La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Carmen… ou l’ombre planante d’Antonio Gades

"Carmen", Palais des Congrès, Paris

Dans des scènes de groupe très bien agencées autour de chants et de musiques flamenco, c’est une Carmen qui a été reprise avec superbe et authenticité... rendant hommage à la grandeur d’Antonio Gades.



© Javier del Real.
© Javier del Real.
La compagnie Gades a été créée en 2004 car Gades ne souhaitait pas, à l’approche d’une mort certaine, que ses spectacles soient montées et repris de façon "hasardeuse". Il voulait créer une fondation pour garder l’authenticité de ses créations. Chose faite avec la compagnie Antonio Gades. La compagnie reprend à cet effet "Carmen" de Prosper Mérimée avec des chorégraphies d’Antonio Gades (1983). L’héritage est lourd car Gades avait une totale maîtrise de son art. Intéressant artistiquement mais risqué à souhait pour les danseurs de cette compagnie.

La scénographie et la mise en scène sont très bien agencées. Celles-ci sont très belles avec des scènes de groupe jouées avec rythme, inspiration et originalité. Palmas (rythme mené par claquement de mains) et compas (rythme par rapport à la musique) sont très bien menés et joliment rythmés entre les danseurs.

© Javier del Real.
© Javier del Real.
L’immersion du théâtre dans le Flamenco est de plus en plus courante. Ici, elle est totale. Le jeu théâtral est inhérent au Flamenco dans lequel l’attitude du danseur est importante. Dans "Carmen", elle est d’une évidence et donne au spectacle un cachet qui habille le Flamenco d’un timbre et d’une esthétique artistiques de très bel acabit bien que parfois, certains solos flamencos souffrent quelque peu de cette théâtralité.

Le rôle de Carmen est légèrement surjoué côté Flamenco avec des mouvements de bras et de pieds un peu trop appuyés faisant mordre la poussière à la sensualité de la danseuse. Don José (Angel Gil) est lui aussi parfois un peu trop théâtral dans ses postures. Ce qui fait qu’il y a, à certains moments, une légère disharmonie entre l’attitude des danseurs et leurs taconeos. Le chant et les guitares habillent superbement le spectacle donnant une fraîcheur et du rythme aux scènes.

La force du spectacle se trouve dans la mise en scène, la scénographie et les scènes de groupe savamment orchestrées. Même si la qualité des danseurs est indéniable, on ne peut manquer de penser à Antonio Gades qui peut parfois éclipser, par comparaison, le talent des danseurs. Toutefois, la compagnie Antonio Gades remplit joliment sa "mission" en rendant encore aujourd’hui vivant l’art de Gades.

"Carmen"

© Javier del Real.
© Javier del Real.
Ballet d’après la nouvelle de Prosper Mérimée (1845).
Dramaturgie et mise en scène : Antonio Gades et Carlos Saura.
Chorégraphie et lumières : Antonio Gades.
Musiques choisies par Antonio Gades : Antonio Solera, Ricardo Freire Gonzalez, Geoges Bizet (l’opéra Carmen), Manuel Penella (El Gato Montes).
Ballet créé le 17 mai 1983 au Théâtre de Paris.
Reprise par la nouvelle compagnie Antonio Gades.
Avec : Monica Iglesias ou Maria José Lopez, Angel Gil, Jairo Rodriguez, Miguel Angel Rojas.
Chanteurs : Gabriel Cortes, Jony Cortes, Angela Nuñez "La Bronce", Enrique Pantoja, Alfredo Tejada.

© Javier del Real.
© Javier del Real.
Guitaristes : Andres Carmona, Antonio Solera.
Danseurs : José Carmona, Mayte Chico, Isaac de Los Reyes, Angel Gil, Jacob Guerrero, Monica Iglesias, Miguel Lara, Maria José Lopez, Conchi Maya, Maria Nadal, Mercedes Recio, Jairo Rodriguez, Miguel Angel Rojas, Luisa Serrano, Silvia Vidal.
Durée : 1 h 40 sans entracte.

Du 26 décembre 2012 au 5 janvier 2013
Vendredi 4 janvier à 20 h.
Samedi 5 janvier à 15 h et 20 h.
Palais des congrès de Paris, Paris 17e, 01 40 68 00 05.
>> viparis.com

Safidine Alouache
Jeudi 3 Janvier 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020