La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Denis et Aurélien Pascal, la passion en héritage

À quelques jours d'intervalle, en avril dernier, deux enregistrements du pianiste Denis Pascal et de son fils le violoncelliste Aurélien Pascal sont parus : "Ravel à Gaveau" et "All'Ungarese - Kodàly, Popper, Dohnànyi". Deux CD gravés sous le label La Musica témoignant d'une belle transmission familiale de la passion de la musique.



Lors du festival Tons Voisins 2016 au Grand Théâtre de la ville d'Albi © StudiosH2G.
Lors du festival Tons Voisins 2016 au Grand Théâtre de la ville d'Albi © StudiosH2G.
Premier Grand Prix au concours Feuermann à la philharmonie de Berlin à dix-neuf ans, Aurélien Pascal est aujourd'hui un des plus remarquables violoncellistes de la jeune génération. À seulement vingt-cinq ans, il est le jeune héritier d'une féconde école française formée depuis longtemps dans la classe de Philippe Muller au CNSMD de Paris.

D'autres récompenses prestigieuses, tel que son Prix au concours Reine Elisabeth à Bruxelles, viendront confirmer l'excellence de ses interprétations sur un violoncelle de 1850 de Charles-Adolphe Gand. Le jury du concours Paulo Cello d'Helsinki n'a-t-il pas loué son jeu "d'une rare puissance et d'une superbe élégance" dans le concerto de Henri Dutilleux, "Tout un monde lointain" ?

Puissance, élégance, engagement monstre et une virtuosité bluffante, des qualités bien présentes dans un dernier enregistrement paru au printemps 2019 avec un programme "All'Hungarese" consacré à deux compositeurs majeurs, Zoltàn Kodàly (1882-1967) et Erno Dohnànyi (1877-1960). Au cœur du CD, Aurélien Pascal livre une interprétation brillante de la "Sonate pour violoncelle seul" opus 8 du premier, découverte par le Français alors qu'il travaillait avec Jànos Starker, élève et thuriféraire du compositeur hongrois.

Denis Pascal © DR.
Denis Pascal © DR.
Œuvre charnière de la littérature du violoncelle, la sonate opus 8 propose un traitement inédit de l'instrument qui signale son entrée dans la modernité. Le jeune violoncelliste la sert admirablement révélant avec un naturel insolent les nouvelles possibilités accordées à son instrument en termes de modes de jeu, de rythmes et de sonorités. Du même Kodàly, il livre aussi un émouvant "Adagio pour violoncelle et piano" (composé en 1910) avec la complicité idéale de Paloma Kouider au clavier, fondatrice du désormais célèbre et excellent Trio Karénine.

Après un hommage rendu à David Popper (1843-1913), son illustre devancier formé à Prague, qu'on appela "le Paganini du violoncelle" ("Fantaisie sur une chanson de la Petite Russie opus 43), Aurélien Pascal propose enfin une version ébouriffante de sa transcription d'une œuvre destinée au piano par Dohnànyi, "Ruralia Hungarica" opus 32. Dohnànyi en avait déjà transcrit certaines pages pour le piano et le violon et l'Andante rubato pour le violoncelle et le piano.

Révisant radicalement toute l'œuvre, il ne reste au Français qu'à substituer, dans les deux autres mouvements, le violoncelle au violon. Un violoncelle qui se fait alors tzigane pour une virtuosité non moins éclatante ici dans un disque qui fera date.

C'est que le talent et la passion sont une affaire de famille chez les Pascal. Le père d'Aurélien, Denis est le pianiste français que tous connaissent dans Liszt mais aussi défenseur inlassable de compositeurs moins célèbres, tel Jean Wiener. C'est aussi un pédagogue et un partenaire privilégié de nombreux artistes comme Jànos Starker entre autres. La mère d'Aurélien est la violoncelliste (qu'elle enseigne) et chanteuse Marie-Paule Milone. Son frère Alexandre est violoniste et joue dans l'orchestre Secession Orchestra de Clément Mao-Tackacs. La musique comme ADN ? Certainement.

Aurélien Pascal © Philippe Matsas.
Aurélien Pascal © Philippe Matsas.
Denis Pascal a fondé, avec son épouse, le festival "Tons voisins" à Albi, ville dont ils sont originaires. 2019 a d'ailleurs vu la treizième édition de cette manifestation. En famille et avec des amis, on joue volontiers ensemble. Au sein du Trio Pascal, par exemple, mais aussi avec des partenaires privilégiés comme en témoigne le dernier enregistrement de Denis Pascal, "Ravel à Gaveau" paru quelques jours après celui de son fils. Un fils qu'on retrouve sur cet album avec le piano de David Lively et le violon de Sveltin Roussev.

Ce disque réunit quatre œuvres du compositeur français dont on sait qu'il créa quelques-unes de ses pièces majeures à la Salle Gaveau justement - après en avoir composé certaines sur un piano Gaveau. On y retrouve ainsi les "Valses nobles et sentimentales" interprétées par Denis Pascal, "Le Tombeau de Couperin" (David Lively), son "Trio avec piano" (célèbre grâce au film de Claude Sautet, "Un Cœur en hiver" joué ici par les Pascal et Roussev) et la "Tzigane" (Lively, Roussev) révélés au public dans les concerts de Maurice Ravel (1875-1937) donnés entre 1909 et 1932 (non sans huées parfois) à Gaveau - une salle ouverte le trois octobre 1907 qui fit tant pour la jeune musique française d'alors.

Les Pascal père et fils, David Lively et Svetlin Roussev nous replongent ici avec délectation dans l'atmosphère de ces créations avec un sens aigu de la technique et de la musicalité au service des couleurs et des climats, rendant pleine justice au génie de Maurice Ravel.

● "Ravel à Gaveau"
Denis Pascal (piano), David Lively (piano), Aurélien Pascal (violoncelle), Svetlin Roussev (violon).
Label : La Musica.
Distribution : [PIAS].
Sortie : avril 2019.

● "All'Ungarese - Kodàly, Popper, Dohnànyi"
Aurélien Pascal (violoncelle), Paloma Kouider (piano).
Label : La Musica.
Distribution : [PIAS].
Sortie : avril 2019.

>> denispascal.com
>> aurelien-pascal.com


Christine Ducq
Lundi 12 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020