La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Embarquons-nous au Festival Premiers Pas

Sous le petit chapiteau du Festival Premiers Pas, ambiance festive et goût d’antan, teintés de notes contemporaines. On se croirait presque revenu chez Mnouchkine il y a quelques décennies, quand la troupe du Soleil avait encore un abri de fortune. L’ordre du jour ? le Collectif du K au rapport avec une jolie création : "La Nef des fous" de Simon Falguières. À vous brigadier, faites résonner votre bâton… de jeunesse !



Dessin réalisé par Le Collectif du K © D.R.
Dessin réalisé par Le Collectif du K © D.R.
La scène est modeste, les bancs pas très confortables, mais les ambitions grandes et les yeux remplis de rêves étoilés. L’émotion de la première est palpable, nos papilles hument avec plaisir ce vent de fraîcheur. Né en 2008, la Cie Le Collectif du K se définit comme "un laboratoire" qui réunit de jeunes créateurs provenant de tous horizons artistiques (théâtre, écriture, vidéo, photographie, musique). Au milieu, une troupe de théâtre renforce cette belle énergie créatrice. Si leur travail est encore imparfait, décloisonner les arts est toujours une bien riche idée… Ecriture et jeu sont déjà pleins de belles promesses.

La Nef des fous, c’est quatorze comédiens en scène qui s’embarquent dans une aventure singulière, un voyage, aussi métaphorique que réel. Cette pièce, écrite par un tout jeune auteur et metteur en scène, est le récit d’hommes et de femmes bourrés de vices, mais aussi d’amour et d’espoir. Ils voguent ensemble sur un bateau. D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Que cherchent-ils ? Éternelles interrogations dont les questions sont plus importantes que les réponses. Arche de Noé ou inspiration d’un tableau de Jérôme Bosch (au même titre que la pièce), cette "nef" est une métaphore de l’homme. C’est aussi, de toute évidence, celle de la vie d’une troupe (de l’individu face au groupe, de ses angoisses et de ses déboires) qui ouvre (par son thème) de manière magistrale ce Festival.

À 23 ans, Simon Falguières a déjà un parcours étonnant qui mérite qu’on s’y arrête. Ce tout jeune metteur en scène n’en est pas à sa première expérience puisque il écrit et met en scène depuis l’âge de 14 ans. Etonnant, oui, ça l’est. D’autant que la Nef des fous ne manque pas de poésie. Un tableau vivant, hanté par des personnages qui tentent, tant bien que mal, de cacher leur dénuement : un poète sans amour, un préfet aux allures régaliennes, un paysan sans eau, une bonimenteuse qui expose son "homme fort" comme un cabinet de curiosité, un chasseur sans proie, une bourgeoise veuve et ruinée, un voleur volé, etc. Autant de caractères réunis dans un même bateau et qui vont tenter de cohabiter. Si le texte ne se distingue pas par une thématique absolument neuve, son entreprise est radicalement celui d’un beau cri de jeunesse.

Certaines figures dénotent plus que d’autres. On ne les citera pas toutes, trop nombreuses. Mais les contours sont nets, les personnalités affirmées et remarquablement bien investies. Notamment, Thomas Blumenfeld dans le rôle du chasseur au grand cœur. Touchant ! Et Benjamin Desche campe un paysan mi-méchant mi-benêt et non moins attachant. D’autre part, si les personnages du Capitaine (Laurent Barbot) et de son troufion (Romain Pageard) sont moins intéressants (goût de déjà vu), ils n’en sont pas moins drôles : on apprécie tout particulièrement le travail de recherche qui a été effectué sur la gestuelle. Mais cette remarque pourrait s’appliquer à l’ensemble de la troupe qui, sans décor, ni rideau (des coulisses de fortune) a réussi à nous embarquer sur leur "nef".

Le texte fourmille de belles intentions (on retient tout particulièrement le sacrifice du bouc émissaire à travers la figure du voleur condamné à mort). Un gros défaut (de jeunesse) cependant : l’impression que la troupe veut tellement bien faire qu’elle en fait trop. Presque deux heures… trop long ! Raccourcir certaines scènes et resserrer l’épisode de la tempête gagneraient en efficacité dramatique.

Dans ce navire bringuebalant, telles des marionnettes désarticulées, chacun avance cahin-caha. Malgré les longueurs, le spectateur, quant à lui, se laisse volontiers emporter par l’aventure. Pour notre part, on pense à Baudelaire et à son "Voyage" dont les vers tanguent dangereusement encore dans notre mémoire d’hommes ivres d’ennui et de désirs :

"Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! "

C’est aussi cela le Festival Premiers Pas. Souhaitons-leur un long voyage.

"La Nef des fous"

(Vu le 7 mai 2011)

Texte : Simon Falguières.
Mise en scène : Simon Falguières.
Avec : Laurent Barbot, Thomas Blumenfeld, Laura Cros, Benjamin Desche, Juliette Didtsch, Élise Douyère, Félix Fenwick, Léandre Gans, Alona Martier, Romain Pageard, Coraline Pradeau, Adélaïde Prud’homme, Jean-Baptiste Vienet.
Costumes : Sara Bartesaghi-Gallo, Élise Douyère.
Régie générale : Chouaïb Boujemaaoui.
Durée : 1 h 50.

Festival Premiers Pas.
Du 6 mai au 26 juin 2011.
Horaires et jours variables selon la programmation :
http://www.premiers-pas.fr/
Réservations : 01 43 74 24 08.

Sheila Louinet
Vendredi 20 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024