La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Avignon Off 2012 : Res Publica : un théâtre civique... une naissance heureuse au sein de la république des lettres

Avignon Off 2012, "Res Publica", Théâtre des lucioles, Avignon

"La famille devient tribu, la tribu devient nation. Chacun de ces groupes d’hommes se parque autour d’un centre commun… Le camp fait place à la cité… Cependant les nations commencent à être trop serrées, elles se gênent et se froissent…"
"La poésie devient épique…" Victor Hugo, préface de Cromwell.



© Frédéric Ruiz.
© Frédéric Ruiz.
Depuis la naissance de la première République, depuis Valmy et son cri prodigieux de "Vive la Nation !". Concept étrange qui jaillit des poitrines des pouilleux soldats de l’an II, la Res publique et la Nation indissolublement liées à l’origine sont tiraillées par des mouvements contraires. Épineux problème posé à la société et à l’État.

Après le travail ("La fourmilière") et la famille ("Roman des familles"), Alain Mollot s’attaque avec "Res Publica d’après des histoires vraies" au problème de la Nation.

Dans la méthode, le metteur en scène comme à son accoutumée collationne des témoignages, des perceptions individuelles de personnes impliquées dans des mouvements historiques, les restitue sur scène en autant de personnages constitutifs de légendes collectives.

© Frédéric Ruiz.
© Frédéric Ruiz.
Ainsi dans "Res Publica", le protagoniste, sorti du public, est-il un fonctionnaire anonyme et amoureux de ce droit public né d’une république romaine rêvée et peut être inaccessible. Et pourtant de ce rêve institué, de cette idée de bien commun connu de tous, vont jaillir sur scène, les forces du destin, des rires, des souffrances, des émotions, des tableaux… À commencer par le premier d’entre eux, au début vierge de tout signe, le tableau noir.

"Res Publica" : la chose publiée, la chose affichée. La Loi connue de tous. Le pot commun. Le personnage, nouveau coryphée, se souvient (bans publics bancs publics) de ce professeur de latin pédagogue à la fois amoureux de la langue et des hommes, et conscient de l’usure du temps et des mots. Il met en garde, par le biais de l’étymologie et de l’histoire des civilisations, contre l’emprise pernicieuse que certains hommes impérieux exercent sur le peuple, dépositaires de cet "Impérium" qui modèle à leur bénéfice les façons de pensées et tordent le sens des mots. Il transmet ainsi à ses élèves de plus en plus dissipés, mais aussi de plus en plus désireux de parler, des clefs précieuses qui permettent d’interroger le monde. Que signifient vraiment les mots ? Famille, tribu, patrie, peuple. Etc. Etc. Dialectique du pouvoir et de la liberté qui, dans un mouvement perpétuel, tend à gommer les repères stables.

© Frédéric Ruiz.
© Frédéric Ruiz.
Le spectacle enchaîne avec fluidité et rythme les mythes fondateurs propres à chaque génération : le cri de Valmy, la guerre et la Résistance, l’Algérie et la Patrie, la Grève et Mai 68, la Rationalisation de La Poste et le Service Public, la marche des beurs, les émeutes de banlieues et l’Intégration.

Dans la manière, le spectacle met en valeur le jeu de l’acteur et un plateau théâtral économe en effets. Partant d’une certaine aridité assumée, il se révèle plein de vitalité, de suspens et d’émotion. Les comédiens, dans une tension dramatique continue, apportent chair, expression, rire ou larme.

Si "Res Publica" interroge avec acuité les grands thèmes de la société française, il sait garder la proximité avec le spectateur. C’est une épopée dans laquelle chacun peut s’identifier, ressentir du plaisir et questionner le sens. Se divertir autant que s’instruire. En toute liberté et point de vue dans une forme de parade.

Ce qui est remarquable dans cette proposition scénique, c’est que la Nation ne se fige pas en un contenu. Plus qu’une esquive de la part du metteur en scène, c’est une intuition créatrice. La Nation se définirait comme un phénomène, le point d’émergence de son propre besoin d’apparition. La Nation apparaitrait aux moments critiques et se traduirait par l’expression du meilleur dans les caractères des hommes et femmes qui composent la société. Ainsi, sans la nommer, le spectacle évoque-t-il, de manière fugace, la figure de Germaine Tillion qui créera une opérette à Ravensbrück pour survivre et témoigner, elle et ses compagnes. Étincelle de joie au cœur de l’effroi.

Le message est à coup sûr ambivalent. Il est à la fois pessimiste et optimiste.

Pessimiste puisque la dégradation de la Nation semble inexorable, soumise aux lois communes du monde qui peut la voir disparaitre si l’on en croit Renan.

Optimiste puisque, par sa forme même, le type de représentation théâtrale mis en œuvre par Alain Mollot revitalise les signes, ravive la petite nation qu’est le public. Ce lieu collectif où se mesure le besoin de la fusion ou le désenchantement de la désunion. En l’espèce il s’agit d’une naissance heureuse au sein de la république des lettres : un théâtre civique qui suscite le meilleur de nous-même.

"Res Publica" est d’utilité publique.

"Res Publica"

© Philippe Lacombe.
© Philippe Lacombe.
D’après des histoires vraies
Conception et mise en scène : Alain Mollot.
Mise en texte : Guillaume Hasson.
Interviews : Elsa Quinette.
Avec : Kamel Abdelli, Joan Bellviure, Frédéric Chevaux, Véronic Joly, Stéphane Miquel.
Scénographie et costumes : Charlotte Villermet.
Conception sonore : Gilles Sivilotto.
Lumières : Philippe Lacombe.
Assistante à la mise en scène : Francesca Riva.
Cie La Jacquerie.
Durée : 1 h 20.

Avignon Off 2012
Spectacle du 7 au 28 juillet 2012.
Tous les jours à 18 h 25 (relâche le 22 juillet).
Théâtre des Lucioles, 10, rue rempart Saint-Lazare, Avignon, 04 90 14 05 51.

Jean Grapin
Mardi 26 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021