La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Chant de marin et musiques du monde à Paimpol… Les cocos(pains) paimpolais ont répondu présent !

Il n'a lieu que tous les deux ans mais il n'en est pas moins devenu une référence… et il a connu une nouvelle fois une fréquentation record grâce à une programmation variée et de grande qualité. Pour ses trente ans, le festival du chant de marin et des musiques des mers du monde de Paimpol avait misé sur les retrouvailles (Tri Yann, Denez Prigent, Goran Bregovic, Les Ours du Scorff, etc.) et sur de belles découvertes, connues ou inconnues pour marquer d'une pierre blanche cet anniversaire…



Bernard Lavilliers, dimanche 4 août © Dominique Debeauvais.
Bernard Lavilliers, dimanche 4 août © Dominique Debeauvais.
Sur les trois journées de festivités, près de 165 000 spectateurs (première estimation) ont assisté, devant sept scènes et sur les quais, à des centaines de concerts et de récitals. Chants de Marin - venus des quatre coins de la planète -, bien sûr, bagadou, fanfares et musiciens de rue, évidemment, mais aussi chansons marinées bretonnes et françaises, musiques du monde et, sur le grand plateau Stan Hugill, quelques grands artistes - qui marquent, par leur engagement, leurs spécificités artistiques et leur arc-en-ciel musical, la scène internationale actuelle - étaient au programme.

Pour sa 14e édition, l'événement paimpolais assumait avec panache son statut de quatrième plus important festival de la Bretagne historique. Même le port de Paimpol affichait complet avec deux cents vieux gréements à l'anneau (à quai ou sur pontons flottants). Venant majoritairement de France ou de Grande-Bretagne, ces bateaux datant du temps de la "marine en bois", trois ou deux mâts pour les plus gros (La Recouvrance, Le Français, Le Marité, L'Étoile Molène, Le Lys Noir, etc.), ont fait le bonheur des visiteurs la journée - dont beaucoup de familles - avec la possibilité de monter à bord pour certains (L'Étoile du Roy, La Granvillaise, Le Phoenix ou Le Biche), ou d'assister à des concerts sur le bateau scène Le Galland, par exemple.

Vendredi 2 août

Le public devant la scène Pempoull © Gil Chauveau.
Le public devant la scène Pempoull © Gil Chauveau.
Compte tenu du nombre d'artistes programmés, représentant environ 160 groupes, il est impossible de rendre compte de tous les concerts, tous de qualité au vu de la mine réjouie de l'ensemble du public, qui a assisté en très grand nombre à tous les sets quels que soient les lieux et les horaires (début officiel 14 h, fin 2, 3 h du matin). Mais quelques noms sont à retenir si on ne peut les nommer tous, venant parfois de loin tant la diversité géographique du festival est l'un des points d'excellence renouvelés à chaque édition.

Avant de parler des artistes à l'affiche de la grande scène du champ de foire, nous retiendrons, présents sur les autres plateaux, l'énergique Flavia Coelho (Brésil) au groove construit sur la musique roots du Nordeste et le baile funk de Rio ; les Biches Cocottes (Bretagne) qui interprètent un répertoire habituellement masculin et qui soufflent un vent marin drôle, frais et pétillant, souvent a capella ; Bounding Main (USA), groupe costumé vocal à l'humeur joviale et aux harmonies riches ; Fortunes de Mer (Bretagne), une des formations de référence du chant de marin breton qui entretiennent leur répertoire en poursuivant le travail de collectage auprès des anciens…

Flavia Coelho sur la scène du Cabaret Michel Tonnerre, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
Flavia Coelho sur la scène du Cabaret Michel Tonnerre, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
… Les Souillés de Fond de Cale (Bretagne), groupe iodé et gai à la stature internationale - et quasi-stars au niveau régional - qui écument les grands festivals maritimes et folks d'Islande en Estonie, en passant par la Pologne, le Québec ou l'Angleterre ; l'Ooz Band (Bretagne) repérable par son look vestimentaire original, tout comme sa musique éminemment festive qui puisent dans le rockréol, le jazz et le swing musette ; Orkiestra Samanta (Pologne), du folk rock sur des histoires épiques de mer, modernes et sans frontières ; La Gamik vocale, vingt choristes de Québec et de Lévis, sous la direction d’Andréanne Gallichant, chantant sans partition mais avec un talent certain ; The Trongate Rum Riots (Écosse), formation atypique, joyeuse et talentueuse, originaire de Glasgow, jouant un mix improbable de riffs punk, de mélodies bluesy et de rythmes puissants des Balkans, etc. À noter que beaucoup de formations se produisaient sur les trois jours mais dans des lieux différents.

Sur la scène Stan Hugill, la première journée débuta avec le groupe vocal les Marins d'Iroise suivi de Tri Yann, plus vieux groupe français en activité qui fête ses cinquante ans de carrière dans une dernière tournée (jusqu'en mars 2020*). Pour leurs retrouvailles avec Paimpol, Jean Chocun, Jean-Paul Corbineau et Jean-Louis Jossic ont invité Louis Capart, local de l'étape, auteur de la magnifique chanson "Marie-Jeanne Gabrielle" que le trio nantais a reprise sur son album "Marines". Les Marins d'Iroise furent également de la partie et revinrent sur scène à l'invitation des trois Jean.

Storm Large, Pink Martini, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
Storm Large, Pink Martini, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
Suivirent, après Tri Yann, les frères palestiniens Samir, Wissam et Adnan - tous trois virtuoses du oud - formant le trio Joubran, remplaçant au pied levé Idir empêché pour raison de santé. Puis, ce fut le Mystère des Voix Bulgares, chorale de femmes découverte il y a trente ans au Printemps de Bourges. Après une traversée du désert liée à l'effondrement du système communiste, la légendaire troupe est de retour avec ses chemisiers brodés, ses coiffes fleuries, et surtout un nouvel album "BooCheeMish", sorti en septembre en France avec, comme invitée, l'Australienne Lisa Gerrard, chanteuse du duo Dead Can Dance.

Actuellement en tournée aux États-Unis et au Canada (en France au printemps 2020), Pink Martini faisait un détour par Paimpol pour offrir à la foule de spectateurs bretons un show impeccable et bourré d'énergie, mélangeant, comme à l'accoutumée, les styles musicaux et les références, de l'esprit français des années trente à la samba brésilienne, du club de jazz new-yorkais au bal nostalgique napolitain du dimanche après-midi, bref une géniale hétérogénéité culturelle. Le combo rétro sait aussi faire appel à différents intervenants vocaux mais c'est sans conteste (Susan) Storm Large qui se démarqua, habillée de sa gracieuse et élégante beauté, de sa voix remarquable dans tous les registres et sa gracile et exceptionnelle félinité de danseuse. Réellement bluffant !

Jeanne Added, récente double lauréate des "Victoires de la Musique" (artiste féminine de l'année et dans la catégorie "album rock"), ayant créé le buzz à la rentrée automnale avec "Mutate", l'un des titres phares de "Radiate", son deuxième album, a donné au public paimpolais un spectacle d'une grande maîtrise vocale, musicale, et d'une rare grâce, servi par un son précis et sans excès (chapeau aux ingés son). La voix de Jeanne Added dévoile sur scène une ampleur, une densité, une impressionnante profondeur complétées par une tessiture aux reliefs émotionnels puissants, sans doute dus, en partie, à une formation lyrique et jazz (et beaucoup de travail)… Une virtuosité qui n'est pas sans rappeler l'intensité vocale de la regrettée Dolores O'Riordan. Et malgré une certaine froideur (timidité ?), elle a révélé une grande générosité et a véritablement conquis les festivaliers.

À suivre…

Jeanne Added, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
Jeanne Added, vendredi 2 août © Gil Chauveau.
* Olympia à Paris le 22 mars et fin de tournée le 28 mars à la cité des Congrès de Nantes.

Festival du chant de marin et des musiques des mers du monde de Paimpol
S'est déroulé du 2 au 4 août 2019.

Prochaine édition (la quinzième) les 13, 14 et 15 août 2021.
>> paimpol-festival.bzh

Gil Chauveau
Samedi 10 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021