La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Adieu l’Ami... Hommage à Patrice Chéreau

La nouvelle de ta mort m’a surprise chez moi vers vingt-deux heures, lundi. Incompréhension, sidération, tristesse. Comme tout le monde. Un ami m’a appelée. Besoin de se répéter notre incrédulité. Tu m’as fait de la peine pour la première fois. Avec cette impression tenace d’avoir perdu un membre de ma famille...



Patrice Chéreau, "Coma" de Pierre Guyotat, mise en scène de Thierry Thieû Niang, Théâtre de la Ville, septembre 2012 © ArtComArt 2011 Tous droits réservés.
Patrice Chéreau, "Coma" de Pierre Guyotat, mise en scène de Thierry Thieû Niang, Théâtre de la Ville, septembre 2012 © ArtComArt 2011 Tous droits réservés.
Un frère, un demi-frère peut-être, plus âgé, plus doué, plus cultivé, plus intelligent. Un modèle.
Tu as toujours été dans ma vie, dans nos vies. Tu vas manquer à tous. Terriblement. C’est bien la première fois que tu viens à manquer aux autres. Toi qui as connu les déchirements des départs et des décès d’aimé(e)s. Je ne savais pas que tu étais malade. Tu nous as tellement bien parlé de toi, de nous, que nous ne savions plus que tu étais mortel.

Ce ravissement depuis longtemps, car nous partagions beaucoup avec toi. Et d’abord quelques passions (et dépendances), l’amour, l’art, le tabac, même pire parfois. Nous aussi aurions pu prendre le train pour Limoges (1) à destination de cette immense et sinistre propriété des Emmerich et du plus grand cimetière d’Europe - paraît-il. Comment va-t-on faire sans toi ?

Tu es entré dans ma vie dans les années quatre-vingts. Comme pour ceux de ma génération. Je ne sais plus si j’ai vu d’abord "L’homme blessé" au cinéma ou "La Chair de l’Orchidée" à la télévision - qu’on regarde beaucoup quand on vit en province (époque bénie où elle nous parlait clair avec Jacques Chancel, Bernard Pivot, le Ciné-Club du vendredi soir sur Antenne 2, tout Shakespeare sur la Trois le dimanche après-midi…). Ce doit être "La Chair de l’Orchidée" tout de même que j’ai vu en premier, en rediffusion (2).

Patrice Chéreau à Pessac © Tous droits réservés.
Patrice Chéreau à Pessac © Tous droits réservés.
En 1976, j’ai onze ans. Je ne sais pas encore que tu prépares un séisme en montant un Ring, la tétralogie wagnérienne à Bayreuth, grâce à l’intelligence de Pierre Boulez. Je ne sais rien, même pas que j’adorerai Wagner beaucoup plus tard. Et que j’achèterai les DVD de ces journées devenues mythiques, quatre journées brillantes, corrosives, révolutionnaires, bouleversantes. Tout ce que voulait Richard Wagner bien-sûr.

J’ai vu à la télé "Judith Therpauve" aussi, je ne sais plus exactement quand. C’était au siècle dernier. Ton nom était déjà fixé dans mon Panthéon personnel. En tout cas, c’est comme cela que je veux me souvenir. Un homme encore jeune, passionnant, que je trouvais beau avec son inquiétude. Et que nous étions prêts à suivre. Comme Simone Signoret (3), que tu as aimée comme nous évidemment, une de ces belles rescapées de la vie au visage tragiquement beau, après la beauté. Mais, toi, tu as eu le pouvoir de l’aider. Elle, comme tant d’autres après.

"Ceux qui m'aiment prendront le train" © Tous droits réservés.
"Ceux qui m'aiment prendront le train" © Tous droits réservés.
Tu as souvent dit que tu n'aimais pas le film que tu as tiré du roman de James Hadley Chase. Moi, je l’ai aimé, et beaucoup d’autres comme moi. Je ne l’ai pas revu depuis très longtemps mais je me rappelle nettement son atmosphère vénéneuse, l’immense Edwige Feuillère, déesse maléfique grandiose et un cinglé d’anthologie, François Simon, ce sosie parfait de Louis-Ferdinand Céline* (4). C’est cela aussi ton génie, savoir choisir et diriger des acteurs qui nous hypnotisent ou façonnent notre désir comme Miguel Bosé, Pascal Greggory, Charles Berling, Mark Rylance ou encore Bruno Todeschini - pour les femmes, d’autres feront la liste.

1983, "L’homme blessé". J’ai dix-huit ans. Un choc. Tu distribues le grand pharmakon népenthès, à nous les post-ados mal dans leur peau (un pléonasme). Même si nous, gens de Gauche, n’avons pas encore la gueule de bois. Moi, comme tous ces petits provinciaux et banlieusards, les yeux soudain élargis. Tous, homos et hétéros, fous amoureux de Vittorio Mezzogiorno, en transit dans une gare sordide, en rupture de nos familles. Comme excusés à l’avance des embrasements qui viendraient à leur heure, et les conneries qui vont avec. Toi nous consolant par avance du goût amer d’avoir déçu, avec tes beaux films fiévreux.

"La Reine Margot", Daniel Auteuil, Patrice Chéreau © Tous droits réservés.
"La Reine Margot", Daniel Auteuil, Patrice Chéreau © Tous droits réservés.
Les Amandiers à Nanterre et ton travail que je suis de loin, de ma province. Après Cocteau, Genet et Fassbinder, tu as magnifié la zone, la marge, les périphéries. Tu as révolutionné le langage dramatique et ainsi nous avons été encouragés à devenir nous-mêmes, avec l’amour des voix, des corps, des pas de deux et de côté, des chutes. Je n’ai pas adoré Koltès comme toi. Ce n’était pas grave. Tu as imposé ses pièces singulières. J’ai vu ta reprise de "La nuit juste avant les forêts" avec Romain Duris en 2011 à l’Atelier. Une soirée caritative pour soutenir l’association de développement "Action directe Sahel" en Afrique créée par François Koltès, en mémoire de son frère. J’ai compris. Tu continuais à nous éclairer le chemin. C’était une promesse, nous t’avions rejoint dès que nous avions été libres.

Les années fin de siècle ? Magnifiques et affreuses. Tu en parlais dans tes pièces, tes films. Miracle de se voir grandis et absous pour les spectateurs, à travers des personnages et des histoires qui ne sont pas les siennes. Universelles, tout simplement. "La Reine Margot" sublime, un des plus beaux rôles d’Isabelle Adjani, surnaturellement belle. La guerre fait rage en Europe, à l’Est, et au Moyen-Orient, partout autour de nous. Dans ton univers, l’amour, les étreintes, les heurts, la mort forment une danse macabre parfois épique. Et toujours lyrique. Car c’est cela que j’adore chez toi, ton Lyrisme (que ceux qui ne te comprennent pas appellent "hystérie", une erreur).

© Tous droits réservés.
© Tous droits réservés.
Une amie me parlait alors avec mépris de ta "bande", la "bande à Chéreau" qui entraînerait "l’Adjani" par les grands fonds - disait-elle avec une petite grimace. Peut-être. Cette bande, nous voulions tous en être, et c’est tout. Avec le nouveau millénaire, tu nous offres "Intimité" et ce ne sont pas seulement des caresses volées à des inconnus que tu filmes encore, presque clandestin, à Londres. Géniale impudeur, forgée aux confins des mondes de Hanif Kureishi et Francis Bacon (comme toujours). Le superbe "Prick up your ears" (1987) de Stephen Frears n’existerait pas sans toi. Sans parler de tous les autres.

Les derniers films, je les ai moins bien aimés. Mais je ne t’ai jamais perdu de vue. Cette "Gabrielle" adaptée d’un Joseph Conrad mineur, "Son frère" et "Persécution" ne me sont plus magiques alors. Ce n’est pas grave. Tu réinventes "Phèdre" aux Ateliers Berthier en 2003 et je suis là à chaque rendez-vous. Nous sommes tous là. Tu ressuscites la Grèce antique rêvée par Racine et met en scène les névroses inhérentes à la famille (ton sujet de prédilection, toutes les familles même celles qu’on se fabrique, comme dans "Hôtel de France" en 1987). Tu passes un peu à côté de "Tristan" à la Scala en 2007. Il y a eu avant Olivier Py et c’est lui qui a tout compris. Ce n’est vraiment pas souvent que tu as été trouvé en situation d’être surpassé.

Pas grave. Il y aura d’autres diamants bruts. Comme cette "Elektra" de Richard Strauss au festival d’Aix-en-Provence cet été. Nous ne savions pas que tu disais pour la dernière fois ce que tu as toujours répété sur les familles ; les Atrides forcément comme matrice de toutes les autres. Nous serons frustrés d’un "Comme il vous plaira" à l’Odéon en 2014. Sans toi, ce ne sera plus du tout pareil.

On dit depuis la nuit de lundi que tu as rejoint tes amis, tes amants, ta famille. Peut-être. Mais nous, nous voilà brutalement orphelins et bien démunis. Et tout à coup singulièrement seuls. Adieu l’Ami.

Notes :
(1) "Ceux qui m’aiment prendront le train" (1998).
(2) "La Chair de l’Orchidée" (1975).
(3) "Judith Therpauve" (1978).
(4) Voir son rôle de clodo aux chats dans le film de Yves Boisset, "La Femme flic".


La captation de l’opéra de Richard Strauss, "Elektra", mis en scène par Patrice Chéreau à Aix-en-Provence en juillet 2013, est en accès libre sur le site >> liveweb.arte.tv

Christine Ducq
Lundi 14 Octobre 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021