Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris

Paris fait sa comédie et écrit l'humour en capitales. Nouveau nom pour le festival parisien qui prend par la même occasion le pluriel et un objectif de déploiement international. Mais la recette qui a fait le succès de cette manifestation depuis quatre ans n'a pas changé. Carte blanche a des artistes de renom et découvertes des talents de demain sont toujours au menu.



Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Fort de quatre années de succès, le festival Paris fait sa comédie s’offre un relooking complet : nouvelle signature, nouvelles dates, nouveau logo, nouveau format. Mais l’essentiel est conservé : l’humour, la création et la découverte. En 2011, "Paris fait sa comédie" devient le Festival "L’Humour en Capitales" et présente une nouvelle édition riche en nouveautés.

De l’Olympia au Grand Rex en passant par le Théâtre Déjazet et le Comedy Club, le festival reste fidèle à ses habitudes en ouvrant sa programmation à toutes les familles du rire et en proposant des spectacles spécialement écrits pour l’occasion, ce qui est en fait notamment son originalité. Cette année encore, l’Humour en Capitales donnera Carte Blanche à de grands noms du rire qui s’entoureront de leurs coups de cœur et de leurs complices de toujours pour proposer des shows exclusifs et inédits.

Christophe Robin, Directeur Général de L’Humour en Capitales souligne : "Nous sommes très heureux de tous ces changements, en adéquation avec l’évolution du festival. Jusqu’à la création de Paris fait sa comédie, la capitale n’avait pas de grand rendez-vous du rire. Nous avons souhaité combler ce manque de la plus belle façon : en proposant des tremplins aux nouveaux talents de l’humour et des spectacles inédits autour des plus grands humoristes du moment. Cette année, nous sommes très fiers de conserver le même concept de festival et de l’étendre sur un mois.".

Carte Blanche à Jamel, 4 et 5 juin à 20 h 30, au Grand Rex

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Attention, événement ! Jamel, actuellement en tournée avec son one man show, marquera
exceptionnellement une pause pour créer un spectacle inédit dans le cadre des Cartes Blanches de L’Humour en Capitales. Le festival laisse donc les clefs du Grand Rex à Jamel pour un show exceptionnel.
Metteur en scène, maître de cérémonie, interprète, auteur, directeur artistique, Jamel a Carte Blanche pour jouer tous les rôles de ce spectacle 100 % inédit. Pour l’occasion, il sera accompagné de guests incroyables, coups de cœur et complices de toujours pour un show qui s’annonce explosif.
Avec : Jamel, Omar et Fred, Stromae, Redouanne Harjane, Malik Bentalha, Jean François Cayrey, Elie Semoun, Kev Adams, Stephane Bak, Martin Matte, etc.

Gala Humour du Monde, 6 Juin à 20 h 30, au Théâtre Déjazet

Pour sa 5e édition, le festival invite une nouvelle fois ses amis du festival "Grand Rire" de Québec pour le gala Humour du Monde. Une déferlante d’artistes talentueux venus tout droit du Canada ont répondu présents pour un show exclusif exceptionnellement présenté par Cauet. Sylvain Parent Bedard, président du festival Grand Rire de Québec se réjouit de cette collaboration : "Nous sommes très fiers des relations solides que nous avons bâties avec Paris depuis maintenant 4 ans. Encore une fois cette année, ce sera vraiment la crème des humoristes québécois que les Français auront la chance de voir lors de la soirée Humour du monde."
Stand-Up, sketchs, chansons, les artistes venus du Nord démontreront une fois de plus au public parisien que l’humour se rit des frontières.
Avec : Cauet, Martin Matte, Mario Jean, Marc Boilard, Daniel Lemire, Chick’n’swell, Dominic Paquet, Cathy Gauthier et Luc Senay, etc.

Les Nouveaux Talents du Rire, 8 Juin à 20 h 30, au Théâtre Déjazet

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Kev Adams, Gaspard Proust, Ben, Tony Saint-Laurent ont tous un point commun : ils ont été découverts lors des castings "Nouveaux talents" du festival L’Humour en Capitales. Comme chaque année, celui-ci présente une sélection de 8 nouveaux talents de l’humour, tous exceptionnellement talentueux et prêts à conquérir un public curieux aux côtés d’un parrain d’exception en la personne de Laurent Ruquier !
Voilà une occasion de venir applaudir la relève du rire, sur la scène du Théâtre Déjazet, prête à vous éblouir et surtout, vous faire rire !
Avec : Laurent Ruquier, Alexandre Barbe, James Chadier, Farid Chamekh, Waly Dia, Cyril Etesse, Kyan Khojandi, Sebastian Marx et Julie Villers.

Le plus de cette opération ? Découvrir gratuitement les showcases des candidats dans la toute nouvelle salle du Pranzo Gymnase.
Au programme : mercredi 15 juin à 20 h : Cyril Etesse ; jeudi 16 juin à 19 h : Julie Villers ; jeudi 16 juin à 20 h : Waly Dia ; samedi 18 juin à 20 h : Alexandre Barbe ; mercredi 22 juin à 19 h : James Chadier ; mercredi 22 juin à 20 h : Farid Chamekh.

Messmer, jeudi 9 juin à 20 h et 21 h 45, au Comedy Club

"Pour sa 5e édition, le Festival invite sur scène Messmer, le fascinateur qui hypnotise et magnétise depuis plus de 20 ans le public Outre-Atlantique."
Pour ses premiers pas sur la scène française, Messmer invite le public dans son univers burlesque où le transfert d’énergie, le magnétisme et la suggestion sont au rendez-vous. Depuis toujours, l’homme se questionne sur le réel pouvoir de son subconscient. Mais contrairement à tous, Messmer le maîtrise et nous offre ainsi une heure de spectacle dont le public est le héro. Souvent drôle, parfois touchant, le pouvoir qu’exerce Messmer sur son auditoire est mystérieux et fascinant.
Une performance alliant enchantement et émotions fortes, mystère et fous rires... comme seul Messmer en détient le secret !
Entrée libre (dans la limite des places disponibles), réservation indispensable par mail à info@lecomedyclub.fr

Carte Blanche à Anne Roumanoff, 23, 24 et 25 juin à 20 h 30, à l’Olympia

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Depuis 5 ans, Anne Roumanoff est une fidèle du festival pour lequel elle a fait une création exclusive à chacune des éditions.
Cette année encore, l’humoriste préférée des français endosse son costume de sociologue tendre et gouailleuse et mobilise sa troupe d’un soir pour un show étonnant et débordant d’énergie.
De chansons d’humour en parodies inoubliables, de vaudeville en duos improbables, de mots d’esprit en chorégraphies survitaminées, Anne et ses complices rivaliseront de talent et d’espièglerie pour un spectacle qui s’annonce ébouriffant !
Avec : Anne Roumanoff, Elie Semoun, Arthur (uniquement les 24 et 25), Pascal Legitimus (uniquement les 24 et 25 ), Jean Marie Bigard, Michèle Bernier, Véronic Dicaire (uniquement les 23 et 25), Kev Adams, Foudil Kaïbou, Jérome Commandeur, Dany Mauro, Arnaud Ducret, Michel Vivacqua, Claudia Tagbo, les DDM, etc.

Les coups de cœur du festival à découvrir au Comedy Club

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Les lauréats 2010 des Nouveaux Talents du Rire, Chris et Tony Saint Laurent, et les Coups de Cœur 2011 de l’équipe du festival présenteront leur show en intégralité au Comedy Club.

Jeudi 16 juin à 20 h. Tony Saint-Laurent.
Tony Saint Laurent c’est un sens du décalage et de l’auto-dérision, mais avant tout : un sex-symbol... enfin... c’est sa mère qui le dit ! Prenez un mixeur, mettez : son ex Virginie, les fautes de grammaire de Pascal le grand frère, son épicier de quartier "chez Ali", les filles qui dansent devant des miroirs en boîte de nuit, son appart au 6e étage sans ascenseur et sans escalier, les nains et naines d’Île-de-France, ses demandes d’amies Facebook rejetées... Mélangez le tout et vous obtiendrez un Show !

Vendredi 17 Juin à 20 h, Chris, "Le monde de Chris(e)".
Le premier Stand Up assis donc c’est un Sit Down. Après le Monde du Silence, la Guerre des Mondes, le Monde selon Garp et le Meilleur des Mondes, voici Le Monde de Chris(e). Ça n’a rien à voir, à part le fait qu’il y ait le mot monde dedans. Le Monde de Chris(e), c’est un monde exaspérant et bancal, violent et tendre, c’est vieux comme le monde de maintenant. Chris est méchant et aigri... C’est normal, il est petit et c’est un raté !

Samedi 18 et dimanche 19 juin à 20 h, Sebastian Marx, "Un New Yorkais à Paris".
Du stand-up en français à l’américaine ! Un New Yorkais... son rêve : devenir Français ! Sa mission : surmonter les clichés injustifiés (et justifiés), maîtriser l’art du "voilà quoi", esquiver la bureaucratie française et apprendre à apprécier le foie gras...
Bienvenue sur le chemin semé d’embûches de la "Francisation" ! Influencé par Woody Allen, Jerry Seinfeld et Mel Brooks, Sebastian partage son humour : varié comme le paysage américain, improbable comme un film d’Hollywood, candide comme une pom-pom girl.

Programme complet et infos complémentaires :
humourencapitales.com
Tél. : 01 46 10 10 00.

Gil Chauveau
Dimanche 5 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021