La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Danseurs et musiciens de Sebatu... L’art se mêle au mystique

"Une nuit balinaise", Théâtre national de Chaillot, Paris

D’une gestuelle à la fois sensuelle et presque mécanique, les danseurs et musiciens de Sebatu présentent un spectacle avec des sonorités, un rythme et des mouvements d’une précision et d’une synchronisation de grande qualité. L’Art se mêle au Mystique avec bonheur.



© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Sur scène est joué dans une atmosphère feutrée "Gong kebyar" de Wayan Susila avec, côté cour, un ensemble d’instruments mélodiques à lames, les gangsas, et côté jardin, les barangans qui nourrissent la ligne mélodique d’un tempo relevé et grave. En face, des tambours, kendang, battent la mesure.

Nous voilà sur une autre rive artistique, un autre continent musical, loin des sonorités occidentales. Le spectacle est superbe de synchronisation, les gangsas répondant aux barangans. Le spectacle est aussi visuel avec une gestuelle précise et synchronisée des musiciens. La complémentarité entre les deux ensembles ne font qu’un, comme un dialogue entre deux mondes à la fois différents et proches.

Puis les danseuses de cour, Legong Kraton, apparaissent. La danse est aérienne avec une ondulation des membres supérieurs mimant une gestuelle autant sensuelle que mécanique. C’est un équilibre entre mouvements courbes, de par la gestuelle des bras, et anguleux, de par les mouvements brisés des coudes. Les gestes sont à la fois courts, cambrés et vifs.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Dans les danses de Legong Kraton, des Telek et de Kebyar duduk, les gestes sont précis, concis, dans un basculement perpétuel entre bassin et hanches, jambes et bras, yeux et menton. Les visages participent aux danses avec des regards, fixes et très ouverts, qui partent dans une direction opposée à celles des hanches. Les doigts longilignes sont très écartés avec toujours le doigt d’une main marquant de légers frétillements.

Danse asexuée, il y a nulle différence entre gestuelle masculine et féminine. Les membres supérieurs sont comme des virgules corporelles mimant des ondulations. Par la plante des pieds, les membres inférieurs font des courbures avec orteils et talon cambrés. Sans oublier ces coups de talons des danseurs sur le bas de la tunique comme pour s’échapper d’une prison de toile. Le buste semble répondre à la plante des pieds par le biais de basculements et de déplacements rapides et glissés. Les danses deviennent ainsi aériennes et terriennes.

Les danses balinaises, à l’inverse des danses occidentales, ne mettent pas en avant l’individualité des danseurs. Derrière ce danseur, nul individu. Derrière cette danseuse, nulle personne. Il faut y voir un dieu, une déesse, le Mal ou le Bien. Nous sommes face à des danses dont les contours artistiques se nourrissent de culture et d’une mythologie très manichéenne. Les danseurs sont occultés derrière leurs masques, leurs mouvements aussi gracieux que mécaniques, leurs cris, leurs onomatopées ou leurs chants parlés mélodieux.

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Et puis vient ce chant superbe d’onomatopées, le tjak, fait par un chœur d’hommes assis, le torse nu, dans une dynamique autant corporelle que vocale donnant le sentiment mystérieux d’une congrégation tonnant un chant d’exorcisme. L’art se mêle au mystique.

Après le chant et la danse, c’est au tour du théâtre dansé avec le Gambuh dans une légende de princes autour d’amours malheureuses derrière une musique, des masques et des dialogues. Nous sommes dans le patrimoine culturel javanais qui a été adopté par les balinais. L’approche est toutefois, pour cette seule partie du spectacle, un peu cabotine.

Par ces écrits, on sait qu’Artaud avait été fasciné en 1931 par ces danses à l’Exposition universelle. Il en avait puisé une moelle artistique dans son approche du théâtre qu’il voulait "rituel et magique… lié à des forces… des croyances effectives…". Cartier Bresson avait aussi immortalisé la danse du Kebyar duduk lors d’un voyage effectué à Bali. À l’époque, nombres d’artistes avaient rejoint Artaud dans sa fascination.

La fascination demeure car de ces danses, tout un ensemble de valeurs en découlent qui font que les croyances, les musiques, les danses, les chants aussi éloignés soient-ils de nos repères, restent sujets d’étonnement, de questionnement et source de rapprochement vers l’Autre et l’Ailleurs. Avec ce spectacle, superbe dans ses chants, sa musique et ses danses, l’Ailleurs et l’Ici peuvent se congratuler.

"Une nuit balinaise - Danseurs et musiciens de Sebatu"

© Guy Delahaye.
© Guy Delahaye.
Conception du projet : Jacques Brunet, Jean-Luc Larguier.
Direction artistique et musicale : Nyoman Jaya, Gede Adhi.
Création lumière : Dominique Bonvallet.
Conseiller scientifique : Dewa Putra.
Assistant et interprète : Amine Jakfar.
Avec 48 musiciens, danseuses, danseurs, actrices et acteurs du village de Sebatu.
Spectacle avec surtitrage pour les parties théâtrales.
Durée : 3 h 30 (entractes compris).

Spectacle du 21 au 29 septembre 2012.
Du mardi au samedi 19 h, dimanche 14 h (relâche lundi 24 septembre).
Théâtre National de Chaillot, salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Spectacle du 2 au 6 octobre 2012.
Les Gémeaux - Scène Nationale, Sceaux (92), 01 46 61 36 67.
Du mardi au samedi à 20 h 45, dimanche à 17 h.
>> lesgemeaux.com

Safidine Alouache
Mardi 25 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019