La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Dans la vallée de l’étonnement, le comédien apporte le réconfort du théâtre à la science

"The Valley of Astonishment", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

21 ans après "L’homme qui" et après avoir ausculté les relations entre Luria et Shereshevsky*, Peter Brook, dans son dernier spectacle "The Valley of Astonishment" (avec la complicité de Marie-Hélène Estienne), propose au spectateur de rencontrer de nouveau des hommes et des femmes remarquables doués de mémoire exceptionnelle.



© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Rien ne les distingue des autres jusqu’au jour où… perçue par un regard extérieur surgit l’incongruité. Une parole prononcée étonnante qui les fait alors être regardés différemment et passer pour anormaux. À cet instant de prise de conscience, à la découverte brutale de leur étrangeté, par réaction, ils sont plongés en état de sidération, de stupeur et d’angoisses mêlées.

Cette situation est ferment de farce. Ils sont objet de rires ou de peurs. Qualifiés d’hypermnésiques, ils seront bêtes de foire ou de laboratoires, objets de recherche en neurosciences.

Le spectacle tient l’équilibre entre l’information et le divertissement. Plein d’un humour discrètement distancié, il n’a pas fini d’étonner et de remplir de joie et de connaissance le spectateur.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Si le contenu est sérieux, la forme renvoie aux fondamentaux du théâtre : le soliloque et le dialogue, la mise en duos du fou et du médecin. Tradition authentiquement comique et humaine. Puits sans fin, réservoir d’humanité... Toute montée dramatique, à la faveur d’un rire spontané, décloisonne les esprits, révèle la part de folie qui sommeille en chacun de nous et appelle son apprivoisement mais non sa maîtrise.

Et Peter Brook malicieusement révèle en (faux) naïf tout du métier de comédien. Cet être sensible qui, ayant conservé cet étonnement de l’enfance, celui des premiers balbutiements qui associe dans l’espace et le rythme du temps les choses, les sons articulés et dessinés, cultive la mémoire, construit son personnage dans l’étonnement de l’espace qui l’entoure et fond dans l’intimité du personnage.

Le spectacle dans sa progressivité fait apparaitre le fil ténu et invisible qui relie la voix articulée et le son, les mots et les nombres, fait le lien avec le monde réel par tout un jeu de synesthésies fondé hors raison objective.. Autant de bricolages de la mémoire plus ou moins ouverts sur le réel extérieur, plus ou moins greffés sur les récits intérieurs de la personne.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Abasourdis. Étonnes sont les savants. Au tableau, les résultats scientifiques, les graphes et équations, les électroencéphalogrammes finissent eux aussi par mimétisme étonnamment en arabesques vaguement calligraphiques et légèrement désinvoltes.

"A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu… je dirai vos naissances latentes", disait déjà Rimbaud dans Voyelles.

Dans "The Valley of Astonishment", l’espace de la scène est bien cet espace vide, cet espace technique qui permet la conjugaison et la différenciation du temps et de l’espace, de l’imaginaire et de la réalité. Du jeu entre l’inconscience de soi et la conscience du monde.

C’est tout le bonheur du comédien que de pouvoir présenter en toute liberté et rigueur sa palette du drame, de la tragédie et du comique et d'apporter le réconfort du théâtre à la science et aux patients que nous sommes tous… À cet égard Kathryn Hunter est époustouflante.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Par la magie d’un carré blanc au sol, de quelques chaises et de comédiens qui, de leurs faiblesses apparentes, font puissance et présence, les personnages de la vallée de l’étonnement ("The Valley of Astonishment") deviennent familiers et extraordinaires. Au spectateur de saisir et savourer l’instant de Théâtre. Du Grand Art.

*Dans les années vingt en Russie, la science était une épopée. Alexandre Romanovitch Luria était un des plus grands spécialistes du cerveau et Salomon Veniaminovitch Shereshevsky fut le plus célèbre des mnémonistes russes. Les deux vies se lièrent en destin.

"The Valley of Astonishment"

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Une recherche théâtrale de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne.
Avec : Kathryn Hunter, Marcello Magni, et Jared McNeill.
Musiciens : Raphaël Chambouvet et Toshi Tsuchitori.
Lumières : Philippe Vialatte.
Spectacle en anglais surtitré en français.
Durée : 1 h 10.

Du 29 avril au 31 mai 2014.
Du mardi au vendredi à 20 h 30, samedi à 15 h 30 et 20 h 30.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

En tournée.
Du 5 au 7 juin 2014 : Holland Festival, Amsterdam, Pays Bas.
Du 11 au 14 juin 2014 : Warwick Arts Centre, Coventry, Royaume-Uni.
Du 20 juin au 12 juillet 2014 : The Young Vic, Londres, Royaume-Uni.
Du 5 au 7 septembre 2014 : Musikfest Bremen, ,Brême, Allemagne.
Du 14 septembre au 5 octobre 2014 : Theatre for a New Audience, New York, Etats-Unis.
Du 15 au 17 octobre 2014 : Forum Meyrin, Genève, Suisse.
Du 23 au 26 octobre 2014 : Festival de Otoño, Madrid, Espagne.
Du 12 au 15 novembre 2014 : Théâtre d'Arras, Arras, France.
Du 25 au 27 novembre 2014 : Théâtres de la Ville de Luxembourg, Luxembourg.
Du 10 au 14 décembre 2014 : Théâtre du Gymnase, Marseille, France.

Jean Grapin
Lundi 19 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022