La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Bienvenue" Frères humains qui après nous vivez… qu'avez-vous fait de notre (de votre) humanité ?

Trois textes fulgurants d'Alfred Alexandre, Erri de Luca et Michel Gendarme, interprétés par six acteurs et musiciens à la sensibilité idoine, sont à l'affiche de cette très belle soirée bordelaise dédiée aux réfugié(e)s. Au-delà des dons récoltés (participation libre du public, recettes du bar reversées au Collectif Bienvenue selon la volonté des artistes et du Directeur de L'Atelier des Marches, Jean-Luc Terrade), c'est à un moment essentiel de partage artistique solidaire que l'on est convié.



"La ballade de Leïla Khane" © Pierre Planchenault.
"La ballade de Leïla Khane" © Pierre Planchenault.
"Frères humains qui après nous vivez, N'ayez les cœurs contre nous endurcis"… Si, dans sa "Ballade des pendus", François Villon implorait la charité chrétienne afin d'échapper à l'échafaud, l'initiative citoyenne "Bienvenue" réalisée au profit de SOS Méditerranée n'implore, elle, aucune bienfaisance divine… Elle rappelle seulement à nos consciences humaines assoupies le droit élémentaire à la vie. Les naufragés de la Méditerranée ne sont coupables d'aucun crime, si ce n'est celui de prétendre survivre aux abominations qu'ils subissent. Comment peut-on si facilement abdiquer notre humanité en sacrifiant la leur ?

"La ballade de Leïla Khane" d'Alfred Alexandre, poète créole. Un comédien inspiré - Michel Richard - aux traits burinés et à la fine gestuelle battant la mesure des mots égrenés avec une infinie sensualité. Lui faisant face, dessiné dans le même halo de lumière, un guitariste - Monsieur Gadou - ne faisant qu'un avec son instrument serré contre lui, comme on caresse après l'amour l'être aimé. Les reliant dans la même respiration intime, un texte envoûtant, d'une suavité orientale à faire frissonner.

"La ballade de Leïla Khane" © Pierre Planchenault.
"La ballade de Leïla Khane" © Pierre Planchenault.
Ici, l'amour, la mer et le désert ne forment qu'une seule entité, confondus dans le même espace-temps reliant la légende perse de Leïla Khane aux visions récurrentes de Carthage et de son double, la Carthagène des Indes et ses îles colombiennes du Rosaire. Le jeune homme, follement épris de cette amoureuse mythique n'accordant sa grâce que dans le lieu sacré de la poésie, se complaît à la rejoindre dans la beauté élégiaque d'un poème déplié comme une caresse palpable. Ainsi, au rythme d'une anaphore aux accents eucharistiques - "Leïla dit que…" - scandant les paroles de l'égérie, se déroulent tels les "fragments d'un discours amoureux" les versets d'une passion à jamais vécue comme une promesse.

Les éléments naturels de l'eau océanique et du sable du désert sont convoqués pour dessiner les contours évanescents de ce paysage-monde voué à demeurer éternellement dans les limbes du désir… "Leila dit que comme toute pensée chaque exil commence par une errance, une vague cherchera la trace des couples moulés dans la mémoire des sables nus". Ici l'errance de l'exil amoureux s'ancre dans la mémoire vive d'amants, entrelacés dans des sables (é)mouvants ; là, la mémoire morte d'exilés immergés dans les abysses liquides "s'encre" pour toujours, prisonnière des caractères de plomb scellant leur scandaleuse disparition…

La diction "expressionniste", soutenue par le corps en tension du comédien tout entier habité par la parole de l'Amoureuse, le souffle du guitariste, à l'affût du moindre écho faisant frémir ses cordes, la puissance poétique du texte échappant à tout prosaïsme, font de cette traversée en apnée une parenthèse enchantée… La mélancolie enivrante de "La ballade de Leïla Khane" nous gagne, nous rappelant - avec un bonheur indicible - que le monde peut être aussi le lieu de l'amour fou.

"Aller simple" © Pierre Planchenault.
"Aller simple" © Pierre Planchenault.
"Aller simple" d'Erri de Luca, poète napolitain. Faisant face à nous, témoins "éclairés" du drame à venir, un comédien à la stature de tragédien (Daniel Strugeon) prenant place sur une pauvre chaise et un autre (Éric Chevance) semblant prendre appui sur son impressionnante contrebasse, délivrent en parfait accord les chants de ce long poème lyrique. Avec une précision clinique, portées par la force de leur interprétation, les images s'imposent, prennent possession de notre espace psychique pour nous percuter, rendant toute fuite vaine. Ainsi, un à un, s'inscrivent en lettres de feu les jours de l'odyssée tragique de ces hommes, femmes et enfants venus d'Afrique, chassés de leurs terres brûlées par le soleil, fuyant leur sol dévasté par les guerres, pour tenter l'impossible voyage vers leurs terres promises, les rivages de l'Italie.

À la violence des éléments naturels - les pieds mis à vif par le sable ardent du désert, les corps frigorifiés par les morsures des vagues - s'ajoute la cruauté naturelle des passeurs n'hésitant pas à tirer à bout portant à la moindre rebuffade. L'impact est d'autant plus fort que les mots sont taillés à la serpe, refusant tout arrangement avec la vérité vécue. Des sandales usées jusqu'à la corde, recousues avec des os pour aiguilles, de l'odeur aimée du thé des Berbères sur la plage, de celle effrayante de la mort émanant des corps des passeurs, de la mer aux eaux sauvages, les mots se bousculent charriant leur charge d'émotions.

"Aller simple" © Pierre Planchenault.
"Aller simple" © Pierre Planchenault.
De la salle éclairée interdisant tout recours aux issues de secours, on partage le drame vécu par ses malheureux s'entassant les uns contre les autres sans même pouvoir s'allonger, ne jetant pas les morts à la mer pour que les corps des défunts les protègent de la morsure du froid. On ressent avec eux le soulagement d'envoyer par le fond les passeurs les tirant à bout portant comme de vulgaires lapins. On lêche avec eux la rosée du matin déposée miraculeusement sur le bois des rames afin d'apaiser la morsure du sel qui, manquant sur les Hauts Plateaux, s'est déposé là en croûtes épaisses.

Et, de Charybde en Scylla, on partagera le sentiment d'infinie révolte de ceux qui, parvenus sur les rivages rêvés, se verront parqués dans des centres de rétention, ces camps d'internement réservés aux personnes issues de l'immigration illégale avec promesse de retour au pays, eux qui sont pourtant des allers simples… Au son des notes discrètes s'échappant de la contrebasse, les voix des comédiens s'enflent pour devenir la voix de tous les migrants. Notre voix se mêlant alors aux leurs.

"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres" © Pierre Planchenault.
"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres" © Pierre Planchenault.
"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres" de Michel Gendarme, poète. Disposés aux extrémités d'une diagonale barrant le plateau nu comme la bôme d'un bateau désemparé, les grincements improvisés de l'archet de la contrebasse de David Chiesa répondent à la lecture investie de Flore Audebeau s'emparant du texte coup de poing de Michel Gendarme. Des notes qui hurlent la violence des situations vécues et déchirent nos tympans. Des mots qui tonnent comme des déflagrations pour dire l'innommable et nommer le drame des quelques 22 000 disparus en Mer Méditerranée du début 2014 à la fin 2021.

Une immersion au plus près des réalités mortifères. Un saut dans l'horreur vécue au quotidien, horreur d'autant plus "entendable" qu'elle est transcendée par la puissance des mots élevés au rang de la poésie engagée. Dès lors, les fruits de la mer auront ce goût de l'humanité par nous sacrifiée, le goût des humains dont ils se sont nourris. Un cri déchirant.

Quand l'art se fait vigie des dérives humaines… Sacrifiés sans vergogne sur l'autel de l'égoïsme de nos nations riches, les exilé(e)s embarqué(e)s sur des esquifs surchargés, tentant au péril de leur fragile existence d'échapper aux guerres, aux viols, aux famines, se voient frappés d'une condamnation sans appel faisant des profondeurs de "Mare nostrum" leur fosse commune. Heureusement que l'Océan Viking, le navire affrété par SOS Méditerranée, les secourt pour éviter que l'hécatombe ne soit la loi commune. Heureusement que des artistes à la sensibilité à fleur de peau donne corps et voix à la poésie d'écrivains engagés corps et âme aux côtés des naufragés. Grâce à eux, une épiphanie survient, une brèche s'ouvre dans la désolation… et on se remet à croire à notre humanité perdue.

"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres" © Pierre Planchenault.
"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres" © Pierre Planchenault.
Lectures théâtralisées du jeudi 28 avril 2022 à L'Atelier des Marches de Bordeaux, dans le cadre de la soirée "Bienvenue" (du 2 avril au 3 mai, au profit de SOS Méditerranée).

"La ballade de Leïla Khane"
D'Alfred Alexandre.
Lecture théâtralisée par Michel Richard, accompagné à la guitare par Monsieur Gadou.
Durée : 42 minutes.

"Aller simple"
D'Erri de Luca.
Lecture théâtralisée par Éric Chevance et Daniel Strugeon.
Durée : 30 minutes.

"Nous sommes devenus cannibales quand la mer s'est remplie de cadavres"
De Michel Gendarme.
Lecture théâtralisée par Flore Audebeau, accompagnée à la contrebasse par David Chiesa.
Durée : 20 minutes.

Yves Kafka
Jeudi 5 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022