La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Embarquons-nous au Festival Premiers Pas

Sous le petit chapiteau du Festival Premiers Pas, ambiance festive et goût d’antan, teintés de notes contemporaines. On se croirait presque revenu chez Mnouchkine il y a quelques décennies, quand la troupe du Soleil avait encore un abri de fortune. L’ordre du jour ? le Collectif du K au rapport avec une jolie création : "La Nef des fous" de Simon Falguières. À vous brigadier, faites résonner votre bâton… de jeunesse !



Dessin réalisé par Le Collectif du K © D.R.
Dessin réalisé par Le Collectif du K © D.R.
La scène est modeste, les bancs pas très confortables, mais les ambitions grandes et les yeux remplis de rêves étoilés. L’émotion de la première est palpable, nos papilles hument avec plaisir ce vent de fraîcheur. Né en 2008, la Cie Le Collectif du K se définit comme "un laboratoire" qui réunit de jeunes créateurs provenant de tous horizons artistiques (théâtre, écriture, vidéo, photographie, musique). Au milieu, une troupe de théâtre renforce cette belle énergie créatrice. Si leur travail est encore imparfait, décloisonner les arts est toujours une bien riche idée… Ecriture et jeu sont déjà pleins de belles promesses.

La Nef des fous, c’est quatorze comédiens en scène qui s’embarquent dans une aventure singulière, un voyage, aussi métaphorique que réel. Cette pièce, écrite par un tout jeune auteur et metteur en scène, est le récit d’hommes et de femmes bourrés de vices, mais aussi d’amour et d’espoir. Ils voguent ensemble sur un bateau. D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Que cherchent-ils ? Éternelles interrogations dont les questions sont plus importantes que les réponses. Arche de Noé ou inspiration d’un tableau de Jérôme Bosch (au même titre que la pièce), cette "nef" est une métaphore de l’homme. C’est aussi, de toute évidence, celle de la vie d’une troupe (de l’individu face au groupe, de ses angoisses et de ses déboires) qui ouvre (par son thème) de manière magistrale ce Festival.

À 23 ans, Simon Falguières a déjà un parcours étonnant qui mérite qu’on s’y arrête. Ce tout jeune metteur en scène n’en est pas à sa première expérience puisque il écrit et met en scène depuis l’âge de 14 ans. Etonnant, oui, ça l’est. D’autant que la Nef des fous ne manque pas de poésie. Un tableau vivant, hanté par des personnages qui tentent, tant bien que mal, de cacher leur dénuement : un poète sans amour, un préfet aux allures régaliennes, un paysan sans eau, une bonimenteuse qui expose son "homme fort" comme un cabinet de curiosité, un chasseur sans proie, une bourgeoise veuve et ruinée, un voleur volé, etc. Autant de caractères réunis dans un même bateau et qui vont tenter de cohabiter. Si le texte ne se distingue pas par une thématique absolument neuve, son entreprise est radicalement celui d’un beau cri de jeunesse.

Certaines figures dénotent plus que d’autres. On ne les citera pas toutes, trop nombreuses. Mais les contours sont nets, les personnalités affirmées et remarquablement bien investies. Notamment, Thomas Blumenfeld dans le rôle du chasseur au grand cœur. Touchant ! Et Benjamin Desche campe un paysan mi-méchant mi-benêt et non moins attachant. D’autre part, si les personnages du Capitaine (Laurent Barbot) et de son troufion (Romain Pageard) sont moins intéressants (goût de déjà vu), ils n’en sont pas moins drôles : on apprécie tout particulièrement le travail de recherche qui a été effectué sur la gestuelle. Mais cette remarque pourrait s’appliquer à l’ensemble de la troupe qui, sans décor, ni rideau (des coulisses de fortune) a réussi à nous embarquer sur leur "nef".

Le texte fourmille de belles intentions (on retient tout particulièrement le sacrifice du bouc émissaire à travers la figure du voleur condamné à mort). Un gros défaut (de jeunesse) cependant : l’impression que la troupe veut tellement bien faire qu’elle en fait trop. Presque deux heures… trop long ! Raccourcir certaines scènes et resserrer l’épisode de la tempête gagneraient en efficacité dramatique.

Dans ce navire bringuebalant, telles des marionnettes désarticulées, chacun avance cahin-caha. Malgré les longueurs, le spectateur, quant à lui, se laisse volontiers emporter par l’aventure. Pour notre part, on pense à Baudelaire et à son "Voyage" dont les vers tanguent dangereusement encore dans notre mémoire d’hommes ivres d’ennui et de désirs :

"Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! "

C’est aussi cela le Festival Premiers Pas. Souhaitons-leur un long voyage.

"La Nef des fous"

(Vu le 7 mai 2011)

Texte : Simon Falguières.
Mise en scène : Simon Falguières.
Avec : Laurent Barbot, Thomas Blumenfeld, Laura Cros, Benjamin Desche, Juliette Didtsch, Élise Douyère, Félix Fenwick, Léandre Gans, Alona Martier, Romain Pageard, Coraline Pradeau, Adélaïde Prud’homme, Jean-Baptiste Vienet.
Costumes : Sara Bartesaghi-Gallo, Élise Douyère.
Régie générale : Chouaïb Boujemaaoui.
Durée : 1 h 50.

Festival Premiers Pas.
Du 6 mai au 26 juin 2011.
Horaires et jours variables selon la programmation :
http://www.premiers-pas.fr/
Réservations : 01 43 74 24 08.

Sheila Louinet
Vendredi 20 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011