La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"As Comadres" Rêves de pacotilles et désillusions réelles de femmes (im)puissantes

"Rêver un impossible rêve/Porter le chagrin des départs (…) Tenter, sans force et sans armure/D'atteindre l'inaccessible étoile/Telle est ma quête…", s'écriait avec véhémence Jacques Brel dans la comédie musicale "L'Homme de la Mancha" dont il épousait à s'y méprendre le destin. Quelque cinquante années plus tard, les femmes brésiliennes d'"As Comadres" portent toutes en elles des blessures profondes que des rêves de pacotilles peuvent un temps - un temps seulement - tenter de recouvrir… Au contact de ces vies minuscules traversées par une énergie sans pareille, persiste le sentiment d'être touché en plein cœur par cette comédie musicale aux accents vibrant d'une humanité à fleur de peau.



© Pedro Guimaraes.
© Pedro Guimaraes.
L'argument aussi peu crédible que spectaculaire - l'une des sœurs vient de gagner un million de timbres à coller dans des livrets offrant accès aux objets convoités du monde de la consommation - n'est que prétexte à révéler leurs existences tourmentées par leurs désirs inassouvis. Toutes différentes (il y a parmi elles des dominantes, des bougonnes, des timides, des émancipées) et pourtant toutes semblables dans ce qui les unit à jamais (?) - leur condition de femmes faisant d'elles les victimes consentantes (?) d'une société patriarcale qui les (sou)met à ses se(r)vices -, terriblement "aimables" jusque dans leurs failles de ménagères exploitées, en quête de rêves préfabriqués par d'autres qu'elles.

Car que l'on ne s'y trompe pas, leur aliénation est ressentie de manière d'autant plus cruelle qu'elles en sont aussi les "actrices", mues par des ressorts déposés en elles par une société ayant tout à gagner à les insérer dans sa logique marchande. Ainsi, le mirage de pouvoir s'offrir tous les objets de "La complainte du progrès", moquée naguère par Boris Vian, les rend doublement victimes : après avoir été les proies du "sexe fort", elles le sont de leur "sexe faible". Ainsi va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise laissant apparaître, jusque dans l'abattement, jusque dans les bleus à l'âme et ses fêlures, les prémices d'une révolte salutaire.

Ce qui rend le propos porteur d'une énergie vitale à tout rompre - tant les digues extérieures qu'internes -, c'est la mise "en scène" fulgurante de ces tragédiennes du quotidien magnifiées par un livret, une orchestration, une chorégraphie, une composition plastique métamorphosant l'insoutenable en fête des sens. On se met à penser à l'énergie développée par "West Side Story" réactualisé par Spielberg, tant on retrouve le même élan (en en gommant judicieusement le côté bluette sentimentale) nous poussant irrésistiblement vers cette assemblée de femmes, nos sœurs en humanité.

© Pedro Guimaraes.
© Pedro Guimaraes.
Quinze personnages hauts en couleurs, joués à tour de rôle par vingt et une comédiennes brésiliennes aux couleurs de peau différentes, se relayant au plateau pour constituer un chœur contemporain - écho de la dramaturgie à l'œuvre - vont livrer un spectacle total s'ouvrant sur un premier morceau musical donnant le tempo de ce qui va suivre. "La maison sera toute neuve ! J'ai déjà choisi, j'va tout avoir ça !", s'écrie l'héroïne hystérisée par le gain, auquel le chœur répond, comme une seule femme, "Elle va tout avoir ça ! Gratis, Gratis Gratis !", au rythme scandé des sacs à mains tenus serrés sur leur poitrine de femmes du peuple.

Mais très vite l'humeur festive se lézarde… Une première femme, conviée pour aider les quatorze autres à coller les timbres dans les livrets, ressent le bonheur de sa consœur chanceuse comme une cruauté insoutenable soulignant la misère de sa vie à elle, ployant sous les tâches répétitives d'une vie sans horizon. Et le chœur - une nouvelle fois - d'offrir une caisse de résonance où les femmes, visages distordus et plumeaux, déboucheurs à ventouse, balayettes et autres ustensiles ménagers en mains, redoublent leur chorégraphie de paroles faisant résonner jusqu'à nous leur "petite vie pourrie" dupliquée à l'infini.

Contrastant avec ce qui est la sombre réalité de ces femmes s'échinant au travail sans la moindre considération, des bulles savoureuses - ainsi de l'énoncé interminable d'une liste d'invités, reprise à l'identique par le chœur - déclenchent une hilarité rassérénante. Tout comme leur mesquine jalousie se muant en actes de rébellion révolutionnaire : la propriété étant le vol, elle le pratique généreusement pour mieux se distribuer les richesses du gain… Dépourvues de la conscience politique des ménagères de Dario Fo - "On ne paie pas ! On ne paie pas !" - elles réinventent à leur échelle la juste réappropriation des biens…

Ariane Mnouchkine © Pedro Guimaraes.
Ariane Mnouchkine © Pedro Guimaraes.
Et puis, dans ce concert d'existences se donnant à voir avec fracas, il y a l'infinie et émouvante solitude de cette timide demoiselle en demande d'amour, la morgue pitoyable de la transfuge de classe snobinarde se drapant (in)dignement des lumières de l'Europe où elle se targue d'avoir voyagé, ou encore la troublante détresse pointant sous un masque volontaire de cette jeune femme émancipée payant très cher l'amour d'un bad boy l'ayant séduite avant de la rejeter… Un échantillon représentatif de la gent féminine, de la gent humaine.

Dans cette assemblée dominée par les frustrations à vif tout écart de conduite par rapport à la morale conservatrice fait figure de scandale, tant il est impensable pour ces femmes d'entrevoir une existence échappant à la soumission, au patron et/ou au mari. Mais parfois il suffit d'un petit déclic pour que d'autres voies s'ouvrent… "J'suis venue au monde par la porte de derrière, j'vais prendre la porte de devant !", chantent-elles en chœur rompant ainsi avec leur double assignation de classe et de genre.

Ainsi le vent se lève sur le plateau, un vent de révolte à l'aune des dominations subies… sans que pour autant ne se referme le piège d'un happy end qui ôterait toute profondeur à cette immersion en eaux troublées. Le final, summum de cruauté distillée avec une infinie douceur, est à l'image de cette fulgurante tragi-comédie musicale où le flamboyant de la mise en jeu et la tonicité des actrices-chanteuses le disputent au roman noir de la condition féminine.

Bénéficiant de la (super)vision d'une autre femme essentielle au théâtre - la fondatrice du mythique Théâtre du Soleil, Ariane Mnouchkine - "As Comadres" nous poursuit bien après sa représentation tant cet hymne à ces magnifiques actrices-femmes (im)puissantes est porteur d'émotions fortes.

Vu le mercredi 8 décembre 2021 au TnBA, Grande salle Vitez, Bordeaux.

"As Comadres"

© Pedro Guimaraes.
© Pedro Guimaraes.
D'après "Les Belles-Sœurs" de Michel Tremblay.
Livret, paroles et mise en scène : René Richard Cyr.
Musique : Daniel Bélanger.
Direction musicale : Wladimir Pinheiro.
Supervision artistique de la version brésilienne et direction des actrices : Ariane Mnouchkine.
Avec (en alternance) : Ana Achcar, Ana Paula Secco, Ariane Hime, Beth Lammas, Fabianna de Mello e Souza, Flavia Santana, Gabriela Carneiro da Cunha, Gillian Villa, Iza Eirado, Janaína Azevedo, Julia Carrera, Julia Marini, Juliana Carneiro da Cunha, Laila Garin, Leda Riba, Leticia Medella, Lilian Valeska, Maria Ceiça, Sirleia Aleixo, Sonia Dumont, Thallyssiane Aleixo.
Piano : Catherine Henriques.
Percussions : Karina Neves ou Georgia Câmara.
Basse : Marcello Sader.
Livret en portugais : Julia Carrera.
Paroles des chansons en portugais : Wladimir Pinheiro, Sonia Dumont.
Décor original : Jean Bard.
Adaptation brésilienne du décor : Mina Quental avec l'aide d'Ana Clara Albuquerque, Mariana Castro, André Salles et Willian Eduardo dos Santos.
Costumes : Thiago Ribeiro avec l'aide d'Ana Flávia Massada.
Lumières : Hugo Mercier Bosseny, João Gioia.
Son : João Gabriel Mattos avec l'aide d'Adriana Lima.
Assistants à la mise en scène : Hélène Cinque, Tomaz Nogueira da Gama.
Enregistrement et montage vidéo : Jeanne Dosse.
Durée : 1 h 45.

© Pedro Guimaraes.
© Pedro Guimaraes.
Le spectacle a été créé le 27 mars 2019 au Théâtre Guairinha dans le cadre du Festival de Teatro de Curitiba (Brésil).
A été représenté du mardi 7 au samedi 11 décembre 2021 au TnBA à Bordeaux.

Du 23 au 30 décembre 2021.
Tous les soirs à 20 h 30 et le dimanche 26 à 14 h 30.
Relâche les 24 et 25 décembre.
Théâtre du Soleil, La Cartoucherie, Paris 12e, 01 43 74 24 08.
Attention. Les représentations auront lieu au Théâtre de l'Épée de Bois situé également à la Cartoucherie.
>> theatre-du-soleil.fr

Yves Kafka
Vendredi 17 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022