La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Darling"… Pour que cessent les violences faites aux femmes

"Darling", Studio Hébertot, Paris

Un destin étrange, une vie dans la fange, le malheur en bandoulière, la désespérance en guise d'horizon. Une vie de femme battue, violentée, violée… La vie de milliers de femmes encore aujourd'hui. De la pomme à la viande, elle est normande. Elle voulait qu'on l'appelle Darling et n'a pas baissé les bras. Elle s'était confiée à Jean Teulé et son histoire a été adaptée par la Cie Nosferatu. Un moment rare qui ne laisse pas intact.



© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Au départ se trouve le roman de Jean Teulé construit sur la rencontre avec Darling et les entretiens qui suivirent. Il l'a écouté et écrit pour elle, pour celle qui voulait que les autres entendent la voix de toutes ces femmes qui subissent des vies cauchemardesques, souvent depuis leur plus jeune âge jusqu'à leur mariage ou présence auprès d'un homme violent, dangereux voire criminel… 16 mortes en janvier 2019 !

Ici, pour l'auteur, il s'agit aussi de célébrer le courage incroyable de ces femmes qui, un jour, décident, réussissent à dire l'indicible, à mettre en lumière cette cruauté, brutalité masculine, cette mise en esclavage moderne… qui reste volontairement ignorée de tous ou presque.

L'adaptation effectuée pour la scène par Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras donne une version du roman évidemment plus concise, plus nerveuse, mais garde la crudité et l'humour particulier, empreint de lucidité, de dérision de Jean Teulé. Son récit est saisissant mais sait être attachant car il s'en tient aux faits, avec une certaine distance, et sans aucun misérabilisme, en une forme de voyage documentaire en enfer.

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Pour en rendre une dramatisation sans exagération, Laurent Le Bras met en scène un duo, une comédienne et un musicien, livrant une narration éclatée où l'interprétation passe par le récit proprement dit mais aussi par les chansons et la musique ; et incarnant tous les personnages de l’histoire… apportant en complément un regard commenté, distancié, de la vie de Darling.

Certaines séquences musicales (excellent Simon Chomel) et/ou chantées peuvent à la fois mettre en valeur le tragique de son personnage jaillissant de la violence vécue ou, subtilement, amplifié le langage imagé de l'auteur, ou encore plus simplement dévoiler l'humanité des personnages.

Claudine Van Beneden nous propose une Darling complexe, usant d'un jeu dense, à la palette émotionnelle riche, à la fois bouleversante, touchante, parfois aussi irritante, presque révoltante par sa soumission. Mais, habitant son personnage dans toute son authenticité, elle évite les pièges de la caricature et tout excès populiste. Comme elle l'a maintes fois prouvé lors des spectacles de la Cie Nosferatu, elle a à la fois une stature de tragédienne et cette d'une actrice apte à investir des rôles dont la profondeur va puiser dans la réalité de nos vies quotidiennes, heureuses ou malheureuses, combattives ou soumises…

Au final, "Darling" est une traversée aux enfers, une pièce qui nous prend aux tripes, nous met souvent mal à l'aise (surtout les hommes, j'espère !) et, compte tenu du concret des propos, de la réalité du récit, elle nous rappelle tous les combats qui restent à mener avant que cesse les violences faites aux femmes.

"Darling"

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Duo pour une comédienne et un guitariste électrique.
Adaptation : Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras.
Mise en scène : Laurent Le Bras.
Chansons : Grégoire Béranger.
Avec : Claudine Van Beneden et Simon Chomel.
Scénographie : Sophie Toussaint et Laurent Le Bras.
Création lumières : Matthieu Bassahon.
Lumières : Olivier Richard.
Son : Magali Burdin.
Création vidéo : Stephen Vernay.
Régie et conseils vidéo : Clément Marie Mathieu.
Compagnie Nosferatu.
Durée : 1 h 15.

Du 7 mars au 7 avril 2019.
Mercredi à 21 h, jeudi, vendredi, samedi à 19 h et dimanche à 17 h.
Relâche : 16 et 29 mars, 5 et 6 avril.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com/

Gil Chauveau
Jeudi 28 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020