La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Comme un bouleversement à venir, comme autant de gouttes de conscience offertes…

"Ceux qui errent ne se trompent pas", Théâtre de la Cité Internationalle, Paris

C'est l'histoire d'un jour de vote anxieux et pluvieux, sans âme citoyenne qui vote. Sous le déluge (il pleut étonnamment ce jour là, même le climat s'y met…), c'est un naufrage démocratique qui s'annonce. Mais qui chavire quand advient l'invraisemblable…



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Celui d'une foule, invisible, bravant les éléments, accomplissant, à la propre surprise de chacun, un miracle démocratique. Celui d'un plébiscite pour le vote blanc effectué en toute tranquillité. Ni. Ni. Les effets sont dévastateurs.

La pièce de Kevin Kreiss et Maëlle Poésy, "Ceux qui errent ne se trompent pas" (tirée du roman "La lucidité" de José Saramago), a une dimension de fable, de satire assumée. Elle rend compte de l'état de surprise, de l'état d'inquiétude qui s'empare d'une équipe gouvernementale. Confronté à un fait bien réel, insaisissable, qui remet en cause les règles établies, ce gouvernement, qui concentre les pouvoirs comme autant de vanités, ne peut plus écrire ses scénarios du possible ou agiter des virtualités que l'on esquive.

La foule des électeurs restant, indiscernable, ne pouvant être discriminée, la machine d'intimidation, d'inquisition et de répression s'avère inappropriée. Dans la paranoïa qui se propage, tout finit par ressembler à sa propre caricature et se dilue.

Sans avoir fait Sciences Po, le spectateur sent qu'il y a comme une réminiscence de la Nuit du Quatre Août, de la fuite à Varennes ou du Siège de Paris quand la capitale se voulait Commune. Dans "Ceux qui errent ne se trompent pas ", il est question de la crise de la représentativité, de la légitimité du pouvoir, du tâtonnement pour trouver du sens. De l'irruption du Réel. Et de son Invisibilité. De son Innommé.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Drôle et lucide, la pièce avance sur les lisières de la représentation. Mêlant sens de la chorégraphie, de l'image et du dialogue concret, la mise en scène, avec rythme, vigueur et légèreté, enchaîne, fond les scènes et les techniques. Les réunions de ministres prennent l'allure de vaudevilles. De simples comptes rendus vidéo retransmis sont reportages d'épopée.

Joignant le geste à la parole, la scénographie fait tomber des tonnes d'eau sur le plateau, apportant force liquidités, donnant double sens à chaque mot prononcé. Quand le pouvoir reçoit une douche, il perd pied, vit un naufrage, il se noie, il prend la fuite. Etc, etc.

Le spectacle, jouant sur tous les tableaux, libère force métaphores et métonymies. Fluide, plein d'humour, plein de ces "légatos" qui créent des connivences avec le public.

C'est ainsi que les facettes d'une banale boule tango recevant un trait de lumière bleue semblent distribuer comme autant de gouttes de conscience offertes à chaque spectateur.

Généreuse et poétique, la pièce développant les symboliques du blanc est un conte civique qui, en creux, traite de la liberté, du désir de justice, du bon ordre, du courage, de la loyauté. Et avant tout d'un phénomène mystérieux qui transmute l'individu et la foule en Peuple Souverain. Quand par le meilleur de lui-même, en un Rêve paisible et puissant, en un instant critique, dans l'isoloir apparaît la Nation.

Comprenne qui pourra. "Ceux qui errent ne se trompent pas" sonne, en écho subliminal , comme un historique "Nisi romanum nisi germanicum francum sum"*, fondateur et ouvert sur l'avenir.

*Ni (inféodé à l'empire) romain, ni (appartenant aux tribus des) germain(s) je suis franc (affranchi, libre, direct, juste, loyal).

"Ceux qui errent ne se trompent pas"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte : Kevin Keiss en collaboration avec Maëlle Poésy.
D'après le roman "La Lucidité" de José Saramago.
Traduction française : Geneviève Leibrich, parue aux Éditions du Seuil et Points.
Mise en scène : Maëlle Poésy.
Avec : Caroline Arrouas, Marc Lamigeon, Roxane Palazzotto, Noémie Develay-Ressiguier, Cédric Simon, Grégoire Tachnakian.
Dramaturgie : Kevin Keiss.
Scénographie : Hélène Jourdan.
Lumière : Jérémie Papin.
Son : Samuel Favart-Mikcha.
Costumes : Camille Valla.
Vidéo : Victor Egea.
Construction et régie générale : Jordan Deloge.
Costumières : Chantal Bachelier et Juliette Gaudel.
Création Compagnie Crossroad.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
A été créé à l'Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône, du 10 au 12 mai 2016.

Du 21 au 23 mai 2016.
Samedi à 18 h, dimanche à 15 h et lundi à 19 h.
Festival Théâtre en Mai.
Théâtre Dijon Bourgogne, Centre dramatique national, Dijon (21), 03 80 30 12 12.
>> theatre-en-mai-2016

Du 5 au 16 décembre 2016.
Lundi, mardi, vendredi à 20 h, jeudi et samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Théâtre de la Cité internationale, Paris 14e, 01 43 13 50 50.
>> theatredelacite.com

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
● 70e Festival d'Avignon ●
Du 6 au 10 juillet 2016.
70e Festival d'Avignon.
Du mercredi au dimanche à 15 h.
Théâtre Benoît-XII, 12, rue des Teinturiers, Avignon (84).
>> festival-avignon.com

Tournée 2016-2017
5 novembre 2016 : La Piscine, Théâtre Firmin-Gémier, Châtenay-Malabry (92).
17 au 19 novembre 2016 : Théâtre du Gymnase-Bernardines, Marseille (13).
1er et 2 décembre 2016 : Le Granit, Scène nationale-Belfort, Belfort (90).
Décembre 2016 (en cours) : Théâtre de la Cité Internationale, Paris 14e.
10 > 11 janvier 2017 : Théâtre-Sénart, Scène nationale de Sénart, Lieusaint (77).
Janvier 2017 (en cours) : Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, CDN, Sartrouville (78).
26 janvier 2017 : Le Phénix, Scène nationale, Valenciennes (59).
31 janvier 2017 : Le Rive Gauche, Saint-Étienne-du-Rouvray (76).

Jean Grapin
Jeudi 19 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022