La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Asile" Du Pérou à la France… itinéraire d'une exilée à la révolte enracinée

Anne-Cécile Paredes a connu tôt les chemins de l'exil. Elle avait quatre ans lorsque sa mère, "l'enlevant à son père", prit un long-courrier pour joindre Lima à Paris afin de fuir la guerre civile. Avec les fragments d'une mémoire qui s'accroche aux images filmées, aux musiques ancrées dans les corps, et aux couleurs et senteurs d'un passé recomposé, elle met en je(u) un récit impliqué et à la scénographie bouillonnante. "Ça" parle en elle… comme ça nous parle.



© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
(Auto)fiction animée par le souffle d'une actrice habitée, "Asile" est aussi sobre dans son titre laconique que saturé dans sa forme par nombre de vidéos, de musiques trépidantes, de tableaux vivants à la signification pas toujours probante. Ce foisonnement "en tous sens" pourrait finir par étourdir, par dérouter de l'essentiel, si ce n'était le récit de cette révolte à fleur de peau. En effet, autant le texte - d'une exilée "exemplaire" qui n'en finit pas de déplacer ses sacs entre des lieux dont le point commun est d'être "transitoire" - nous projette au cœur même d'un sujet à vif, autant l'agitation du second plan nous en déconnecte parfois.

"Peut-être que ça marche comme ça la mémoire", des événements anodins ou pas qui percutent le réel pour faire effraction dans notre quotidien. Elle parle cette mémoire débridée du plus loin qui lui en souvienne, exhumant un à un ses rêves d'avaler l'océan Atlantique pour relier l'Europe et l'Amérique. Des dates en particulier sont comme les nœuds gordiens d'une existence en perpétuelle refondation, elle qui ne se sent nulle part légitime…

Le jour de son arrivée au monde, celui de son arrivée en France, celui maudit du bombardement de l'île du Fronton, près de Lima, par le gouvernement péruvien décidant d'en finir avec les prisonniers du Sentier Lumineux (au rang desquels se trouvait son père), celui de son retour sur sa terre de naissance à la recherche de cette part manquante, celui enfin où elle s'est allongée sur le divan d'un psychanalyste… autant de buttes-témoins signalant le tracé bousculé d'un chemin d'exil, extérieur et intérieur.

© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
Sa mère, fille de républicains espagnols ayant dû fuir le franquisme, elle, fille de militants d'extrême gauche, son histoire prise dans les rets d'une répétition familiale implacable. L'étrangeté nomade, ressentie comme le fil qui la relie à ses identités fragiles où une langue en recouvre une autre, entre en conflit avec elle jusqu'à oblitérer celle d'origine, sans compter le trouble apporté par les formulaires administratifs qui, s'ils reconnaissent son identité française par le droit du sang (sa mère étant française), lui attribuent le discriminant 99 ("née à l'étranger") attaché à vie à son numéro de sécurité sociale.

Alors, comme pour exorciser l'exilée en elle, elle modifie le destin en choisissant, comme prénom à sa petite sœur, le doux nom d'Elisa… l'anagramme parfait d'asile. Une manière de transcender par le pouvoir des mots la réalité qui résiste. Cependant elle insiste, tonitrue cette réalité de l'exil qui redouble ses effets ; à l'exil du pays d'origine, s'ajoute en effet l'exil de classe réservé par le "pays d'accueil". Désormais, des Zones Urbaines Prioritaires aux quartiers de gentrification, elle apprendra à s'approprier les codes des dominants pour mieux infiltrer le monde des nantis, menant une guerre invisible pour prendre le pouvoir.

© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
Car l'héritage de la guerre civile péruvienne, elle l'a transporté dans le petit sac en cuir de ses quatre ans. Cette violence originelle, elle a mué dans les barres d'immeubles (aux apparts faisant écho à celui de "La Mère à Titi" de Renaud) des quartiers sensibles de France "accueillant" de nombreuses communautés ayant échoué là. Encore elle, sera-t-elle "repérée" par un cinéaste et échappera ainsi au destin tout tracé de sa classe (cf. Didier Eribon), les études - sous le sceau du conflit de loyauté intériorisé - parachevant la mutation…

Mais sa révolte n'est pas apaisée pour autant. Elle est toujours là, à jamais inscrite dans la chair de celle qui a maintenant acquis les mots pour la dire - et trouver le théâtre pour la faire entendre - en lien avec l'actualité (Adama Traoré, le film Les Misérables de Ladj Ly…). Des séquences vidéo (celle tirée des archives montrant les ruines des prisons d'El Frontón), la débauche d'écheveaux de laine péruvienne et les musiques latines échevelées, étayent le propos en le colorant de gris et de couleurs éclatantes.

Ce que l'on retiendra (passant outre le trop-plein parfois de la scénographie), c'est la force implacable d'un témoignage réécrit en lettres de sang et de feu pour dire l'exil, un drame actuel.

"Asile"

Texte : Anne-Cécile Paredes.
Mise en scène : Anne-Cécile Paredes et Cyrielle Bloy.
Avec : Marion Lambert, Sophie Fougy, Johann Loiseau.
Regard complice : Cyril Jaubert.
Création sonore : Johann Mazé Et Johann Loiseau.
Création lumière : Éric Blosse.
Création costume : Sophie Fougy.
Création du thème musical : Cesar Amarante.
Montage vidéo et post production : Mélodie Gottardy.
Régie générale : Raphaël Droin.
Par OLA et Opéra Pagaï.

A été représenté du 19 au 22 novembre 2019 au Glob Théâtre Bordeaux, Scène conventionnée d'intérêt national art et création.
>> globtheatre.net

Tournée à venir
24 janvier 2020 : L'Avant-Scène, Cognac (16).


Yves Kafka
Mercredi 4 Décembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019