La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"De l'une à l'hôte" Une chaise pour deux… concerto en sol (in)hospitalier

Si, dans "Une chambre à soi", la romancière Virginia Woolf délivrait un pamphlet féministe pour dénoncer avec finesse la lourdeur épaisse du patriarcat, la comédienne Violaine Schwartz et l'acrobate Victoria Belén, offrent une chorégraphie parlée toute aussi subtile pour porter, sur une scène mise à nu, les actes de l'(in)hospitalité vécue. Autour d'une chaise, territoire stratégique, vont se jouer les figures vivantes d'une épopée à hauteur humaine.



© M. Cavalca.
© M. Cavalca.
À partir de recueils de paroles anonymes mettant en jeu des actes de solidarité commis par des gens ordinaires - témoignages ayant vocation à "inscrire l'hospitalité au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO" - les deux artistes vont livrer une danse avec les mots où le langage prend corps. Rencontre entre plusieurs univers (l'écriture ordinaire, l'écriture savante, l'écriture corporelle) et plusieurs registres (l'humour sensible, le tragique quotidien), cette performance engagée nous enveloppe de ses vertus communicatives.

Comme pour inscrire dans la vie du plateau l'ordinaire solidaire, tout débute par la lecture du témoignage d'une commerçante offrant à un jeune Afghan une paire de chaussures. Dès lors, mettant leurs pas dans cette générosité en acte, elles vont parcourir la saga du sujet à vif… pour que "(re)vive le sujet !". Rupture de ton… Adoptant les mimiques d'une conférencière délivrant son savoir ex-cathedra du haut de sa chaire, la comédienne, fort de l'autorité que lui confère sa position assise sur l'unique chaise pour deux, se lance à cor(ps) et à cri dans des digressions autour de l'ubiquité troublante du mot "hôte"…

© M. Cavalca.
© M. Cavalca.
Ainsi, ses sources savantes la conduisent à évoquer les racines latines "hospes, hospitis" de ce terme à double casquette, "réversible comme un Kway" : celui qui offre l'hospitalité mais tout autant celui qui la reçoit… Creusant ce sillon, elle interroge la question de l'hospitalité en convoquant malicieusement la philosophie. Justement, dans son fameux séminaire, Jacques Derrida traite de l'hospitalité… mais aussi de l'hostilité ("hostis", l'ennemi), dérive du premier mot caméléon avec lequel il entretient des origines consanguines… De l'hôte à l'étranger ressenti comme potentiellement hostile, de l'un à l'autre, il n'y a donc qu'un pas à franchir pour relier les deux rives de cette entité protéiforme.

Mais foin de l'esprit de sérieux - même si la matière l'est infiniment - dans cette approche "racinienne" de l'hospitalité tant la circassienne complice accompagne, en contrepoint, le discours savant des prouesses de son corps délié. Mains et jambes tendues servant d'accoudoirs, pieds renversés à la hauteur du visage de sa partenaire, tête à la renverse, le corps se fait langage en usant "des pieds et des mains" pour circonscrire un propos renversant, se dérobant à l'envi au sens qu'il est sensé proférer. Bref, une mise en abyme corporelle d'un concept "hospitalier" rétif aux définitions closes. Si "je est un autre", l'hospitalité est, elle, à "deux doigts" (sic) de disparaître.

© M. Cavalca.
© M. Cavalca.
Des travaux pratiques suivent cette (dé)monstration implacable du "qui reçoit" et du "qui est accueilli" confondus sur la même chaise… C'est maintenant au tour de la circassienne argentine de prendre la parole afin de conter - en espagnol - son parcours à la recherche de la nationalité française. Sauf que, à part le public hispanisant, personne ne comprend goutte à ce qu'elle est en train de nous dire… chacun vivant sur sa chaise le sort de celui qui est exclu par une langue qui n'est pas la sienne. Expérience in vivo de ce qu'est l'exclusion. Lorsque traduction est donnée de cette quête contemporaine du Graal, l'humour aux vertus corrosives grossit (à peine) le trait pour faire jaillir l'absurde du questionnaire préfectoral, sibyllin sésame ouvrant les portes de la naturalisation.

La dérision - arme efficace contre les préjugés vivaces - se retrouve encore dans le portrait en acte de la professeure de français chargée des cours d'alphabétisation, dame patronnesse peu sujette à l'empathie généreuse. Et quand cette dernière propose (enfin) à la migrante sa chaise, c'est après avoir pris soin de l'amputer de son assise, l'accueil de l'étrange étranger ayant - ma bonne dame - ses limites… Joignant gestes et paroles, le propos chorégraphié progresse jusqu'à une chute ouvrant sur d'autres horizons de partages inconditionnels, une épiphanie à quatre bras résonnant comme un cri d'alerte.

© M. Cavalca.
© M. Cavalca.
Dans le droit fil de la performance artistique de haut vol, le public est ensuite invité à lire les extraits de témoignages d'hospitalité distribués sur chaque… chaise. Ainsi, le lien entre scène et salle est-il souligné pour inscrire dans la temporalité de notre vécu ce sujet à vif… afin que "vive le sujet !". Une bouffée d'oxygène des plus vivifiantes, un air "extra-ordinairement" pur en milieu inhospitalier.

Vu à La Manufacture-CDCN, le jeudi 9 juin à 20 h dans le cadre de "CHAHUTS - arts de la parole et espace public" qui se déroule du 8 au 18 juin 2022, Quartier Saint-Michel et au-delà de Bordeaux. Spectacle suivi d'une communication de l'association PEROU (Pôle d'exploration des ressources urbaines) concernant le navire Avenir.

"De l'une à l'hôte"

© M. Cavalca.
© M. Cavalca.
Chaise, récit et acrobatie.
Texte : Violaine Schwartz, ainsi que des extraits de "Tout autour. Une œuvre commune", de PEROU (Pole d'Exploration des Ressources Urbaines), paru chez Post-Éditions.
Avec : Victoria Belén et Violaine Schwartz.
Collaboration artistique : Pierre Baux.
Créateur sonore : Emmanuel Baux.
Régie générale : Clément Barillot.
Durée : 45 minutes.
Spectacle créé en 2021, dans le cadre de "Vive le Sujet !" au Jardin de La Vierge, Festival d'Avignon .

"CHAHUTS - arts de la parole et espace public
Du 8 au 18 juin 2022.
Association CHAHUTS
25, rue Permentade, Bordeaux (33).
contact@chahuts.net
>> chahuts.net

Yves Kafka
Jeudi 16 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022