La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Avignon Off 2015 Quelques spectacles "coups de cœur"

Dans cet hypermarché du spectacle vivant, où la tête vous tourne à chaque coin de rue parce que saltimbanques, bonimenteurs, imitateurs, histrions, baladins, stars d’un mois et artistes en tout genre se côtoient… Entre cour des miracles et salon des refusés, que choisir ?



"Ulysse nuit gravement à la santé"

© DR.
© DR.
Un premier coup de cœur se porte sur "Ulysse nuit gravement à la santé". Avec le guitariste et instrumentaliste Mathias Castagné, Marien Tillet nous conte "l’Odyssée" d’Ulysse. Le Cyclope, les sirènes et Calypso… Toutes les grandes étapes du récit d’Homère sont là. Mais Ulysse n’est plus tout à fait un héros et Pénélope l’éternelle amoureuse qui attendra chastement son cher et tendre pendant vingt ans. Entre chant et violon, Marien Tillet est un puissant conteur qui réussit à transformer ce récit en récital, mi-fantastique, mi-drôle et parfois aussi caustique.

Chaque phrase est parfaitement ciselée et la rythmique très mélodique laisse le spectateur suspendu aux lèvres du conteur. C’est sans compter le beau travail d’Alban Guillemot (lumières) et de Simon Denis (son) qui arrivent, à travers ce récit conté, à recréer une ambiance flottante et vaporeuse. Cette atmosphère nous a d’ailleurs beaucoup fait penser à celle de la Cie des Dramaticules et ce qu’aime recréer Jérémie Le Louët (la troupe joue "Ubu" en ce moment au Théâtre Girasole). Grâce au talent de Mathias Castagné et de Marien Tillet, cette épopée déjà universelle et saisissante prend ici un tour particulièrement moderne.

"Ulysse nuit gravement à la santé"
D’après "L'Odyssée" de Homère.
Avec : Marien Tillet (récit-slam et violon), Mathias Castagné (guitare).
Son : Simon Denis.
Lumières : Alban Guillemot.
Durée : 1 h 05.
Compagnie Le Cri de l'Armoire.

Avignon Off Du 5 au 14 juillet 2015.
Tous les jours à 18 h 45.
La Manufacture, 2, rue des écoles, Avignon, 04 90 85 12 71.

"L'ami des Belges"

© Dominique Gaul
© Dominique Gaul
Un autre énorme coup de cœur avec un comédien formidable Fabrice Schillaci dans un seul en scène. Le texte est de l’auteur belge Jean-Marie Piemme : "L’ami des Belges". Un milliardaire français décide de s’exiler en Belgique pour des raisons fiscales, mais sur la route, sa voiture tombe en panne. Il est accompagné de son chauffeur et de son nègre sur qui il verse toute son arrogance et toute sa suffisance.

Ainsi cette espèce de nanti totalement mégalo est pris dans une "folie des grandeurs" qui le mène dans un délire ahurissant. La scénographie se déploie au fur et à mesure et de manière totalement surprenante et déjantée, à l’image du comédien qui développe et amplifie aussi son jeu. Dans ce rôle, Fabrice Schillaci est un beau mélange de François Morel et de Louis de Funès. Son jeu est brillant, le personnage jubilatoire.

Ce texte jouissif est évidemment d’actualité... Avec les nombreux exils fiscaux connus des Français depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, la Belgique serait-elle l’avenir de la France ?

"L'ami des Belges"
Auteur : Jean-Marie Piemme.
Avec : Fabrice Schillaci.
Mise en jeu : Jean Lambert.
Lumières : Ophélie Kern.
Durée : 1 h 05.
Impakt Cie.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h 10.
L'Entrepôt, 1 ter, boulevard Champfleury, Avignon, 04 90 86 30 37.

"Adolf Cohen"

© Jacques Combe.
© Jacques Combe.
Dans un genre très différent, "Adolf Cohen" est le récit exemplaire et intéressant d'un jeune homme sans cesse obligé de fuir son destin jusqu'au jour où celui-ci le rattrape. L'histoire part des pogroms d'Europe centrale pour finir en Israël. Mais deux étapes importantes jalonnent sa vie : la campagne française où il y est caché durant la guerre et adopté par Marcelle qui réussira à "sauver" son âme en le convertissant au catholicisme. Et son passage en Italie en tant que diacre.

Pour la petite histoire, ce prénom d'Adolf est le fruit d'une maman qui a voulu faire original à une époque où ce patronyme n'avait encore aucune connotation. Pour la grande et pour son auteur Jean-Loup Horwitz, "Adolf Cohen" est un "oxymore pour la paix", un hymne à l'humain et un cri contre les dogmes. Une phrase ouvre la pièce et résonne encore douloureusement à nos oreilles : "Un homme ressemble à un autre homme, surtout dans un linceul". Un spectacle comme celui-ci peut-il vraiment se frayer un chemin de paix au milieu de tant de massacres au nom de la religion ?

La question reste épineuse. Jean-Loup Horwitz, aussi dans le rôle éponyme, n'en demeure pas moins remarquable et captivant. Isabelle de Botton incarne les trois rôles successifs (la mère, la mère adoptive et la fiancée) avec beaucoup d'adresse.

"Adolf Cohen"
Auteur : Jean-Loup Horwitz.
Sous le regard de : Nicole et Jacques Rosner.
Avec : Isabelle de Botton et Jean-Loup Horwitz.
Musique : Porfesseur Inlassable.
Costumes : Chouchane Abello.
Lumières : Stéphane Baquet.
Durée : 1 h 20.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 14 h 20.
Au coin de la lune, 24, rue Buffon, Avignon, 04 90 39 87 29.

Sheila Louinet
Mardi 21 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019