La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Danseurs et musiciens de Sebatu... L’art se mêle au mystique

"Une nuit balinaise", Théâtre national de Chaillot, Paris

D’une gestuelle à la fois sensuelle et presque mécanique, les danseurs et musiciens de Sebatu présentent un spectacle avec des sonorités, un rythme et des mouvements d’une précision et d’une synchronisation de grande qualité. L’Art se mêle au Mystique avec bonheur.



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Sur scène est joué dans une atmosphère feutrée "Gong kebyar" de Wayan Susila avec, côté cour, un ensemble d’instruments mélodiques à lames, les gangsas, et côté jardin, les barangans qui nourrissent la ligne mélodique d’un tempo relevé et grave. En face, des tambours, kendang, battent la mesure.

Nous voilà sur une autre rive artistique, un autre continent musical, loin des sonorités occidentales. Le spectacle est superbe de synchronisation, les gangsas répondant aux barangans. Le spectacle est aussi visuel avec une gestuelle précise et synchronisée des musiciens. La complémentarité entre les deux ensembles ne font qu’un, comme un dialogue entre deux mondes à la fois différents et proches.

Puis les danseuses de cour, Legong Kraton, apparaissent. La danse est aérienne avec une ondulation des membres supérieurs mimant une gestuelle autant sensuelle que mécanique. C’est un équilibre entre mouvements courbes, de par la gestuelle des bras, et anguleux, de par les mouvements brisés des coudes. Les gestes sont à la fois courts, cambrés et vifs.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Dans les danses de Legong Kraton, des Telek et de Kebyar duduk, les gestes sont précis, concis, dans un basculement perpétuel entre bassin et hanches, jambes et bras, yeux et menton. Les visages participent aux danses avec des regards, fixes et très ouverts, qui partent dans une direction opposée à celles des hanches. Les doigts longilignes sont très écartés avec toujours le doigt d’une main marquant de légers frétillements.

Danse asexuée, il y a nulle différence entre gestuelle masculine et féminine. Les membres supérieurs sont comme des virgules corporelles mimant des ondulations. Par la plante des pieds, les membres inférieurs font des courbures avec orteils et talon cambrés. Sans oublier ces coups de talons des danseurs sur le bas de la tunique comme pour s’échapper d’une prison de toile. Le buste semble répondre à la plante des pieds par le biais de basculements et de déplacements rapides et glissés. Les danses deviennent ainsi aériennes et terriennes.

Les danses balinaises, à l’inverse des danses occidentales, ne mettent pas en avant l’individualité des danseurs. Derrière ce danseur, nul individu. Derrière cette danseuse, nulle personne. Il faut y voir un dieu, une déesse, le Mal ou le Bien. Nous sommes face à des danses dont les contours artistiques se nourrissent de culture et d’une mythologie très manichéenne. Les danseurs sont occultés derrière leurs masques, leurs mouvements aussi gracieux que mécaniques, leurs cris, leurs onomatopées ou leurs chants parlés mélodieux.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Et puis vient ce chant superbe d’onomatopées, le tjak, fait par un chœur d’hommes assis, le torse nu, dans une dynamique autant corporelle que vocale donnant le sentiment mystérieux d’une congrégation tonnant un chant d’exorcisme. L’art se mêle au mystique.

Après le chant et la danse, c’est au tour du théâtre dansé avec le Gambuh dans une légende de princes autour d’amours malheureuses derrière une musique, des masques et des dialogues. Nous sommes dans le patrimoine culturel javanais qui a été adopté par les balinais. L’approche est toutefois, pour cette seule partie du spectacle, un peu cabotine.

Par ces écrits, on sait qu’Artaud avait été fasciné en 1931 par ces danses à l’Exposition universelle. Il en avait puisé une moelle artistique dans son approche du théâtre qu’il voulait "rituel et magique… lié à des forces… des croyances effectives…". Cartier Bresson avait aussi immortalisé la danse du Kebyar duduk lors d’un voyage effectué à Bali. À l’époque, nombres d’artistes avaient rejoint Artaud dans sa fascination.

La fascination demeure car de ces danses, tout un ensemble de valeurs en découlent qui font que les croyances, les musiques, les danses, les chants aussi éloignés soient-ils de nos repères, restent sujets d’étonnement, de questionnement et source de rapprochement vers l’Autre et l’Ailleurs. Avec ce spectacle, superbe dans ses chants, sa musique et ses danses, l’Ailleurs et l’Ici peuvent se congratuler.

"Une nuit balinaise - Danseurs et musiciens de Sebatu"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Conception du projet : Jacques Brunet, Jean-Luc Larguier.
Direction artistique et musicale : Nyoman Jaya, Gede Adhi.
Création lumière : Dominique Bonvallet.
Conseiller scientifique : Dewa Putra.
Assistant et interprète : Amine Jakfar.
Avec 48 musiciens, danseuses, danseurs, actrices et acteurs du village de Sebatu.
Spectacle avec surtitrage pour les parties théâtrales.
Durée : 3 h 30 (entractes compris).

Spectacle du 21 au 29 septembre 2012.
Du mardi au samedi 19 h, dimanche 14 h (relâche lundi 24 septembre).
Théâtre National de Chaillot, salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Spectacle du 2 au 6 octobre 2012.
Les Gémeaux - Scène Nationale, Sceaux (92), 01 46 61 36 67.
Du mardi au samedi à 20 h 45, dimanche à 17 h.
>> lesgemeaux.com

Safidine Alouache
Mardi 25 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022