La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Edelweiss" Ironie critique face à l'Histoire

Dans un texte bien construit et une très belle mise en scène, Sylvain Creuzevault nous replonge dans les heures sombres de la collaboration avec ses hommes politiques et ses intellectuels. Mariant avec précision et fluidité, Histoire et fable, il montre avec humour les coulisses d'une époque habitée de figures autant tragiques qu'infâmes et où le conservatisme et l'antisémitisme étaient guidés par l'extermination des juifs.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Nous sommes au cœur de la collaboration, dans la France fasciste des années quarante en pleine Seconde Guerre mondiale. On y rencontre, entre autres, Pierre Laval (Arthur Igual), Marcel Déat (Pierre-Félix Gravière), Lucien Rebatet (Lucie Rouxel), Louis-Ferdinand Destouches dit Céline (Frédéric Noaille), Robert Brasillac (Charlotte Issaly), Philippe Henriot et Pierre Drieu La Rochelle (Vladislav Galard). Toutes les figures de la collaboration sont présentes. Léon Blum (Arthur Igual) y apparaît rapidement, lui qui fut l'une des cibles les plus haïes de ce régime, car juif et symbole de la décadence – avec les congés payés – pour l'extrême droite collaborationniste.

C'est bien évidemment une pièce politique, mais également comique par biais des aspects. Le jeu est très vocal avec des orateurs, des discours et une emphase dans la voix. La scénographie, s'étalant sur un large espace, fait écho à celle-ci, montrant chaque personnage beaucoup plus petit que son époque, la scène pouvant symboliser celle-ci. Le rideau se lève sur Brasillac (1909-1945), écrivain, rédacteur en chef du journal antisémite et collaborationniste "Je suis partout". Il raconte son positionnement politique, la voix sûre, avec conviction et sans regret.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'entame de la pièce est aussi des plus décalées où, entre autres, Déat remercie le public d'être présent pour cette "réunion de collabos fascistes" avec un clin d'œil à la pièce même d'"Edelweiss". On est ainsi avec des protagonistes qui savent l'existence de la pièce qu'ils jouent en même temps, mais dans un autre lieu et pourtant à une autre époque. Télescopage truculent qui mêle des temporalités différentes à la réalité de moments historiques avec leurs pendants théâtraux. Ainsi qui parle ? Le comédien qui joue Déat ou le personnage ayant existé et ancré dans ses convictions et son époque ? Les deux ! Ce qui donne un décalage croustillant entre propos tragiques et comiques.

La scénographie présente une grande salle aux couleurs ocre et marron avec une station radio et un piano côté cour. Côté jardin, il y a une porte éteinte et un téléphone mural. Sur la même scène, plusieurs tableaux se déroulent comme la rencontre entre Otto Abetz (Vladislav Galard), ambassadeur d'Allemagne et Pierre Laval. On y voit aussi des danseurs à poil jouant une chorégraphie, passablement ridicule, comme un clin d'œil inversé à une époque où la virilité était revendiquée avec "Travail, Famille, Patrie" comme devise.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Ce décalage entre le fait historique et certains intermèdes, comiques ou dansés, donne à la pièce un cachet énigmatique où la véracité des faits est réelle et où la mise en scène de Creuzevault prend plaisir à l'accompagner d'un aspect décalé, peu coutumier de l'époque. Cette double focale inscrit la fable entre récit et imagination, permettant d'inscrire "Edelweiss" dans une temporalité croisée où l'instant prête assistance à certains propos ou situations qui ne peuvent trouver leur vérité que dans une irréalité.

Se retrouvent aussi deux paysans dans leur champ, semant déjà leur blé. Dans cette action, le temps est symbolisé par le blé grandissant en un clin d'œil, la seconde devenant alors semaine. La scénographie n'a pas changé pour autant, car elle est presque neutre avec son grand espace.

Les années, avec son fait historique, sont affichées en caractères noirs sur un grand rideau transparent qui se lève avant que la scène se joue. Sur cette découpe qui en est faite, est mis en exergue le rapport des protagonistes face à chacun d'entre eux et aux événements. On les voit, on les écoute, les entend plaider leur cause pour certains, tous face au public, sans se départir de leurs convictions. Ils sont jugés par l'Histoire, incarnée par le public, silencieux et n'ayant pas vocation à parler.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Un moment, Céline (1894-1961) défèque au centre du plateau, dos au public, et l'excrément reste pendant plusieurs scènes. Il est même utilisé comme marqueur de moustache à la Hitler par certains caractères. On bascule ainsi sur une forme de burlesque, le corps devenant source d'expression dans sa plus forme la plus basique. La pièce a deux visages et peut se lire à plusieurs échelles. D'un côté, le sérieux de l'Histoire avec ses drames et ses exactions qui ne sont pas montrés, mais connus pour autant.

De l'autre, certains personnages qui se jouent de leur rôle en prenant à rebrousse-poil des situations. Par exemple, le "Salut à Hitler" fait au téléphone par Otto Abetz (1903-1958) permet ainsi de donner un aspect comique à la situation et de montrer l'avilissement de la France à l'égard du Führer. Cette familiarité fait ainsi écho à la politique plus que zélée du gouvernement français collaborationniste, jumelle de celle des Allemands dans leur chasse et extermination des juifs.

Il y a aussi une scène humoristique, de théâtre dans le théâtre, avec un accident de voiture de Pierre Laval (1889-1945) et Otto Abetz sur une route de campagne en direction d'un rendez-vous avec Hitler. Autre scène avec une remontée du temps où le terme "Décadence" est vu, entre autres, au travers de propos d'Houellebecq, Gainsbourg (1928-1991) et d'auteurs bien plus anciens, comme s'il avait été porté par toutes les époques pour désigner, sous des formes variées, soit un sentiment d'épanouissement et de laisser-aller jouissif, soit de noirceur caractérisée et raciste pour Zemmour.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'identité sexuelle reste ambiguë aussi dans la déclinaison qui en est faite pour Robert Brasillach et Lucien Rebatet (1903-1972), joués respectivement par Charlotte Issaly et Lucie Rouxel. Cela interpelle au premier abord et permet de fixer une attention particulière sur eux, l'ambiguïté des caractères donne un aspect énigmatique permettant de poser la question d'un "Pourquoi ?", autant de ce qu'ils sont que de ce qu'ils ont fait.

La fable bascule entre récit, discours et Histoire. Les lieux, comme les zones Nord et Sud, sont aussi désignés par de grands caractères noirs situés en hauteur et qui descendent. Nous sommes aussi dans du théâtre dans le théâtre dans lequel les personnages font état de la scénographie ou jouent de certains événements théâtraux. Ce décentrage du regard qu'ils portent sur ce qu'ils les entourent donne un timbre humoristique à la pièce. Il permet aussi de prendre du recul, sans l'excuser pour autant, sur la politique collaborationniste infâme de ceux qui l'ont incarnée afin de décrypter le comportement de ceux qu'ils l'ont fait et soutenu.

"Edelweiss"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Mise en scène : Sylvain Creuzevault.
Assistant à la mise en scène : Ivan Marquez.
De et avec : Juliette Bialek, Valérie Dréville, Vladislav Galard, Pierre-Félix Gravière, Arthur Igual, Charlotte Issaly, Frédéric Noaille, Lucie Rouxel et Antonin Rayon (musicien).
Avec l'amicale participation de Nicolas Bouchaud.
Dramaturgie : Julien Vella.
Lumière : Vyara Stefanova.
Création musique, son : Antonin Rayon, Loïc Waridel.
Scénographie : Jean-Baptiste Bellon, Jeanne Daniel-Nguyen.
Vidéo : Simon Anquetil.
Maquillage, perruques : Mityl Brimeur.
Costumes : Constant Chiassai-Polin.
Régie générale : Clément Casazza.
Durée : 2 h 10.

Du 21 septembre au 22 octobre 2023.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Atelier Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Tournée
28 février au 5 mars 2024 : Théâtre Garonne - Scène européenne, Toulouse (31).
12 au 15 mars 2024 : La Comédie de Saint-Étienne, Saint-Étienne (42).
21 et 22 mars 2024 : Bonlieu - Scène nationale, Annecy (74).
27 et 28 mars 2024 : L'Empreinte - Scène nationale, Brive (19).
30 et 31 mai 2024 : Points communs - Scène nationale, Cergy-Pontoise (95).

Safidin Alouache
Lundi 9 Octobre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024