La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
À l'affiche

Début d'année solidaire avec "Alice traverse le miroir" et "Political Mother Unplugged" au Théâtre de la Ville

Après les succès d'audience relevés en décembre, le Théâtre de la Ville poursuit sa diffusion de représentations filmées retransmises en direct et proposées gratuitement au public. Pour ce début janvier, c'est toujours "Alice traverse le miroir" qui est à "l'affiche", côté théâtre, et "Political Mother Unplugged", côté danse.



"Political Mother Unplugged" © Hofesh Shechter Company.
"Political Mother Unplugged" © Hofesh Shechter Company.
Après l'opération Noël solidaire qui fut une réussite tant du point de vue du nombre important de spectateurs que de la variété de leur pays d'origine, le Théâtre de la Ville-Paris met à nouveau en place plusieurs directs de spectacles joués dans des salles (Espace Pierre Cardin ou Théâtres des Abbesses) vides de tout spectateur.

Du théâtre tout d'abord avec "Alice traverse le miroir" de Fabrice Melquiot, d'après Lewis Carroll, mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota. Le personnage fétiche du Théâtre de la Ville redonne encore et encore toute sa place à l'imagination. Après la création d'"Alice et autres merveilles" en 2015, Alice, par-delà les miroirs du temps et de l'espace, rencontre d'autres jeunes héroïnes qui lui ressemblent, dans un voyage ébouriffé de fantaisie et semé de graines de sciences.

Pour la danse, il s'agit de "Political Mother Unplugged" du chorégraphe Hofesh Shechter. Pour son dixième passage au Théâtre de la Ville, il distingue sa troupe junior composée de tout jeunes interprètes en leur confiant les clés d'une de ses pièces emblématiques : "Political Mother" créée en 2010. Pour cette "re-création", il signe également la bande-son, percussive et électrisante.

"Alice traverse le miroir"

"Alice traverse le miroir" © Jean-Louis Fernandez.
"Alice traverse le miroir" © Jean-Louis Fernandez.
D'après Lewis Carroll.
Texte : Fabrice Melquiot, sur une idée d'Emmanuel Demarcy-Mota (parue chez L'Arche, collection jeunesse).
Mise en scène : Emmanuel Demarcy-Mota.
Assistants à la mise en scène : Christophe Lemaire, Julie Peigné.
Avec : Isis Ravel, Jauris Casanova, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Sarah Karbasnikoff, Stéphane Krähenbühl, Jackee Toto, Grace Seri.
Scénographie : Yves Collet.
Lumières : Yves Collet, Christophe Lemaire.
Costumes : Fanny Brouste.
Musique : Arman Mélies.
Son : Flavien Gaudon.
Vidéo : Baptiste Klein.
Masques : Anne Leray.
Maquillages : Catherine Nicolas.
Accessoires : David Ledorze.
Conseiller artistique : François Regnault.
Conseiller scientifique : Jean Audouze.
Spectacle tout public à partir de 8 ans.
Durée : 1 h 15.

"Alice traverse le miroir" © Jean-Louis Fernandez.
"Alice traverse le miroir" © Jean-Louis Fernandez.
Jeudi 7 janvier 2021 à 14 h 30.
Samedi 9 janvier 2021 à 17 h 30.
Représentation surtitrée en espagnol pour le festival de Santiago du Chili.
Samedi 16 janvier 2021.
Alice Intégrale
14 h 30 >> "Alice et autres merveilles"
17 h 30 >> "Alice traverse le miroir"

Les retransmissions en direct du Théâtre de la Ville
Sans public dans la salle. Accès gratuit à l'heure de la représentation et seulement pendant la durée de celle-ci.
En direct sur theatredelaville-paris.com
Une fois sur la page d'accueil, cliquez sur "voir le direct".
& Facebook live

"Political Mother Unplugged"

"Political Mother Unplugged" © TEA films.
"Political Mother Unplugged" © TEA films.
Hofesh Shechter Company.
Chorégraphie et musique : Hofesh Shechter.
Avec : Jack Butler (Grande-Bretagne), Evelyn Hart (Grande-Bretagne), Evelien Jansen (Pays-Bas), Niek Wagenaar (Pays-Bas), Rosalia Panepinto (USA/Italie), Jill Goh Su-Jen (Singapoure), Chieh-Hann Chang (Taïwan), Charles Heinrich (France), Marion de Charnacé (France), Jared Brown (USA).
Lumières : Lee Curran.
Costumes : Merle Hensel.
Projection vidéo : Shay Hamias.
Collaboration musicale : Nell Catchpole et Yaron Engler.
Arrangements percussions : Hofesh Shechter et Yaron Engler.
Musique additionnelle : Bach, Cliff Martinez, Joni Mitchell, Verdi.

Mardi 5 janvier 2021 à 19 h.
Mercredi 6 janvier 2021 à 18 h.
Vendredi 8 janvier 2021 à 14 h 30.
Samedi 9 janvier 2021 à 15 h.

Gil Chauveau
Mardi 12 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024