La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Darling"… Pour que cessent les violences faites aux femmes

"Darling", Studio Hébertot, Paris

Un destin étrange, une vie dans la fange, le malheur en bandoulière, la désespérance en guise d'horizon. Une vie de femme battue, violentée, violée… La vie de milliers de femmes encore aujourd'hui. De la pomme à la viande, elle est normande. Elle voulait qu'on l'appelle Darling et n'a pas baissé les bras. Elle s'était confiée à Jean Teulé et son histoire a été adaptée par la Cie Nosferatu. Un moment rare qui ne laisse pas intact.



© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Au départ se trouve le roman de Jean Teulé construit sur la rencontre avec Darling et les entretiens qui suivirent. Il l'a écouté et écrit pour elle, pour celle qui voulait que les autres entendent la voix de toutes ces femmes qui subissent des vies cauchemardesques, souvent depuis leur plus jeune âge jusqu'à leur mariage ou présence auprès d'un homme violent, dangereux voire criminel… 16 mortes en janvier 2019 !

Ici, pour l'auteur, il s'agit aussi de célébrer le courage incroyable de ces femmes qui, un jour, décident, réussissent à dire l'indicible, à mettre en lumière cette cruauté, brutalité masculine, cette mise en esclavage moderne… qui reste volontairement ignorée de tous ou presque.

L'adaptation effectuée pour la scène par Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras donne une version du roman évidemment plus concise, plus nerveuse, mais garde la crudité et l'humour particulier, empreint de lucidité, de dérision de Jean Teulé. Son récit est saisissant mais sait être attachant car il s'en tient aux faits, avec une certaine distance, et sans aucun misérabilisme, en une forme de voyage documentaire en enfer.

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Pour en rendre une dramatisation sans exagération, Laurent Le Bras met en scène un duo, une comédienne et un musicien, livrant une narration éclatée où l'interprétation passe par le récit proprement dit mais aussi par les chansons et la musique ; et incarnant tous les personnages de l’histoire… apportant en complément un regard commenté, distancié, de la vie de Darling.

Certaines séquences musicales (excellent Simon Chomel) et/ou chantées peuvent à la fois mettre en valeur le tragique de son personnage jaillissant de la violence vécue ou, subtilement, amplifié le langage imagé de l'auteur, ou encore plus simplement dévoiler l'humanité des personnages.

Claudine Van Beneden nous propose une Darling complexe, usant d'un jeu dense, à la palette émotionnelle riche, à la fois bouleversante, touchante, parfois aussi irritante, presque révoltante par sa soumission. Mais, habitant son personnage dans toute son authenticité, elle évite les pièges de la caricature et tout excès populiste. Comme elle l'a maintes fois prouvé lors des spectacles de la Cie Nosferatu, elle a à la fois une stature de tragédienne et cette d'une actrice apte à investir des rôles dont la profondeur va puiser dans la réalité de nos vies quotidiennes, heureuses ou malheureuses, combattives ou soumises…

Au final, "Darling" est une traversée aux enfers, une pièce qui nous prend aux tripes, nous met souvent mal à l'aise (surtout les hommes, j'espère !) et, compte tenu du concret des propos, de la réalité du récit, elle nous rappelle tous les combats qui restent à mener avant que cesse les violences faites aux femmes.

"Darling"

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Duo pour une comédienne et un guitariste électrique.
Adaptation : Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras.
Mise en scène : Laurent Le Bras.
Chansons : Grégoire Béranger.
Avec : Claudine Van Beneden et Simon Chomel.
Scénographie : Sophie Toussaint et Laurent Le Bras.
Création lumières : Matthieu Bassahon.
Lumières : Olivier Richard.
Son : Magali Burdin.
Création vidéo : Stephen Vernay.
Régie et conseils vidéo : Clément Marie Mathieu.
Compagnie Nosferatu.
Durée : 1 h 15.

Du 7 mars au 7 avril 2019.
Mercredi à 21 h, jeudi, vendredi, samedi à 19 h et dimanche à 17 h.
Relâche : 16 et 29 mars, 5 et 6 avril.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com/

Gil Chauveau
Jeudi 28 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019