La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Danseurs et musiciens de Sebatu... L’art se mêle au mystique

"Une nuit balinaise", Théâtre national de Chaillot, Paris

D’une gestuelle à la fois sensuelle et presque mécanique, les danseurs et musiciens de Sebatu présentent un spectacle avec des sonorités, un rythme et des mouvements d’une précision et d’une synchronisation de grande qualité. L’Art se mêle au Mystique avec bonheur.



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Sur scène est joué dans une atmosphère feutrée "Gong kebyar" de Wayan Susila avec, côté cour, un ensemble d’instruments mélodiques à lames, les gangsas, et côté jardin, les barangans qui nourrissent la ligne mélodique d’un tempo relevé et grave. En face, des tambours, kendang, battent la mesure.

Nous voilà sur une autre rive artistique, un autre continent musical, loin des sonorités occidentales. Le spectacle est superbe de synchronisation, les gangsas répondant aux barangans. Le spectacle est aussi visuel avec une gestuelle précise et synchronisée des musiciens. La complémentarité entre les deux ensembles ne font qu’un, comme un dialogue entre deux mondes à la fois différents et proches.

Puis les danseuses de cour, Legong Kraton, apparaissent. La danse est aérienne avec une ondulation des membres supérieurs mimant une gestuelle autant sensuelle que mécanique. C’est un équilibre entre mouvements courbes, de par la gestuelle des bras, et anguleux, de par les mouvements brisés des coudes. Les gestes sont à la fois courts, cambrés et vifs.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Dans les danses de Legong Kraton, des Telek et de Kebyar duduk, les gestes sont précis, concis, dans un basculement perpétuel entre bassin et hanches, jambes et bras, yeux et menton. Les visages participent aux danses avec des regards, fixes et très ouverts, qui partent dans une direction opposée à celles des hanches. Les doigts longilignes sont très écartés avec toujours le doigt d’une main marquant de légers frétillements.

Danse asexuée, il y a nulle différence entre gestuelle masculine et féminine. Les membres supérieurs sont comme des virgules corporelles mimant des ondulations. Par la plante des pieds, les membres inférieurs font des courbures avec orteils et talon cambrés. Sans oublier ces coups de talons des danseurs sur le bas de la tunique comme pour s’échapper d’une prison de toile. Le buste semble répondre à la plante des pieds par le biais de basculements et de déplacements rapides et glissés. Les danses deviennent ainsi aériennes et terriennes.

Les danses balinaises, à l’inverse des danses occidentales, ne mettent pas en avant l’individualité des danseurs. Derrière ce danseur, nul individu. Derrière cette danseuse, nulle personne. Il faut y voir un dieu, une déesse, le Mal ou le Bien. Nous sommes face à des danses dont les contours artistiques se nourrissent de culture et d’une mythologie très manichéenne. Les danseurs sont occultés derrière leurs masques, leurs mouvements aussi gracieux que mécaniques, leurs cris, leurs onomatopées ou leurs chants parlés mélodieux.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Et puis vient ce chant superbe d’onomatopées, le tjak, fait par un chœur d’hommes assis, le torse nu, dans une dynamique autant corporelle que vocale donnant le sentiment mystérieux d’une congrégation tonnant un chant d’exorcisme. L’art se mêle au mystique.

Après le chant et la danse, c’est au tour du théâtre dansé avec le Gambuh dans une légende de princes autour d’amours malheureuses derrière une musique, des masques et des dialogues. Nous sommes dans le patrimoine culturel javanais qui a été adopté par les balinais. L’approche est toutefois, pour cette seule partie du spectacle, un peu cabotine.

Par ces écrits, on sait qu’Artaud avait été fasciné en 1931 par ces danses à l’Exposition universelle. Il en avait puisé une moelle artistique dans son approche du théâtre qu’il voulait "rituel et magique… lié à des forces… des croyances effectives…". Cartier Bresson avait aussi immortalisé la danse du Kebyar duduk lors d’un voyage effectué à Bali. À l’époque, nombres d’artistes avaient rejoint Artaud dans sa fascination.

La fascination demeure car de ces danses, tout un ensemble de valeurs en découlent qui font que les croyances, les musiques, les danses, les chants aussi éloignés soient-ils de nos repères, restent sujets d’étonnement, de questionnement et source de rapprochement vers l’Autre et l’Ailleurs. Avec ce spectacle, superbe dans ses chants, sa musique et ses danses, l’Ailleurs et l’Ici peuvent se congratuler.

"Une nuit balinaise - Danseurs et musiciens de Sebatu"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Conception du projet : Jacques Brunet, Jean-Luc Larguier.
Direction artistique et musicale : Nyoman Jaya, Gede Adhi.
Création lumière : Dominique Bonvallet.
Conseiller scientifique : Dewa Putra.
Assistant et interprète : Amine Jakfar.
Avec 48 musiciens, danseuses, danseurs, actrices et acteurs du village de Sebatu.
Spectacle avec surtitrage pour les parties théâtrales.
Durée : 3 h 30 (entractes compris).

Spectacle du 21 au 29 septembre 2012.
Du mardi au samedi 19 h, dimanche 14 h (relâche lundi 24 septembre).
Théâtre National de Chaillot, salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Spectacle du 2 au 6 octobre 2012.
Les Gémeaux - Scène Nationale, Sceaux (92), 01 46 61 36 67.
Du mardi au samedi à 20 h 45, dimanche à 17 h.
>> lesgemeaux.com

Safidine Alouache
Mardi 25 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019