La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris

Paris fait sa comédie et écrit l'humour en capitales. Nouveau nom pour le festival parisien qui prend par la même occasion le pluriel et un objectif de déploiement international. Mais la recette qui a fait le succès de cette manifestation depuis quatre ans n'a pas changé. Carte blanche a des artistes de renom et découvertes des talents de demain sont toujours au menu.



Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Fort de quatre années de succès, le festival Paris fait sa comédie s’offre un relooking complet : nouvelle signature, nouvelles dates, nouveau logo, nouveau format. Mais l’essentiel est conservé : l’humour, la création et la découverte. En 2011, "Paris fait sa comédie" devient le Festival "L’Humour en Capitales" et présente une nouvelle édition riche en nouveautés.

De l’Olympia au Grand Rex en passant par le Théâtre Déjazet et le Comedy Club, le festival reste fidèle à ses habitudes en ouvrant sa programmation à toutes les familles du rire et en proposant des spectacles spécialement écrits pour l’occasion, ce qui est en fait notamment son originalité. Cette année encore, l’Humour en Capitales donnera Carte Blanche à de grands noms du rire qui s’entoureront de leurs coups de cœur et de leurs complices de toujours pour proposer des shows exclusifs et inédits.

Christophe Robin, Directeur Général de L’Humour en Capitales souligne : "Nous sommes très heureux de tous ces changements, en adéquation avec l’évolution du festival. Jusqu’à la création de Paris fait sa comédie, la capitale n’avait pas de grand rendez-vous du rire. Nous avons souhaité combler ce manque de la plus belle façon : en proposant des tremplins aux nouveaux talents de l’humour et des spectacles inédits autour des plus grands humoristes du moment. Cette année, nous sommes très fiers de conserver le même concept de festival et de l’étendre sur un mois.".

Carte Blanche à Jamel, 4 et 5 juin à 20 h 30, au Grand Rex

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Attention, événement ! Jamel, actuellement en tournée avec son one man show, marquera
exceptionnellement une pause pour créer un spectacle inédit dans le cadre des Cartes Blanches de L’Humour en Capitales. Le festival laisse donc les clefs du Grand Rex à Jamel pour un show exceptionnel.
Metteur en scène, maître de cérémonie, interprète, auteur, directeur artistique, Jamel a Carte Blanche pour jouer tous les rôles de ce spectacle 100 % inédit. Pour l’occasion, il sera accompagné de guests incroyables, coups de cœur et complices de toujours pour un show qui s’annonce explosif.
Avec : Jamel, Omar et Fred, Stromae, Redouanne Harjane, Malik Bentalha, Jean François Cayrey, Elie Semoun, Kev Adams, Stephane Bak, Martin Matte, etc.

Gala Humour du Monde, 6 Juin à 20 h 30, au Théâtre Déjazet

Pour sa 5e édition, le festival invite une nouvelle fois ses amis du festival "Grand Rire" de Québec pour le gala Humour du Monde. Une déferlante d’artistes talentueux venus tout droit du Canada ont répondu présents pour un show exclusif exceptionnellement présenté par Cauet. Sylvain Parent Bedard, président du festival Grand Rire de Québec se réjouit de cette collaboration : "Nous sommes très fiers des relations solides que nous avons bâties avec Paris depuis maintenant 4 ans. Encore une fois cette année, ce sera vraiment la crème des humoristes québécois que les Français auront la chance de voir lors de la soirée Humour du monde."
Stand-Up, sketchs, chansons, les artistes venus du Nord démontreront une fois de plus au public parisien que l’humour se rit des frontières.
Avec : Cauet, Martin Matte, Mario Jean, Marc Boilard, Daniel Lemire, Chick’n’swell, Dominic Paquet, Cathy Gauthier et Luc Senay, etc.

Les Nouveaux Talents du Rire, 8 Juin à 20 h 30, au Théâtre Déjazet

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Kev Adams, Gaspard Proust, Ben, Tony Saint-Laurent ont tous un point commun : ils ont été découverts lors des castings "Nouveaux talents" du festival L’Humour en Capitales. Comme chaque année, celui-ci présente une sélection de 8 nouveaux talents de l’humour, tous exceptionnellement talentueux et prêts à conquérir un public curieux aux côtés d’un parrain d’exception en la personne de Laurent Ruquier !
Voilà une occasion de venir applaudir la relève du rire, sur la scène du Théâtre Déjazet, prête à vous éblouir et surtout, vous faire rire !
Avec : Laurent Ruquier, Alexandre Barbe, James Chadier, Farid Chamekh, Waly Dia, Cyril Etesse, Kyan Khojandi, Sebastian Marx et Julie Villers.

Le plus de cette opération ? Découvrir gratuitement les showcases des candidats dans la toute nouvelle salle du Pranzo Gymnase.
Au programme : mercredi 15 juin à 20 h : Cyril Etesse ; jeudi 16 juin à 19 h : Julie Villers ; jeudi 16 juin à 20 h : Waly Dia ; samedi 18 juin à 20 h : Alexandre Barbe ; mercredi 22 juin à 19 h : James Chadier ; mercredi 22 juin à 20 h : Farid Chamekh.

Messmer, jeudi 9 juin à 20 h et 21 h 45, au Comedy Club

"Pour sa 5e édition, le Festival invite sur scène Messmer, le fascinateur qui hypnotise et magnétise depuis plus de 20 ans le public Outre-Atlantique."
Pour ses premiers pas sur la scène française, Messmer invite le public dans son univers burlesque où le transfert d’énergie, le magnétisme et la suggestion sont au rendez-vous. Depuis toujours, l’homme se questionne sur le réel pouvoir de son subconscient. Mais contrairement à tous, Messmer le maîtrise et nous offre ainsi une heure de spectacle dont le public est le héro. Souvent drôle, parfois touchant, le pouvoir qu’exerce Messmer sur son auditoire est mystérieux et fascinant.
Une performance alliant enchantement et émotions fortes, mystère et fous rires... comme seul Messmer en détient le secret !
Entrée libre (dans la limite des places disponibles), réservation indispensable par mail à info@lecomedyclub.fr

Carte Blanche à Anne Roumanoff, 23, 24 et 25 juin à 20 h 30, à l’Olympia

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Depuis 5 ans, Anne Roumanoff est une fidèle du festival pour lequel elle a fait une création exclusive à chacune des éditions.
Cette année encore, l’humoriste préférée des français endosse son costume de sociologue tendre et gouailleuse et mobilise sa troupe d’un soir pour un show étonnant et débordant d’énergie.
De chansons d’humour en parodies inoubliables, de vaudeville en duos improbables, de mots d’esprit en chorégraphies survitaminées, Anne et ses complices rivaliseront de talent et d’espièglerie pour un spectacle qui s’annonce ébouriffant !
Avec : Anne Roumanoff, Elie Semoun, Arthur (uniquement les 24 et 25), Pascal Legitimus (uniquement les 24 et 25 ), Jean Marie Bigard, Michèle Bernier, Véronic Dicaire (uniquement les 23 et 25), Kev Adams, Foudil Kaïbou, Jérome Commandeur, Dany Mauro, Arnaud Ducret, Michel Vivacqua, Claudia Tagbo, les DDM, etc.

Les coups de cœur du festival à découvrir au Comedy Club

Du 4/06 au 25/06/2011, Festival L'Humour en Capitales, Paris
Les lauréats 2010 des Nouveaux Talents du Rire, Chris et Tony Saint Laurent, et les Coups de Cœur 2011 de l’équipe du festival présenteront leur show en intégralité au Comedy Club.

Jeudi 16 juin à 20 h. Tony Saint-Laurent.
Tony Saint Laurent c’est un sens du décalage et de l’auto-dérision, mais avant tout : un sex-symbol... enfin... c’est sa mère qui le dit ! Prenez un mixeur, mettez : son ex Virginie, les fautes de grammaire de Pascal le grand frère, son épicier de quartier "chez Ali", les filles qui dansent devant des miroirs en boîte de nuit, son appart au 6e étage sans ascenseur et sans escalier, les nains et naines d’Île-de-France, ses demandes d’amies Facebook rejetées... Mélangez le tout et vous obtiendrez un Show !

Vendredi 17 Juin à 20 h, Chris, "Le monde de Chris(e)".
Le premier Stand Up assis donc c’est un Sit Down. Après le Monde du Silence, la Guerre des Mondes, le Monde selon Garp et le Meilleur des Mondes, voici Le Monde de Chris(e). Ça n’a rien à voir, à part le fait qu’il y ait le mot monde dedans. Le Monde de Chris(e), c’est un monde exaspérant et bancal, violent et tendre, c’est vieux comme le monde de maintenant. Chris est méchant et aigri... C’est normal, il est petit et c’est un raté !

Samedi 18 et dimanche 19 juin à 20 h, Sebastian Marx, "Un New Yorkais à Paris".
Du stand-up en français à l’américaine ! Un New Yorkais... son rêve : devenir Français ! Sa mission : surmonter les clichés injustifiés (et justifiés), maîtriser l’art du "voilà quoi", esquiver la bureaucratie française et apprendre à apprécier le foie gras...
Bienvenue sur le chemin semé d’embûches de la "Francisation" ! Influencé par Woody Allen, Jerry Seinfeld et Mel Brooks, Sebastian partage son humour : varié comme le paysage américain, improbable comme un film d’Hollywood, candide comme une pom-pom girl.

Programme complet et infos complémentaires :
humourencapitales.com
Tél. : 01 46 10 10 00.

Gil Chauveau
Dimanche 5 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019