La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Denis et Aurélien Pascal, la passion en héritage

À quelques jours d'intervalle, en avril dernier, deux enregistrements du pianiste Denis Pascal et de son fils le violoncelliste Aurélien Pascal sont parus : "Ravel à Gaveau" et "All'Ungarese - Kodàly, Popper, Dohnànyi". Deux CD gravés sous le label La Musica témoignant d'une belle transmission familiale de la passion de la musique.



Lors du festival Tons Voisins 2016 au Grand Théâtre de la ville d'Albi © StudiosH2G.
Lors du festival Tons Voisins 2016 au Grand Théâtre de la ville d'Albi © StudiosH2G.
Premier Grand Prix au concours Feuermann à la philharmonie de Berlin à dix-neuf ans, Aurélien Pascal est aujourd'hui un des plus remarquables violoncellistes de la jeune génération. À seulement vingt-cinq ans, il est le jeune héritier d'une féconde école française formée depuis longtemps dans la classe de Philippe Muller au CNSMD de Paris.

D'autres récompenses prestigieuses, tel que son Prix au concours Reine Elisabeth à Bruxelles, viendront confirmer l'excellence de ses interprétations sur un violoncelle de 1850 de Charles-Adolphe Gand. Le jury du concours Paulo Cello d'Helsinki n'a-t-il pas loué son jeu "d'une rare puissance et d'une superbe élégance" dans le concerto de Henri Dutilleux, "Tout un monde lointain" ?

Puissance, élégance, engagement monstre et une virtuosité bluffante, des qualités bien présentes dans un dernier enregistrement paru au printemps 2019 avec un programme "All'Hungarese" consacré à deux compositeurs majeurs, Zoltàn Kodàly (1882-1967) et Erno Dohnànyi (1877-1960). Au cœur du CD, Aurélien Pascal livre une interprétation brillante de la "Sonate pour violoncelle seul" opus 8 du premier, découverte par le Français alors qu'il travaillait avec Jànos Starker, élève et thuriféraire du compositeur hongrois.

Denis Pascal © DR.
Denis Pascal © DR.
Œuvre charnière de la littérature du violoncelle, la sonate opus 8 propose un traitement inédit de l'instrument qui signale son entrée dans la modernité. Le jeune violoncelliste la sert admirablement révélant avec un naturel insolent les nouvelles possibilités accordées à son instrument en termes de modes de jeu, de rythmes et de sonorités. Du même Kodàly, il livre aussi un émouvant "Adagio pour violoncelle et piano" (composé en 1910) avec la complicité idéale de Paloma Kouider au clavier, fondatrice du désormais célèbre et excellent Trio Karénine.

Après un hommage rendu à David Popper (1843-1913), son illustre devancier formé à Prague, qu'on appela "le Paganini du violoncelle" ("Fantaisie sur une chanson de la Petite Russie opus 43), Aurélien Pascal propose enfin une version ébouriffante de sa transcription d'une œuvre destinée au piano par Dohnànyi, "Ruralia Hungarica" opus 32. Dohnànyi en avait déjà transcrit certaines pages pour le piano et le violon et l'Andante rubato pour le violoncelle et le piano.

Révisant radicalement toute l'œuvre, il ne reste au Français qu'à substituer, dans les deux autres mouvements, le violoncelle au violon. Un violoncelle qui se fait alors tzigane pour une virtuosité non moins éclatante ici dans un disque qui fera date.

C'est que le talent et la passion sont une affaire de famille chez les Pascal. Le père d'Aurélien, Denis est le pianiste français que tous connaissent dans Liszt mais aussi défenseur inlassable de compositeurs moins célèbres, tel Jean Wiener. C'est aussi un pédagogue et un partenaire privilégié de nombreux artistes comme Jànos Starker entre autres. La mère d'Aurélien est la violoncelliste (qu'elle enseigne) et chanteuse Marie-Paule Milone. Son frère Alexandre est violoniste et joue dans l'orchestre Secession Orchestra de Clément Mao-Tackacs. La musique comme ADN ? Certainement.

Aurélien Pascal © Philippe Matsas.
Aurélien Pascal © Philippe Matsas.
Denis Pascal a fondé, avec son épouse, le festival "Tons voisins" à Albi, ville dont ils sont originaires. 2019 a d'ailleurs vu la treizième édition de cette manifestation. En famille et avec des amis, on joue volontiers ensemble. Au sein du Trio Pascal, par exemple, mais aussi avec des partenaires privilégiés comme en témoigne le dernier enregistrement de Denis Pascal, "Ravel à Gaveau" paru quelques jours après celui de son fils. Un fils qu'on retrouve sur cet album avec le piano de David Lively et le violon de Sveltin Roussev.

Ce disque réunit quatre œuvres du compositeur français dont on sait qu'il créa quelques-unes de ses pièces majeures à la Salle Gaveau justement - après en avoir composé certaines sur un piano Gaveau. On y retrouve ainsi les "Valses nobles et sentimentales" interprétées par Denis Pascal, "Le Tombeau de Couperin" (David Lively), son "Trio avec piano" (célèbre grâce au film de Claude Sautet, "Un Cœur en hiver" joué ici par les Pascal et Roussev) et la "Tzigane" (Lively, Roussev) révélés au public dans les concerts de Maurice Ravel (1875-1937) donnés entre 1909 et 1932 (non sans huées parfois) à Gaveau - une salle ouverte le trois octobre 1907 qui fit tant pour la jeune musique française d'alors.

Les Pascal père et fils, David Lively et Svetlin Roussev nous replongent ici avec délectation dans l'atmosphère de ces créations avec un sens aigu de la technique et de la musicalité au service des couleurs et des climats, rendant pleine justice au génie de Maurice Ravel.

● "Ravel à Gaveau"
Denis Pascal (piano), David Lively (piano), Aurélien Pascal (violoncelle), Svetlin Roussev (violon).
Label : La Musica.
Distribution : [PIAS].
Sortie : avril 2019.

● "All'Ungarese - Kodàly, Popper, Dohnànyi"
Aurélien Pascal (violoncelle), Paloma Kouider (piano).
Label : La Musica.
Distribution : [PIAS].
Sortie : avril 2019.

>> denispascal.com
>> aurelien-pascal.com


Christine Ducq
Lundi 12 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021