La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Boxe Boxe Brasil"… Sport, hip-hop et musique classique sous le soleil du Brésil

Créée en 2010, la pièce "Boxe boxe" devient, pour cette deuxième édition, brésilienne avec les danseurs de Rio de Janeiro. Différents univers sont aussi intégrés. Le sport se marie avec le cirque et le hip-hop et Mourad Merzouki a aussi convié sur scène le quatuor Debussy.



© Gilles Aguilar.
© Gilles Aguilar.
La lumière se lève sur un ring aux cordes un peu distendues cachées par un voile. Le quatuor Debussy, composé de deux violons, d'un alto et d'un violoncelle, est assis dans les coins. Un ensemble de gants de boxe jaunes surgit, tenu par des membres supérieurs en partie cachés. C'est comme un ballet de poings par la gestuelle qui en est proposée. Apparaissent ensuite les corps des boxeurs enchevêtrés les uns sur les autres.

Puis, rapidement, les chorégraphies s'enchaînent autour d'accessoires comme punching-ball, poires de frappe et balles de boxe. Pour autant, Mourad Merzouki a réussi à décrocher la boxe de son milieu en l'emmenant vers d'autres bords, d'autres rivages. Nous sommes dans l'ailleurs au carrefour de différents arts. Ce sont en effet plusieurs univers qui se marient autour de ce sport avec le hip-hop, le cirque, des musiques autant classiques que de tango et de flamenco.

Le Brésil, avec ses couleurs, sa capoeira et ses douze danseurs de Rio de Janeiro, est assurément très présent. Dans la scénographie, des accessoires de fer forgé trônent sur les planches. Les musiciens sont assis sur des fauteuils en roulette qui leur permettent un déplacement aisé pour pouvoir être compagnons à part entière de jeu.

© Gilles Aguilar.
© Gilles Aguilar.
Avec leurs instruments, ils sont un élément important en étant toujours en interaction avec les autres artistes. Ils changent de posture, suivent ceux-ci, sont souvent assis, se lèvent parfois, se déplacent aussi en s'avançant ou reculant vers eux. La création est tout autant sportive que musicale et dansée.

En 2010, Mourad Merzouki avait créé ce spectacle. Ancien boxeur, il a de très bons restes et le montre dans, entre autres, une scène avec un punching-ball où il donne des coups de pied et de poings et où il est aisé de s'apercevoir que la boxe est artistique dans sa gestuelle. C'est le seul moment où le chorégraphe-danseur montre toute la poétique de la boxe sans autre support.

La création est découpée en tableaux. La lumière apporte une clarté ocre, presque intime à chaque fois. Il y a de très beaux moments comme celui des trois danseurs, habillés chacun d'une chemise volante. Ils effectuent des torsions de bras très onduleux, les membres supérieurs tournant un peu sur eux-mêmes tout en montant et descendant dans les airs. C'est vif, sans être absolument rapide, avec une gestuelle tout en poésie, car tout est en rondeur, comme des virgules corporelles qui se dessinent avec les bras appuyés par une ondulation des troncs.

© Gilles Aguilar.
© Gilles Aguilar.
Il y a aussi cet ensemble de mouvements en symbiose sur trois niveaux où les interprètes se déplacent en trio du haut vers le bas de la scène. C'est vif, physique à souhait et rapide avec, par intermittence, des allongements au sol sur le ventre où les jambes droites sont lancées en l'air comme des dards qui se replient ensuite vers les genoux, donnant une dynamique très vive à la chorégraphie. C'est un grand ballet sportif synchronisé dans lequel les crochets et les coups de jambes sont envoyés, toujours dans le vide, dans des déplacements, en avant et en arrière.

C'est aussi le cirque qui est convié dans ses acrobaties, presque comiques parfois dans les attitudes. Cela devient un véritable théâtre corporel, avec même un quasi-monsieur Loyal, au centre des planches, vêtu en poire de vitesse, qui devient un moment une sorte d'animateur du spectacle.

C'est beau, très physique et le mariage de la musique classique avec le hip-hop est très réussi.

"Boxe Boxe Brasil"

© Michel Cavalca.
© Michel Cavalca.
Chorégraphie, direction artistique : Mourad Merzouki.
Conception musicale : Quatuor Debussy, AS'N.
Quatuor Debussy : Christophe Collette (premier violon), Emmanuel Bernard (deuxième violon), Vincent Deprecq (alto), Cédric Conchon (violoncelle).
Danseurs : Diego Alves Dos Santos dit Dieguinho, Leonardo Alves Moreira dit Leo, Cleiton Luiz Caetano De Oliveira, Helio Robson Dos Anjos Cavalcanti, Geovane Fidelis Da Conceição, Diego Gonçalves Do Nascimento Leitão dit White, Wanderlino Martins Neves dit Sorriso, Jose Amilton Rodrigues junior dit Ze, Alexsandro Soares Campanha Da Silva dit Pitt.
Lumières : Yoann Tivoli assisté de Nicolas Faucheux et Julie-Lola Lanteri-Cravet.
Réadaptées par Cécile Robin.
Scénographie : Benjamin Lebreton, Mourad Merzouki.
Costumes : Émilie Carpentier, assistée de Pierre-Yves Loup Forest.
Construction : Patrick Lerat.
Peintures : Camille Courier de Méré et Benjamin Lebreton.
Régie lumière : Fabrice Sarcy.
Régie son : Capucine Catalan.
Régie scène : François Michaudel.
Durée : 1 h.

© Michel Cavalca.
© Michel Cavalca.
Sur des musiques d'Antonio Pinto et Jacques Morelenbaum ("A carta de doara"), Giuseppe Verdi/Emanuele Muzio ("Luisa Miller"), Marc Mellits (Quatuor à cordes n°4 "Prometheus", extraits des 5e, 6e et 7e mouvements), Heitor Villa-Lobos (Quatuor à cordes n°1 "Brincadeira", 2e mouvement), Antonio Carlos Jobim/Luiz Bonfa ("Manha de carnaval"), Rolfe Kent ("Dexter theme"), Leo Brouwer ("Un dia de noviembre"), Astor Piazzolla ("Escualo"), Joseph Haydn (Quatuor à cordes op. 33 n°5, Largo e cantabile), AS'N (création d'après un thème de Astor Piazzolla), Astor Piazzolla ("Chador"), AS'N (création originale), AS'N/Dorian Lamotte/Seok Woo Toon ("Flamenco") et Antonin Dvořák (Quatuor à cordes n°12 op.96 "Américain", lento).
Arrangements : Matteo Del Solda, Thibault Lepri, Robin Melchior et Nicolas Worms.

Du 29 janvier au 1er février 2022.
Samedi, lundi et mardi à 20 h 30 ; dimanche à 15 h et 19 h 30.
Philharmonie de Paris, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

© Michel Cavalca.
© Michel Cavalca.

Safidin Alouache
Mardi 1 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022