La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Darling"… Pour que cessent les violences faites aux femmes

"Darling", Studio Hébertot, Paris

Un destin étrange, une vie dans la fange, le malheur en bandoulière, la désespérance en guise d'horizon. Une vie de femme battue, violentée, violée… La vie de milliers de femmes encore aujourd'hui. De la pomme à la viande, elle est normande. Elle voulait qu'on l'appelle Darling et n'a pas baissé les bras. Elle s'était confiée à Jean Teulé et son histoire a été adaptée par la Cie Nosferatu. Un moment rare qui ne laisse pas intact.



© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Au départ se trouve le roman de Jean Teulé construit sur la rencontre avec Darling et les entretiens qui suivirent. Il l'a écouté et écrit pour elle, pour celle qui voulait que les autres entendent la voix de toutes ces femmes qui subissent des vies cauchemardesques, souvent depuis leur plus jeune âge jusqu'à leur mariage ou présence auprès d'un homme violent, dangereux voire criminel… 16 mortes en janvier 2019 !

Ici, pour l'auteur, il s'agit aussi de célébrer le courage incroyable de ces femmes qui, un jour, décident, réussissent à dire l'indicible, à mettre en lumière cette cruauté, brutalité masculine, cette mise en esclavage moderne… qui reste volontairement ignorée de tous ou presque.

L'adaptation effectuée pour la scène par Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras donne une version du roman évidemment plus concise, plus nerveuse, mais garde la crudité et l'humour particulier, empreint de lucidité, de dérision de Jean Teulé. Son récit est saisissant mais sait être attachant car il s'en tient aux faits, avec une certaine distance, et sans aucun misérabilisme, en une forme de voyage documentaire en enfer.

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Pour en rendre une dramatisation sans exagération, Laurent Le Bras met en scène un duo, une comédienne et un musicien, livrant une narration éclatée où l'interprétation passe par le récit proprement dit mais aussi par les chansons et la musique ; et incarnant tous les personnages de l’histoire… apportant en complément un regard commenté, distancié, de la vie de Darling.

Certaines séquences musicales (excellent Simon Chomel) et/ou chantées peuvent à la fois mettre en valeur le tragique de son personnage jaillissant de la violence vécue ou, subtilement, amplifié le langage imagé de l'auteur, ou encore plus simplement dévoiler l'humanité des personnages.

Claudine Van Beneden nous propose une Darling complexe, usant d'un jeu dense, à la palette émotionnelle riche, à la fois bouleversante, touchante, parfois aussi irritante, presque révoltante par sa soumission. Mais, habitant son personnage dans toute son authenticité, elle évite les pièges de la caricature et tout excès populiste. Comme elle l'a maintes fois prouvé lors des spectacles de la Cie Nosferatu, elle a à la fois une stature de tragédienne et cette d'une actrice apte à investir des rôles dont la profondeur va puiser dans la réalité de nos vies quotidiennes, heureuses ou malheureuses, combattives ou soumises…

Au final, "Darling" est une traversée aux enfers, une pièce qui nous prend aux tripes, nous met souvent mal à l'aise (surtout les hommes, j'espère !) et, compte tenu du concret des propos, de la réalité du récit, elle nous rappelle tous les combats qui restent à mener avant que cesse les violences faites aux femmes.

"Darling"

© Michaël Kitaïévtich.
© Michaël Kitaïévtich.
Duo pour une comédienne et un guitariste électrique.
Adaptation : Claudine Van Beneden, Chantal Péninon et Laurent Le Bras.
Mise en scène : Laurent Le Bras.
Chansons : Grégoire Béranger.
Avec : Claudine Van Beneden et Simon Chomel.
Scénographie : Sophie Toussaint et Laurent Le Bras.
Création lumières : Matthieu Bassahon.
Lumières : Olivier Richard.
Son : Magali Burdin.
Création vidéo : Stephen Vernay.
Régie et conseils vidéo : Clément Marie Mathieu.
Compagnie Nosferatu.
Durée : 1 h 15.

Du 7 mars au 7 avril 2019.
Mercredi à 21 h, jeudi, vendredi, samedi à 19 h et dimanche à 17 h.
Relâche : 16 et 29 mars, 5 et 6 avril.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com/

Gil Chauveau
Jeudi 28 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"Trissotin…" Union du corps et de l'esprit par l'amour, le désir et l'humour

"Trissotin ou Les Femmes Savantes", Théâtre La Criée, Marseille

Reprise ! Pour Henriette et Armande, c'est l'heure de l'émancipation. Ces deux jeunes femmes ont reçu une très bonne éducation, s'expriment avec précision et même élégance, jouissent d'une évidente aisance matérielle au sein d'une famille solide et traditionnelle. La mère tient en effet la culotte en son ménage et le père est gentil quoique un peu faible…

Elles ont trouvé l'oiseau rare. Clitandre. Un jeune homme beau comme un comédien, certes un peu pauvre mais qui a la tête bien faite et de grandes espérances car il est poussé à la cour…

L'ainée a approfondi Descartes, le dualisme ainsi que les stoïciens, et conteste l'institution du mariage. La cadette à l'évidence, dans sa capacité à conjuguer plaisir et amour dans une perspective de mariage heureux, a compris Lucrèce et son "de natura rerum".

Leur mère Philaminte et leur tante Belise se sont piquées des dernières connaissances scientifiques logiques et poétiques. Leur apprentissage encore naïf pèse sur l'ordonnancement de la maison. Voulant être savantes pour se montrer savantes, elles se sont entichées d'un Tartuffe au petit pied, un Trissotin pédant et à la pointe de la mode qui en veut à leur richesse. L'histoire frise la catastrophe.

Jean Grapin
04/04/2019