La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Carmen… Classique toujours très moderne !

C'est la quinzième édition des "Étés de la Danse" au théâtre Mogador avec le ballet "Carmen" proposé par la Compañia Nacional de Danza de España. Le spectacle garde malheureusement toute sa modernité quant à ses thématiques (amour, trahisons, crime passionnel, etc.) mais présenté ici dans une création qui mêle avec bonheur théâtre, musique et danse.



© Carlos Quezada.
© Carlos Quezada.
Un enfant avec son ballon ouvre le bal. C'est à travers son regard que "Carmen", opéra français le plus joué au monde, est revisité par le danseur et chorégraphe suédois Johan Inger avec la Compañia Nacional de Danza de España. Opéra en quatre actes de Georges Bizet (1838-1875) d'après la nouvelle du même nom de Prosper Mérimée (1803-1870), il a été créé le 3 mars 1875 à l'Opéra Comique.

La musique du spectacle est une adaptation de la partition de Bizet, "Carmen Suite", que le compositeur russe Rodion Shchedrin avait créée en 1967 pour la chorégraphie du cubain Alberto Alonso (1917-2007) et l'étoile du Bolchoï Theatre de Moscou, Maya Plissetskaïa (1925-2015).

Des hommes, dans une combinaison de couleur "grise métallique" foncée, apparaissent sur scène par intermittence, un à un puis en groupe. Ils représentent la mort, qui gagne du terrain dans une histoire de jalousie, de défi et de passion. Elle est présente côté cour quand côté jardin, un couple se bécote sous un regard jaloux. Le noir et le rouge habillent la scénographie, couleurs de sang et de drame, de passion et de violence. C'est l'amour convoité, vorace, destructeur pour accaparer l'autre. Ces différents visages se retrouvent dans une gestique sensuelle parfois agressive comme dans un combat où l'on se cherche, se défie pour se séduire.

© Carlos Quezada.
© Carlos Quezada.
Le corps est théâtral, devenant par intermittence sujet ou objet. Carmen, proie de désirs, mène le tempo avec un positionnement corporel des plus majestueux, jouant de la plante des pieds sur le tronc des danseurs. Elle règne en maîtresse des corps, dans une scénographie où le corporel reste l'étendard d'une puissance ou celui d'un assujettissement, se repliant sur un ou plusieurs alter egos. La plante des pieds trouve un sol sur le tronc ou sur la jambe des uns et des autres.

Les mouvements sont amples, les jambes bien étirées. On glisse sur le plateau ou poussés délicatement comme une marche progressive vers un but. Il y a quelques pas de deux accompagnés de chorégraphies de groupe, se recoupant parfois faisant du tronc l'axe sur lequel les membres inférieurs et supérieurs s'étirent, s'étendent car à la recherche d'un espace, d'un ailleurs. Tous les mouvements vont à l'extérieur. Les jambes se recroquevillent parfois dans une gestuelle où la plante des pieds piétine, tapant frénétiquement au sol

© Carlos Quezada.
© Carlos Quezada.
Le spectacle est très théâtral avec une gestique très jouée, jamais statique, toujours en mouvement. Les pièces sont synchronisées ou séparées en deux groupes symbolisant la mort, disposées en canon gestuel de quatre interprètes qui se croisent, se décroisent en se retournant sur un axe de trois cent soixante degrés montrant dans cette pérégrination scénique son empreinte, sa marque, sa présence.

Les plantes des pieds sont bien appuyées au sol, les talons les bloquant avec des membres inférieurs cambrés solidement aux planches. La scène est investie sur toute sa largeur par des déplacements rapides, ponctués de rencontres, agressives parfois, amoureuses souvent mais mortelles au final.

L'idée de départ du regard enfantin donne une vision très marquée d'un rapport de force dans une représentation alliant vigueur, grâce et magie, comme celui d'un rêve où les portes s'entrouvrent vers un ailleurs où vie et mort sont indissolublement liées sous le feu destructeur d'une passion aveugle.

"Carmen"

© Carlos Quezada.
© Carlos Quezada.
Chorégraphie : Johan Inger.
Assistante chorégraphie : Urtzi Aranburu.
Par la Compañía Nacional de Danza de España, dirigée par José Martínez.
Musique : Rodion Shchedrin et Georges Bizet.
Musique originale additionnelle : Marc Álvarez.
Éditeur original de l'œuvre musicale "Carmen Suite" : Bizet-Shchedrin Musikverlag Hans Sikorski, Hambourg.
Costumes : David Delfín.
Dramaturgie : Gregor Acuña-Pohl.
Scénographie : Curt Allen Wilmer (AAPEE).
Conception d'éclairage : Tom Visser.
Durée du spectacle : 1 h 40 avec entracte.

Du 8 au 17 juillet 2019.
Lundi, mardi, mercredi à 20 h 30.
15e édition des des Étés de la Danse.
Théâtre Mogador, Paris 9e, 01 53 33 45 46.
>> lesetesdeladanse.com

Safidin Alouache
Lundi 15 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019