La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Claquettes jazz… Talons talentueux !

"Claquettes Jazz", Studio Hébertot, Paris

Fabien Ruiz, claquettiste de renom international, après avoir joué avec les plus grands, d'Yehudi Menuhin à Liza Minnelli, nous fait découvrir, dans des chorégraphies envolées et soutenues, l'essence de son art.



© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Les spectacles de "tap dance", dans sa dénomination américaine, ce n'est pas ce qui court les scènes actuellement bien que Fabien Ruiz ait à son actif plus de mille huit cents spectacles à travers le monde. Les claquettes ont eu leur heure de gloire avec le jazz et les comédies musicales jusqu'à l'apparition du rock'n'roll dans les années cinquante.

Nous sommes ici dans une véritable conférence dansée où il reprend, entre autres, "Cheek to ckeek" (1935) de Irving Berlin (1888-1989) avec Fred Astaire (1899-1987) et Ginger Rogers (1911-1995) dans le film "Le danseur du dessus" (1935) (V.O. "Top Hat").

Accompagné au piano par Michel Van der Esch, il fait des claquettes soutenues par une narration qui fait vivre cet art, à la fois musical et chorégraphique, dans des univers aussi variés que ceux du jazz, du cinéma ou de la chanson française. Il accompagne ses escapades artistiques en racontant son histoire avec ses grandes figures tel, entre autres, Fred Astaire, et, sans verser dans le cours proprement dit, en montrant les différents éléments dont s'arme le "tap dancer" pour faire son métier, à savoir ses chaussures et des éléments en fer qui habillent le talon et le devant du pied.

© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Puis, focus est fait sur les pas, sur l'alphabet qui le compose. Il explique quelques mouvements, toujours en les contextualisant, en invitant le spectateur à voir au travers de ceux-ci une élaboration logique, simple et direct de leurs dénominations. Ainsi, le dig, le toe, le heel, le brush, le step, le stomp, tous mouvements à un temps, le shuffle, mouvement à deux temps, et le paddle, mouvement à quatre temps, sont présentés. Il attaque aussi une valse à trois temps.

Le spectacle se construit sur des improvisations, du début à la fin, avec toujours de l'humour. Fabien Ruiz utilise souvent le terme "instruments". Il s'agit de tempo et de rythme. La danse et la musique sont très liées.

La caractéristique de son jeu est, comme nombre de ses prédécesseurs, ce rapport au sol et à la musique à la fois aérien, léger et faussement nonchalant. Les jambes sont en pleine action quand le tronc et le visage doivent suivre, de façon théâtrale. Nous sommes dans une expression où l'interprète s'amuse de son art, de cette facilité, fausse à tous égards, où les pieds deviennent des mains, où les chaussures deviennent des instruments pour créer une chorégraphie où les jambes sont à la fois sous tension et relâchées. C'est dans cet entre-deux, où les attitudes théâtrales apportent une tonalité souvent humoristique, qu'oscillent lâcher prise et maîtrise.

Puis le spectacle prend une autre tournure, plus personnelle, quand Fabien Ruiz parle d'une évolution qu'il a apportée. Autant un batteur peut changer ses baguettes, autant un tap dancer restait cantonné avec ses seules chaussures. Il a l'idée d'utiliser du gros sel au sol. Et le son devient autre, glissant, crissant, donnant un son velouté, chaleureux, enveloppant. Sous les chaussures, le sel donne une rugosité, une accroche au sol, un rapport à la scène beaucoup plus sonore, étouffé et moins aigu. Dans "Stormy weather" (1943), Bill Bojangles Robinson (1878-1949) fait aussi des claquettes sur du sable dans une danse appelée depuis "Sand dance". La relève est assurée.

"Claquettes Jazz"

© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Création de Fabien Ruiz.
Mise en scène : Fabien Ruiz.
Piano : Michel Van der Esch.
Avec : Fabien Ruiz, Michel Van der Esch.
Spectacle musical.
1 h 10.

Du 21 novembre 2017 au 28 janvier 2018.
Mardi et mercredi à 19 h, dimanche à 19 h 30.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com

Safidin Alouache
Mardi 9 Janvier 2018

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016