La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Bloc 45, Témoignage" Le dehors et le dedans, deux mondes fracturés en un seul

Et cet "un", c'est Francis. Employé à la RATP, disposant d'un appartement à Saint-Ouen, mais ne pouvant souffrir de dormir ailleurs que dans une cellule du commissariat de Saint-Denis dont il fait chaque soir, depuis dix ans, consciencieusement le siège. En effet, pour pouvoir respirer l'air du dehors, il éprouve le besoin vital de l'enfermement… La metteure en scène, Virginie Barreteau s'est entretenue longuement avec le héros de sa création pour confier à Olivier Galinou le soin de l'interpréter avec un naturel bluffant.



© Grégoire Lavigne.
© Grégoire Lavigne.
Du plus loin qu'il s'en souvienne, Francis a toujours été en marge. Comme si un "défaut technique" l'empêchait d'être raccord avec une société érigeant en "normalité" ses normes toutes relatives… Surgissant timidement du rideau des coulisses qui le contenait, "il" (qui ? la personne, le personnage et l'acteur semblent ne faire qu'un) s'approche du micro - ce porte-voix étranger à lui-même - pour nous confier, hésitant, sa traversée du quotidien. Longtemps il a séjourné chez ses parents, pour y laver son linge, avant que la Maison de Nanterre et son règlement strict ne l'accueillent. La paire de sabots héritée de cette époque, qu'il se dépêche d'exhiber, ne fonctionne-t-elle pas comme un repère tangible, un détail contenant le tout ?

Personnalité clivée, il s'est toujours attaché à vouloir distinguer l'extérieur de l'intérieur, un besoin semble-t-il consubstantiel à son existence. Ainsi, à l'achat d'une maison, a-t-il tenu à s'occuper "naturellement" des parties extérieures, son père étant chargé de la réfection de l'intérieur. Le conflit, autant interne qu'externe, éclate quand l'auteur de ses jours veut combler les interstices des lames de son plancher en le vitrifiant ; insupportable pour le rejeton d'envisager que l'on prétende recouvrir ses lignes de faille, lui qui éprouve la nécessité absolue d'être enfermé pour pouvoir ensuite respirer à l'air libre…

© Virginie Barreteau.
© Virginie Barreteau.
Un cas isolé ? Non si l'on en croit les exemples - qu'il cite volontiers - de proches ne pouvant se synchroniser avec le monde extérieur sans l'aide d'un étayage offrant l'ancrage rassurant. Ses confidences délivrées droit dans les yeux sont ponctuées de longs silences, autant de pauses méditatives où, recroquevillé sur sa chaise, la tête dans les épaules, il s'extrait du présent de la représentation pour se retirer en lui-même, à la recherche d'un je-ne-sais-quoi.

Ses efforts d'adaptation continuels à un monde ne répondant pas à ses attendus, il les fait remonter à l'école maternelle où lorsque la maîtresse parlait à tout le monde, il n'était pas évident qu'elle s'adresse à lui. Les souvenirs sont comme des éclats venant faire effraction dans son univers présent. Ainsi de ce concerto de Vivaldi, écouté par sa mère enceinte et réifié par la présence hallucinée derrière lui d'un jeune trompettiste. Ou encore l'histoire d'un fils racontée par un psy, survivant grâce à un drôle de costume à longue queue, une "seconde peau" animale prenant forme humaine…

Et puis il y a ce secret, enfoui au plus profond des non-dits familiaux, qui va resurgir comme le ferait un suicidé exhumé de la fosse commune, invité à venir habiter l'autre scène au gré d'une étrange cérémonie expiatoire. Resurgit aussi de ce magma en fusion où se bousculent plusieurs strates d'âges différents, le dernier bloc carcéral de la Maison de rétention de Nanterre, le bloc 45, où la tenue marron et les sabots à semelles de bois et dessus en cuir des occupants des cellules revêtaient pour lui le réconfort d'être enfin mis "à l'abri"… "Même quand on ne trouve pas sa place, on finit par s'arranger", sauf que… La dernière interrogation, lancée comme un défi à la face du monde normé, résonne comme un appel humain, profondément humain.

© Grégoire Lavigne.
© Grégoire Lavigne.
Ainsi avec une pertinence aiguisée, l'acteur addict des rôles porteurs d'une inquiétante étrangeté (cf. "La Collection" d'Harold Pinter, jouée dans ce même lieu) se fait le porte-voix d'une existence ô combien troublante dont les échos ne sont pas sans trouver en chacun des résonances… Jusque dans l'écriture initiale de la metteure en scène qui, tel le médecin de son roman "Ceux des marais" auscultant à la fois l'intérieur et l'extérieur des êtres, s'emploie d'œuvre en œuvre à explorer les replis de l'âme humaine. Jusques et y compris dans les choix de cet article où ces thèmes de prédilection sont développés à l'envi.

Habité comme tout un chacun - même si chez lui un effet de loupe existe - par des obsessions récurrentes, tentant d'étayer une vie exposée autant à des dispositions génétiques singulières (l'homme a été qualifié d'"autiste Asperger") qu'à un environnement éprouvant des difficultés à accueillir des comportements non normés, son histoire "exemplaire" met en jeu les frontières d'une normalité toujours à questionner. L'humain - décidément - ne se donne pas à voir dans ses pleins, mais dans ses déliés. Fou à délier, tel pourrait apparaître in fine le cas de cet homme attachant, notre semblable "augmenté", faisant front à une assemblée réputée normale, la nôtre.

"Bloc 45, Témoignage"

© Grégoire Lavigne.
© Grégoire Lavigne.
Création 2022.
Texte : Virginie Barreteau.
Mise en scène : Virginie Barreteau.
Avec : Olivier Galinou.
Et les jeunes trompettistes : Sacha Cavero et Thibault Vignau (en alternance).
Création lumière : Véronique Bridier.
Par la Compagnie La Nageuse au Piano.
Durée : 1 h.

Ce spectacle fait partie de la programmation du festival Hors jeu/En jeu, de novembre 2022.

Du 10 au 13 novembre et du 17 au 20 novembre 2022.
Jeudi, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Le Lieu sans Nom, Bordeaux, 09 54 05 50 54.
>> lelieusansnom.fr

Tournée
Dates encore à définir.
Printemps 2023 : L'Avant-Poste, La Réole (33) ; La Luna Negra, Bayonne (64) ; Le Splendid, Langoiran (33).
Début 2024 : Théâtre d'Hendaye (64).

Yves Kafka
Jeudi 17 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022