La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Claquettes jazz… Talons talentueux !

"Claquettes Jazz", Studio Hébertot, Paris

Fabien Ruiz, claquettiste de renom international, après avoir joué avec les plus grands, d'Yehudi Menuhin à Liza Minnelli, nous fait découvrir, dans des chorégraphies envolées et soutenues, l'essence de son art.



© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Les spectacles de "tap dance", dans sa dénomination américaine, ce n'est pas ce qui court les scènes actuellement bien que Fabien Ruiz ait à son actif plus de mille huit cents spectacles à travers le monde. Les claquettes ont eu leur heure de gloire avec le jazz et les comédies musicales jusqu'à l'apparition du rock'n'roll dans les années cinquante.

Nous sommes ici dans une véritable conférence dansée où il reprend, entre autres, "Cheek to ckeek" (1935) de Irving Berlin (1888-1989) avec Fred Astaire (1899-1987) et Ginger Rogers (1911-1995) dans le film "Le danseur du dessus" (1935) (V.O. "Top Hat").

Accompagné au piano par Michel Van der Esch, il fait des claquettes soutenues par une narration qui fait vivre cet art, à la fois musical et chorégraphique, dans des univers aussi variés que ceux du jazz, du cinéma ou de la chanson française. Il accompagne ses escapades artistiques en racontant son histoire avec ses grandes figures tel, entre autres, Fred Astaire, et, sans verser dans le cours proprement dit, en montrant les différents éléments dont s'arme le "tap dancer" pour faire son métier, à savoir ses chaussures et des éléments en fer qui habillent le talon et le devant du pied.

© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Puis, focus est fait sur les pas, sur l'alphabet qui le compose. Il explique quelques mouvements, toujours en les contextualisant, en invitant le spectateur à voir au travers de ceux-ci une élaboration logique, simple et direct de leurs dénominations. Ainsi, le dig, le toe, le heel, le brush, le step, le stomp, tous mouvements à un temps, le shuffle, mouvement à deux temps, et le paddle, mouvement à quatre temps, sont présentés. Il attaque aussi une valse à trois temps.

Le spectacle se construit sur des improvisations, du début à la fin, avec toujours de l'humour. Fabien Ruiz utilise souvent le terme "instruments". Il s'agit de tempo et de rythme. La danse et la musique sont très liées.

La caractéristique de son jeu est, comme nombre de ses prédécesseurs, ce rapport au sol et à la musique à la fois aérien, léger et faussement nonchalant. Les jambes sont en pleine action quand le tronc et le visage doivent suivre, de façon théâtrale. Nous sommes dans une expression où l'interprète s'amuse de son art, de cette facilité, fausse à tous égards, où les pieds deviennent des mains, où les chaussures deviennent des instruments pour créer une chorégraphie où les jambes sont à la fois sous tension et relâchées. C'est dans cet entre-deux, où les attitudes théâtrales apportent une tonalité souvent humoristique, qu'oscillent lâcher prise et maîtrise.

Puis le spectacle prend une autre tournure, plus personnelle, quand Fabien Ruiz parle d'une évolution qu'il a apportée. Autant un batteur peut changer ses baguettes, autant un tap dancer restait cantonné avec ses seules chaussures. Il a l'idée d'utiliser du gros sel au sol. Et le son devient autre, glissant, crissant, donnant un son velouté, chaleureux, enveloppant. Sous les chaussures, le sel donne une rugosité, une accroche au sol, un rapport à la scène beaucoup plus sonore, étouffé et moins aigu. Dans "Stormy weather" (1943), Bill Bojangles Robinson (1878-1949) fait aussi des claquettes sur du sable dans une danse appelée depuis "Sand dance". La relève est assurée.

"Claquettes Jazz"

© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Création de Fabien Ruiz.
Mise en scène : Fabien Ruiz.
Piano : Michel Van der Esch.
Avec : Fabien Ruiz, Michel Van der Esch.
Spectacle musical.
1 h 10.

Du 21 novembre 2017 au 28 janvier 2018.
Mardi et mercredi à 19 h, dimanche à 19 h 30.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com

Safidin Alouache
Mardi 9 Janvier 2018

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017