tous poils et célébrant joyeusement la liberté des corps, prémices d'une autre révolution (cf. "La révolution sexuelle" de Wilhelm Reich ou "L'homme unidimensionnel" d'Herbert Marcuse reliant rébellion instinctuelle et révolte politique).

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Grimaces dantesques, sourires simiesques jusqu'aux oreilles, gesticulations effrénées, tout témoigne d'une vitalité incoercible faisant fi des comportements normés. Accélérant ou ralentissant leurs mouvements calqués sur une musique répétitive, se hissant les uns sur les autres pour devenir impressionnants de grandeur ou rampant au sol, revendiquant fièrement une nudité naturelle non corsetée dans les tabous des dominants, chaque danseur et danseuse est invité à naître à lui-même sans se soucier d'autres préceptes que ceux de réenchanter le monde vu à leur échelle.

Quant aux tissus, ils deviennent leur prolongement pour danser avec eux, leur servir d'instruments, non seulement les complétant mais les projetant dans une autre dimension, celle de leurs désirs à assouvir. Ainsi des hommes barbus à souhait portent-ils tendrement dans leurs bras des bébés de chiffons, un autre (le maître blanc à "désarçonner") chevauche-t-il deux esclaves à quatre pattes, nus et reliés à lui par deux tresses de tissus. Une femme exhibe fièrement sa poitrine opulente avec laquelle elle joue frénétiquement, pendant qu'un homme, sexe à l'air sous sa tunique, se plaît aux allées et venues d'un mannequin défilant avec effets de hanches à l'appui. Transes furieuses qui aboutissent à des danses déliées dans un chaos de tissus colorés exaltant la frénésie du plateau.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Explosion de couleurs et de musiques propres à réenchanter le monde, cette chorégraphie construite collectivement avec ses danseurs et danseuses issus pour beaucoup de la favela, "Encantado" résonne en nous comme un somptueux hymne à la vie. Une existence qui, si elle n'est jamais donnée, et encore moins lorsque l'on vit dans un pays comme le Brésil, se conquiert en opposant aux forces de mort, les forces vives des peuples "en mouvement".

La fête serait-elle le maillon incontournable d'une résistance à opposer aux tenants d'un pouvoir coercitif déniant à l'humain son droit de cité ? Si l'on en croit la fabuleuse énergie dégagée ce soir-là par "Encantado", énergie ressentie à l'unisson de la salle comble "survoltée", l'on pourrait avancer que Lia Rodrigues et sa troupe posent méthodiquement, de performance en performance, les pierres précieuses d'une théologie laïque de la libération.

Vu le mercredi 2 février 2022 à la Scène Nationale Carré-Colonnes à Saint-Médard (33).

"Encantado"

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Chorégraphie : Lia Rodrigues.
Dansé et créé en étroite collaboration avec : Leonardo Nunes, Carolina Repetto, Valentina Fittipaldi, Andrey Da Silva, Larissa Lima, Ricardo Xavier, Joana Lima, David Abreu, Matheus Macena, Tiago Oliveira, Raquel Alexandre.
Assistante à la création : Amalia Lima.
Dramaturgie : Silvia Soter.
Collaboration artistique et images : Sammi Landweer.
Lumières : Nicolas Boudier.
Régie générale et lumière : Baptiste Méral et Magali Foubert.
Bande sonore, mixage : Alexandre Seabra (à partir d’extraits de chansons de scène du Peuple Guarani Mbya/Village de Kalipety do T.I. territoire indigène/Tenondé Porã, chanté et joué pendant la manifestation des indigènes à Brasilia en août 2021 pour la reconnaissance de leurs terres ancestrales en péril).
Durée : 1 heure.

© Sammi Landweer.
© Sammi Landweer.
Jeudi 10 février 2022 à 20 h 30.
TAP - Théâtre Auditorium Poitiers - Scène nationale, Poitiers (86).
Réservation : 05 49 39 29 29.
>> tap-poitiers.com

Yves Kafka
Mercredi 9 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022