La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Christelle Chollet, c’est "rires et chansons"... une transfusion de bonheur et d’humour

"Christelle Chollet, le nouveau spectacle", Théâtre de la Renaissance, Paris

On l'a connue jeune trentenaire célibataire, elle nous revient mariée, avec un enfant, et toujours sa gouaille, son œil aiguisé et ses vannes hilarantes sur la vie de couple, les tendances, les nouvelles technologies, etc. Et une invention qui fera date : le permis à points !



© Charlotte Spillemaecker.
© Charlotte Spillemaecker.
Christelle Chollet, "La" Chollet, est de retour… Un an tout juste après avoir arrêté de jouer "L’Empiafée", un spectacle avec lequel elle avait obtenu un succès aussi formidable que légitime, et qu’elle aura porté plus de cinq ans.

Le niveau avait alors été placé tellement haut que je demandais ce qu’elle allait pouvoir nous proposer cette fois et, surtout, si elle allait réussir à encore nous surprendre et nous épater… Et bien oui, mille fois oui ! Elle nous emmène une fois encore.

L’astuce a été de la part de l’auteur de ne pas nous déstabiliser. Nous retrouvons le même principe, nous avons nos repères ; mais si le concept est identique, le traitement a considérablement évolué. Le succès est passé par là. Le succès qui, non seulement rend encore plus beau, mais apporte un surcroît d’assurance et, en corollaire, plus de moyens aussi…

Or donc, Christelle Chollet travaille toujours pour "SOS Chanteuse". Elle semble même en être devenue la patronne. Elle se déplace certes toujours en scooter mais - nouveau statut oblige - son casque est plaqué or. Son short, toujours aussi mini, n’est plus en jean, mais il fait partie d’un ensemble fort seyant, genre smoking estival. Elle n’est plus accompagnée par un seul musicien, mais par deux ; qu’elle continue bien sûr à maltraiter allègrement !

© Charlotte Spillemaecker.
© Charlotte Spillemaecker.
Maintenant que le décor est planté, examinons de plus près le contenu de ce deuxième opus… Exit "L’Empiafée". La Môme moineau est désormais taxidermisée. Christelle Chollet est un véritable juke-box joliment customisé et très richement achalandé. Elle peut et sait tout chanter. Et comme elle n’est pas aux pièces, pas besoin de mettre deux thunes dans le bastringue. Sa folle générosité est telle qu’elle nous sort volontiers quelques uns des plus grands standards de la chanson française. Extraordinaire interprète, elle joue avec toutes les nuances de sa palette vocale incroyablement étendue. Si bien que ces chansons qui font partie de notre patrimoine, elle nous les fait redécouvrir. Elle les vit, les revisite, y apporte sa sensibilité et sa fantaisie. Elle fait vraiment ce qu’elle veut avec sa voix.

Chaque chanson donne lieu à un véritable sketch. Elle a une façon particulièrement subtile de les amener… M’interdisant de ne pas trop en dire pour vous laisser l’exquise saveur de la découverte et l’exaltation de la surprise, je ne donnerai qu’un exemple. Quand elle s’approprie "Les Copains d’abord" de Brassens, elle commence par lui donner une couleur jazzy, fait un détour par le rap, et termine sur un gospel endiablé. Devant cette version, le Georges, j’en suis certain, doit en frétiller d’aise dans son cimetière marin… Aussi respectueuse qu’iconoclaste, elle dénature les chansons pour les restructurer à sa façon. Elle ne s’attaque qu’à des produits de haute couture pour les parer de nouveaux habits qu’elle découpe et recoud avec une créativité insensée. Et nous, la mâchoire décrochée par une béatitude émerveillée, on est littéralement scotché.

À cela, il faut ajouter une mise en scène nerveuse et inventive, sublimée par quelques effets spéciaux et effets miroirs extrêmement réussis... et irrésistibles.

Christelle Chollet dans "l'emPIAFée", son précédent spectacle © Alice Simonard.
Christelle Chollet dans "l'emPIAFée", son précédent spectacle © Alice Simonard.
Christelle Chollet est un phénomène. Elle m’énerve prodigieusement car je ne sais plus quels superlatifs utiliser pour décrire sa prestation. Excellente comédienne, extraordinaire chanteuse-interprète et fantastique danseuse, elle nous offre un concentré, l’essence même du music-hall. Elle est ce que les Américains appellent une performeuse. Pour moi, quand elle chante avec la voix écorchée sans grimper dans les décibels comme dans sa version de "No, No, No !", c’est l’extase, le septième ciel. Et que dire quand elle se décide en toute fin d’aborder le registre de l’émotion ? C’est simple, la salle était debout, les applaudissements interminables. Seul le rappel a pu calmer provisoirement la ferveur.

Impossible de résumer un feu d’artifice qui part dans tous les sens, nous enchante les oreilles et nous ravit les yeux. Ce nouveau spectacle est rock’n’roll du début à la fin. C’est du haut débit. Sans aucun temps mort, Christelle s’amuse et ironise sur les travers de notre société. Sous la plume délicieusement acide de Rémy Caccia, elle explore différents thèmes. Avec énormément de bon sens et de drôlerie, elle parle des relations hommes-femmes, le féminisme, la télévision, la publicité (quel régal que ce commentaire d’un match de foot sponsorisé !), les réseaux sociaux, la vie de couple…

Si le titre n’était pas déjà pris, Christelle Chollet c’est "Rires et chansons". Son spectacle est total, rare, réjouissant. On s’offre pendant deux heures une transfusion de bonheur et d’humour d’une extrême qualité. Et on sort du théâtre de la Renaissance des paillettes et des étoiles plein les yeux et de la joie plein le cœur.

Je sens que j’ai écrit n’importe quoi et n’importe comment, mais tant pis. Je suis dépassé. C’était trop bien. J’ai déjà envie d’y retourner histoire de prendre un nouveau shoot. On devient vite addict à "La" Chollet.

"Christelle Chollet, le nouveau spectacle"

Spectacle écrit et mis en scène par Rémy Caccia.
Avec Christelle Chollet.
Accompagnée de : Brice Mirrione ("Jean-René") au piano et de Raphaël Alazraki ("Jean-Paul") au djembé et à la guitare.

Du 20 Septembre 2012 au 2 Janvier 2013.
Du mardi au samedi à 20 h 30, matinée le samedi à 17 h.
Théâtre de la Renaissance, Paris 10e, 01 42 08 18 50.
>> theatredelarenaissance.com

Article publié en partenariat avec >> critikator

Gilbert Jouin
Mercredi 10 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022