Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Désir amoureux ou désir du pouvoir ? Confrontation au cœur de la critique que fait Marivaux de son siècle

"Le prince travesti", Théâtre 71, Malakoff

Résumer une intrigue de Marivaux est un exercice périlleux. Les sentiments croisés, dissimulés et les fausses identités fleurissent dans la plupart de ses pièces. Dans "Le Prince Travesti", toutes les intrigues, primaire et secondaire, de son théâtre sont utilisées : une fausse identité, une rencontre qui déclenche le sentiment amoureux, des nobles qui croisent leurs histoires avec des serviteurs, des messagers, des élans contrariés par la classe sociale, par le secret ou par le dédain… la liste n'est pas exhaustive.



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
C'est dans un lieu unique qu'Yves Beaunesne fait jouer ce classique. Le texte d'origine situe la pièce en Espagne mais ce dernier nous invite dans un salon-vestibule d'uno palazzo italien où se déverse l'escalier monumental menant aux appartements. Deux canapés, un piano à queue et d'immenses tentures moirées en fond de scène suffisent à rendre la froideur de l'immensité autant que le pouvoir effectif de la maitresse des lieux : la princesse d'un état fictif d'Italie où se déroule l'action déplacée au milieu du XXe siècle.

Ce lieu, capable d'abriter autant les conciliabules, les rencontres inopportunes que de surprendre les intrigues sert parfaitement le double intérêt de la pièce : les intrigues amoureuses et les jeux dangereux du pouvoir et de l'argent. Par quoi le monde est-il mené ? Le désir amoureux, le désir du pouvoir ? Les deux forces tissent la trame et la chaîne de la toile ironique et critique que Marivaux peint de son siècle.

De ces intrigues un peu désuètes, mais dont les leviers semblent hélas éternels, Yves Beaunesne extrait un spectacle en esquisse, entremêlant avec beaucoup de contraste le ton de la comédie et l'esprit dramatique, élaborant ainsi un cocktail tonique et changeant. Les scènes mettant en jeu Arlequin lorgnent résolument vers la commedia dell'arte (après tout, l'histoire, ici, se déroule en Italie), tandis que les apparitions du conseiller de la princesse, interprété par l'impressionnant Jean-Claude Drouot, sortent d'un univers résolument tragique.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Pour lier et faire évoluer ces deux univers, la pièce baigne dans un éclairage un peu cinématographique qui met en valeur l'époque où la pièce a été resituée : les années cinquante soixante. On retrouve même des éléments du théâtre filmé de l'époque, avec ces éclairages en contre-plongée provoqués par les rampes de scènes, qui donnent une étrangeté aux visages, un vernis un peu surnaturel, surannée. Une manière d'éclairer qui évolue d'ailleurs au fil des actes pour finir par tanguer vers plus de réalisme.

Des intermèdes musicaux (de très jolis airs en italien accompagnés en direct par Valentin Lambert) ponctuent les changements de scènes, rappelant sans cesse l'ironique vision que porte Marivaux sur ce monde d'intrigues perpétuelles et de malencontres amoureuses. Cet art subtil des dialogues et des situations complexes de Marivaux est totalement mis en avant par le metteur en scène de ses comédiens, à tel point qu'on aimerait parfois que le rythme de la vie accélère un peu le rythme des scènes pour donner du volume à une narration un peu trop sage, un peu trop étalonnée.

"Le Prince Travesti"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Texte : Marivaux.
Mise en scène : Yves Beaunesne.
Avec : Marine Sylf, Elsa Guedj, Nicolas Avinée, Jean-Claude Drouot, Thomas Condemine, Johanna Bonnet, Pierre Ostoya-Magnin et Valentin Lambert.
Dramaturgie : Marion Bernède.
Assistants à la mise en scène : Marie Clavaguera-Pratx et Pauline Buffet.
Scénographie : Damien Caille-Perret.
Lumières : Joël Hourbeigt.
Composition musicale : Camille Rocailleux.
Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Maquillages et coiffures : Kuno Schlegelmilch.
Durée 2 h 15.

Du 23 janvier au 1er février 2019.
Du mardi au samedi à 19 h 30, sauf le vendredi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre 71 - Scène nationale, Malakoff (92), 01 55 48 91 00.
>> theatre71.com

Tournée

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Du 6 au 10 février 2019 : Théâtre Montansier, Versailles (78).
26 février 2019 : Scène Nationale 61, Alençon (61).
21 mars 2019 : Théâtre Jacques Cœur, Lattes (34).
28 et 29 mars 2019 : Grand Théâtre, Calais (62).
4 avril 2019 : Maison de la Culture - Nevers Agglomération, Nevers (58).

Bruno Fougniès
Mardi 29 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020