La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Des Territoires" Et si la colère des "héritiers" trouvait là (très provisoirement) son point d'équilibre ?

Quand Baptiste Amann parle de sa trilogie, dont il présente ici le troisième et dernier volet - faisant suite à "Nous sifflerons la Marseillaise…" et "D'une prison l'autre…" -, il lui arrive d'évoquer les trois moments de "L'Orestie" d'Eschyle, le crime, la vengeance et l'expiation. Non par quelconque prétention de se mesurer à une telle figure, mais pour faire entendre, dans un triptyque au rythme haletant, ce qui fonde sa "recherche" sous-tendue tout entière par l'impérieux désir de mettre en jeu les minuscules histoires familiales traversées par les événements de la grande Histoire. Un magma bouillonnant dont, à notre corps défendant, nous sommes nous aussi les héritiers.



© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
En effet, qui sommes-nous, sinon la somme des expériences vécues dans notre milieu d'appartenance lui-même infiltré par l'Histoire bruyante ? Certes, à la marge - ce qui fait événement pour l'un ne le faisant pas pour l'autre - existe, et heureusement, un espace de liberté personnelle mais celui-ci ne doit pas oblitérer les pesanteurs de "la reproduction" à l'œuvre (cf. Pierre Bourdieu, "La misère du Monde"). Produits d'un milieu et d'une époque, nos existences nous échappent le plus souvent… sauf si les mots viennent faire corps avec le corps social pour faire advenir en chacun le sujet recouvert par le magma ambiant.

Dans ces conditions, devient limpide l'intention du metteur en scène d'entremêler trois jours de l'histoire d'une fratrie, d'un quartier populaire rejeté sur la rive déshéritée d'une Cité protégée par ses remparts (la sienne, Avignon), à trois événements historiques incarnés tour à tour par une figure emblématique de la Révolution française, de la Commune de Paris et de la Révolution algérienne.

À chaque "temps" du récit de cette saga familiale, par le truchement d'artifices totalement assumés, ces icônes (Condorcet, Louise Michel, Djamila Bouhireb) vont faire irruption pour prendre vie dans le présent de Lyn, Samuel, Benjamin et Hafiz, le frère adoptif (au grand-père FLN). Boostant le présent, la double temporalité est à prendre comme un aiguillon du réel se donnant à voir sous un autre jour, l'éclairant de biais.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Alors, ce qui pourrait apparaître ici comme un procédé factice - mélange de deux temporalités distinctes réunissant dans le même hôpital deux mondes apparemment sans rapport - devient un formidable outil ouvrant grand les passerelles du sens à construire…

Entre Benjamin, le frère handicapé, en état de mort cérébrale après avoir été mordu cruellement par le chien de l'un des émeutiers de 2015, et Djamila Bouhired, l'égérie de la révolution algérienne condamnée à mort par le tribunal militaire français en 1957, quel point commun y-a-t-il d'autre que l'hôpital nord de Marseille où l'état de santé de l'un et le documentaire tourné sur l'autre ayant séjourné là après tortures les ont conduits ? Tout en habitant "des territoires" et des histoires différentes, ils participent du même monde : celui des êtres appelés à faire don de leur vie (don d'organe et/ou don de son existence) pour un monde plus humain, plus libre.

La scénographie composée de trois lieux (un couloir, une salle de soins, un espace machine à café qui deviendra le studio de tournage du procès) fait cohabiter, dans le même espace du plateau, des réalités chargées chacune d'un fort coefficient émotionnel. Que ce soit celle vécue par la fratrie déchirée par le deuil qui les frappe, avec en prime la question cruciale d'autoriser ou non le don d'organes de Benjamin le frère aimé, que ce soit l'actrice (fille de harki…) jouant l'insoumise Djamila, héroïque face au commissaire du gouvernement, aux parachutistes français venus soutenir les actes de torture de leur capitaine, et au juge mâle plein de condescendance pour cette colonisée, rebelle, et femme de surcroît, les tensions sont palpables. Dans l'un et l'autre de ces "territoires", il s'agit d'une lutte à mort… pour la vie.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Des morceaux de bravoure vont venir percuter l'immobilisme de la conscience consensuelle, parmi lesquels la remarquable plaidoirie reconstituée (elle n'a jamais eu lieu, le tribunal de l'Algérie française ayant refusé de l'entendre) du ténor du barreau Jacques Vergès. Détournant le procès de la militante "terroriste" algérienne luttant pour la liberté de son peuple en celui du colonisateur prédateur, il discrédite à jamais l'idéal de liberté affiché par l'État français au nom duquel ces crimes sont commis.

Le commissaire du gouvernement lui répondra en citant le témoignage d'une fillette de dix ans horriblement mutilée lors de l'attentat du Milk Bar fréquenté par les Français d'Alger. Une révolte - celle d'un peuple luttant pour recouvrer son indépendance - peut-elle être juste si elle s'accompagne de la mort d'êtres innocents ? À cette question répondra en écho l'attentat de la rue de Thèbes, perpétré par l'Organisation de la résistance de l'Algérie française, et ayant fait plus de quatre-vingts morts parmi les Algériens de la casbah endormie.

L'on ressort de ces deux heures et demie menées tambour battant comme étourdi par le flux ininterrompu d'images produites par cette succession de focales, variant entre deux époques et ménageant entre elles le jeu propice à "réfléchir" nos propres convictions. "Des territoires" est à prendre comme une somme où le temps n'est plus un continuum linéaire mais une diffraction de deux réalités se faisant écho pour mieux donner à penser le monde tel qu'il va. Un grand moment de théâtre explosif.

"Des Territoires (… Et tout sera pardonné ?)"

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Texte et mise en scène : Baptiste Amann.
Texte disponible aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit.
Assistante à la mise en scène : Amélie Enon.
Avec : Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon.
Scénographie : Baptiste Amann.
Régie générale : François Duguest.
Création lumière : Florent Jacob.
Création sonore : Léon Blomme.
Costumes : Suzanne Aubert.
Construction décor : Atelier Lasca dans les ateliers du TnBA.
Durée : 2 h 30.
Production L'Annexe.

A été joué dans la Grande Salle Vitez du TnBA (Bordeaux), du 28 janvier au 1er février 2020.

>> tnba.org

Tournée

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
12 mars 2020 : Brive, L'Empreinte - Scène nationale Brive-Tulle, Brive-la-Gaillarde (19).
Du 18 au 20 mars 2020 : Théâtre Sorano, Toulouse (31).
Du 31 mars au 3 avril 2020 : Théâtre Dijon-Bourgogne - CDN, Dijon (21).

Yves Kafka
Mercredi 12 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021