La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Crowd" Foule sentimentale en mode techno nineties

En ce début des années quatre-vingt-dix, pendant qu'avec douceur Alain Souchon suscitait la ferveur populaire autour de son tube "Foule sentimentale" ("Avec soif d'idéal/Attirées par les étoiles, les voiles/Du ciel dévale/Un désir qui nous emballe"), la jeunesse déclinait ses propres mantras pour réaliser, hors-sol, son besoin d'exaltation. Ainsi naîtrait la déferlante des free parties ou autres raves extatiques sur fond de musique techno jusqu'au bout de la nuit… C'est à l'une d'elles que Gisèle Vienne, chorégraphe plasticienne sans égale, nous invite pour donner à voir in vivo, et selon son prisme singulier, l'un de ces rassemblements mythiques.



© Estelle Hanania.
© Estelle Hanania.
Sur un espace non identifié, d'où émerge de la nuit sombre un sol de terre brunâtre jonchée de canettes de bière et autres détritus, vont prendre place avec une extrême lenteur les protagonistes de ce sabbat païen empruntant au rituel festif ses attendus. Espace de liberté revendiquée, la free party échappe à toute réglementation si ce n'est celle implicite que se donnent les communautés qui les initient. Le liant entre toutes ses manifestations et leurs protagonistes étant la musique électro, ses beats répétitifs ouvreurs d'extases potentielles.

Ce qui frappe d'emblée, outre le jeu des lumières sculptant le noir du plateau et les formes qui vont en émerger, outre les nappes en boucle de la musique techno entêtante à souhait, c'est le parti pris cinématographique de la chorégraphe utilisant à l'envi le "ralenti" pour décomposer chaque mouvement des participants. Ainsi, qu'ils soient seuls, à deux ou faisant groupe, ils apparaissent comme des répliques animées d'eux-mêmes, débarrassés de la gangue comportementale qui leur est assignée pour - aussi paradoxale que cela puisse paraître - devenir, au travers de leurs postures d'humanoïdes articulés, plus humains encore. En effet, le mouvement, si imperceptible soit-il, est traité avec une attention qui nous les rend palpables.

© Mathilde Darel.
© Mathilde Darel.
La trame narrative souterraine - aucun mot n'est prononcé, les corps se suffisant à eux-mêmes pour tonitruer silencieusement - nous conte l'histoire… mais quelle histoire ? La nôtre, secrète, enfouie dans les plis de notre mémoire, et que nous projetons sur le plateau animé de formes vivantes. Ces corps vêtus de vêtements hétéroclites, échappés tout droit d'un vestiaire fin de XXe siècle, vont se livrer aux arabesques de la loi du vivant. Se chercher, s'accoupler, se désunir, s'unir dans une chorégraphie portée par le rythme des notes techno. L'effet hypnotique produit étant renforcé par le jeu des lumières sculptant les ombres, rejetant dans l'obscurité des pans de communauté.

Entre transes suscitées par les pulsations de la musique électronique, consommation enivrante de bières et de substances hallucinogènes, entre caresses fraternelles et amoureuses, entre conflits et rejets, se joue et rejoue la comédie humaine, ici libérée pour un temps de ses carcans. Entre hédonisme festif partagé et solitude abyssale révélée par les autres captifs de la fête, le monde vibre intensément, s'écroule épuisé, avant de rejaillir jusqu'au jour suivant, porté par les mêmes trips. Ainsi en va-t-il de la rave, les paradis artificiels qu'elle génère en boucle se dissiperont au jour d'après… exacerbant le désir d'y replonger au plus tôt.

© Estelle Hanania.
© Estelle Hanania.
Traitant l'histoire de ces jeunes gens en fête avec autant de soin qu'une matière à sculpter, le "théâtre chorégraphié" de Gisèle Vienne convoque les ralentis de scènes prises sur le vif pour les inscrire dans une distorsion du temps vécu comme un continuum stéréoscopique. L'effet de loupe qui en résulte est si redoutable que l'on ne peut échapper à l'attraction hypnotique qu'il produit, charme amplement redoublé par les musiques technos à fortes résonances sensorielles. Rien d'étonnant alors, qu'à la sortie de la rave party, le public, gagné par le charme opérant, arbore sourire en banane, planant littéralement au-dessus des miasmes actuels.

Vu le mercredi 19 janvier à 20 h 30, au TnBA, Grande salle Vitez, Bordeaux, en coréalisation avec La Manufacture CDCN.

"Crowd"

© Estelle Hanania.
© Estelle Hanania.
Conception, chorégraphie et scénographie : Gisèle Vienne.
Assistantes à la mise en scène : Anja Röttgerkamp et Nuria Guiu Sagarra.
Avec : Philip Berlin, Marine Chesnais, Sylvain Decloitre, Sophie Demeyer, Vincent Dupuy, Massimo Fusco, Rehin Hollant, Oskar Landström, Georges Labbat, Theo Livesey, Katia Petrowick, Linn Ragnarsson, Jonathan Schatz, Henrietta Wallberg, Tyra Wigg.
Lumière : Patrick Riou.
Dramaturgie : Gisèle Vienne, Dennis Cooper.
Musique : Underground Resistance, KTL, Vapour Space, DJ Rolando, Drexciya, The Martian, Choice, Jeff Mills, Peter Rehberg, Manuel Göttsching, Sun Electric et Global Communication.
Montage et sélection des musiques : Peter Rehberg.
Conception de la diffusion du son : Stephen O'Malley.
Son : Adrien Michel.
Costumes : Gisèle Vienne en collaboration avec Camille Queval et les interprètes.
Ingénieur du son : Adrien Michel et Mareike Trillhaas.
Régie générale : Richard Pierre.
Régie plateau : Antoine Hordé.
Régie lumière : Arnaud Lavisse.
Durée : 1 h 30.

Premières les 8, 9 et 10 novembre 2017 au Maillon, Théâtre de Strasbourg - Scène européenne, en partenariat avec POLESUD, CDCN Strasbourg.
A été représenté les 19 et 20 janvier 2022 au TnBA, Bordeaux.

© Mathilde Darel.
© Mathilde Darel.

Yves Kafka
Mardi 25 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022