La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Des Territoires" Et si la colère des "héritiers" trouvait là (très provisoirement) son point d'équilibre ?

Quand Baptiste Amann parle de sa trilogie, dont il présente ici le troisième et dernier volet - faisant suite à "Nous sifflerons la Marseillaise…" et "D'une prison l'autre…" -, il lui arrive d'évoquer les trois moments de "L'Orestie" d'Eschyle, le crime, la vengeance et l'expiation. Non par quelconque prétention de se mesurer à une telle figure, mais pour faire entendre, dans un triptyque au rythme haletant, ce qui fonde sa "recherche" sous-tendue tout entière par l'impérieux désir de mettre en jeu les minuscules histoires familiales traversées par les événements de la grande Histoire. Un magma bouillonnant dont, à notre corps défendant, nous sommes nous aussi les héritiers.



© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
En effet, qui sommes-nous, sinon la somme des expériences vécues dans notre milieu d'appartenance lui-même infiltré par l'Histoire bruyante ? Certes, à la marge - ce qui fait événement pour l'un ne le faisant pas pour l'autre - existe, et heureusement, un espace de liberté personnelle mais celui-ci ne doit pas oblitérer les pesanteurs de "la reproduction" à l'œuvre (cf. Pierre Bourdieu, "La misère du Monde"). Produits d'un milieu et d'une époque, nos existences nous échappent le plus souvent… sauf si les mots viennent faire corps avec le corps social pour faire advenir en chacun le sujet recouvert par le magma ambiant.

Dans ces conditions, devient limpide l'intention du metteur en scène d'entremêler trois jours de l'histoire d'une fratrie, d'un quartier populaire rejeté sur la rive déshéritée d'une Cité protégée par ses remparts (la sienne, Avignon), à trois événements historiques incarnés tour à tour par une figure emblématique de la Révolution française, de la Commune de Paris et de la Révolution algérienne.

À chaque "temps" du récit de cette saga familiale, par le truchement d'artifices totalement assumés, ces icônes (Condorcet, Louise Michel, Djamila Bouhireb) vont faire irruption pour prendre vie dans le présent de Lyn, Samuel, Benjamin et Hafiz, le frère adoptif (au grand-père FLN). Boostant le présent, la double temporalité est à prendre comme un aiguillon du réel se donnant à voir sous un autre jour, l'éclairant de biais.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Alors, ce qui pourrait apparaître ici comme un procédé factice - mélange de deux temporalités distinctes réunissant dans le même hôpital deux mondes apparemment sans rapport - devient un formidable outil ouvrant grand les passerelles du sens à construire…

Entre Benjamin, le frère handicapé, en état de mort cérébrale après avoir été mordu cruellement par le chien de l'un des émeutiers de 2015, et Djamila Bouhired, l'égérie de la révolution algérienne condamnée à mort par le tribunal militaire français en 1957, quel point commun y-a-t-il d'autre que l'hôpital nord de Marseille où l'état de santé de l'un et le documentaire tourné sur l'autre ayant séjourné là après tortures les ont conduits ? Tout en habitant "des territoires" et des histoires différentes, ils participent du même monde : celui des êtres appelés à faire don de leur vie (don d'organe et/ou don de son existence) pour un monde plus humain, plus libre.

La scénographie composée de trois lieux (un couloir, une salle de soins, un espace machine à café qui deviendra le studio de tournage du procès) fait cohabiter, dans le même espace du plateau, des réalités chargées chacune d'un fort coefficient émotionnel. Que ce soit celle vécue par la fratrie déchirée par le deuil qui les frappe, avec en prime la question cruciale d'autoriser ou non le don d'organes de Benjamin le frère aimé, que ce soit l'actrice (fille de harki…) jouant l'insoumise Djamila, héroïque face au commissaire du gouvernement, aux parachutistes français venus soutenir les actes de torture de leur capitaine, et au juge mâle plein de condescendance pour cette colonisée, rebelle, et femme de surcroît, les tensions sont palpables. Dans l'un et l'autre de ces "territoires", il s'agit d'une lutte à mort… pour la vie.

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Des morceaux de bravoure vont venir percuter l'immobilisme de la conscience consensuelle, parmi lesquels la remarquable plaidoirie reconstituée (elle n'a jamais eu lieu, le tribunal de l'Algérie française ayant refusé de l'entendre) du ténor du barreau Jacques Vergès. Détournant le procès de la militante "terroriste" algérienne luttant pour la liberté de son peuple en celui du colonisateur prédateur, il discrédite à jamais l'idéal de liberté affiché par l'État français au nom duquel ces crimes sont commis.

Le commissaire du gouvernement lui répondra en citant le témoignage d'une fillette de dix ans horriblement mutilée lors de l'attentat du Milk Bar fréquenté par les Français d'Alger. Une révolte - celle d'un peuple luttant pour recouvrer son indépendance - peut-elle être juste si elle s'accompagne de la mort d'êtres innocents ? À cette question répondra en écho l'attentat de la rue de Thèbes, perpétré par l'Organisation de la résistance de l'Algérie française, et ayant fait plus de quatre-vingts morts parmi les Algériens de la casbah endormie.

L'on ressort de ces deux heures et demie menées tambour battant comme étourdi par le flux ininterrompu d'images produites par cette succession de focales, variant entre deux époques et ménageant entre elles le jeu propice à "réfléchir" nos propres convictions. "Des territoires" est à prendre comme une somme où le temps n'est plus un continuum linéaire mais une diffraction de deux réalités se faisant écho pour mieux donner à penser le monde tel qu'il va. Un grand moment de théâtre explosif.

"Des Territoires (… Et tout sera pardonné ?)"

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
Texte et mise en scène : Baptiste Amann.
Texte disponible aux éditions Théâtre Ouvert/Tapuscrit.
Assistante à la mise en scène : Amélie Enon.
Avec : Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon.
Scénographie : Baptiste Amann.
Régie générale : François Duguest.
Création lumière : Florent Jacob.
Création sonore : Léon Blomme.
Costumes : Suzanne Aubert.
Construction décor : Atelier Lasca dans les ateliers du TnBA.
Durée : 2 h 30.
Production L'Annexe.

A été joué dans la Grande Salle Vitez du TnBA (Bordeaux), du 28 janvier au 1er février 2020.

>> tnba.org

Tournée

© Sonia Barcet.
© Sonia Barcet.
12 mars 2020 : Brive, L'Empreinte - Scène nationale Brive-Tulle, Brive-la-Gaillarde (19).
Du 18 au 20 mars 2020 : Théâtre Sorano, Toulouse (31).
Du 31 mars au 3 avril 2020 : Théâtre Dijon-Bourgogne - CDN, Dijon (21).

Yves Kafka
Mercredi 12 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020