La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Des Territoires" Et si la colère des "héritiers" trouvait là (très provisoirement) son point d'équilibre ?

Quand Baptiste Amann parle de sa trilogie, dont il présente ici le troisième et dernier volet - faisant suite à "Nous sifflerons la Marseillaise…" et "D'une prison l'autre…" -, il lui arrive d'évoquer les trois moments de "L'Orestie" d'Eschyle, le crime, la vengeance et l'expiation. Non par quelconque prétention de se mesurer à une telle figure, mais pour faire entendre, dans un triptyque au rythme haletant, ce qui fonde sa "recherche" sous-tendue tout entière par l'impérieux désir de mettre en jeu les minuscules histoires familiales traversées par les événements de la grande Histoire. Un magma bouillonnant dont, à notre corps défendant, nous sommes nous aussi les héritiers.



© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
En effet, qui sommes-nous, sinon la somme des expériences vécues dans notre milieu d'appartenance lui-même infiltré par l'Histoire bruyante ? Certes, à la marge - ce qui fait événement pour l'un ne le faisant pas pour l'autre - existe, et heureusement, un espace de liberté personnelle mais celui-ci ne doit pas oblitérer les pesanteurs de "la reproduction" à l'œuvre (cf. Pierre Bourdieu, "La misère du Monde"). Produits d'un milieu et d'une époque, nos existences nous échappent le plus souvent… sauf si les mots viennent faire corps avec le corps social pour faire advenir en chacun le sujet recouvert par le magma ambiant.

Dans ces conditions, devient limpide l'intention du metteur en scène d'entremêler trois jours de l'histoire d'une fratrie, d'un quartier populaire rejeté sur la rive déshéritée d'une Cité protégée par ses remparts (la sienne, Avignon), à trois événements historiques incarnés tour à tour par une figure emblématique de la Révolution française, de la Commune de Paris et de la Révolution algérienne.

À chaque "temps" du récit de cette saga familiale, par le truchement d'artifices totalement assumés, ces icônes (Condorcet, Louise Michel, Djamila Bouhireb) vont faire irruption pour prendre vie dans le présent de Lyn, Samuel, Benjamin et Hafiz, le frère adoptif (au grand-père FLN). Boostant le présent, la double temporalité est à prendre comme un aiguillon du réel se donnant à voir sous un autre jour, l'éclairant de biais.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Alors, ce qui pourrait apparaître ici comme un procédé factice - mélange de deux temporalités distinctes réunissant dans le même hôpital deux mondes apparemment sans rapport - devient un formidable outil ouvrant grand les passerelles du sens à construire…

Entre Benjamin, le frère handicapé, en état de mort cérébrale après avoir été mordu cruellement par le chien de l'un des émeutiers de 2015, et Djamila Bouhired, l'égérie de la révolution algérienne condamnée à mort par le tribunal militaire français en 1957, quel point commun y-a-t-il d'autre que l'hôpital nord de Marseille où l'état de santé de l'un et le documentaire tourné sur l'autre ayant séjourné là après tortures les ont conduits ? Tout en habitant "des territoires" et des histoires différentes, ils participent du même monde : celui des êtres appelés à faire don de leur vie (don d'organe et/ou don de son existence) pour un monde plus humain, plus libre.

La scénographie composée de trois lieux (un couloir, une salle de soins, un espace machine à café qui deviendra le studio de tournage du procès) fait cohabiter, dans le même espace du plateau, des réalités chargées chacune d'un fort coefficient émotionnel. Que ce soit celle vécue par la fratrie déchirée par le deuil qui les frappe, avec en prime la question cruciale d'autoriser ou non le don d'organes de Benjamin le frère aimé, que ce soit l'actrice (fille de harki…) jouant l'insoumise Djamila, héroïque face au commissaire du gouvernement, aux parachutistes français venus soutenir les actes de torture de leur capitaine, et au juge mâle plein de condescendance pour cette colonisée, rebelle, et femme de surcroît, les tensions sont palpables. Dans l'un et l'autre de ces "territoires", il s'agit d'une lutte à mort… pour la vie.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Des morceaux de bravoure vont venir percuter l'immobilisme de la conscience consensuelle, parmi lesquels la remarquable plaidoirie reconstituée (elle n'a jamais eu lieu, le tribunal de l'Algérie française ayant refusé de l'entendre) du ténor du barreau Jacques Vergès. Détournant le procès de la militante "terroriste" algérienne luttant pour la liberté de son peuple en celui du colonisateur prédateur, il discrédite à jamais l'idéal de liberté affiché par l'État français au nom duquel ces crimes sont commis.

Le commissaire du gouvernement lui répondra en citant le témoignage d'une fillette de dix ans horriblement mutilée lors de l'attentat du Milk Bar fréquenté par les Français d'Alger. Une révolte - celle d'un peuple luttant pour recouvrer son indépendance - peut-elle être juste si elle s'accompagne de la mort d'êtres innocents ? À cette question répondra en écho l'attentat de la rue de Thèbes, perpétré par l'Organisation de la résistance de l'Algérie française, et ayant fait plus de quatre-vingts morts parmi les Algériens de la casbah endormie.

L'on ressort de ces deux heures et demie menées tambour battant comme étourdi par le flux ininterrompu d'images produites par cette succession de focales, variant entre deux époques et ménageant entre elles le jeu propice à "réfléchir" nos propres convictions. "Des territoires" est à prendre comme une somme où le temps n'est plus un continuum linéaire mais une diffraction de deux réalités se faisant écho pour mieux donner à penser le monde tel qu'il va. Un grand moment de théâtre explosif.

"Des Territoires (… Et tout sera pardonné ?)"

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Texte et mise en scène : Baptiste Amann.
Texte disponible aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit.
Assistante à la mise en scène : Amélie Enon.
Avec : Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon.
Scénographie : Baptiste Amann.
Régie générale : François Duguest.
Création lumière : Florent Jacob.
Création sonore : Léon Blomme.
Costumes : Suzanne Aubert.
Construction décor : Atelier Lasca dans les ateliers du TnBA.
Durée : 2 h 30.
Production L'Annexe.

A été joué dans la Grande Salle Vitez du TnBA (Bordeaux), du 28 janvier au 1er février 2020.

>> tnba.org

Tournée

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
12 mars 2020 : Brive, L'Empreinte - Scène nationale Brive-Tulle, Brive-la-Gaillarde (19).
Du 18 au 20 mars 2020 : Théâtre Sorano, Toulouse (31).
Du 31 mars au 3 avril 2020 : Théâtre Dijon-Bourgogne - CDN, Dijon (21).

Yves Kafka
Mercredi 12 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024