Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Désir amoureux ou désir du pouvoir ? Confrontation au cœur de la critique que fait Marivaux de son siècle

"Le prince travesti", Théâtre 71, Malakoff

Résumer une intrigue de Marivaux est un exercice périlleux. Les sentiments croisés, dissimulés et les fausses identités fleurissent dans la plupart de ses pièces. Dans "Le Prince Travesti", toutes les intrigues, primaire et secondaire, de son théâtre sont utilisées : une fausse identité, une rencontre qui déclenche le sentiment amoureux, des nobles qui croisent leurs histoires avec des serviteurs, des messagers, des élans contrariés par la classe sociale, par le secret ou par le dédain… la liste n'est pas exhaustive.



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
C'est dans un lieu unique qu'Yves Beaunesne fait jouer ce classique. Le texte d'origine situe la pièce en Espagne mais ce dernier nous invite dans un salon-vestibule d'uno palazzo italien où se déverse l'escalier monumental menant aux appartements. Deux canapés, un piano à queue et d'immenses tentures moirées en fond de scène suffisent à rendre la froideur de l'immensité autant que le pouvoir effectif de la maitresse des lieux : la princesse d'un état fictif d'Italie où se déroule l'action déplacée au milieu du XXe siècle.

Ce lieu, capable d'abriter autant les conciliabules, les rencontres inopportunes que de surprendre les intrigues sert parfaitement le double intérêt de la pièce : les intrigues amoureuses et les jeux dangereux du pouvoir et de l'argent. Par quoi le monde est-il mené ? Le désir amoureux, le désir du pouvoir ? Les deux forces tissent la trame et la chaîne de la toile ironique et critique que Marivaux peint de son siècle.

De ces intrigues un peu désuètes, mais dont les leviers semblent hélas éternels, Yves Beaunesne extrait un spectacle en esquisse, entremêlant avec beaucoup de contraste le ton de la comédie et l'esprit dramatique, élaborant ainsi un cocktail tonique et changeant. Les scènes mettant en jeu Arlequin lorgnent résolument vers la commedia dell'arte (après tout, l'histoire, ici, se déroule en Italie), tandis que les apparitions du conseiller de la princesse, interprété par l'impressionnant Jean-Claude Drouot, sortent d'un univers résolument tragique.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Pour lier et faire évoluer ces deux univers, la pièce baigne dans un éclairage un peu cinématographique qui met en valeur l'époque où la pièce a été resituée : les années cinquante soixante. On retrouve même des éléments du théâtre filmé de l'époque, avec ces éclairages en contre-plongée provoqués par les rampes de scènes, qui donnent une étrangeté aux visages, un vernis un peu surnaturel, surannée. Une manière d'éclairer qui évolue d'ailleurs au fil des actes pour finir par tanguer vers plus de réalisme.

Des intermèdes musicaux (de très jolis airs en italien accompagnés en direct par Valentin Lambert) ponctuent les changements de scènes, rappelant sans cesse l'ironique vision que porte Marivaux sur ce monde d'intrigues perpétuelles et de malencontres amoureuses. Cet art subtil des dialogues et des situations complexes de Marivaux est totalement mis en avant par le metteur en scène de ses comédiens, à tel point qu'on aimerait parfois que le rythme de la vie accélère un peu le rythme des scènes pour donner du volume à une narration un peu trop sage, un peu trop étalonnée.

"Le Prince Travesti"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Texte : Marivaux.
Mise en scène : Yves Beaunesne.
Avec : Marine Sylf, Elsa Guedj, Nicolas Avinée, Jean-Claude Drouot, Thomas Condemine, Johanna Bonnet, Pierre Ostoya-Magnin et Valentin Lambert.
Dramaturgie : Marion Bernède.
Assistants à la mise en scène : Marie Clavaguera-Pratx et Pauline Buffet.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Lumières : Joël Hourbeigt.
Composition musicale : Camille Rocailleux.
Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Maquillages et coiffures : Kuno Schlegelmilch.
Durée 2 h 15.

Du 23 janvier au 1er février 2019.
Du mardi au samedi à 19 h 30, sauf le vendredi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre 71 - Scène nationale, Malakoff (92), 01 55 48 91 00.
>> theatre71.com

Tournée

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Du 6 au 10 février 2019 : Théâtre Montansier, Versailles (78).
26 février 2019 : Scène Nationale 61, Alençon (61).
21 mars 2019 : Théâtre Jacques Cœur, Lattes (34).
28 et 29 mars 2019 : Grand Théâtre, Calais (62).
4 avril 2019 : Maison de la Culture - Nevers Agglomération, Nevers (58).

Bruno Fougniès
Mardi 29 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021