Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Dans la vallée de l’étonnement, le comédien apporte le réconfort du théâtre à la science

"The Valley of Astonishment", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

21 ans après "L’homme qui" et après avoir ausculté les relations entre Luria et Shereshevsky*, Peter Brook, dans son dernier spectacle "The Valley of Astonishment" (avec la complicité de Marie-Hélène Estienne), propose au spectateur de rencontrer de nouveau des hommes et des femmes remarquables doués de mémoire exceptionnelle.



© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Rien ne les distingue des autres jusqu’au jour où… perçue par un regard extérieur surgit l’incongruité. Une parole prononcée étonnante qui les fait alors être regardés différemment et passer pour anormaux. À cet instant de prise de conscience, à la découverte brutale de leur étrangeté, par réaction, ils sont plongés en état de sidération, de stupeur et d’angoisses mêlées.

Cette situation est ferment de farce. Ils sont objet de rires ou de peurs. Qualifiés d’hypermnésiques, ils seront bêtes de foire ou de laboratoires, objets de recherche en neurosciences.

Le spectacle tient l’équilibre entre l’information et le divertissement. Plein d’un humour discrètement distancié, il n’a pas fini d’étonner et de remplir de joie et de connaissance le spectateur.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Si le contenu est sérieux, la forme renvoie aux fondamentaux du théâtre : le soliloque et le dialogue, la mise en duos du fou et du médecin. Tradition authentiquement comique et humaine. Puits sans fin, réservoir d’humanité... Toute montée dramatique, à la faveur d’un rire spontané, décloisonne les esprits, révèle la part de folie qui sommeille en chacun de nous et appelle son apprivoisement mais non sa maîtrise.

Et Peter Brook malicieusement révèle en (faux) naïf tout du métier de comédien. Cet être sensible qui, ayant conservé cet étonnement de l’enfance, celui des premiers balbutiements qui associe dans l’espace et le rythme du temps les choses, les sons articulés et dessinés, cultive la mémoire, construit son personnage dans l’étonnement de l’espace qui l’entoure et fond dans l’intimité du personnage.

Le spectacle dans sa progressivité fait apparaitre le fil ténu et invisible qui relie la voix articulée et le son, les mots et les nombres, fait le lien avec le monde réel par tout un jeu de synesthésies fondé hors raison objective.. Autant de bricolages de la mémoire plus ou moins ouverts sur le réel extérieur, plus ou moins greffés sur les récits intérieurs de la personne.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Abasourdis. Étonnes sont les savants. Au tableau, les résultats scientifiques, les graphes et équations, les électroencéphalogrammes finissent eux aussi par mimétisme étonnamment en arabesques vaguement calligraphiques et légèrement désinvoltes.

"A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu… je dirai vos naissances latentes", disait déjà Rimbaud dans Voyelles.

Dans "The Valley of Astonishment", l’espace de la scène est bien cet espace vide, cet espace technique qui permet la conjugaison et la différenciation du temps et de l’espace, de l’imaginaire et de la réalité. Du jeu entre l’inconscience de soi et la conscience du monde.

C’est tout le bonheur du comédien que de pouvoir présenter en toute liberté et rigueur sa palette du drame, de la tragédie et du comique et d'apporter le réconfort du théâtre à la science et aux patients que nous sommes tous… À cet égard Kathryn Hunter est époustouflante.

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Par la magie d’un carré blanc au sol, de quelques chaises et de comédiens qui, de leurs faiblesses apparentes, font puissance et présence, les personnages de la vallée de l’étonnement ("The Valley of Astonishment") deviennent familiers et extraordinaires. Au spectateur de saisir et savourer l’instant de Théâtre. Du Grand Art.

*Dans les années vingt en Russie, la science était une épopée. Alexandre Romanovitch Luria était un des plus grands spécialistes du cerveau et Salomon Veniaminovitch Shereshevsky fut le plus célèbre des mnémonistes russes. Les deux vies se lièrent en destin.

"The Valley of Astonishment"

© Pascal Victor/ArtComArt.
© Pascal Victor/ArtComArt.
Une recherche théâtrale de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne.
Avec : Kathryn Hunter, Marcello Magni, et Jared McNeill.
Musiciens : Raphaël Chambouvet et Toshi Tsuchitori.
Lumières : Philippe Vialatte.
Spectacle en anglais surtitré en français.
Durée : 1 h 10.

Du 29 avril au 31 mai 2014.
Du mardi au vendredi à 20 h 30, samedi à 15 h 30 et 20 h 30.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

En tournée.
Du 5 au 7 juin 2014 : Holland Festival, Amsterdam, Pays Bas.
Du 11 au 14 juin 2014 : Warwick Arts Centre, Coventry, Royaume-Uni.
Du 20 juin au 12 juillet 2014 : The Young Vic, Londres, Royaume-Uni.
Du 5 au 7 septembre 2014 : Musikfest Bremen, ,Brême, Allemagne.
Du 14 septembre au 5 octobre 2014 : Theatre for a New Audience, New York, Etats-Unis.
Du 15 au 17 octobre 2014 : Forum Meyrin, Genève, Suisse.
Du 23 au 26 octobre 2014 : Festival de Otoño, Madrid, Espagne.
Du 12 au 15 novembre 2014 : Théâtre d'Arras, Arras, France.
Du 25 au 27 novembre 2014 : Théâtres de la Ville de Luxembourg, Luxembourg.
Du 10 au 14 décembre 2014 : Théâtre du Gymnase, Marseille, France.

Jean Grapin
Lundi 19 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020