La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

Château Rouge célèbre sa nouvelle grande salle et ouvre un nouveau chapitre de son histoire !

Château Rouge, Scène conventionnée Art et Création*, inaugurait la semaine dernière sa nouvelle salle (d'une capacité de 1 500 places) en proposant des festivités gratuites se concrétisant par quatre grands rendez-vous exprimant la pluridisciplinarité spécifique à ce type de centre culturel : danse, musique, théâtre et cirque. Le public avait largement répondu présent malgré la contrainte du pass sanitaire… Le succès inaugural était bien acté et augurait d'une belle saison à venir dans un Château Rouge "tout beau et tout neuf" !



© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Accueilli chaleureusement par Frédéric Tovany, directeur, et son équipe, le public de tous âges prenait donc possession des nouveaux lieux (hall d'accueil, billetterie, terrasse, etc.), tous de rouge et gris vêtus, et de la grande salle modulable flambant neuve avec ses gradins fixes, sa tribune rétractable et son immense plateau de 530 m2. Un programme bien conçu et riche en événements les attendait durant six jours avec "Allegria" du chorégraphe Kader Attou les 16 et 17, Dionysos (et Pelouse en 1re partie) le samedi 18, quatre spectacles différents le dimanche et du cirque avec "Les Hauts Plateaux", spectacle conçu par Mathurin Bolze (Cie MPTA), les 21 et 22.

Aujourd'hui, la saison 2021/2022 prend ses marques et commence dès ce 28 septembre avec du cirque (voir-ci-dessous). Cette programmation - qui court jusqu'à fin 2022 - joue la diversité et la qualité, avec un réel projet artistique, volonté affirmée du directeur Frédéric Tovany, qui associe exigence, expression novatrice ou originale, connexion avec les interrogations et les évolutions du monde d'aujourd'hui… Tout cela en conjuguant des activités de création et de diffusion qui relèvent tout autant d'un théâtre pluridisciplinaire que d'une scène de musiques actuelles.

Dionysos, samedi 18 septembre 2021 sur la scène de la nouvelle salle de Château Rouge © Emmanuelle Nemoz.
Dionysos, samedi 18 septembre 2021 sur la scène de la nouvelle salle de Château Rouge © Emmanuelle Nemoz.
Mais faisons un petit retour en arrière… Château Rouge a été construit en 1980 par l'architecte Richard Plottier et fut conçu initialement comme une salle polyvalente. Ce complexe culturel a connu plusieurs phases (de 1981 à 2007) de restructurations, d'améliorations et de rénovations qui, finalement, ont abouti à l'existence de quatre salles aux usages différents (grande salle, salle de concert, club café, petite salle).

Le dernier projet de restructuration de l'espace le plus ancien (la grande salle) a rapidement évolué vers un processus de reconstruction substituant ainsi l'intégralité de celui-ci par un bâtiment totalement neuf pour offrir aux publics et aux artistes un nouvel équipement contemporain capable d'accueillir toutes les formes de spectacles.

Durant les trois ans de travaux (avec des interruptions dues à la crise pandémique), la programmation s'est poursuivi, Frédéric Tovany et son équipe l'ayant adapté aux trois salles restantes et à la structure toilée provisoire ("L'éphémère") édifiée sur le parvis. Cette salle ne faisait que 360 places, mais la scène, de 19 mètres d'ouverture et de 10 mètres de profondeur, était suffisamment grande pour accueillir les spectacles danse, de théâtre et de musique habituellement programmés dans l'ancien lieu. Celle-ci, acquise par la municipalité, a été démontée cet été puis elle a été revendue récemment à une autre association culturelle.

Au fil des années, Château Rouge a su s'imposer comme un pôle "incontournable" du spectacle vivant dans le Genevois et la Haute-Savoie en assumant un rôle culturel transfrontalier franco-suisse majeur. Avec son nouvel équipement doté des technologies les plus récentes, Frédéric Tovany peut poursuivre sa politique artistique en direction de tous les publics avec un accueil ouvert de toutes les formes de spectacle, mais aussi offrir des moments privilégiés de partage et de création que permet ce complexe culturel moderne et accueillant.

* Intitulé complet : Scène Conventionnée d'intérêt national Art et Création au titre des nouvelles écritures du corps et de la parole.

Fiche Technique

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
L'équipe du projet
Un concours de maîtrise d'œuvre a été lancé en février 2017, pour lequel l'équipe de Z-Architecture (mandataire), menée par l'architecte William Vassal, a été désignée lauréate du concours.
Maîtrise d'ouvrage : Service bâtiment de la Ville d'Annemasse, AMOME Conseils, Assistant à maître d'ouvrage.
Exploitant : Le Relais Culturel de Château Rouge.
Maîtrise d'œuvre
Architectes : Z Architecture (mandataire) à Lyon, AER Architectes à Annecy.
BET tous corps d'état : BETREC, Lyon.
Économiste : CYPRIUM, Lyon.
Acousticien : PEUTZ, Lyon.
Scénographes : Atelier Audiovisuel à Caluire, Créa Factory à Pont-Evèque.

Salle modulable de type théâtre offrant plusieurs configurations :
- 1 000 personnes en formule tout assis,
- 500 personnes en formule tout assis jauge réduite (avec rideau de partition),
- 1 500 personnes assis/debout.
Elle est équipée d'un gradin fixe de 618 places
et d'une tribune rétractable de 410 places permettant une configuration de type concert (fosse + gradin fixe).
Trois possibilités d’emplacement de régie technique en fonction de la configuration :
- régie fixe en fond de salle,
- régie intermédiaire en milieu de salle,
- régie "concert" en fond de fosse au parterre.

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Dimensions de l’espace scénique :
- profondeur : 14,50 m,
- largeur : 31 m de mur à mur,
- hauteur sous gril : 17 m,
- hauteur scène : + 1 m (revêtement du plancher : parquet en chêne charge maxi 500dNa),
- pente de la scène 0 %.

Dimensions du cadre
- hauteur sous cadre de scène : 7,50 m,
- largeur du cadre de scène : 17 m.

Passerelles
- 2 niveaux de services de scène (cour, lointain, jardin), hauteurs 8,38 m et 15 m,
- 2 passerelles transversales de salles (hauteur 8,38 m).

Accroches
- 20 porteuses frontales à vitesse variable réparties sur la profondeur de la cage de scène (CMU 400daN),
- 4 porteuses Canadiennes à vitesse variable en fond de scène (CMU 400daN),
- 4 porteuses latérales à vitesse variable réparties sur la profondeur de la cage de scène (CMU 400daN).

Début de saison

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Du 28 septembre au 7 octobre 2021.
"L'absolu".
Conception et interprétation : Boris Gibé.
Compagnie Les choses de rien.
Durée : 1 h 15.
Tout public à partir de 12 ans.

Du 30 septembre au 1er octobre 2021.
"La mère coupable".
D'après le texte de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais.
Adaptation : Laurent Hatat et Thomas Piasecki.
Mise en scène : Laurent Hatat.
Avec : Olivier Balazuc, Azeddine Benamara, Anne Duverneuil, Emma Gustafsson, Kenza Laala, Pierre Martot, Mathias Zakhar.
Compagnie Anima Motrix.
Durée : 2 h.

Château Rouge, Scène conventionnée,
1 route de Bonneville, Annemasse (74).
Tél. : 04 50 43 24 24.
accueil@chateau-rouge.net
>> chateau-rouge.net



Gil Chauveau
Mardi 28 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021