La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

Assemblée générale de l'association Avignon Festival & Compagnie

Réunis en Assemblée Générale Ordinaire le lundi 27 novembre 2017 (dans la salle des fêtes de la Mairie d'Avignon), les adhérents de l'association Avignon Festival & Compagnies ont voté à une large majorité l'adoption du rapport moral 2017 et du bilan financier de l'exercice 2016, et la nomination d'un commissaire aux comptes.



Bal de clôture de l'édition 2017 © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
Bal de clôture de l'édition 2017 © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
A été également reconduit le montant des adhésions pour 2018/2019 (70 € pour le collège A (théâtres) et 30 € pour le collège B (structures de production).

Conformément à ses statuts, l'assemblée a procédé à l'élection des nouveaux membres du Conseil d'Administration. Pour le collège A (théâtres), ont été réélus M. Jacques Hélian Bauduffe, Mme Fabienne Govaerts et Mme Claire Wilmart.
Pour le collège B (structures de production), réélection de M. Nikson Pitaqaj et élection de M. Ronan Rivière et M. François Bourcier.

Pour rappel, l'association Avignon Festival & Compagnies est composée de 294 adhérents : 62 structures dans le collège A et 232 structures dans le collège B. Le conseil d'administration est formé de 25 membres élus dont 9 membres représentant le collège A, 9 membres représentant le collège B et 7 structures représentées au sein du collège C (collège des personnalités qualifiées composé de la Ville d'Avignon, la SACD, la SACEM, la SPEDIDAM, le CNV, l'ASTP et Cultures du Cœur 84).

Lors d'une rencontre avec AF&C au village du Off © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
Lors d'une rencontre avec AF&C au village du Off © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
Ce même jour, l'assemblée a préconisé à la majorité les dates de la prochaine édition du festival OFF d'Avignon : du 6 au 29 juillet 2018.

Les membres du CA poursuivront le travail développé en trois axes : accompagnement à la professionnalisation, développement des publics et éco-festival.

Dans le cadre de sa mission d'accompagnement à la professionnalisation des acteurs du OFF, l'association a créé un fonds de soutien qui a été doté, pour 2017, de 205 000 €. L'aide accordée était de 1 000 € par artiste, plafonnée à 4 000 € par projet. Pour le Off 2017, 149 dossiers furent déposés dont 112 dossiers étaient éligibles à cette aide. 83 dossiers ont été sélectionnés pour 205 artistes soutenus.

Les projets soutenus n'étaient pas du tout aidés pour 35 % d'entre eux, ont bénéficié uniquement d'aides d'organismes professionnels pour 28 % d'entre eux, ont bénéficié uniquement de subventions publiques pour 18 % d'entre eux et ont bénéficié d’aides publiques et d'organismes professionnels pour 19 % d’entre eux.

Bal de clôture de l'édition 2017 © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
Bal de clôture de l'édition 2017 © AF&C - Cédric Delestrade/ACM.
21 % des lauréats présentaient un spectacle seul en scène, 31 % un spectacle avec 2 artistes, 36 % avec 3 artistes et 22 % avec 4 artistes et plus. Le jury de la commission chargée d'administrer ce fonds était composé du vice-président du Collège des Compagnies, du trésorier d’AF&C, de la SACD, de la SACEM et du CNV.

L'une des actions d'Avignon Festival & Compagnies concerne la gestion des déchets afin de transformer le Off en écofestival. Cette année a été lancée l'opération "mutualisation de l'impression" des affiches des spectacles. 569 structures ont participé (pack au tarif de 142 € HT), ce qui représente près de 38 % des spectacles. Trois imprimeurs ont été sélectionnés suite à l’appel à projets : deux en PACA et un en Occitanie. Le "Pack" comprenait 200 affiches A2 350 g perforées + bobines chanvre + 100 affiches A2 90 g (qualité : papier 100 % recyclé, encres végétales).

L'opération se développera certainement avec des "packs tracts" proposés en 2018. Cette opération a permis d’améliorer considérablement le tonnage d’affiches recyclées par le Grand Avignon : 20 tonnes (contre 11 tonnes en 2016). C'est l'Espelido (centre social culturel) qui a été missionné pour gérer le ramassage des déchets recyclables dans tous les théâtres en fin de festival (à l’exception de huit d’entre eux, déjà fermés lors de leur passage). Cela a représenté 3 palettes de programmes et 4 tonnes de tracts récupérés et recyclés.


Chiffres clés 2017

▶ Spectacles présentés lors de l’édition 2017.
● 1 480 spectacles.
● 128 lieux dont 119 théâtres.
● 1 092 créations (spectacles présentés pour la première fois à Avignon).
● 166 spectacles "jeune public".
● 122 spectacles venus de l’étranger représentant 23 pays.
▶ Cartes d’abonnement
63 133 cartes vendues - chiffre record (57 869 cartes en 2016) dont 8 517 cartes 12/25 ans, 7 609 cartes commandées en ligne et 3 516 cartes pour les habitants du Grand Avignon.
▶ Cartes d’accréditation professionnelle.
1 042 programmateurs, 1 273 prescripteurs (programmateurs non décisionnaires), 282 institutionnels, 131 diffuseurs, 541 presse.
▶ Billetterie en ligne ticket’OFF.
● 33 604 places vendues (30 615 en 2016).
● 1 092 spectacles en vente sur ticket’OFF soit 74 % des spectacles.
▶ Village du OFF - Maison commune.
● 49 rencontres et débats dans l’espace agora du OFF.
● 28 ateliers et permanences gratuits sur les thématiques suivantes : diffusion, relations presse, mécénat, numérique, communication digitale, droits d’auteurs et droits voisins, comptabilité, fiscalité, conseil juridique, etc.).
● 28 ateliers et permanences gratuits sur les thématiques suivantes.
● 21 concerts et live tous les soirs à partir de 23 h (fréquentation en très large hausse).

Gil Chauveau
Lundi 4 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016