La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Asile" Du Pérou à la France… itinéraire d'une exilée à la révolte enracinée

Anne-Cécile Paredes a connu tôt les chemins de l'exil. Elle avait quatre ans lorsque sa mère, "l'enlevant à son père", prit un long-courrier pour joindre Lima à Paris afin de fuir la guerre civile. Avec les fragments d'une mémoire qui s'accroche aux images filmées, aux musiques ancrées dans les corps, et aux couleurs et senteurs d'un passé recomposé, elle met en je(u) un récit impliqué et à la scénographie bouillonnante. "Ça" parle en elle… comme ça nous parle.



© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
(Auto)fiction animée par le souffle d'une actrice habitée, "Asile" est aussi sobre dans son titre laconique que saturé dans sa forme par nombre de vidéos, de musiques trépidantes, de tableaux vivants à la signification pas toujours probante. Ce foisonnement "en tous sens" pourrait finir par étourdir, par dérouter de l'essentiel, si ce n'était le récit de cette révolte à fleur de peau. En effet, autant le texte - d'une exilée "exemplaire" qui n'en finit pas de déplacer ses sacs entre des lieux dont le point commun est d'être "transitoire" - nous projette au cœur même d'un sujet à vif, autant l'agitation du second plan nous en déconnecte parfois.

"Peut-être que ça marche comme ça la mémoire", des événements anodins ou pas qui percutent le réel pour faire effraction dans notre quotidien. Elle parle cette mémoire débridée du plus loin qui lui en souvienne, exhumant un à un ses rêves d'avaler l'océan Atlantique pour relier l'Europe et l'Amérique. Des dates en particulier sont comme les nœuds gordiens d'une existence en perpétuelle refondation, elle qui ne se sent nulle part légitime…

Le jour de son arrivée au monde, celui de son arrivée en France, celui maudit du bombardement de l'île du Fronton, près de Lima, par le gouvernement péruvien décidant d'en finir avec les prisonniers du Sentier Lumineux (au rang desquels se trouvait son père), celui de son retour sur sa terre de naissance à la recherche de cette part manquante, celui enfin où elle s'est allongée sur le divan d'un psychanalyste… autant de buttes-témoins signalant le tracé bousculé d'un chemin d'exil, extérieur et intérieur.

© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
Sa mère, fille de républicains espagnols ayant dû fuir le franquisme, elle, fille de militants d'extrême gauche, son histoire prise dans les rets d'une répétition familiale implacable. L'étrangeté nomade, ressentie comme le fil qui la relie à ses identités fragiles où une langue en recouvre une autre, entre en conflit avec elle jusqu'à oblitérer celle d'origine, sans compter le trouble apporté par les formulaires administratifs qui, s'ils reconnaissent son identité française par le droit du sang (sa mère étant française), lui attribuent le discriminant 99 ("née à l'étranger") attaché à vie à son numéro de sécurité sociale.

Alors, comme pour exorciser l'exilée en elle, elle modifie le destin en choisissant, comme prénom à sa petite sœur, le doux nom d'Elisa… l'anagramme parfait d'asile. Une manière de transcender par le pouvoir des mots la réalité qui résiste. Cependant elle insiste, tonitrue cette réalité de l'exil qui redouble ses effets ; à l'exil du pays d'origine, s'ajoute en effet l'exil de classe réservé par le "pays d'accueil". Désormais, des Zones Urbaines Prioritaires aux quartiers de gentrification, elle apprendra à s'approprier les codes des dominants pour mieux infiltrer le monde des nantis, menant une guerre invisible pour prendre le pouvoir.

© Anne Cecile Paredes.
© Anne Cecile Paredes.
Car l'héritage de la guerre civile péruvienne, elle l'a transporté dans le petit sac en cuir de ses quatre ans. Cette violence originelle, elle a mué dans les barres d'immeubles (aux apparts faisant écho à celui de "La Mère à Titi" de Renaud) des quartiers sensibles de France "accueillant" de nombreuses communautés ayant échoué là. Encore elle, sera-t-elle "repérée" par un cinéaste et échappera ainsi au destin tout tracé de sa classe (cf. Didier Eribon), les études - sous le sceau du conflit de loyauté intériorisé - parachevant la mutation…

Mais sa révolte n'est pas apaisée pour autant. Elle est toujours là, à jamais inscrite dans la chair de celle qui a maintenant acquis les mots pour la dire - et trouver le théâtre pour la faire entendre - en lien avec l'actualité (Adama Traoré, le film Les Misérables de Ladj Ly…). Des séquences vidéo (celle tirée des archives montrant les ruines des prisons d'El Frontón), la débauche d'écheveaux de laine péruvienne et les musiques latines échevelées, étayent le propos en le colorant de gris et de couleurs éclatantes.

Ce que l'on retiendra (passant outre le trop-plein parfois de la scénographie), c'est la force implacable d'un témoignage réécrit en lettres de sang et de feu pour dire l'exil, un drame actuel.

"Asile"

Texte : Anne-Cécile Paredes.
Mise en scène : Anne-Cécile Paredes et Cyrielle Bloy.
Avec : Marion Lambert, Sophie Fougy, Johann Loiseau.
Regard complice : Cyril Jaubert.
Création sonore : Johann Mazé Et Johann Loiseau.
Création lumière : Éric Blosse.
Création costume : Sophie Fougy.
Création du thème musical : Cesar Amarante.
Montage vidéo et post production : Mélodie Gottardy.
Régie générale : Raphaël Droin.
Par OLA et Opéra Pagaï.

A été représenté du 19 au 22 novembre 2019 au Glob Théâtre Bordeaux, Scène conventionnée d'intérêt national art et création.
>> globtheatre.net

Tournée à venir
24 janvier 2020 : L'Avant-Scène, Cognac (16).


Yves Kafka
Mercredi 4 Décembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019