La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Avec Pommerat, chacun trouve son conte...

"Cendrillon", Odéon-Théâtre de l’Europe, Atelier Berthier, Paris + Tournée 2012

Après "Pinocchio" et "Le Petit Chaperon rouge", Joël Pommerat continue son parcours passionnant à travers les contes de notre enfance et revisite aujourd’hui le mythe de Cendrillon.



Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
Si l’erreur est humaine, on est en droit de se demander si Joël Pommerat est tout à fait humain… car d’erreurs, il n’en commet pas. En quelques années, il s’est imposé en Europe comme l’une des figures incontournables du théâtre contemporain. Adulé par des milliers d’aficionados, surtout par la jeunesse, chacune de ses créations est attendue avec une impatience palpable. Et chaque fois, c’est un coup de maître, qui ne déçoit jamais. Comment réussit-il cette prouesse de créer tant de chefs d’œuvres à la suite ? Quand nous décevra-t-il ? Le plus tard possible, bien entendu ! Cette Cendrillon ne déroge pas à la règle. Encore un miracle au royaume du spectacle tout public. Toucher et émerveiller toutes les générations, parler à chacun avec les mêmes mots que l’on ait 8 ans ou 88 ans, alterner d’une main de maître le rire et l’émotion, distraire tout en proposant une vraie réflexion philosophique… voilà la recette d’un Graal que l’on pense inatteignable mais que Pommerat nous offre pourtant aujourd’hui.

Une des grandes prouesses de ce spectacle, outre son extraordinaire créativité visuelle, est sans doute de tisser si étroitement le rire et l'émotion, pour former un tissu qui ressemble vraiment à la vie, protéiforme par excellence. À l'origine de tout, il y a la mère. Ou plutôt son absence. Et si la tradition populaire avait occulté ce détail en présentant simplement Cendrillon comme une petite orpheline ? Pommerat décide de rendre à cette génitrice tout son poids et son rôle, plaçant même en elle la clé de son histoire.

Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
La mère, par son absence, prend donc toute sa place : Cendrillon, par exemple, programme sa montre pour qu’elle sonne toutes les cinq minutes afin que jamais elle ne cesse de penser à sa mère, persuadée que l’oubli est encore pire que la mort. Cette petite sonnerie, ridicule, obsédante, irritante, revient comme un leitmotiv dont l’excès finit par provoquer un rire nerveux. On assiste, par un tour de magie visuel dont Pommerat a le secret, à la mort de la mère, avec une Cendrillon bien présente et une mère déjà absente. Le spectacle a commencé depuis quelques minutes à peine, et notre gorge est déjà serrée devant cette image : le père, tirant en arrière sa fille qui se débat de toutes ses forces en direction de sa mère alitée, tentant dans un dernier sursaut de lutter contre l’évidence pour rester avec elle. Quelques secondes plus tard, on ne peut s’empêcher de rire devant une scène des plus burlesques : deux personnages communiquant à travers une baie vitrée et qui bien sûr ne se comprennent pas. Le revirement est total, magistral, parfait. C’est du grand art et Pommerat soufflera ainsi le chaud et le froid tout au long d’un spectacle sans fautes, où tout est à sa place, où pas un mot, pas un geste, pas un silence ne sont de trop.

Le cœur de cette réussite réside aussi dans sa distribution, homogène, impeccable. Une troupe d'acteurs belge que nous découvrons avec bonheur. En tête, bien sûr, il y a cette Cendrillon que compose magistralement Deborah Rouach, dans un mélange parfait de force de conviction et de fragilité propre aux enfants, avec une gouaille irrésistible. On ne saurait plus lui donner un âge. Catherine Metstoussis, ensuite, réussit la prouesse d'incarner une belle-mère loin des clichés en donnant à son personnage une grande profondeur, une grande humanité - pas au sens de bonté, bien sûr, mais plutôt de complexité psychologique. Elle n'est pas une marâtre de conte. Mais une femme, veuve, autoritaire certes, adorant ses filles plus que tout, voulant maîtriser sa vie et leur offrir le meilleur... On ne peut la détester entièrement, même si elle est odieuse dans ses excès. Et à la comédienne de nous la rendre extraordinairement proche de nous.

Et puis il y a les sœurs... Duo hallucinant (une grande mince et une petite rondelette), cruellement drôles, qui réalisent une véritable performance d’acteurs. Leur talent immense se révèle lorsque l'on comprend qu'elles incarnent chacune un autre personnage. Noémie Carcaud, en effet, est aussi la fée. On met d'ailleurs un temps fou à reconnaître dans cette fée un peu maladroite, mais tellement gentille, la grande sœur bête et tyrannique que l’on détestait quelques secondes avant. De même, Caroline Donnelly joue aussi le prince. Elle offre un la vision d'une figure royale très jeune, très perturbé aussi, par l’absence de sa mère, ployant sous le fardeau des obligations de son rang, seul, infiniment seul, malgré un père qui fait ce qu’il peut. Avec Cendrillon, ce prince improbable compose un couple bouleversant.

Pommerat nous a ciselé un joyau resplendissant de mille feux, un chef d’œuvre théâtral, esthétique et psychologique, drôle et émouvant, une actualisation d’une pertinence sans conteste, où chacun trouve son conte… En un mot : merci ! Merci Monsieur Pommerat de créer de si belles choses.

"Cendrillon"

Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
(Vu le 9 novembre)

D’après le mythe de Cendrillon.
Texte et mise en scène : Joël Pommerat.
Avec : Alfredo Canavate, Noémie Carcaud, Marcella Carrara, Caroline Donnelly,
Catherine Mestoussis, Deborah Rouach, Nicolas Nore, José Bardio.
Scénographie et lumières : Eric Soyer.
Costumes : Isabelle Deffin.
Son : François Leymarie.
Musique originale : Antonin Leymarie.
Vidéo : Renaud Rubiano.
Assistant lumières : Gwendal Malard.
Assistant mise en scène : Pierre-Yves Le Borgne.
Perruques : Laura Lamouchi.
Réalisation décor et costumes : ateliers du Théâtre National de Bruxelles.
Durée: 1 h 30.
Spectacle pour tous à partir de 8 ans.

Spectacle du 5 novembre au 25 décembre 2011.
Odéon-Théâtre de l’Europe, Atelier Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> www.theatre-odeon.fr

Tournée :
Du 25 au 27 avril 2012 : Forum de Meyrin, Meyrin (Suisse).
Du 4 au 5 mai 2012 : Théâtre de Brétigny, Brétigny-Sur-Orge (91).
Du 9 au 16 mai 2012 : TNB, Rennes (35).
Du 22 au 25 mai 2012 : La Comédie de Béthune, Béthune (62).
Du 31 mai au 1er juin 2012 : Le Carreau, Forbach (57).

Mickaël Duplessis
Mardi 22 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019