La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

Château Rouge célèbre sa nouvelle grande salle et ouvre un nouveau chapitre de son histoire !

Château Rouge, Scène conventionnée Art et Création*, inaugurait la semaine dernière sa nouvelle salle (d'une capacité de 1 500 places) en proposant des festivités gratuites se concrétisant par quatre grands rendez-vous exprimant la pluridisciplinarité spécifique à ce type de centre culturel : danse, musique, théâtre et cirque. Le public avait largement répondu présent malgré la contrainte du pass sanitaire… Le succès inaugural était bien acté et augurait d'une belle saison à venir dans un Château Rouge "tout beau et tout neuf" !



© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Accueilli chaleureusement par Frédéric Tovany, directeur, et son équipe, le public de tous âges prenait donc possession des nouveaux lieux (hall d'accueil, billetterie, terrasse, etc.), tous de rouge et gris vêtus, et de la grande salle modulable flambant neuve avec ses gradins fixes, sa tribune rétractable et son immense plateau de 530 m2. Un programme bien conçu et riche en événements les attendait durant six jours avec "Allegria" du chorégraphe Kader Attou les 16 et 17, Dionysos (et Pelouse en 1re partie) le samedi 18, quatre spectacles différents le dimanche et du cirque avec "Les Hauts Plateaux", spectacle conçu par Mathurin Bolze (Cie MPTA), les 21 et 22.

Aujourd'hui, la saison 2021/2022 prend ses marques et commence dès ce 28 septembre avec du cirque (voir-ci-dessous). Cette programmation - qui court jusqu'à fin 2022 - joue la diversité et la qualité, avec un réel projet artistique, volonté affirmée du directeur Frédéric Tovany, qui associe exigence, expression novatrice ou originale, connexion avec les interrogations et les évolutions du monde d'aujourd'hui… Tout cela en conjuguant des activités de création et de diffusion qui relèvent tout autant d'un théâtre pluridisciplinaire que d'une scène de musiques actuelles.

Dionysos, samedi 18 septembre 2021 sur la scène de la nouvelle salle de Château Rouge © Emmanuelle Nemoz.
Dionysos, samedi 18 septembre 2021 sur la scène de la nouvelle salle de Château Rouge © Emmanuelle Nemoz.
Mais faisons un petit retour en arrière… Château Rouge a été construit en 1980 par l'architecte Richard Plottier et fut conçu initialement comme une salle polyvalente. Ce complexe culturel a connu plusieurs phases (de 1981 à 2007) de restructurations, d'améliorations et de rénovations qui, finalement, ont abouti à l'existence de quatre salles aux usages différents (grande salle, salle de concert, club café, petite salle).

Le dernier projet de restructuration de l'espace le plus ancien (la grande salle) a rapidement évolué vers un processus de reconstruction substituant ainsi l'intégralité de celui-ci par un bâtiment totalement neuf pour offrir aux publics et aux artistes un nouvel équipement contemporain capable d'accueillir toutes les formes de spectacles.

Durant les trois ans de travaux (avec des interruptions dues à la crise pandémique), la programmation s'est poursuivi, Frédéric Tovany et son équipe l'ayant adapté aux trois salles restantes et à la structure toilée provisoire ("L'éphémère") édifiée sur le parvis. Cette salle ne faisait que 360 places, mais la scène, de 19 mètres d'ouverture et de 10 mètres de profondeur, était suffisamment grande pour accueillir les spectacles danse, de théâtre et de musique habituellement programmés dans l'ancien lieu. Celle-ci, acquise par la municipalité, a été démontée cet été puis elle a été revendue récemment à une autre association culturelle.

Au fil des années, Château Rouge a su s'imposer comme un pôle "incontournable" du spectacle vivant dans le Genevois et la Haute-Savoie en assumant un rôle culturel transfrontalier franco-suisse majeur. Avec son nouvel équipement doté des technologies les plus récentes, Frédéric Tovany peut poursuivre sa politique artistique en direction de tous les publics avec un accueil ouvert de toutes les formes de spectacle, mais aussi offrir des moments privilégiés de partage et de création que permet ce complexe culturel moderne et accueillant.

* Intitulé complet : Scène Conventionnée d'intérêt national Art et Création au titre des nouvelles écritures du corps et de la parole.

Fiche Technique

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
L'équipe du projet
Un concours de maîtrise d'œuvre a été lancé en février 2017, pour lequel l'équipe de Z-Architecture (mandataire), menée par l'architecte William Vassal, a été désignée lauréate du concours.
Maîtrise d'ouvrage : Service bâtiment de la Ville d'Annemasse, AMOME Conseils, Assistant à maître d'ouvrage.
Exploitant : Le Relais Culturel de Château Rouge.
Maîtrise d'œuvre
Architectes : Z Architecture (mandataire) à Lyon, AER Architectes à Annecy.
BET tous corps d'état : BETREC, Lyon.
Économiste : CYPRIUM, Lyon.
Acousticien : PEUTZ, Lyon.
Scénographes : Atelier Audiovisuel à Caluire, Créa Factory à Pont-Evèque.

Salle modulable de type théâtre offrant plusieurs configurations :
- 1 000 personnes en formule tout assis,
- 500 personnes en formule tout assis jauge réduite (avec rideau de partition),
- 1 500 personnes assis/debout.
Elle est équipée d'un gradin fixe de 618 places
et d'une tribune rétractable de 410 places permettant une configuration de type concert (fosse + gradin fixe).
Trois possibilités d’emplacement de régie technique en fonction de la configuration :
- régie fixe en fond de salle,
- régie intermédiaire en milieu de salle,
- régie "concert" en fond de fosse au parterre.

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Dimensions de l’espace scénique :
- profondeur : 14,50 m,
- largeur : 31 m de mur à mur,
- hauteur sous gril : 17 m,
- hauteur scène : + 1 m (revêtement du plancher : parquet en chêne charge maxi 500dNa),
- pente de la scène 0 %.

Dimensions du cadre
- hauteur sous cadre de scène : 7,50 m,
- largeur du cadre de scène : 17 m.

Passerelles
- 2 niveaux de services de scène (cour, lointain, jardin), hauteurs 8,38 m et 15 m,
- 2 passerelles transversales de salles (hauteur 8,38 m).

Accroches
- 20 porteuses frontales à vitesse variable réparties sur la profondeur de la cage de scène (CMU 400daN),
- 4 porteuses Canadiennes à vitesse variable en fond de scène (CMU 400daN),
- 4 porteuses latérales à vitesse variable réparties sur la profondeur de la cage de scène (CMU 400daN).

Début de saison

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Du 28 septembre au 7 octobre 2021.
"L'absolu".
Conception et interprétation : Boris Gibé.
Compagnie Les choses de rien.
Durée : 1 h 15.
Tout public à partir de 12 ans.

Du 30 septembre au 1er octobre 2021.
"La mère coupable".
D'après le texte de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais.
Adaptation : Laurent Hatat et Thomas Piasecki.
Mise en scène : Laurent Hatat.
Avec : Olivier Balazuc, Azeddine Benamara, Anne Duverneuil, Emma Gustafsson, Kenza Laala, Pierre Martot, Mathias Zakhar.
Compagnie Anima Motrix.
Durée : 2 h.

Château Rouge, Scène conventionnée,
1 route de Bonneville, Annemasse (74).
Tél. : 04 50 43 24 24.
accueil@chateau-rouge.net
>> chateau-rouge.net



Gil Chauveau
Mardi 28 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022