La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Avec Pommerat, chacun trouve son conte...

"Cendrillon", Odéon-Théâtre de l’Europe, Atelier Berthier, Paris + Tournée 2012

Après "Pinocchio" et "Le Petit Chaperon rouge", Joël Pommerat continue son parcours passionnant à travers les contes de notre enfance et revisite aujourd’hui le mythe de Cendrillon.



Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
Si l’erreur est humaine, on est en droit de se demander si Joël Pommerat est tout à fait humain… car d’erreurs, il n’en commet pas. En quelques années, il s’est imposé en Europe comme l’une des figures incontournables du théâtre contemporain. Adulé par des milliers d’aficionados, surtout par la jeunesse, chacune de ses créations est attendue avec une impatience palpable. Et chaque fois, c’est un coup de maître, qui ne déçoit jamais. Comment réussit-il cette prouesse de créer tant de chefs d’œuvres à la suite ? Quand nous décevra-t-il ? Le plus tard possible, bien entendu ! Cette Cendrillon ne déroge pas à la règle. Encore un miracle au royaume du spectacle tout public. Toucher et émerveiller toutes les générations, parler à chacun avec les mêmes mots que l’on ait 8 ans ou 88 ans, alterner d’une main de maître le rire et l’émotion, distraire tout en proposant une vraie réflexion philosophique… voilà la recette d’un Graal que l’on pense inatteignable mais que Pommerat nous offre pourtant aujourd’hui.

Une des grandes prouesses de ce spectacle, outre son extraordinaire créativité visuelle, est sans doute de tisser si étroitement le rire et l'émotion, pour former un tissu qui ressemble vraiment à la vie, protéiforme par excellence. À l'origine de tout, il y a la mère. Ou plutôt son absence. Et si la tradition populaire avait occulté ce détail en présentant simplement Cendrillon comme une petite orpheline ? Pommerat décide de rendre à cette génitrice tout son poids et son rôle, plaçant même en elle la clé de son histoire.

Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
La mère, par son absence, prend donc toute sa place : Cendrillon, par exemple, programme sa montre pour qu’elle sonne toutes les cinq minutes afin que jamais elle ne cesse de penser à sa mère, persuadée que l’oubli est encore pire que la mort. Cette petite sonnerie, ridicule, obsédante, irritante, revient comme un leitmotiv dont l’excès finit par provoquer un rire nerveux. On assiste, par un tour de magie visuel dont Pommerat a le secret, à la mort de la mère, avec une Cendrillon bien présente et une mère déjà absente. Le spectacle a commencé depuis quelques minutes à peine, et notre gorge est déjà serrée devant cette image : le père, tirant en arrière sa fille qui se débat de toutes ses forces en direction de sa mère alitée, tentant dans un dernier sursaut de lutter contre l’évidence pour rester avec elle. Quelques secondes plus tard, on ne peut s’empêcher de rire devant une scène des plus burlesques : deux personnages communiquant à travers une baie vitrée et qui bien sûr ne se comprennent pas. Le revirement est total, magistral, parfait. C’est du grand art et Pommerat soufflera ainsi le chaud et le froid tout au long d’un spectacle sans fautes, où tout est à sa place, où pas un mot, pas un geste, pas un silence ne sont de trop.

Le cœur de cette réussite réside aussi dans sa distribution, homogène, impeccable. Une troupe d'acteurs belge que nous découvrons avec bonheur. En tête, bien sûr, il y a cette Cendrillon que compose magistralement Deborah Rouach, dans un mélange parfait de force de conviction et de fragilité propre aux enfants, avec une gouaille irrésistible. On ne saurait plus lui donner un âge. Catherine Metstoussis, ensuite, réussit la prouesse d'incarner une belle-mère loin des clichés en donnant à son personnage une grande profondeur, une grande humanité - pas au sens de bonté, bien sûr, mais plutôt de complexité psychologique. Elle n'est pas une marâtre de conte. Mais une femme, veuve, autoritaire certes, adorant ses filles plus que tout, voulant maîtriser sa vie et leur offrir le meilleur... On ne peut la détester entièrement, même si elle est odieuse dans ses excès. Et à la comédienne de nous la rendre extraordinairement proche de nous.

Et puis il y a les sœurs... Duo hallucinant (une grande mince et une petite rondelette), cruellement drôles, qui réalisent une véritable performance d’acteurs. Leur talent immense se révèle lorsque l'on comprend qu'elles incarnent chacune un autre personnage. Noémie Carcaud, en effet, est aussi la fée. On met d'ailleurs un temps fou à reconnaître dans cette fée un peu maladroite, mais tellement gentille, la grande sœur bête et tyrannique que l’on détestait quelques secondes avant. De même, Caroline Donnelly joue aussi le prince. Elle offre un la vision d'une figure royale très jeune, très perturbé aussi, par l’absence de sa mère, ployant sous le fardeau des obligations de son rang, seul, infiniment seul, malgré un père qui fait ce qu’il peut. Avec Cendrillon, ce prince improbable compose un couple bouleversant.

Pommerat nous a ciselé un joyau resplendissant de mille feux, un chef d’œuvre théâtral, esthétique et psychologique, drôle et émouvant, une actualisation d’une pertinence sans conteste, où chacun trouve son conte… En un mot : merci ! Merci Monsieur Pommerat de créer de si belles choses.

"Cendrillon"

Cendrillon © Cici Olsson
Cendrillon © Cici Olsson
(Vu le 9 novembre)

D’après le mythe de Cendrillon.
Texte et mise en scène : Joël Pommerat.
Avec : Alfredo Canavate, Noémie Carcaud, Marcella Carrara, Caroline Donnelly,
Catherine Mestoussis, Deborah Rouach, Nicolas Nore, José Bardio.
Scénographie et lumières : Eric Soyer.
Costumes : Isabelle Deffin.
Son : François Leymarie.
Musique originale : Antonin Leymarie.
Vidéo : Renaud Rubiano.
Assistant lumières : Gwendal Malard.
Assistant mise en scène : Pierre-Yves Le Borgne.
Perruques : Laura Lamouchi.
Réalisation décor et costumes : ateliers du Théâtre National de Bruxelles.
Durée: 1 h 30.
Spectacle pour tous à partir de 8 ans.

Spectacle du 5 novembre au 25 décembre 2011.
Odéon-Théâtre de l’Europe, Atelier Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> www.theatre-odeon.fr

Tournée :
Du 25 au 27 avril 2012 : Forum de Meyrin, Meyrin (Suisse).
Du 4 au 5 mai 2012 : Théâtre de Brétigny, Brétigny-Sur-Orge (91).
Du 9 au 16 mai 2012 : TNB, Rennes (35).
Du 22 au 25 mai 2012 : La Comédie de Béthune, Béthune (62).
Du 31 mai au 1er juin 2012 : Le Carreau, Forbach (57).

Mardi 22 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024